Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nouveauté Kontre Kulture : Judéo-christianisme de Claude Timmerman

Travestissement historique et contre-sens idéologique

Le concept de « judéo-christianisme », mis en avant par le concile Vatican II, est si souvent évoqué pour qualifier notre civilisation – en particulier dans la perspective d’un choc contre celle de l’islam –, devenu si banal, qu’on oublie souvent de s’y arrêter. Que veut-il dire ? Quelle est sa réalité ? En a-t-il même une ?

 

Alors qu’avec Constantin Ier le christianisme s’imposait au monde gréco-romain, le talmudisme, qui prétend éclairer la Torah par une compilation de Lois orales d’origine rabbinique, devenait la « nouvelle acception d’un judaïsme définitivement dégagé du culte sacerdotal judéen ». Judaïsme post-chrétien traitant de règles et de prescriptions, dans lequel le mot « foi » – « mot creux » selon Daniel Horowitz – est singulièrement absent. Dès lors, que peut-on dire de cette prétendue filiation qui lierait le christianisme au judaïsme ?

Pour répondre à cette question, l’auteur est retourné aux temps de l’écriture des textes bibliques. Il a puisé au cœur de l’archéologie, relevant les différents anachronismes, les acrobaties logiques, historiques et linguistiques « au service du mythe politique de la terre d’Israël occupée continûment depuis plus de trois mille ans par le peuple d’Abraham à qui Yahvé l’a dévolue ».

Temple de Salomon, royaume d’Israël, royaume de Juda, Exode, exil à Babylone sont ainsi remis dans leur réalité historique, loin de la propagande messianique sur laquelle s’appuie la création de l’État sioniste. Rédigée en hébreu, langue propice aux interprétations multiples, la Torah s’est inspirée des mythes et traditions de cultures bien plus anciennes dans lesquelles le peuple juif baignait, et contre lesquelles, pour affirmer sa spécificité, il a conçu Yahvé, dieu personnifiant les aspirations juives : vengeur, ethnocentrique et jaloux. Ainsi, « ce sera tout le sens de la venue du Christ et de sa lutte dans l’émergence du monde des pharisiens, que d’essayer de prévenir le peuple juif de l’approche biaisée qui lui est donnée de l’idée de Dieu ».

 

Claude Timmerman est un biologiste, statisticien, spécialiste de la génétique des populations diplômé ENS Saint Clouds. Catholique traditionaliste, il a participé régulièrement au Libre Journal de Serge de Beketch sur Radio Courtoisie et publié des articles sur différents médias, tels que Rivarol, Boulevard Voltaire ou Medias-presse.info. Il a entrepris depuis une dizaine d’années des recherches sur les origines historiques du peuple juif.

 

La bande-annonce de Judéo-christianisme :

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Évidement, j’ai toujours été heurté par mes grands parents "chrétiens" (ont voté Fillon) lorsqu’ils parlaient à table de leurs racines judéo-chrétiennes.
    Et pourtant lorsque j’étais petit ma grand mère me disais que l’ancien testament était un livre de haine. Comment peut ont être une choses et sont contraire ?

     

    • Pour ma part, on m’a offert la Bible en insistant sur le fait que je devais commencer par le nouveau testament.
      J’ai donc tenter par la lire dans l’ordre chronologique, par l’Ancien Testament.
      Et évidemment, cela allait contre toutes les valeurs que l’ont m’avait enseignées, et j’ai décroché.


  • J’ai eu la chance de lire ce livre en avant-première et je peux vous assurer qu’il fera date. Un ouvrage d’une surprenante densité gorgé de références historiques, de cartes et de schémas venant étayer un propos clair et sans concession. L’auteur démonte l’arnaque d’un christianisme soi-disant pétri de judaïsme alors qu’il symbolise la rupture avec l’ancien testament, comme semble fort justement le rappeler le Rav Dynovisz à la fin de la vidéo. Il fourni également les raisons de cette confusion absolument pas anodines.

     

  • Mouai faut aller assez loin dans l’endoctrinement pour ne pas se rendre compte de la parenté du christianisme vis à vis du judaïsme. La liturgie des heures nous rappelle matin et soir dans le cantique de zacharie et le magnificat notre relation avec la descendance charnelle d’Abraham. Saint Paul assure que les juifs ont un rôle à jouer jusqu’à la fin, et les plus grands docteurs de l’église reconnaissent la vérité du judaïsme. Origene et Saint-Jérôme qui s’instruisent directement chez les rabbins, Saint-Justin qui dialogue avec Tryphon, Augustin qui reconnaît qu’elie viendra convertir les Juifs au christianisme à la fin des temps, Saint-Thomas-d’Aquin qui cite a-de nombreuses reprises Rabbi Moïse. Les chrétiens qui suivait les cours de Rachi pour mieux comprendre l’ancien testament. La première partie du Talmud, la michna est essentielle pour comprendre le nouveau et l’ancien testament, et de nombreuses Aggadah conservée par le peuple juif sont indispensables pour bien comprendre la Bible. Bref rejeter le concept judéo-chrétien c’est du grand n’importe quoi.

