Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Olivier Delamarche : ’’Des chiffres qui se dégradent de plus en plus !’’

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • à 4min10" On essaie de vous balader, on essaye de vous montrer une direction qui est pas la bonne ....." Décidément en économie comme en gestion du terrorisme , ils ont la même façon de procéder , c’est leur marque de fabrique détourner les regards de la bonne direction et nous faire vivre dans les illusions ou la fiction dans tous les domaines de la vie .


  • Dans ma boîte depuis un petit moment, on vient nous vendre de la positive attitude alors qu’en parallèle on invite un économiste venir nous dire qu’il va falloir se serrer la ceinture et qu’il est normal de transférer nos technologies sinon on ne vendrait rien...

    Au passage, notre savoir-faire est peut-être notre seul atout concurrentiel dans la mondialisation et on le donne à nos concurrents directs.
    Dans pas longtemps, les ouvriers à col blanc (c’est-à-dire les classes moyennes) vont se retrouver à la rue.
    Ou seront obligés d’accepter d’aller bosser en Roumanie ou en Pologne.

    Mais quand les vrais gens posent de vraies questions, on leur répond : "Je ne comprends pas", "Votre question est étonnante" etc... On voit un réel décalage entre ceux qui assurent le "principe de réalité" et ceux qui restent dans leur fantasme auto-entretenu grâce à la gestion par la communication.

    Et ce n’est pas le petit monde consanguin politico-médiatique, c’est le monde de l’entreprise, sensé avoir plus les pieds sur terre.

     

    • >Mais quand les vrais gens posent de vraies questions, on leur répond : "Je ne comprends pas"

      Ils comprennent très bien, mais la stratégie de ceux qui vous livrent ces réponse en est une d’"après moi le déluge". Ils tentent d’en profiter et espèrent s’en tirer personnellement, tout en sachant que cette stratégie industrielle ne va pas durer et qu’elle est globalement ruineuse.

      On voit la même logique à l’oeuvre chez les traders et les politiciens qui savent qu’ils ne seront pas réélus.


  • j’y comprends rien ...ces histoire de que2 (?) ou je ne sais trop quoi
    je pense à ces populations indigènes de paysans que ces gens cravatés les experts viennent trouver pour les inciter à vendre leur terre en les éblouissant de beaux discours avec graphiques et leur promettre monts et merveille... les abstractions tuent la vie vous me direz je suis bête

     

    • Q.E. = Quantitative Easing = augmentation "artificielle" de la masse monétaire = planche à billets


    • QE veut dire Quantitative Easing.
      Ça veut dire faire tourner la planche à billets, inonder le marché de billets de Monopoly (pour des sommes astronomiques) fraîchement imprimés qui ne correspondent à aucune création de valeur réelle, c’est-à-dire sans "croissance".

      QE3 veut dire que ce sera la troisième fois que Bernanke (la Fed) inondera le marché d’argent Monopoly, ce qui aura pour effet de faire exploser les prix sur... à peu près tout, mais on s’en fout puisque ça permettra aux gens de consommer et de "relancer la machine".

      En gros, les traders sont contents parce qu’à défaut de croissance (c’est-à-dire de gens qui bossent et de création réelle de valeur ajoutée), le marché est inondé de torche-culs.


    • De ce que j’ai compris de la question, voici comment fonctionne le Quantitative Easing :
      Depuis la seconde guerre mondiale, les USA émettent des quantités importantes de bons du trésor US qui sont achetés comme monnaie de réserve par d’autres états et des institutions bancaires. Cette monnaie de réserve permet d’acheter des matières premières cotées en dollar comme le pétrole, or depuis le cataclysme financier de 2008 plus personne n’a confiance dans le dollar, dans les USA, et tout le monde a bien compris que la valeur effective n’a pas grand chose à voir avec la valeur faciale, que tout ça est virtuel.

      En 2008 La Chine et le Japon avaient des réserves de l’ordre de 90-95% libellées en dollars, aujourd’hui la Chine en a ... j’ai entendu 53% la semaine dernière et je sais que le Japon qui était lui aussi captif du dollar s’en débarrasse à la vitesse grand V. Comme les monnaies sont convertibles entre elles et que les USA ne souhaitent pas que la valeur du dollar s’effondre, ce qui provoquerait un effondrement complet du système du commerce mondialisé, l’évaporation instantanée de l’ensemble de la valeur des USA, mais aussi des réserves de change de tous les pays qui en ont, c’est à dire tous ... ils ont trouvé une astuce : Le Quantative Easing.

      Lorsque les Chinois, les Japonais ou n’importe qui vend ses bons du trésor US, la FED les rachète tout en ne les considérant pas réalisés, mais en simulant le fait qu’ils "restent sur le marché". Comme s’il existait une demande pour ces bons alors que ce sont les émetteurs qui les rachètent. Ainsi, le gouvernement US peut continuer de demander à le FED d’émettre des bons du trésor pour financer sa dette, la FED les émet, crédite leur valeur sur les comptes du gouvernement et les met dans ses coffres, considérant qu’ils ont été vendus à un acheteur solvable.


