Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nazi, clichés coloniaux, sexisme : ces moments du Club Dorothée qu’on ne pourrait plus voir

Les animateurs et chanteurs de l’émission, qui fête ses 30 ans, jouissaient d’une grande liberté de ton, quitte à proposer des séquences qui provoqueraient sans doute des scandales aujourd’hui.

 

 

[...]

Le Monde rapporte que le programme atteignait des audiences de plus d’1,5 million de téléspectateurs le mercredi matin, en mobilisant jusqu’à 65 % des 4-14 ans.

[...]

Parmi ces heures d’antenne, on trouve pas mal de moments embarrassants. Des séquences difficilement imaginables à la télé aujourd’hui, surtout dans le cadre d’un programme destiné aux enfants.

 

Quand Dorothée s’entourait de « sauvages »

La Machine avalé est une chanson interprétée par Dorothée et diffusée à partir de 1988. Dans le texte, écrit par Jean-François Porry (pseudonyme de Jean-Luc Azoulay, le fondateur d’AB Productions), la nature, les animaux et les hommes subissent les affres d’une machine qui engloutit tout sur son passage. Dans le clip, Dorothée se retrouve dans la jungle. Elle est accompagnée par trois acteurs noirs, qui interprètent les chœurs de la chanson (« Ouah, ouah, ouah, ouah »). Quand soudain, ils décident de la capturer et de la faire cuire dans une marmite au cours d’une scène qui reprend certains des clichés du temps de l’empire colonial français.

[...]

 

 

Quand Les Musclés tapaient sur les fesses de filles en maillot de bain

Dans plusieurs chansons interprétées par Les Musclés, une image dégradante des femmes est relayée avec force. Dans Allez hop boum boum crac crac, sortie en 1993, ils chantent « Ce soir on fait la fête, on va bien s’amuser, toutes les filles sont prêtes à se faire embrasser ».

 

 

En 1990, dans Vive la France, les Françaises sont mises au même plan que les « vins de pays », les croissants et les baguettes.

[...]

 

 

Quand ils promettaient des saucissons à Mathilda May

Dans une chanson à la gloire de l’actrice Mathilda May, la bande de copains chante leur attente de la visite de la star « à la maison » devant un lit recouvert d’un drap en satin rose, en brandissant chacun un saucisson dans chaque main.

[...]

 

 

 

Quand Jacky se déguisait en nazi pour séduire les « petites Françaises »

Autre mise en scène qu’on a du mal à imaginer à l’antenne aujourd’hui dans une émission pour enfants : Jacky, l’autre co-animateur du Club Dorothée, interprétait de façon récurrente le « Général Von Jacky ».

 

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur francetvinfo.fr

 

Petite histoire du Club Dorothée :

 

Le Système se raidit, voir sur E&R :

Comprendre l’évolution de la société française avec Kontre Kulture :

 






Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • N’en déplaise à tous les rabats-joies et puritanistes moralisateurs, c’était la meilleure emission pour les enfants, surtout grâce aux dessins animés qu’on y diffusait.
    Ces derniers encourageaient le courage, l’honneur, l’audace, l’amitié, l’altruisme, le dépassement de soi, la persévérance ... ils étaient aussi très stéréotypés et ... qu’est ce que ça fait du bien.

    On est passé de "Princesse Sarah" ou "Candy" pour les filles, et "Dragon Ball" ou "Nicky Larson" pour les garçons (ou la Cité d’Or pour les deux) à ...
    "Teletubbies" ou "Bob l’éponge" ou "South Park" pour un public indifférencié après la disparition brutale du Club Dorothée.
    ... et c’est à ce moment là que je me suis aperçu de l’impact phénoménal des dessins animés sur la jeunesse.

    Quand on a vibré héroïquement avec un Capitaine Flamme, Albator, Ikki le phénix, Sangoku, ou Nicky Larson, bizarrement on trouve les daube sus-cités extraordinairement vomitives et on en est vacciné à vie.