     

    • Tu confonds beaucoup de choses. Je pense que tu ignores que le judaïsme rabbinique actuel est différent du judaïsme des Hébreux. Entre les deux, il y a eu Jésus Christ. Depuis lors, il y a ceux qui se sont convertis au christianisme et les juifs qui ont rejeté le Christ.
      Il n’y a pas d’alternative : soit on accepte le Christ, soit on le rejette, par conséquent, on ne peut pas être juif et chrétien en même temps. Donc le judéo-christianisme est une imposture.


    • À mon avis c’est plutôt le contraire, à savoir qu’il « faut aller assez loin dans l’endoctrinement pour ne pas se rendre compte » de l’antagonisme « du christianisme vis à vis du judaïsme. ». Bref, rejeter le judéo-christianisme est une très bonne chose et une preuve de saine lucidité, comme l’est le fait de rejeter n’importe quelle imposture :-) Et ne pas le faire, c’est soit n’importe quoi soit ça cache autre chose, de l’ordre de la malhonnêteté par exemple.


    • Antoine.s : c’est un gros bordel dans ta tête, çà part dans tous les sens, on sent que la réflexion c’est pas ton truc, va bosser chez Disneyland, on dirait un commentaire Youtube.


    • Vous etes dans la confusion. St Thomas d Acquin a rédigé le Tantum ergo . tantum ergo sacramentum, veneremur cernui, et antiqum documentum, novo cédât ritui, prestet fides supplementum, sensum defectui. Nous nous prosternons devant un si grand sacrement, quand les documents antiques ( la loi juive) sont remplacés par le nouveau rite où la foi supplée aux sens defectueux


    • ? !?

      vous avez des vues sur autre chose ?

      je représente un groupe de réflexion, fortement intéressé à entendre vos idées...


    • Yesoha était Judéen et pharisien de "religion" le termes juif aujourd’hui et ce qu est un juif n a absolument rien a voir avec yesoha ! Les juifs d aujourd’hui sont plus descendants des saducceens, garant des lois, des écrits etc. Donc avoir un raisonnement, avec comme termes juif ! C est faux ! Donc yesoha serait en d autre termes, le premier antisémite de l histoire... C est les sadducéens qui ont fait condamné yesoha... Donc yesoha n était pas juif, mais pharisien. Amen !


    • #2025592

      Mouai.. il suffit de se taper les rabbins qui eux balancent ouvertement la vraie vision des juifs contrairement aux clowns et hypocrites en tout genre que l’on voit dans nos gouvernements et merdias.
      D’ailleurs à la fin de la vidéo il y a un excellent extrait de l’un de ses rabbins.
      Antoine.s ou un vieux rabbin professionnel qui a fait sa vie dans son truc religieux ?


    • Bien au contraire, tu te trompes ! La France a des racines hélléno-chrétiennes, déjà. Ensuite, ce que l’on nomme juif ou judeo depuis la venue du Messie n’a plus rien à voir avec le véritable judaïsme. Aujourd’hui se dire juif c’est faire un anachronisme. Les juifs attendaient le Messie, à son arrivée ceux qui l’ont reconnu sont devenus chrétiens. Ceux qui l’ont rejeté sont devenus talmudistes. Si tu l’ignores, saches que le talmudisme (le judaisme post-chrétien) s’est construit en opposition au christianisme.

      Donc non, le concept de judeo-christianisme est une escroquerie intellectuelle car les gens qui l’emploi ne font pas référence au judaïsme de la Torah mais au judaïsme talmudique.

      La Torah n’est à considérer qu’à la Lumière du Nouveau testament et non comme son égal. C’est le Nouveau Testament (christianisme) qui prime sur la Torah (véritable judaisme). Parler de judeo-christianisme c’est prétendre qu’il y a un talmudo-christiannisme... C’est grotesque !



    • Donc non, le concept de judeo-christianisme est une escroquerie intellectuelle car les gens qui l’emploi ne font pas référence au judaïsme de la Torah mais au judaïsme talmudique.




      Vous peut-être, mais moi quand j’entends "judéo-christianisme" je pense à la Bible qui raconte l’histoire du peuple juif qui a engendré le Christ, descendant de David et fils de Dieu, le lien me parait évident... Et je suis d’accord que ce qu’on n’appelle "juif" aujourd’hui n’a plus rien à voir, c’est eux les usurpateurs, tout comme il y avait également des faux juifs (hypocrites) du temps de Jésus.

      Donc plutôt d’accord avec Antoine sur la conclusion, ça dépend ce qu’on entend par là.


    • #2025724
      le 17/08/2018 par Hollywood : filtrer le moustique, avaler le chameau.
      Nouveauté Kontre Kulture : Judéo-christianisme de Claude Timmerman

      @ JC
      Sauf que la différence entre bon et mauvais juif ne date pas du moyen-âge, sinon quel est le sens de toutes les mentions des samaritains ?

