Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Olivier Berruyer sur BFM Business

Partie 1 : Le pacte de stabilité du gouvernement Valls

 

Partie 2 : Les élections européennes et les nouvelles autorités à Kiev

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #799309
    le 27/04/2014 par Pat
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    "Le réalisme c’est [plutôt] formuler la réalité qu’on s’efforce de faire advenir" H.Weber, voir sa bio sur Wiki ... Heureusement Berruyer l’a crucifié en long et en travers à partir de 11:55, merci Olivier ... merci ... ca soulage un peu, même si l’autre continu de mentir mais ça on a compris que ca ne changera jamais.

     

    • #799547
      le 27/04/2014 par arkhamian
      Olivier Berruyer sur BFM Business

      Haha complètement d’accord il l’a déboité ce charlatan. Pfff mais c’est quand même hallucinant que des mecs pareils soient députés... "experts" ! C’est totalement déprimant, ubuesque : on voit bien dans une telle émission qui est au manettes et fait n’importe quoi depuis de lustres, sur des postes quasi garantis à vie, compensant ignorance du terrain et cuisine d’alchimiste par une assurance et des formules ronflantes d’apothicaires. En face, des types brillants qui s’escriment à raisonner et à survivre (médiatiquement c’est pas gagné pour Berruyer s’il continue comme ça) tout en subissant le bordel mis par cette première catégorie, et totalement impuissants en fait.


  • #799385
    le 27/04/2014 par fred
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    La question qui se pose c’est : pourquoi y-a-il eu des dévaluations compétitives ? Je pense qu’il faut s’intéresser à la privatisation de la banque centrale européenne. Je suppose que si la France en est arrivée à dévaluer compétitivement, c’est parce que la banque de France a été privatisée en 1973, et j’imagine que les dévaluations avant la privatisation de la banque de France posaient moins de problème qu’après. Car ce qui a dû pousser les pays à la dévaluation, c’est très probablement la logique de la dette dans laquelle ils sont entrés en acceptant de se séparer du droit de créer leurs propres monnaies. Bref, tout cela ne fait que confirmer qu’il faut reprendre notre monnaie nationale.

     

    • #799616
      le 27/04/2014 par dreamer
      Olivier Berruyer sur BFM Business

      La banque de France n’a jamais été "privatisée" ; elle a été nationalisée en 45 et son capital appartient toujurs à 100% à l’Etat (vous trouverez le montant du capital social dans le code monétaire et financier). Idem pour la BCE dont les capitaux propres appartiennent à toutes les autres banques centrales de la zone.


  • #799588
    le 27/04/2014 par gloopy
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Olivier Berruyer est quelqu’un qu’il faut féliciter pour son travail énorme d’analyse et de critique, et pas seulement d’un point de vue économique. Son travail de ré-information sur l’Ukraine est parmi les plus aboutis.

    Solidarité dans l’honnêteté intellectuelle.

     

    • #800223
      le 28/04/2014 par les-affamés
      Olivier Berruyer sur BFM Business

      oui, mais il parle quand même comme tout le monde des "extrémistes" qui mettraient la France par terre !


  • #799617
    le 27/04/2014 par Sébio
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Il vraiment tranchant se Olivier Berruyer...il l’a carrément atomiser le coco Weber


  • #799622
    le 27/04/2014 par toto
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    La dévaluation c’est l’arme historique des industriels Français (tendance Comité des Forges) pour combler le différentiel de compétitivité "France vs Allemagne" sur le dos des ménages. Ca a fonctionné pendant les trente glorieuses car la croissance forte (du en grande partie au rattrapage économique) et les matières premières "pas chères" (fin du colonialisme) permettaient de compenser largement la perte de pouvoir d’achat. Ca n’a plus fonctionné à partir des années 70 car la croissance est devenue faible et les prix des mp dont le pétrole ont sensiblement augmenté. D’où la stagflation qui a suivie les deux chocs pétroliers, phénomène alors inconnu des é-con-omistes. Retrouver notre souveraineté monétaire est probablement une bonne chose sur le plan symbolique mais il ne faut s’illusionner sur les marges de manoeuvre. La France c’est 1% de la population mondiale, 3% du PIB mondial, nous sommes en D2 et avons une wild-card (temporaire) pour jouer en D1. Les efforts à réaliser sont d’ordre organisationnels, il y a en particulier beaucoup de rentes à supprimer dans ce pays pour retrouver de la compétitivité, la vrai, celle qui dépend du travail et de l’intelligence des hommes (de tous les hommes) et non celle temporaire et illusoire liée à une n-ème dévaluation.