    Pour les gags et autres délires des animateurs qui se faisaient surtout plaisir, nous gamins on s’en foutait complètement : on ne s’intéressait qu’aux dessins animés, même s’ils nous faisaient rire parfois (souvent). Et c’était bien là le principal.
    De l’humour franchouillard sans prise de tête ; mais franchement qui n’a pas été mdr en regardant le clip sur Mathilda May ?

    Vive le Club Dorothée,
    Aux chiottes la gauchiasserie et son meilleur allié objectif : le libéralisme débridé.

     

    Répondre à ce message

    • Yes,pas de pitié pour les croissants !!

       
    • "South Park"

      Celui là n’a rien à faire dans votre liste. Ce n’est pas un dessin animé pour enfants, mais pour adultes... Et c’est excellent !

       
    • Ah oui, Albator, mon héros.
      Le créateur, Reiji Matsumoto, aimait les codes esthétiques des nazis, il se prendrait un procès aujourd’hui ;-)))
      https://www.youtube.com/watch?v=aXB...

       

    • et c’est à ce moment là que je me suis aperçu de l’impact phénoménal des dessins animés sur la jeunesse



      J’ai grandi avec "Les Mystérieuses Cotés d’Or" et "Ulysse 31", deux productions Franco-Japonaises, sans oublier les séries "Il était une fois... la vie, les explorateurs, l’Homme" de Albert Barillé.
      C’était voyager, rêver, se distraire, en incitant à apprendre... Rien à voir avec la bouze actuelle.

      On peut se dire que j’ai vieilli, mais je possède ces dessins animés en DVD aujourd’hui.
      Mes enfants curieux ont voulu les regarder.
      Ils ont adoré, en me disant que ce sont leurs dessins animés préférés.
      Les cités d’Or ont rencontré un grand succès malgré le nombre d’épisodes.
      Ils tombent de haut que je leur annonce que ça date de 30 ans (pour eux, c’est vieux).

      Comme quoi, le « c’était mieux avant » n’est pas une histoire d’age, et peut sortir de la bouche d’un enfant aussi ???

       
    • #1795067

      @ grogneu

      Un truc objectif que l’on peut reprocher à ce programme était de visser la jeunesse tout le mercredi devant la télé (sans parler des soirs de la semaine), matin ET après-midi. Bien sûr, les parents attentifs ne laissaient pas faire, mais cette génération de gamins a été la première surexposée aux écrans, à la pub... On offrait de la fainéantise massive en proposant aux gamins de passer la journée à guetter les dessins animés, dilués au milieux de gags certes pas méchants mais complètement cons. "De mon temps" l’offre était beaucoup plus limitée au niveau TV donc on faisait autre chose de nos mercredis. Et je ne compare pas la qualité des programmes ; c’était sans doute pas Byzance mais ça ne tirait pas (tant) vers le bas. On peut toujours dire que c’est pire maintenant, mais le club Dorothée a marqué une accélération vers la décérébration.

       
  • Le "club do" fait bien naïf aujourd’hui, quand on songe à ces candidats de télé-réalité objetisés et poussés au suicide et autres hânouneries. Force est de constater que cette génération n’est pas devenue débile au même niveau que les youtubeurs admirant justin biber ;

    Certes, la génération Y, comme on l’appelle, marque l’influence parentale en déclin, mais si ça ne s’était pas fait par le biais de la "télé-nurserie" disons, ça se serait fait par un autre biais...
    Pour revenir à l’article de france.info, j’ai rarement vu un tel pensum de bien-pensance ; c’est d’un niveau risible et dramatique (résumé ; l’émission serait raciste, mysogine, et pourquoi pas antisémite, accusation comique quand on connait l’origine des producteurs de l’émission) ; desproges ironisait sur tout, et la grivoiserie des "musclés" est la même que celle de patrick sébastien aujourd’hui....
    L’émission en elle-même n’était ni géniale, ni à vouer aux gémonies, c’était un tournant amusant, ou la culture japonaise perçait timidement (quelques bons DA, ranma 1/2, d ball, et d’autres), madeleine de proust avant l’aliénation des réseaux sociaux, de la pornographie et du terrorisme de masse...