      Le Samaritain est le "bon juif" dès le commencement, par opposition au judéen, terme dont l’assonance avec juif est évidente. Le terme hébreu / hébraïque est plus neutre, et peut contenir les galiléens et les samaritains.

      Et qu’est-ce qu’un Samaritain à l’époque du Christ ?
      Un Samaritain, c’est un Hébreu qui n’accepte que la première partie de l’ancien testament (fondation du monde, déluge, sortie d’Égypte), et rejette donc la seconde (celle qui a été écrite à Jérusalem : David, rois, lois, puis les pharisiens et le Sanhédrin).

      Le mauvais juif, c’est le judéen, celui de la terre de Judas, la campagne autour de Jérusalem, autre nom pour la terre du Sanhédrin et des pharisiens.
      Tout est dans le nouveau testament, il suffit de lire sans le filtre de Vatican II.


    • #2025739
      le 17/08/2018 par Hollywood : filtrer le moustique 2
      Nouveauté Kontre Kulture : Judéo-christianisme de Claude Timmerman

      Complètement d’info.
      Les Samaritains sacrifiaient sur le mont Gérézim. L’explication profane étant que le voyage à Jérusalem aurait été trop fatiguant, mais les différences doctrinales sont bien plus convaincantes.

      Wiki peut fournir beaucoup de détails sous des expressions comme "communauté samaritaine" , ou "samaritains modernes".


    • Antoine a raison si l’on entend par là que le judaïsme est la matrice du christianisme et ses exemples sont tout à fait juste. Le talmudisme c’est autre chose.
      Car entre dire ce que dit Antoine et dire comme l’auteur du livre que Yahvé est une construction de l’esprit juif, il y a un abîme.
      Pour rappel, il y a de cela deux jours nous avons fêté l’assomption de Marie, mère de Dieu et reine du Ciel. Marie qui était juive et qui a suivie la Loi jusqu’à la perfection de son accomplissement.
      Il y a continuation entre le judaïsme et le christianisme. Le christianisme est le judaïsme porté à sa perfection en quelque sorte. La révélation est progressive et le christianisme en est la fine pointe. Il fallait le judaïsme pour préparer à la venue du Christ. Et comme les docteurs et les saints l’ont dit, les juifs ont encore un rôle à jouer et leur alliance avec Dieu est toujours d’actualité, car Dieu ne rompt pas ses promesses.
      La Nouvelle Alliance ne révoque pas les alliances antérieures, mais les porte à leur accomplissement. Pour les chrétiens, la Nouvelle Alliance dans le Christ est le couronnement des promesses de salut de l’Ancienne Alliance et ne peut donc jamais être considérée comme indépendante de celle-ci.


    • Désolé, mais tout ce sabir c’est de la merde. Il y a un avant et un après Christ. Très objectivement, soit on l’accepte, soit on le rejette, mais Chrit n’aime pas les tièdes. Comment amalgamer ce dernier avec ceux qu’il a jeté hors du Temple ? Comment allier le pourfendeur de l’élection divine, à ceux qui ne jurent que par elle et pour qui il ne s’agit pas d’un point de détail ? Comment confondre le paradis terrestre avec la Jérusalem céleste, à moins d’être un jaune de mauvaise foi ? Comment confondre ceux qui appellent à reconstruire le Temple et celui qui nous à prévenu de ne pas le faire ? Comment et pourquoi cette volonté de concilier l’inconciliable ?

      Une suggestion de Satan, sans doute ?


    • @titus,@Eric, peut être que vous devriez lire le chapitre 11 de la lettre aux Romains. Saint Paul contredit manifestement vos propos.
      @france occupée, je n’ai pas compris ton argument y’en a-t-il ?
      @Julesz cela n’empêche pas à Saint-Thomas de citer le rambam comme une autorité pour interpréter la loi juive de l’ancien testament. Il reconnaît donc la légitimité du judaïsme rabbinique.
      @Le Malicieux
      Oui la kabbale chrétienne mise en évidence par Pic de la Mirandole, le rabbin Drach et René Guénon. Rejeter le judaïsme rabbinique c’est rejeter des textes très profond pour la compréhension de la doctrine chrétienne. Lire les grands rabbins est aussi éclairant pour l’Ancien Testament que de lire les Pères de l’Église pour le nouveau.
      @Samir 34
      La Michna est la compilation orale des lois de Moïse, elle existait avant le christianisme, Rabbi Gamaliel qui est cité sans cesse dans le Talmud s’est lui-même convertis au christianisme, donc non tout le Talmud n’est pas construit en opposition au christianisme. En réalité les chrétiens sont rarement cité dans le Talmud. Le Talmud et bien plus en opposition à la culture gréco-latine aux épicuriens et aux idolâtres qu’aux chrétiens.
      Si juif n’a plus rien à voir avec les Juifs du temps de Jésus alors l’église et ses Pères se trompent lorsqu’ils affirment que les Juifs reviendront au christianisme à la fin des temps.