     

    • #800417
      le 28/04/2014 par humblement
      Olivier Berruyer sur BFM Business

      Faut-il peut-être arrêter de vouloir être en compétition permanente avec le reste du monde. Mettre les employés du monde entier ( ainsi que les entreprises d’ailleurs) en compétition les uns contre les autres ne produira jamais que des esclaves asservis à la rentabilité dont les fruits sont dédiés à une population infinitésimale. Avant de parler monnaie, sortons du triptyque létale libre circulation des biens, des capitaux et des personnes pour protéger nos productions, nos entreprises, nos savoirs faire et en dernière instances nos emplois. Pour une production à échelle locale source d’une qualité de vie qu’une compétition sans règle ne pourra jamais nous faire entrevoir.
      De toutes les façons, même s’il on voulait jouer le jeu de la concurrence, les dés sont pipés. Et ceux qui disent prôner le libéralisme se gardent bien de signaler que nous l’avons quitté depuis longtemps. Dans le libéralisme il y avait des règles. Aujourd’hui c’est l’ère du néolibéralisme, l’ère de l’enculage des 99% de la population. Ce n’est pas moi qu’il le dit, c’est Olivier Berruyer dans l’un de ses ouvrages :
      "La vraie concurrence libre et non faussée, c’est bien celle qui remet tous les acteurs sur un pied d’égalité !
      Le bon sens indique pourtant qu’il semble illusoire d’attendre du salarié français qu’il soit "compétitif" face à un ouvrier roumain gagnant 300 euros par mois, à un salarié polonais dont l’entreprise fait des économies en rejetant du mercure et du souffre, à un salarié anglais dont la monnaie vient d’être dépréciée de 30% - sans même parler d’un employé vietnamien ou chinois pour qui la notion de protection sociale reste un simple concept théorique. Or, tout ceci constitue bien une "concurrence libre et très faussée", au sens le plus libéral du terme..."
      Bien amicalement.


    • #800477
      le 28/04/2014 par francky
      Olivier Berruyer sur BFM Business

      Pas seulement sur le plan symbolique mais sur le plan tout ce qu il y a de realiste egalement, en particulier en permettant de nouveau à la banque de France de battre monaie...


  • #799660
    le 27/04/2014 par marlon branleux
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Des néo-nazis qui risquent de nous mettre dans une position de guerre avec la Russie et de concurrencer nos travailleurs avec des salaires de 100 € (au mieux) : c’est un sujet "pas sérieux". Les seules choses à craindre sont les eurosceptiques & les fluctuations (entendez régulation/dérégulation monétaires). Il faut être socialiste pour être autant de mauvaise foi.


  • #799754
    le 27/04/2014 par david
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    En bref, en France, on a mangé notre pain blanc.

    La début de réponse de Max Weber est magistrale :
    mon interlocuteur néanmoins amis quand même ...

    Relance
    J’aimerais ma réponse pour le concurrent Ukrainien à 100 euros par mois ?
    (Max Weber genre je suis pas concerné ou c’est pas moi qui est dumpé et votez pas FN bande de franco-français)
    On est proche de la guerre la.
    (Max Weber genre je suis pas concerné ou c’est pas moi qui fera le pioupiou)

    Puis faut arrêter avec l’excédent de la Tchéquie ça doit être l’hinterland allemand qui livre des pièces pour BMW à la maison mère en Allemagne.

    Par contre mon ami Weber c’est enregistré :)
    "ça doit être la politique qui commande à l’économie"


  • #799770
    le 27/04/2014 par Markovitch
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Olivier Berruyer est un type sympa et intelligent qui se démène sur son Blog et avec son association pour empêcher l’effondrement économique et social.