     

    Répondre à ce message

  • Toute mon enfance, LOL !! :-D
    Bon, un peu honteux quand même, car il faut bien reconnaître que c’était assez abrutissant comme émission et c’était déjà considéré comme tel à l’époque. Mais bon, on a fait bien, bien pire depuis !!

    Et cet article a néanmoins le mérite de bien illustrer à quel point la liberté d’expression a régressé et la société a été infantilisée (pour s’offusquer de pareilles bêtises) ces 20-30 dernières années.

     

    Répondre à ce message

  • Et pourtant ça commençait déjà. Souvenez vous de Ségolène Royale qui a l’époque déjà avait réussi à faire censurer pas mal de séries japonaises qu’elle trouvait trop violente ou trop dégradantes pour les femmes en mettant en accusation la culture japonaise.

     

    Répondre à ce message

  • Ha ha c’est le strike !
    Pas sûr que Dieudo se marre...à noter que les frusques des noirs avec Dorothée correspondent à son logo ( Bonnie production, affiches, bagouses etc )
    Le clip des Musclés à La Réunion nest pas bien méchant​.

     

    Répondre à ce message

  • "Question de detail" comme dirait JMLP. L’uniforme du mec est un uniforme de la RDA. Vu que j’ai passe un temps a vivre a Berlin a l’epoque, je les voyais tres souvent. Ils conservaient l’allure generale de ceux de la Wehrmacht du Reich, mais avec de petites modifications ici et la reprises sur les uniformes de parade sovietique. Mais malgre tout ils conserverent, plus que dans la trizone Ouest en fait, le caractere bien allemand. Pour le reste aussi : Le pas cadence, la discipline les chants plus ou moins, l’instruction des recrues etc.

     

    Répondre à ce message

  • On rigole on rigole du passé, cela dit, on ne rigole plus vraiment aujourd’hui. OK c’est naze, mais me faites pas dire qu’un Hanouna c’est mieux. Avant, on avait Les Nuls, les Inconnus et j’en passe... Aujourd’hui on n’a rien de tout cela. Et contrairement à ceux que certains pensent ici, je trouve que ça manque de vrais bons divertissements, qui font ou se rapprochent de l’unanimité. Car mine de rien, qu’on le veuille ou non, ces émissions qu’ici on qualifie volontiers d’abrutissantes ont toujours été créateurs de liens. Il n’y a guère que Patrick Sébastien aujourd’hui qui le représente cela. Et franchement, on rigole beaucoup moins qu’avant, les gens sont devenus sérieux, et moi j’ai tendance à comprendre les gens qui veuillent "se débrancher" le cerveau. Quand tout une journée tu te tapes des connards au boulot qui te pourrissent la vie, mais que tu peux pas faire autrement, en plus du travail la plupart du temps bien chiant, à la fin t’as le cerveau en ébullition, t’as vraiment envie de te détendre. Je ne parle pas pour moi, je ne regarde pas la télé. Un moment donné, faut arrêter la condescendance anti-télé (une chose en plus partagée avec les bobos gauchistes) et se poser les bonnes questions. Faut pas s’étonner de voir de plus en plus de dépressifs. Encore une fois, posons-nous les bonnes questions.

     

    Répondre à ce message

    • #1795222

      Il n’ y a pas de bons divertissements. Le divertissement est fait pour divertir , c’est un moyen de diversion qui nous empêche de remplir nos objectifs. L’amusement, c’est autre chose : rire en cherchant l’inspiration ou l’inspiration par le rire.
      En anglish, le divertissement c’est l’entertainment d’où le "entertain us" de Cobain. Le divertissement l’entertainment sont des mots marqués du sceau de l’empire. Claire Severac parlait de l’ingénierie sociale du "tititainement", créé pour nous bercer. La confusion du langage entre amusement et divertissement renvoie à la novlangue, ingénierie de la pensée par un nouveau langage.
      La personne qui m’a refilée la distinction entre amusement et divertissement a changé ma vie. Si tu n’y avais pas fait gaffe jusqu’ici, peut-être ce sera pareil pour toi. Je comprends quand tu parles de l’envie de débrancher. "unplugged" pour Cobain mais lui parlait de se débrancher de la matrice de divertissement..