    • @ Antoine S

      vous faites flèche de tout bois ! ;-)

      plus sérieusement, tout ceci demande reflexion ; le corpus est si vaste...

      cet échange, passionnant, indique bien toute la richesse du fait religieux. a quelque part, c’est réconfortant.


    • Voilà qui est dit et bien dit @spiritof76.
      « Une suggestion de Satan, sans doute ? »
      Parfois c’est beaucoup plus terre à terre :-)


    • @spiritof76Qu’appelez vous l’avant et l’après Christ ? L’incarnation, la résurrection, l’ascension, le retour dans la gloire ? Quand saint Pierre le trahit trois fois, objectivement il le rejette ou il l’accepte ? Quand saint Paul chasse les chrétiens, il l’accepte ou il le rejette ? Le mystère du salut n’est pas aussi binaire que vous laissez l’entendre. Christ aime les tièdes et les indécis, il en fait même des apôtres, il laisse un saint Augustin se perdre dans toutes les sectes de son temps avant de le rappeler à lui, il ouvre le paradis à un larron repentit, il aime son peuple selon la chair même si celui ci le rejette, et il le ramènera dans son église avant la fin. Vous aussi devriez lire le chapitre 11 de la lettre de saint Paul aux Romains. Cet apôtre sait mieux que vous ce que dieu pense de ce peuple.
      Le propre du diable est de diviser, pas d’unir. Reconnaître la racine qui nous porte n’est pas concilier. Nous reconnaissons la filiation qui nous unis aux orthodoxes sans jamais concilier notre Foi. C’est rendre témoignage à la vérité que de reconnaître l’arbre sur lequel on nous greffe. C’est unir le peuple de dieu selon la chair et le peuple de dieu selon la promesse.


    • Franchement, c’est beau le judéo-christianisme. Beau comme cette image du pape François à Yad Vashem. J’ai envie de chialer ! :-)



    • Vous aussi devriez lire la lettre de saint Paul aux Romains. Cet apôtre sait mieux que vous ce que =>dieu pense de ce peuple.




      Je suis mal à l’aise avec le qualificatif d’apôtre... Paul n’a jamais vu Jésus de son vivant... contrairement aux autres apôtres choisis par Jésus lui-même.




      pour Paul de Tarse le mensonge est licite :
      Et si, par mon mensonge, la vérité de Dieu éclate davantage pour sa gloire, pourquoi suis-je moi-même encore jugé comme pécheur
      Romains 3.7




      L’histoire de conversion de Paul est un scénario qui me paraît contenir des lacunes : Paul qui avance sur la route, soudain, il tombe, ensuite il affirme que Jésus lui a parlé ; pourtant les récits divergent à un point qu’on peut affirmer qu’il ne s’agit que d’une histoire fabriquée.

      Quand Paul a vu la lumière il est tombé à la terre. Ses compagnons sont ils également tombés à la terre ?
      Oui (Actes 26:14)
      Non (Actes 9:7)

      Quand Paul était sur la route à Damas il a vu une lumière et a entendu une voix. Est-ce que ceux qui étaient avec lui ont entendu la voix ?
      Oui (Acts9:7)
      Non (Acts22:9)

      Ceux qui étaient avec lui ont vu quelque ont vu quelque chose ?
      Non (Acts9:7)
      Oui ils ont vu de la lumiere(Acts22:9)

      La voix a-t-elle défini sur place les fonctions de quel Paul devaient être ?
      Oui (Actes 26:16-18)
      Non. La voix a commandé Paul d’entrer dans la ville de Damas et là il sera dit ce qu’il doit faire. (Acts9:7 ;22 : 10)




      Comment Paul déclare n’avoir jamais reçu la science de la part de l’un des apôtres du christ :
      1.11 Je vous déclare, frères, que l’Évangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme ; 1.12 car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus Christ. Galates 1.11 (sachant qu’il n’a jamais vu Jésus )




      Après sa conversion il part 3 ans en Arabie,si il retourne un court moment à Jerusalem il ne rencontre pas tous les apôtres en fréquente un, pas plus d’une semaine et demi et après être en opposition avec les apôtres vient reconnaître ses erreurs (?) face au patriarche deJerusalem Jacques le frère deJésus.
      Il pratique lui-même la circoncision sur un chrétien ethniquement juif (l’alliance ?) et négocie la consommation de viande impures des païens tant qu’ils croient en Dieu en toute conformité avec ses frères pharisiens selon les lois noachides. Once a jew always a jew:d’après Paul.
      Paul n’a jamais dit que Jésus est Dieu ! Par contre 100% lois noachides kosher !


    • @peter
      Peu importe ce que ces textes relèvent de contradictoire, saint Pierre et tous ses successeurs ont reconnus l’apostolat de Paul. Cela se passe du jugement individuel. Avec un tel raisonnement nous pourrions rejeter la Trinité sous prétexte que le terme n’est pas explicitement révélée dans les textes.