    C’est pour ça que je ne pourrai jamais le détester (sauf colère ponctuelle) LOL

    Mais ce qui nous sépare et empêche que l’on devienne ami c’est qu’il est profondément athée et que je suis profondément croyant (voir le livre de l’Abbé Zins "L’Antéchrist et le temps de la fin du monde, d’après les Pères et Docteurs de l’Eglise" chez DFT en vente chez Chiré et dans les bonnes librairies).

    Il ne voit pas (et c’est normal) le sens chrétien de l’histoire et dans quelle période nous sommes, celle de la fin du monde et du retour du Christ-Juge sur les nuées dans un temps non déterminé mais pas si lointain.
    Pour cela 3 conditions :
    1/ Que l’Evangile ait été annoncé de par le monde, ça s’est fait dans les tous premiers siècles + les terres nouvelles avec les "colonies" jusqu’au tout début du XXème siècle.

    2/ Qu’advienne la grande Apostasie : c’est fait avec le conciliabule de Vatican II et même la FSSPX n’est pas claire puisqu’elle ne reconnaît toujours l’infaillibilité pontificale de Vatican I ce qui l’a fait reconnaître un "Pape" (antipape en vérité) hérétique mais tout de même Pape et comme hérétique on peut le contester ... si vous n’avez pas compris c’est normal, tellement ils sont tordus ! Donc il ne restera qu’une toute petite poignée de vrais catholiques comme au temps de Noé il en est resté 9 pour construire l’Arche et sauver l’humanité.

    3/ La logique de tout cela c’est le règne de 42 mois de l’homme de perdition, l’Antéchrist d’origine juive. ça vous savez l’essentiel sur ce site.
    Puis après une courte période le feu sur la terre pour tout purifier certes fois non par l’eau mais par le feu et le second avènement du Christ-Juge sur les nuées.

    Quel rapport avec Olivier Berruyer ? La vision de l’histoire !
    Olivier a une vision purement politico-économiciste de l’histoire, donc comme on est au bord de l’effondrement économique il dépense toute son énergie à trouver des solutions économiques et politiques (les choses sont liées) pour nous faire échapper au pire.

    Deux visions de l’histoire et deux solutions : une purement humaine mais qui jusqu’ici n’aboutit pas (c’est normal il ne peut y avoir une solution purement humaine) et une vision surnaturelle des choses qui permet de se mettre en conformité avec la loi divine pour assurer notre salut au Ciel !!!

     

    • #800492
      le 28/04/2014 par francky
      Olivier Berruyer sur BFM Business

      Là je crois que tu dois avoir 2 fils qui se touchent mais seulement par intermittence et c’est sans aucune méchanceté que je le dis... Après tout chez E/R il y a des "super" croyants (tu en fait partis) et des "super" athées (j’en fais partie) mais l’essentiel est qu’on est tous deux compris qui étaient nos vrais ennemis...
      Aux européènnes on votera de façon -non pas identique- mais proche (FN/UPR)...


    • #800592
      le 28/04/2014 par humblement
      Olivier Berruyer sur BFM Business

      Si je comprends bien, il nous faut attendre puis souffrir avant de voir la lumière. Bien des détours obscurs pour un Dieu qui veut faire le bien. Et bien des gesticulations inutiles pour la "dissidence" si tout cela est écrit !
      Je dis tout cela avec tout mon respect pour les croyants d’un Dieu humanocentré et pour les autres.


    • #801876
      le 29/04/2014 par Bill Murray
      Olivier Berruyer sur BFM Business

      Moi la seule croyance qui m’intéresse dans le contexte du sauvetage de mon pays, c’est la croyance en la France.
      Toute personne qui croit en la France et veut la sauver de la destruction est la bienvenue.


  • #799800
    le 27/04/2014 par Bruno
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Weber, toute la caricature du politique contemporain, quelle tristesse, qu’avons nous fait pour en arriver là, que nos fautes doivent être lourdes... A part me donner la nausée, j’ai quand même vu un point positif : c’est à lui tout seul un tue europe comme une haleine de chacal est un tue l’amour. Je ne comprends pas comment il reste encore des gens pour accorder le moindre crédit à cette masse informe de mensonges et d’arrogance.


