Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Outreau : l’appel à la vérité de trois frères Delay au nom des enfants reconnus victimes de viols

Chérif, Dimitri et Jonathan, trois fils du couple Delay condamné à Outreau, viennent de s’engager dans un combat unitaire au nom des douze enfants violés à Outreau, dont ils font partie, pour faire éclater la vérité sur leur martyre commun oublié et pourtant reconnu aux assises de 2004 et 2005.

Cette annonce a été faite samedi à Bourg-en-Bresse (Ain) après le film Outreau, l’autre vérité de Serge Garde, pendant le débat animé par Jacques Thomet, auteur du livre Retour à Outreau- Contre-enquête sur une manipulation pédocriminelle (éditions KontreKulture).

« Nous appelons tous les enfants victimes de viols à Outreau avant les assises de 2004 à nous rejoindre dans notre lutte pour que soit mis au jour publiquement la réalité de notre drame à tous, y compris les mineurs qui n’ont pas été convoqués aux procès malgré les crimes sexuels commis contre eux », ont répété les trois frères.

C’était la première fois que ces trois enfants de Myriam Badaoui et de Thierry Delay, désormais majeurs, intervenaient ensemble en public. Sur la photo ci-dessous, il manque leur petit frère mineur, D., interné dans un foyer de la DASS jusqu’à sa majorité.

Les douze enfants reconnus victimes de viols à Outreau avaient été indemnisés par l’Etat à hauteur de 30.000 euros chacun (sauf 10.000 euros pour l’un), contre 250.000 euros à chacun des adultes acquittés, dont trois avaient pourtant avoué leurs forfaits devant la justice.

 

JPEG - 94.5 ko
De g. à d. : Chérif Delay, Jacques Thomet, Jonathan et Dimitri Delay (photo Cathy Vanel)

Retrouvez l’enquête de Jacques Thomet chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Afficher les commentaires suivants