  • Cette idée de la France judeo chrétienne est la propagande la mieux réussie des sionistes de tous bords de cette république, une oeuvre d art en mensonges.


  • Vatican2 est sans aucun doute l’admission de la défaite politique de Rome la plus explicite.....


  • Il est vraiment grand temps de tordre le coup à cette idée fumeuse de "judéo-christianisme" ! Ce livre est sans doute le bienvenu.


  • Effectivement Dynovisz, ça n’a rien à voir...


  • Judeo-christianisme certes mais que pour la composante des chrétiens qui suivent l’ancien testament...ce n’est donc pas le cas des catholiques qui s’inspirent du nouveau testament.
    Les Gnostiques avaient identifié Yahwe comme le Démiurge et condamnèrent la divinité Biblique comme un monstrueux tyran qui œuvre contre l’humanité. C’était, et cela l’est encore, le message central de l’hérésie Gnostique.
    Le Dieu des religions n’a rien à voir avec la Source ou esprit en dehors de l’espace-temps. C’est de la Source que nait chaque étincelle divine ou âme en se réincarnant dans l’espace-temps. C’est l’approche spirituelle et non religieuse et manipulatrice qui permet la manifestation de l’Amour et de la Sagesse par l’Unité.


  • Le Judéo-Christianisme,

    Jésus a répondu à cette question.
    Qu’a répondu Jésus aux Pharisiens qui
    l’interrogeaient sur sa généalogie par
    rapport à David ? Comment pourrais-je
    descendre de Celui qui m’appelle
    Seigneur ? Pour un Chrétien Jésus préexiste
    aux Juifs . Le terme Judéo-chrétien n’a pas
    de sens religieux. C’est une expression politicienne .

     

  • Les personnes qui se proclament "juifs" sont, en vérité, des "juifs-talmudiques" : des personnes qui interprètent la Torah grâce au Talmud ( un livre dont on nous dit qu’il a été achevé deux siècles après Jésus-Christ mais qui, par définition, ne sera jamais achevé ).

    Or, le Talmud est incompatible avec les Évangiles.

    Donc l’expression "judéo-christianisme" est un sophisme.

    De plus, je note que seuls les chrétiens l’utilisent.

    Je vous mets au défi de trouver un cours de Rav ron Chaya faisant l’éloge du judéo-christianisme.


  • N’y a-t-il pas une filiation entre le judaïsme et le catholicisme avec la prêtrise, les robes de culte, le cérémonial (le sang et les pains) ? De même n’y a-t-il pas une filiation par le temple et l’autel ?
    Ce sont de réelles questions que je pose en y réfléchissant rapidement.
    Il me semble que nous sommes plus romano-chrétiens avec un soupçon de judéo.
    En revanche, où est l’influence de nos ancêtres celtes ?

     

    • vous avez bien raison, les codes sacramentaux catho sont hérités en bonne partie du judaïsme ;
      quant à la culture religieuse française, elle est l’ addition des "croyances" gallo-romaines christianisées .
      aussi, il ne faut jamais perdre de vue que la doctrine de Jésus est une réforme qui s’ adresse initialement au judaïsme.
      enfin, de mémoire, c’ est charles Péguy qui a inventé l’ expression "France judéo/chrétienne"...ce qui fait probablement sens dans le cadre de son oeuvre.


    • Le catholicisme n’est pas une réforme de l’ancienne alliance devenue caduque, mais son bannissement. Les nouveaux juifs enfants de Dieu sont les baptisés dans le vrai catholicisme (purgé de l’hérésie moderniste), la nouvelle Israel est la France avec les sacres des rois comme cela c’est fait nulle part ailleurs. D’où leur rage et leur haine de Pétain qui lancait la révolution nationale et consacrait la France au Sacré Coeur...


  • Rejetter le Dieu de l’ancien testament pour en faire une fabrication de l’esprit humain est une hérésie.
    Comme il est bien dit dans certains commentaires, ces positions ne sont plus très loin du gnosticisme et du marcionisme, hérésies condamnées par l’Église dès le II ème siècle après Jésus-Christ.
    Éditer "l’adversus haereses" de Saint Irénée de Lyon serait plus salutaire pour la formation doctrinale des "EetRiens".
    La position de l’Église depuis 2000 ans c’est que Yahvé est le Dieu unique qui se révèle peu à peu au peuple juif pour le faire sortir de sa barbarie et de son idolâtrie afin de le préparer à la venue du Verbe rédempteur. Ce ne sont pas les hommes qui adaptent Dieu à leur image mais c’est bien Dieu qui s’adapte aux hommes de ce temps.
    Comme un peuple enfantin et dur de cœur, Yahvé va éduquer peu à peu les juifs à devenir semblable à Sa vie intérieure. Vie trinitaire qui est Amour et Miséricorde.
    Le christianisme est une révélation progressive et l’ancien testament et l’histoire de cette éducation douloureuse et parfois sauvage qui permettra l’incarnation du Verbe.
    Le catholicisme c’est la Tradition, les Écritures et l’interprétation du Magistère. La tradition apostolique n’a jamais rejeté le Dieu de l’ancien testament et les écritures non plus. Quant au Magistère, son interprétation à toujours été claire, simple et en conformité avec les Écritures et la Tradition. C’est celle que j’ ai décrite plus haut.
    Celui qui se dit catholique n’a pas à remettre ce dogme en question. Il suffit simplement de lire les docteurs et les saints afin de comprendre pourquoi l’Église n’a jamais bougé d’un point sur ce sujet.

     

  • Je réessaye mon com n’a pas été diffusé.




    La Bible est judéo-chrétienne... Ancien et nouveau testament...

    Si un mec me met une main dans la gueule et que je vais au tribunal pour obtenir réparation, je doute qu’en bons chrétiens ils me demandent de tendre l’autre joue à mon agresseur... Je caricature je sais, mais c’est fait exprès...

    C’est plutôt la Loi du Talion qui s’applique (un peu quand même.. .:la guillotine :. ou les procédures accusatoires et tortures pour obtenir des aveux au moyen âge)... et il faudra observer comment une mesure compensatoire me permettra d’obtenir entière satisfaction.. La défense fera probablement amende honorable pour obtenir la clémence ou le pardon... Là ça parait déjà plus être en accord avec le message christique (j’exagère peut être mais ça n’est pas inutile de forcer le trait)..

    Ça me parait une bonne raison pour expliquer pourquoi le terme à largement été accepté de nos jours... ce qui fait aucun doute par contre, c’est que pour beaucoup de gens de nos jours ça semble évoquer la participation d’intellectuels juifs à travers les siècles à ce qui est aujourd’hui l’Occident... ce qui est faux dans la façon dont c’est compris...

    L’ironie je suppose est qu’une élite juive n’est pas forcément étrangère à la façon dont l’Occident moderne a été façonné ? La franc-maçonnerie... les philosophes des lumières... Il faut rendre à Juifulius César ce qui appartient à ses arts ?...

    Je suis d’accord sur l’idée d’une usurpation historique qui sert les intérêts des sionistes ça ne fait pas de doute.. Je me demande si le terme est contemporain ou ancien à quel moment il a été généralisé.. car il me paraît évident que dans les temps anciens il était hors de question de parler d’une quelquonc contribution juive.. et le christianisme était au contraire une rupture.. Peut être pas tant pour les protestants d’ailleurs ?...


  • Ce débat a autant de sens que définir un anarchiste de droite. Tout le monde sais que Yeshoua évoluait dans un milieu hébraïque et que pour appuyer sa doctrine il utilisait la thora. Pourquoi des juifs ne pourraient pas croire en la trinité ?


  • #2025738

    C’est quoi la différence entre ces 2 mots svp : Chrétiens / Catholique ?
    merci

     

    • Chrétiens c’est tous les hommes qui croient que Jésus est le Christ fils de dieu né. Catholique ce sont les chrétiens qui croient en la succession apostolique et en la primauté de saint Pierre et de ses successeurs.


    • @Antoine s.



      Chrétiens c’est tous les hommes qui croient que Jésus est le Christ fils de dieu né.




      Avez vous une raison particulière, voir théologique, pour ne pas mettre de lettre capitale à Dieu ? Le terme désigne avec une majuscule la divinité du monothéisme chrétien. Quoi qu’il en soit c’est considéré comme un nom propre, le nom « Dieu » prend alors une majuscule. Vous me paraissez très instruit alors peut être que ne pas mettre systématiquement une majuscule à une explication ?

      Etes vous juif ou Juif par hasard ? Ou peut être même les deux ? Ou peut être un chrétien judaïsant ? Bon j’ai compris dès que j’ai lu votre premier message qu’il y avait peut être là le même principe que les noms de Dieu utilisés dans le judaïsme... Par respect le nom de Dieu étant inexprimable (ineffable) le Nom de quatre lettres, YHWH, est utilisé à la place Yahweh/Yahvé... de la même façon on peut parfois lire D-ieu en français dans le texte, pour cette même raison d’ineffabilité.

      Quelque soit vos motivations, j’aimerais bien comprendre comment mettre une lettre minuscule à la place d’une majuscule, serait un signe de révérence ? Vous avez bien entendus le droit de faire ce que vous voulez, mais une langue étant le véhicule d’une expression, d’une culture et d’une pensée... n’avez vous pas peur que votre pensée soit mal comprise ?

      Je ne crois être pointilleux en vous disant que refuser la majuscule, c’est presque de Sa Majesté que vous retirez ?

      Je vous dit d’avance que parfois une mauvaise pratique nous éclaire... et je ne me retrouve pas dans cette méthodologie...

      Autant le Tétagram retranscrit YHWH en français, les quatre consonnes, tombe sous le sens, puisque dans les langues sémitiques les voyelles ne sont pas toujours retranscrites. Autant ne pas vouloir prononcer le nom ne me dérange pas trop ; malgré l’idée qu’on est censé faire ses louages et prier Son Nom....

