Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Olivier Delamarche : "On a imprimé 1 000 milliards de dollars en 2013"

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Dans ses réflexions intéressantes Mr. Delamarche oubli de nous dire pourquoi la création de monnaie est devenue inutile et ne relance plus l’économie réel ( il peut pleuvoir pendant des siècles si l’eau n’arrive aux racine, les arbres ne pousseront jamais.)


  • Il est faux qu’imprimer des billets n’ait pas d’effet sur l’économie, ça a de gros effets. Ça renforce la position économique de ceux qui ont la machine et ça affaiblit ceux qui en sont éloignés.

     

    • Complètement d’accord.

      C’est la raison pour laquelle, ils ne sauveront probablement pas les régimes de retraites des fonctionnaires municipaux actuellement en faillite aux US. Ils "impriment" pour sauver les apparences (le Dow Jones et l’"American Dream") et les happy-few du système (le gouvernement federal, les banques et le complexe militaro-industriel) mais ils n’iront pas plus loin. La monétisation permet effectivement de spolier (par l’inflation) ceux qui sont loin de la planche à billet par ceux qui en sont proches. Mais cette spoliation n’est pas neutre, elle aura des conséquences économiques, sociales et très certainement politiques.


    • C’est sûr ! Facile de créer de l’argent que l’on ne possède pas à la base.. Il y a bien plus de monnaie que de valeurs réelle des marchandises sur terre.. tous les chiffres sont truqués, pas étonnant que ça parte en vrille à un moment donné.. Voilà ce qui se passe quand une bande de mafieux magouillent à la tête des plus grandes banques, et qu’un réseau complice s’articule à chaque niveau ... Les mecs ils te sortent des billets comme des rouleaux de PQ


  • Mais non, on à pas imprimé 1 000 milliards de dollars en 2013
    On a imprimé 1 000 milliards de dollars en 7 mois .... nuance .... il reste encore 5 mois de photocopies .... tout vas bien


  • "Pour compenser les pertes du budget, le Fidesz a accru la fiscalité de crise sur les grosses multinationales et notamment sur le secteur bancaire, le secteur des télécommunications, le secteur énergétique et la grande distribution. Le secteur bancaire en Hongrie, qui est aux mains des grandes banques internationales, est l’un des plus lourdement imposés en Europe. En dépit des cris d’alarme lancés par la gauche hongroise et européenne, la fuite des investisseurs n’a pas eu lieu après ces mesures de crise. Le constructeur automobile allemand Mercedes-Benz y a même inauguré une nouvelle usine l’année dernière, sa première nouvelle usine depuis 15 ans. La Hongrie se finance aujourd’hui seule sur les marchés et peut donc se payer le luxe de remercier le FMI et de lui faire savoir que son bureau de Budapest n’a plus lieu d’être." (cf : la Hongrie dit adieu au encul...heu FMI) Qu’en pense O.Delamarche et tous les boursicotteurs qui vivent comme des tics sur le dos des états grace au bourse ? Lui qui nous répète qu’il faudra raquer, payer, rembourser les dettes(illégales), cracher le dernier centimes.........oui, que nous n’avons pas le choix ! Mords de rire..

     

    • Olivier Delamarche n’est pas un "boursicoteur" puisqu’il a répété plusieurs fois avoir quitté le marché actions depuis plus de cinq ans.
      Faudrait voir à ne pas tomber trop souvent dans la caricature d’extrême-gauche...


    • Bonjour Tito, la bourse reste la bourse..que l’argent soit déposé sur 3, 5 , 10ans.., la belle affaire ! Oui, mais il est placé dans l’économie réelle vous me direz. Cette économie réelle qui délocalise a tire le nigot pour justement le faire fructifié cette argent..et qui décide lors des conseils d’administration..le pape. Vive le chomdu et les pays à bas coup et coup bas. Je l’ai entendu dire qu’il fallait controler les marchés donc un peu les moraliser, je suis daccord. Ha oui, il faut arreter aussi de classifier les gens lorsqu’ils disent tel ou tel chose et émettre des jugements...moi, d’extreme gauche, qué poilade et pourquoi pas antissémite aussi.....quand même. Bonne journée citoyen


  • bonjour...ma photocopieuse m’écrit un message d’erreur quand je veus scanner un bifton de 50€ pour le copier !? Si quelqu’un connait la passerelle, merci...


  • De la poudre au yeux comme d’habitude.
    J’aimerai bien voir la réponse de tous les invités de "BFM Business" face aux propos réfléchis, explicités, ARGUMENTES, d’un Jean-Marc JANCOVICI.
    http://www.youtube.com/watch?v=xxbj...

    Donc après 2 heures à boire du p’tit lait, on a compris que le facteur limitant de la croissance est exclusivement l’approvisionnement énergétique et rien d’autre.

    Les sciences économiques sont une science humaine comme la psychologie, la sociologie, lui appliquer des modèles mathématiques est incohérent, car il y a le facteur humain.
    Arrêtons de leur accorder plus d’importance qu’à l’horoscope.

    Pourtant les anciennes générations nous avaient prévenu.
    L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître.
    C’est juste un moyen pas une fin en soi.
    My 2 cents.

     

    • merci pour ton lien
      il faut que je me lève tôt demain mais je ne peut pas arrêter de regarder ce gars parler .
      il a le meme débit que le père Soral :)))
      Pas de euh , euuuuuh , euuuuuuuuuuh façon Delamarche .
      Cela dit j’aime bien Delamarche .



    • Donc après 2 heures à boire du p’tit lait, on a compris que le facteur limitant de la croissance est exclusivement l’approvisionnement énergétique et rien d’autre.



      L’énergie est un facteur déterminant mais ce n’est pas le seul.

      La performance de la chaîne extraction-transformation-production-distribution-consommation-recyclage-financement dépend du maillon le plus fiable.

      A la fin des trente glorieuses, les deux facteurs bloquants étaient la consommation et le financement.

      Les changements sociétaux (libéralisme-libertaire) intervenus à partir des années 70 avaient pour but d’optimiser ces deux contraintes.

      Le thèse de Jancovici est que le pic global d’énergie ayant été atteint, le facteur "énergie" est devenu le facteur bloquant.


  • Olivier Delamarche est très bon dans son analyse et c’est bien que ça passe sur une radio BFM de traders et d’investisseurs. ça peut peut-être en faire réfléchir certains ... qui sait ?

    Son pessimisme peut paraître du radotage, mais il nous permet de nous préparer et d’être dans le réel, c’est le plus important !