Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Non, Vladimir Poutine n’a pas présenté ses excuses à Israël

Selon les médias dominants qui s’alignent sans vérification sur les dires du bureau du Premier ministre israélien Naftali Bennett, Vladimir Poutine aurait présenté ses « excuses » après les propos de son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sur les « origines juives d’Hitler » et la collaboration de certaines élites juives avec le régime nazi (« Les plus grands antisémites étaient les juifs eux-mêmes »). Le Kremlin n’a jamais confirmé cette « information ».

 

« Le Premier ministre a accepté les excuses du président Poutine pour les remarques de Lavrov et l’a remercié d’avoir mis au clair son attitude concernant le peuple juif et la mémoire de l’Holocauste », ont indiqué publiquement les services de Naftali Bennett.

Côté russe, cependant, aucune mention n’est faite d’excuses présentées par Vladimir Poutine dans le communiqué officiel publié par le Kremlin à la suite de l’appel téléphonique entre les deux dirigeants. Il n’y est question que d’une discussion autour de la « mémoire historique » de l’Holocauste.

Vladimir Poutine a bien appelé le Premier ministre israélien, mais pour le féliciter pour la fête nationale du pays. Ensuite, les deux hommes ont discuté de la situation en Ukraine, puis ont « souligné la signification particulière du 9 mai pour les peuples des deux pays, qui chérissent la vérité historique sur les événements de ces années-là et honorent la mémoire de tous ceux qui sont tombés ». (Courrier international)

Bref le torchon diplomatique brûle entre Moscou et Jérusalem, la presse occidentale est soumise et le judéo-nazisme est vraiment à la fois le tabou et le cœur nucléaire des relations internationales depuis bientôt un siècle !

 

Bonus !

 

Le judéo-nazisme, sur E&R !

En lien, ne surtout pas manquer sur ERFM :

 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Oui, bien évidemment qu’il n’y a pas eu d’excuse, RT l’avait bien souligné aussi. Les médias de grands chemins, sûr d’eux-mêmes et dominateurs, jouent à court terme.

     

    Répondre à ce message

  • #2955645

    L’intelligence et la virilité diplomatique de Lavrov est monstrueuse, comparé au blabla et au cinéma de nos politiques on est vraiment dans le tiers monde...

     

    Répondre à ce message

  • #2955652
    Le 7 mai à 18:05 par Sélection naturelle
    Non, Vladimir Poutine n’a pas présenté ses excuses à Israël

    Poutine ne s’est pas excusé, sinon ils auraient exigé dans la foulée la démission de Lavrov. Plus on se soumet et plus ils nous demandent de ramper, on les connaît.

     

    Répondre à ce message

  • Scud, Quenelle, les russes en ce moment sont en train de mettre à mal l entité sioniste et leur sempiternelle victimisation
    Lavrov est un bon
    Ajouté à cela le fait que le Hamas à été reçu en grande pompes à Moscou, et là vous avez la direction à laquelle la Russie s engage et surtout le lâchage de l entité usurpatrice
    En espérant une aide militaire envers la résistance palestinienne et l utilisation de S300 confiée à l armée Syrienne

     

    Répondre à ce message

  • #2955710
    Le 7 mai à 21:27 par Roland de Roncevaux
    Non, Vladimir Poutine n’a pas présenté ses excuses à Israël

    à ma connaissance si... les agences de presse russe Tass (en anglais) et Interfax que je consulte ont rapporté cela, il me semble. Info à vérifier.

    Mais Poutine ne s’est en aucun cas "aplati". Il a parlé d’égal à égal avec Benett. Entre "parrains". De leur côté, Benett et les Israéliens sont très intéressés à garder de bons liens avec la Russie.

    Il n’y a pas eu d’excuses écrites. Cela s’est passé par oral au cours d’une conversation téléphonique entre hommes. Poutine s’est excusé pour son subordonné, au cours d’une conversation plus large et cordiale. Un peu comme un parrain s’excuse auprès d’un autre qu’un de ses hommes ait insulté sa mère sans faire exprès (ils ont réglé le "point d’honneur").

    D’ailleurs, il est extrêmement clair que ces excuses cordiales sont uniquement destinées à la presse internationale, et notamment occidentale.

    Benett a très bien compris que Lavrov n’accusait pas les Juifs d’avoir auto-perpétré la Shoah. Mais que dans le contexte de la guerre certains juifs (surtout grands bourgeois) avaient en effet collaboré, espérant obtenir des gages. Et une éventuelle ascendance juive d’Hitler n’a rien d’extravagant (Wagner aussi en avait) : sur 4 grands-parents et 8 arrières-grands-parents, n’importe qui peut avoir un ancêtre Juif, Hongrois, Suédois, Huguenot ou Bourguignon.