       
  • Faut relativiser. Toute la télé était comme ça à l’époque. Regardez juste une des émissions de Collaro (Cocoboy). C’est 10 fois comme les Musclés, et toutes les familles regardaient ça à 20 heures.

     

    Répondre à ce message

    • Ah ouais, je l’avais oublié Collaro et ses émissions délirantes !! Excellent !! Avec bien sûr, à une heure de grande écoute, l’IMMANQUABLE strip-tease de la playmate, attendu impatiemment par les jeunes garçons et ados !! Ah, c’était vraiment une époque autrement plus libre, les années 80-90...

       
  • Une période ou la bien-pensance n’ était pas encore absolument établie. Liberté de ton, ambiance "bon enfant", et des programmes d’ une qualité certaine, compte tenu de ce que nous propose le paf aujourd’ hui. Même si il y avait des choses à redire, finalement, avec le recul ce programme était plutôt innocent (pensez à loft strory, l ile de le tentation..) non destinés a des enfants certes, mais tout le monde y avait accès
    .

     

    Répondre à ce message

  • A tout les détracteurs du "Club do", du "moi dans les années 60 70 je faisais des choses dehors, je bossais etc".
    Sachez aussi qu’il y a 20 ans de différence. en en 20 ans il y a eu une sacré évolution de société : en effet combien de gosses d’un coup se sont retrouvé ou les deux parents bossaient et n’avaient pas forcément la mère à la maison pour surveiller allées et venues dans les rues, et les sous pour payer une nourrice ?
    Et puis vous êtes jaloux parce que vous n’avez eu que Nicolas et pimprenelle le soir ?
    Nous on se tapait bien Dimanche Martin où les parents eux étaient vissés tout le dimanche après midi ^^ , les chiffres et lettres ou question pour un champion...

    Si le concept avait des choses a critiquer entre autre de "visser les gamins" devant la télé, désolé mais s’il y a bien une chose que cette émission ait réussit dans beaucoup de foyers, c’est de justement éviter que les gamins au moins pendant quelques heures partent ici ou là.

    Sans compter que les réseaux de drogues à l’époque s’amplifiait, les disparus de Mourmelon, les enfants disparus etc, ca faisait flipper pas mal de gens aussi...

    Et puis oui, désolé, autrefois des assoce de foot de sport etc, y’en avait qu’en ville ou alors avec un nombre limité de place et cheres.
    Meme en 90, avoir un vélo était encore un luxe, alors qu’aujourd"hui le standart est : piscine, trampoline, cabane, velo, wii, trotinette, balançoire, tablette...allez voir les jardins ou y’a des enfants et constatez...

    Différence de masse, si autrefois les gamin étaient vissés derrière le club Dorothée, aujourd"hui c’est devant smartphone et tablette, avec les risques supplémentaires en plus...ou est vraiment la génération dégénérée ?

    Et franchement, face aux séries des années 80/90 comme Saint Seiya, les cités d’or, Nicky Larson, Dragon ball...certes il y avait les combats, la violence, mais il y avait aussi la recherche, la camaraderie, l’identification au héros, le bien le mal, la protection de l’autre, le sacrifice pour une cause....

    Hors mis ceux qui exhument a tous prix les clichés, des passages peut etre aujourd’hui politiquement incorrect...se sont ils posés la question de savoir si nous de quoi on se souvient exactement...de tout ces trucs là moi je m’en souvenais pas.

    S’ils me suggèrent que c’est subliminal et que cela m’aurait instillé du sexisme etc...puis je leur suggérer aussi alors que Disney dessinant Mickey dessinait aussi une b+++ en subliminal ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents