Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nouvel effondrement des bourses chinoises

Fermeture automatique après une nouvelle baisse de 7%

Les Bourses chinoises ont fermé prématurément jeudi juste après leur ouverture, après un nouvel effondrement de plus de 7% qui a déclenché un mécanisme « disjoncteur » automatique, et après l’annonce officielle d’une baisse du yuan, la plus forte depuis août.

C’est la deuxième fois cette semaine que s’active ce mécanisme : les Bourses de Shanghai et Shenzen avaient déjà dû fermer lundi après avoir plongé. Au moment de la fermeture anticipée de jeudi, moins d’une demi-heure après le début des échanges, l’indice composite de la Bourse de Shanghai s’était effondré de 7,32%, ou 245,95 points, à 3.115,89 points. La Bourse de Shenzhen avait pour sa part plongé de 8,35%, ou 178,08 points, à 1.955,88 points.

 

Ralentissement de la croissance

Cette dégringolade intervient sur fond d’inquiétudes sur le ralentissement de la croissance dans la deuxième économie mondiale et de chute prolongée du yuan – également appelé renminbi. Les autorités ont en effet abaissé jeudi le cours de référence du yuan face au billet vert de 0,51%, à 6,5646 yuans pour un dollar, soit le taux le plus bas depuis mars 2011. C’est aussi sa plus forte baisse depuis août, selon Bloomberg News, quand Pékin avait décidé d’une dévaluation-surprise du renminbi de quasiment 5% en une semaine. Le yuan est autorisé à fluctuer face au dollar dans une marge de plus ou moins 2% de part et d’autre d’un taux de référence défini par la banque centrale chinoise (PBOC).

Il s’agit du huitième mouvement de baisse consécutif décidé par l’autorité monétaire chinoise, relançant les inquiétudes sur la devise. Un yuan plus faible rend les exportateurs chinois plus compétitifs à l’international, mais renchérit les importations du pays. « Le marché s’attend désormais à ce que le yuan se déprécie en raison du ralentissement économique » chinois, a déclaré à l’AFP Claire Huang, économiste Chine pour la Société Générale. Le chiffre attendu de la croissance chinoise pour 2015 devrait être de 6,9%, son niveau le plus bas depuis un quart de siècle, selon la PBOC.

 

Un effondrement en 1 minute

Dans une tentative pour rassurer les investisseurs, la Commission de régulation des marchés financiers (CSRC) a annoncé jeudi la prolongation de restrictions de ventes par les actionnaires possédant plus de 5% dans une entreprise cotée. Ces actionnaires, qui depuis la spectaculaire débâcle de l’été 2015 avaient interdiction de vendre, seront cependant autorisés désormais à vendre 1% de l’entreprise tous les trois mois. Le mécanisme « disjoncteur », entré en vigueur lundi, a lui pour objectif d’enrayer la volatilité des cours et d’éviter que ne se répète l’effondrement estival.

Les Bourses de Shanghai et Shenzhen avaient déjà dû fermer prématurément lundi après l’activation de ce système, basé sur l’indice CSI300, incluant les poids lourds du marché, dont les géants pétroliers et bancaires du secteur étatique cotés sur les deux places boursières. Si l’indice perd 5%, les marchés sont suspendus durant 15 minutes. Mais lorsque les échanges ont repris jeudi après leur interruption d’un quart d’heure, il n’a fallu qu’une minute pour atteindre la barre des -7%, qui déclenche un arrêt des cotations pour la journée. Au total, les marchés sont restés ouverts durant moins de 15 minutes jeudi.

 

« Les investisseurs ont paniqué »

« L’utilisation du mécanisme disjoncteur est la raison principale de ces chutes car les investisseurs ont paniqué après avoir vu son déclenchement lundi », a déclaré jeudi à l’AFP Chen Xingyu, analyste chez Phillip Securities. « Le mécanisme disjoncteur a coupé l’accès au marché des liquidités et les investisseurs ont peur de ne pas pouvoir vendre », a-t-il ajouté.