    Benett et Poutine ont aussi très bien compris que ce n’était ni le moment ni le lieu de mener un débat aussi subtil. En pleine guerre communicationnelle avec l’Occident, on ne peut se contenter que de faits simplifiés et manichéens.

    Le fait que Benett et Israël se contentent de ce "coup de fil du patron" russe est un signe très positif. Ca veut dire qu’il n’y avait pas de rancoeur, mais une simple mise-au-point. On est très loin de l’hystérie idéologique qui a cours en Occident.

    Lavrov est un très bon diplomate. Il a commis une petite erreur communicationnelle, dans un tel contexte, en essayant de montrer que Zelensky (dont le père est juif, et non la mère, d’ailleurs) pouvait parfaitement commander des régiments néo-nazis. Sur des milliers de phrases, il est toujours possible de faire une erreur technique, comme en sport. Voilà cet incident clos en toute simplicité, entre gentlemen.

     

    Répondre à ce message

  • La Russie n’est pas la France et Tel Aviv ne commande pas Poutine comme il donne les ordres à Macron.. il n’est pas imaginable que Poutine se fasse saisir le bras de force par le représentant d’une officine sioniste comme ce fut le cas pour Macron au diner du Crif

     

    Répondre à ce message

  • Merci au russe d’ouvrir la voie vers la vérité, le mensonge s’en est allé...

     

    Répondre à ce message

  • Hum. Ce n’est pas parce qu’il ne faut pas croire Israel sur parole, que le communiqué du Kremlin relate tout ce qui a pu se dire.

    En fait, seuls les intéressés savent ce qui s’est dit et ce qu’ils se sont accordés à relayer chacun de leur côté du monde.

     

    Répondre à ce message

  • #2956061
    Le 8 mai à 19:26 par S’excuser, c’est prononcer sa propre relaxe.
    Non, Vladimir Poutine n’a pas présenté ses excuses à Israël

    Le coup de l’antisémite accusé d’être juif est un classique. On en a même fait des films (Luna Park de Pavel Lounguine, par exemple, où l’on révèle à un « skinhead » russe que son vrai père est juif, ce qui finit par le faire rompre avec ses potes et l’oblige à fuir en Sibérie avec ce juif lui aussi convaincu d’être son père ; pourtant, ils découvrent tous deux dans le train qu’il est impossible qu’ils soient père et fils !).

    On se rappelle par exemple que certains firent courir le bruit que Drumont était juif. On comprend l’intérêt de la chose : un antisémite est détesté bien sûr des philosémites, et si on fait en sorte qu’il soit détesté aussi des autres antisémites, comment ne sera-t-il pas isolé, donc perdu ?

    Accuser publiquement un antisémite d’être juif, c’est donc neutraliser les implications de son discours.

    En théorie. Mais en pratique, on dirait bien que ceux qu’on accuse d’être antisémites, ou qui se déclarent antisémites, soient au fond plus préoccupés des actes d’autrui que de ses origines, ce qui limite l’effet du truc.

    Dans ce cas précis, pourquoi, présenter ses excuses ?

    Les services secrets alliés ont répandu en pleine guerre le bobard que la grand-mère paternelle d’Adolf aurait travaillé comme servante chez les Rothschild (alors qu’elle n’était pas servante, et en plus aurait été obligée de se faire enregisterer si elle était allée à Vienne, qu’habitaient alors les Rothschild d’Autriche, ce qui n’advint pas).

    Â Nuremberg, les Alliés laissèrent l’ancien gouverneur général de Pologne (et futur pendu) Hans Frank broder une histoire du même type, aussi invraisemblable, Hitler étant cette fois supposé descendre d’un banquier juif appelé « Frankenberger » (inconnu par ailleurs).

    Et Élie Wiesel soutint la thèse d’un notable du Congrès juif d’un pays d’Amérique du Nord selon laquelle Hitler descendait des Rothschild (bis repetita placent).

    Alors pourquoi la Russie devrait-elle s’excuser de colporter des bobards colportés ou acceptés par tous les autres alliés et vainqueurs de la guerre ?

     

    Répondre à ce message

  • C est exactement la façon dont on essaye d expliquer les choses aux proches que l’on estime mais qui ont beaucoup de mal à sortir du narratif
    deversé à la tv, radio, presse ecrite, collègues de travail etc...

     

    Répondre à ce message

    • #2956307
      Le 9 mai à 10:24 par En même temps encore !
      Non, Vladimir Poutine n’a pas présenté ses excuses à Israël

      Alors qu’il suffit de vérifier : pas de juif dans la région depuis des siècles !

      Ma prof d’histoire de 3e nous faisait le coup déjà : « Peut-être qu’Hitler était juif ! Quoique ! »

      On nous sert deux versions, chacun croit celle qui l’arrange.

       
Afficher les commentaires précédents