      Mais ce qui m’a toujours surpris, c’est cette méthode que j’ai vu parfois de ne pas écrire en français Son Nom en entier... J’ai toujours pensé qu’amputer le Nom de Dieu d’une lettre n’avait pas de sens... ou était carrément douteux...

      Et là refuser une majuscule et préférer à la place une lettre minuscule, sous prétexte que Son Nom ne pouvant être épuisé, vous préfériez appliquer l’amoindrissement... me parait plutôt bizarre... Ne pas prononcer Son Nom en vain... c’est pourtant bien ce que vous semblez faire avec votre lettre minuscule ?...


    • @peter
      Catholique traditionnel qui respecte les consignes du dernier concile sur la connaissance et l’estime mutuelle de l’église et de la racine qui la porte. Nous n’avons aucune raison de ne pas prononcer le nom de dieu car il s’est lui-même rendu sensible et représentable par l’incarnation. Voyez dans cette maladresse de ma part un défaut, j’écris sur mon téléphone et je me laisse prendre par l’écriture intuitive qui ne mets pas de majuscule au mots de dieu.
      Je suis même assez d’accord avec vous.


    • Oups... navré, mais ça y ressemblait énormément au vu que vous mettez bien les majuscules et minuscules ou il faut.


    • « Nous n’avons aucune raison de ne pas prononcer le nom de dieu car il s’est lui-même rendu sensible et représentable par l’incarnation. Voyez dans cette maladresse de ma part un défaut, j’écris sur mon téléphone et je me laisse prendre par l’écriture intuitive qui ne mets pas de majuscule au mots de dieu. »
      Et de reproduire ici deux fois cette maladresse pourtant aisément corrigeable (l’écriture intuitive propose automatiquement Dieu avec une majuscule, et si ce n’était pas le cas ce serait simple à modifier). D’aucuns pourraient y voir offense délibérée et dire que, quelque part, c’est signé ! Et qui est ce « Nous » ? Écrire Dieu sans majuscule tout en parlant en votre nom à la première personne du pluriel, c’est pas mal dans le genre. À moins que vous ne parliez au nom d’un groupe d’individus ? Je précise qu’en un sens ce n’est pas une vraie interrogation de ma part et qu’elle n’est que de pure forme.
      P.S : Ne soyez pas navré @Peter, il n’y a vraiment aucune raison pour cela :-)


    • @Eric, je reste méfiant en soulignant qu’il respecte pourtant scrupuleusement les majuscules et minuscules aux bons endroits dans tous ses textes.. ce qui est donc justement surprenant vu l’importance de cette majuscule là... :-)

      Et à la fois, je suis vraiment fatigué... alors je n’accuse personne... je garde une part de naïveté noyé dans l’ombre du doute...
      Je suppose qu’il faut rendre à ses arts de la tromperie ce qui appartient à ces arts de la duperie calculée et préméditée... le reste appartient à Dieu..

      C’est sûrement là, la leçon de l’Histoire.. attribuer la responsabilité d’un acte à celui dont on sait qu’il l’a commis... parce qu’il a l’habitude de le commettre.. et malgre notre culture du doute.. toujours cet affreux constat.. Ne m’en voulez pas Eric de vouloir y échapper... à la moindre opportunité.. Plus con qu’un goy..


    • « surprenant » comme vous dites :-) Généralement c’est bien de laisser une place au doute, mais c’est comme pour tout, point trop n’en faut, sans quoi il y a le risque de tomber dans la posture ! Et j’ose espérer tout de même que le dernier post de cet enfumeur vous aura ôté vos doutes. Je dirais pour ma part goy mais pas trop ! :-)
      Enfin, je concluerais qu’il ne faut jamais baisser les bras.


  • "Judéo-chrétien" c’est l’expression utilisée quand on s’adresse aux goyim, mais entre eux bien évidemment qu’ils ne l’utilisent pas ! Ils ne se sentent en rien chrétiens, et à raison ! Il n’y a que les chrétiens crétinisés et soumis qui peuvent se sentir "judéo" !


  • Le rav Dinovitz c’est le genre d’adversaire avec lequel tu aurais plaisir de discuter autour d’un café. Il est à fond dans son délire et l’assume pleinement et sans pincette ! Pas de baratin mielleux pour amadouer le goy...
    J’ai bien aimé son cours où il explique que sur Terre il y a 7 milliard d’être humains mais qu’en réalité les vrais humains de lignée adamique sont minoritaires et que la grande difficulté c’était de reconnaître les non humains car ils étaient physiquement semblables au Adamiques...


  • Si les chrétiens sont des juifs, alors les juifs sont des chrétiens ...

    La puissance de la télé est incroyable.

    Et le culot des maitres de la télé aussi.

     

    • Tous les labradors sont des chien. Donc tous les chiens sont des labradors.