La Bourse de Shanghai avait plongé lundi de 6,86% avant sa fermeture, après la publication d’indicateurs montrant une nouvelle contraction de l’activité manufacturière en décembre en Chine. L’indice composite shanghaïen avait perdu 0,26% mardi, puis repris plus de 2% mercredi. « Le rebond enregistré hier (mercredi) semble être un travail d’équipe nationale », a souligné M. Chen, faisant allusion au fait que des organismes publics auraient acheté des titres pour le compte du gouvernement, dépensant des centaines de milliards de dollars en actions durant les derniers mois. « Mais c’était seulement une rustine pour le court terme, le gouvernement ne peut acheter des actions à chaque baisse similaire et cela n’est pas bon pour la santé du marché lui-même. »

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1363718

    Ma foi, une bourse qui ferme en 30 minutes à cause d’une panique des actionnaires... Je suis curieux de voir la conséquence sur celle de Paris si ce mini-krach se transforme en krach mondial.

     

    • #1365027

      Est-ce que ce ne serait pas une "désoccidentalisation" à la Poutine ?
      On sait que la dépréciation du Rouble a désoccidentalisé la Russie....
      rachetant ainsi les entreprises stratégiques (longtemps sous capitaux occidentaux) à peu de frais pour en devenir entièrement souveraine.
      Aucun pays ne pouvant chasser des investisseurs étrangers....
      le meilleur moyen c’est de les faire fuir par des effondrements boursiers.
      En somme... taper là où ça fait très mal.
      Certes, ça entraine une certaine gêne économique d’utiliser ce levier...
      mais en attendant vous devenez progressivement souverain de votre économie.


  • #1363741
    le 07/01/2016 par J. Blanchard
    Nouvel effondrement des bourses chinoises

    On va peut-être enfin commencer à arrêter de nous seriner du côté de la dissidence que la Chine est un concurrent et une puissance sérieuse et rigoureuse.

    La Chine n’est qu’une métastase des USA, qui n’a rien créé ni inventé depuis bien longtemps, et qui a voulu jouer avec les armes de l’ennemi sans comprendre que faire ça c’est déjà avoir perdu. Ses dirigeants sont des clowns avec encore moins de contact avec la réalité que les français, c’est dire. Sérieusement, qui peut croire que fermer une place financière va rétablir la confiance.

    Ce pays ne s’en remettra pas parce que sa population n’acceptera pas de freiner dans ce délire auto-destructeur (vous avez vu qui sont les "traders" ? Vous avez vu c’est quoi les sociétés cotées ?), que son environnement est foutu à jamais et la démographie est une bombe à retardement.

     

    • #1363836

      On va bientôt récupérer des “migrants” chinois ou peut-être que nous migrerons avant eux ?


    • #1364655

      Ca se voit que vous n’êtes pas au courant de la totalité de la dissidence ;

      Olivier Delamarche, même si il n’a pas raison sur tout, se tue la voix depuis longtemps sur Bfm business et autres interventions web à propos du potentiel surévalué du modèle économique chinois.


    • #1364877
      le 08/01/2016 par J. Blanchard
      Nouvel effondrement des bourses chinoises

      Y’a bel et bien que Olivier Delamarche qui rale, mais c’est Olivier Delamarche : sur quoi ne rale t-il pas.

      Et encore, il ne parle que de l’économique, alors qu’il y aurait tant à dire sur le sociétal et le social tellement en avance sur les plans du NWO niveau mise en esclavage, uniformisation et décadence que c’est maintenant les oligarques occidentaux qui essayent de s’inspirer.

      Ca je vois personne le dire dans la dissidence, je vois juste qu’en général on se contente de foutre tout le bloc des BRICS en position héros résistant parce qu’il fallait bien quelqu’un pour prendre cette place.


  • #1363801

    C’est probablement une bulle spéculative qui éclate, rien qu’une "correction" sévère de cours de Bourse bien trop élevés . Les Chinois doivent pouvoir acheter des actions à crédit, ce qui créé automatiquement une "bulle", comme en 1929 .

     

  • #1364502
    le 07/01/2016 par Le capitalisme, c’est la vie
    Nouvel effondrement des bourses chinoises

    Quand le cours monte, on laisse faire. Mais quand il descend trop, on éteint tout.

    Si c’est pas du foutage de gueule intégral, ça.

    Vers la croissance infinie et au-delà !!!!!!!!!!

     

    • #1365310

      Des gens qui pensent qu’éteindre l’ordinateur stop la course du réel.
      Les memes qui pensent qu’il suffit d’écrire " tout va bien " dans un cahier d’économie pour que cela s’applique dans le vrai monde.

      Des fous , en somme.