  • Faut absolument que les gens se renseignent en matière d’économie.
    C’est là dessus que repose tout le système d’actions concrètes et pourtant personne (ou du moins les plus touchés par l’économie ambiante) ne sait comment ça marche.
    Des interventions cruciales comme celle-ci ne sont pas comprises, (on le voit même dans les commentaires ici, alors que pourtant, les gens qui visitent E&R font généralement partie de la branche éclairée de la population) alors c’est sûr, il n’y a aucune réaction.

    Pour tenter de donner une voie d’explication de ce qui est dit ici, les QE (abréviation d’un truc en anglais) c’est en français les assouplissements quantitatifs (de la masse monétaire). C’est le terme nouveau pour remplacer "planche à billet".
    Ce sont des mesures qui permettent d’augmenter la masse monétaire pour, théoriquement, encourager la croissance en augmentant la marge de crédit. D’où l’allusion à l’inflation, puisque lorsqu’on augmente la masse monétaire, logiquement elle perd de la valeur. Et une monnaie qui perd de la valeur sa s’appelle l’inflation.
    Delamarche, en analyste, explique que ces mesures sont complètement vaines. On constate qu’on en est au QE3 c’est à dire qu’il y en a déjà eu avant. On recommence pareil en nous revendant comme d’hab que sa relancera la croissance. Delamarche dit que c’est du bidon. C’est "bullshit" comme il dit.
    Traduction pour l’individu lambda de ce monde : c’est la merde.


  • Il est possible d’augmenter la masse monétaire sans que ça soit générateur d’inflation. Il suffit :
    (1) D’augmenter le périmètre d’utilisation de cette monnaie au détriment d’autres monnaies concurrentes
    (2) D’augmenter le "collatéral" de la masse monétaire
    C’est précisément ce que font les US à travers les "guerres justes" qu’ils mènent à travers le vaste monde. Ces guerres ont pour objectif :
    (1) D’étendre le monopole du dollar sur le commerce des matières premières
    (2) De s’assurer le contrôle des réserves de pétroles dans le monde
    En supprimant la convertibilité du dollar en or, les US n’ont pas créé une "fiat money" mais ont pris acte du fait que la matière première de référence n’était plus l’or mais le pétrole : "l’étalon-or est une relique barbare" (Keynes).
    A ce titre, l’offensive actuelle des américains dans notre ex- pré-carré africain devrait à terme sonner le glas du Franc CFA au bénéfice d’une monnaie convertible en... dollar.

     

    • courte mais bonne approche du problème dollar....

      C’est un moyen pour l’empire d’exporter à bon compte son énorme endettement et cela depuis 1971 quand Nixon a supprimé la convertibilité des dollar en or physique. C’est aussi un moyen de financer la 1° armée du monde (50% à elle seule des investissements ) qui elle même impose sa présence là où les USA estiment que les intérêts de la nation sont menacés.

      A travers le dollar nous versons à l’empire (et a son armée) notre tribut de nations soumises......Et il n’est donc pas étonnant de constater de plus en plus que derrière leur façade "démocratique" on trouve le pouvoir de la F.E.D. (par extension les banques, Wall street...) et celui de l’armée.


  • Certains d’entre vous auraient-ils des sites,articles ou autres à me conseiller pour avoir quelques " leçons, cours ou explication " d’économie ! merci à vous


  • En sommet à New Delhi, les cinq pays émergents discutent d’une banque commune :
    http://www.boursorama.com/actualite...

    Le but est clairement de s’affranchir du dollar dans les échanges commerciaux au sein des BRICS :



    La Chine est convaincue que les pays des BRICS devraient accepter l’ouverture mutuelle de leur secteur bancaire et l’utilisation de leurs propres monnaies dans les échanges intra-BRICS




    http://www.rediff.com/business/repo...

    Face à cette menace, les USA envoient leurs larbins Européens faire le sale boulo de dénigrement :
    BRICs = Bloody Ridiculous Investment Concepts
    http://articles.businessinsider.com...



    Le terme "BRIC" - inventé par Jim O’Neill de Goldman Sachs il y a 10 ans pour désigner le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine - devrait en réalité signifier "Bloody Ridiculous Investment Concept", écrit Albert Edwards, stratégiste à la Société Générale, dans une note publiée ce matin.



    La monnaie est notre monnaie et votre problème disait John Connaly, secrétaire au trésor des États-Unis, en 1971 ! Il se pourrait que le dollar devienne rapidement leur plus gros problème si les BRICS (et d’autres) décidaient de s’en affranchir...