  • #799820
    le 27/04/2014 par LEPAGE
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Weber enfume parfaitement, les scandinaves ne sont pas dans l’euro,
    en bref pour repartir il faut devenir un pays pauvre.
    la Seita ferme son usine de Nantes pour la faire en Pologne
    avec l’Ukraine, le Weber se révèle tel qu’il est. un nervis du système. ouvrir la frontière européenne à ce pays torpillera encore plus notre économie
    il n’y a plus de guerre des monnaies il y a celle de l’emploi


  • #799881
    le 28/04/2014 par H.Gallo
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Quel crétin ce Jean-Pierre Petit, mentir effrontément de la sorte sur des sondages facilement vérifiables... La plupart des gens sont pour la sortie de l’euro, ça a été démontré en long en large et en travers.
    De plus si on faisait un sondages ne prenant en compte que les personnes avec des connaissances sérieuses (pas spécialement professionnelles) en économie, on se rends vite compte qu’à par les institutionneux plus de 90% des gens seraient pour une sortie.

    Faut se réveiller camarade, cessez le badinage.


  • #799900
    le 28/04/2014 par Reznor
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Sur la partie 2 à partir de 15:10 ( https://www.youtube.com/watch?v=_Vb... ) il y a un discours vraiment très intéressant sur l’Ukraine. Écoutez vraiment bien ce que Henri Weber dit ( député européen, PS )

    vers 20:00 environ et la guerre des changes, lui entendre dire que la BCe doit acheter des obligations d’entreprises.... avec de l’argent public... financer le privé avec le public ! Mais pourquoi pas financer les États directement ? Il réppond clairement ; sans broncher, que la Banque Centrale Européenne ne peut pas acheter de bons nationaux car c’est interdit par l’Europe ! Preuve, presque ingénue, que l’Europe est tournée vers les entreprises !
    Or, il est Européiste, convaincu ! Et membre du Parti Socialiste ? Mais depuis quand le socialisme peut encourager le fait de privilégier le Capital plutôt que l’État ?

    Tout ça dit par un homme marié à une fille de la famille Servan-Schreiber, le fondateur du journal économique "Les Echos". On peut penser qu’il est un peu calé dans le domaine, et on peut aussi dire qu’il assume son capitalisme sans sourciller. Socialiste.

    Je trouve ça saisissant. Ils ne s’en cachent même pas.


  • #800117
    le 28/04/2014 par deg
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Emission normalement totalement dédiée à l’analyse économique (c.a.d le résultat CONCRET de ce que fait le pouvoir) polluée par la présence d’un suceur de micro en campagne électorale qui est venu postillonner son catéchisme (le même depuis 35 ans avec le résultat qu’on sait...) ça vit sur le marasme, ça vampirise sur l’impôt, et périodiquement ça doit faire semblant de demander la permission de continuer et demander un nouveau chèque en blanc pour pouvoir continuer à transpirer des contraintes et des discours. 75 questions et 75 réponses... !? Une question, une seule : vous dégagez quand bande de losers ?


  • #800883
    le 28/04/2014 par vavatar
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    C’est en voyant des ploutocrates type Henri Weber (dont je ne comprend rien du fait de sa maîtrise inégalée de la langue de bois) qu’on devient eurosceptique. Voila comme ca en 20 minutes et en regardant BFM !!!! bravo à l’acharnement d’Olivier Berruyer, beaucoup se couchent généralement....


  • #801093
    le 29/04/2014 par toto
    Olivier Berruyer sur BFM Business

    Pour info :



    En avril, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle passée baisse de 3 points, après deux mois de hausse. Celle sur leur situation financière personnelle future chute de 11 points, atteignant son plus bas niveau depuis décembre 2011. C’est la plus forte baisse de ce solde depuis mai 1993.



    En avril 2014, la confiance des ménages diminue (-3 points)

    A peine nommé, Valls est déjà cuit.


Afficher les commentaires suivants