    • « Tous les labradors sont des chien. Donc tous les chiens sont des labradors. »
      Faut pas jouer au bonneteau en mélangeant attribut et prédicat, ce n’est pas ainsi qu’on fait tenir debout un syllogisme.
      Toutes les races de chiens sont des chiens
      Mais tous les chiens ne sont donc pas de même race. Ce n’est pas un syllogisme bien entendu mais, hormis le fait que le terme de race n’est pas approprié pour parler de « chapelles » religieuses, ça me paraît exprimer une idée plus en phase avec le commentaire ironique mais assez clair de @tu es gentil.


  • Et j’oubliais.. La poissonnière Morano fait une déclaration quasiment anachronique lorsqu’elle prétends que le général De Gaulle aurait dit que nous étions une civilisation judéo-chrétienne puisque je ne crois pas que l’expression était utilisée à cette époque ou alors uniquement dans un contexte d’amitié judéo-chrétienne (ce qui est bien et louable).. En réalité les propos du général aurait été : "civilisation gréco-latine et de religion chrétienne."

    Et pour faire un aparté même le discours n’est pas aussi fiable qu’on pourrait le croire... puisqu’il ne s’agit pas d’une discours publique mais d’une conversation informelle rapporté. Des propos tirés d’un ouvrage d’Alain Peyrefitte qui a été publié en 1994, plus de vingt-quatre ans après la mort du général de Gaulle. Selon la mémoire de l’auteur 35 ans plutôt, le général aurait prononcé cette phrase le 5 mars 1959, durant la guerre d’Algérie. Propos un petit peu à l’emporte pièce concernant les musulmans qui sont nécessairement en djellaba et enturbanés qui ne correspondent pas du tout à ses citations habituelles, mais encore faut-il connaître le contexte. Encore faut il admettre qu’un pays entier avec une élite musulmane occidentalisé ne pouvait toute entière devenir française et la France algérienne inversement...

    Mais revenons sur cette expression de civilisation judéo-chrétienne.. Elle n’avait par le passé aucun sens car tout le monde sait que le christianisme est issue du judaisme mais l’a rendus caduque, obsolète.

    C’est comme le Québécois pas besoin de dire qu’ils sont descendants de français, la filiation est de notoriété publique.. et ça fait un moment que les cousins d’Amérique ont leur propre Histoire... Des québéco-françois (prononcer françoué) ça vous parait pertinent ? Stating the obvious ? Nan, mêêêh allo Tel-Aviv...

    En réalité, si il a une chose bien plus centrale dans notre réalité, c’est le fait de vivre dans un monde ou l’héritage commun c’est les religions abrahamiques qui représentent la majorité des terriens. Elle est lã, la prédominance par rapport aux animistes et aux philosophies et religions d’Asie qui n’ont pasconnus d’expansion.

    En creux (ne vous faites pas d’illusion) c’est l’Islam qu’on met sur la touche en présentant le judaisme et le christianisme main dans la main, créant une seule et unique civilisation commune.... Le Choc des civilisations... le livre de l’américain Samuel Huntington (homme politique)... voilà ce qu’on vous vends de gré ou de force...


  • Non Madame Morano, le Général de Gaulle ne parlait pas de France judéo-chrétienne, il parlait d"une France de culture grecque et latine et de religion chétienne.
    Décidemment, on a vraiment la droite la plus bête du monde.
    Pour le reste, je crains qu’il ne s’agisse plutôt de judéo-crétinisme.

     

    • "France judéo-chrétienne, il parlait d"une France de culture grecque et latine et de religion chétienne. "

      Termes inexistants dans toute la Bible !! Tous ça vient des hommes (occidentaux pour la plupart) et des religions et traditions d’hommes .. pas de Dieu !
      La Bible ne se lit pas avec une pensée hellénistique ou romaine, mais avec une pensée hébraïsante, c’est comme rentrer dans un resto chinois pour y manger une choucroute !
      Vous liriez le coran avec une pensée platonicienne ?
      Jésus et les apôtres et 1er disciples étaient tous juifs, d’Israël.. pas de Rome ou de Lutèce.
      C’est pourquoi la Bible n’a jamais été compris par tout un tas de raisonnements totalement étrangers à la Bible, raisonnement et philosophie grec, trouvez moi ça dans la Bible vous.
      "Ce croyant sages, il sont devenus fous !" dit Dieu.
      Pour comprendre la Bible, il faut comprendre un chouia l’hébreu biblique, les mots racines etc. avec la sagesse de Dieu et non la sagesse des hommes.


  • Que signifie ce concept judéo-christianisme et qui l’a inventé et pourquoi ?? à ma connaissance le christianisme est la négation du judaïsme et pour les juifs Jésus est un charlatan et Marie une prostituée, alors comment 2 idéologies antagonistes peuvent-elle former un seul ensemble conceptuel ?!!...inventons alors le communo-capitalisme, peut-être qu’il sauvera la planète.


Commentaires suivants