Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Paris "en colère" : l’Australie rompt un gros contrat d’armement de 2016 au profit des États-Unis

Les autorités françaises multiplient les déclarations indignées après l’annonce choc d’un accord stratégique entre les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne impliquant la rupture d’un contrat de 2016 de fourniture de sous-marins français.

 

La France a déploré le 15 septembre un « coup dans le dos » australien et une décision « brutale » de Joe Biden après l’annonce d’un accord stratégique entre Washington, Canberra et Londres qui a conduit à la rupture du contrat de fourniture de sous-marins français à l’Australie, surnommé le « contrat du siècle ». Cette annonce spectaculaire torpille une gigantesque commande de sous-marins conventionnels passée par l’Australie à la France en 2016.

« C’est vraiment un coup dans le dos », « une rupture de confiance majeure », a regretté le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian sur France Info, se disant « vraiment très en colère ». « Cette décision unilatérale, brutale, imprévisible ressemble beaucoup à ce que faisait Donald Trump », a-t-il ajouté. À la question du journaliste Marc Fauvelle lui demandant si « on s’est fait avoir par les Américains qui ont négocié en douce avec les Australiens pour nous piquer ce qui était le contrat du siècle », Jean-Yves Le Drian a acquiescé en ces termes : « Je pense que vous analysez à peu près bien la situation. » « Mais ça ne se fait pas entre alliés ! », s’est-il exclamé.

 

 

Même indignation du côté de la ministre française des Armées Florence Parly qui a jugé la décision « grave » regrettant « une très mauvaise nouvelle pour le respect de la parole donnée ». « En matière de géopolitique et de politique internationale, c’est grave », a-t-elle dénoncé sur RFI, s’étant également dite « lucide sur la façon dont les États-Unis traitent leurs alliés ».

 

Outrée, la France plaide pour l’autonomie stratégique européenne

Le choix de l’Australie de se doter de sous-marins à propulsion nucléaire en partenariat avec les États-Unis et le Royaume-Uni, au détriment d’un contrat passé avec l’industriel français Naval Group, est une « décision regrettable », a affirmé ce 16 septembre le gouvernement français dans un communiqué dénonçant à la fois les agissements australiens et américains dans ce dossier.

« C’est une décision contraire à la lettre et à l’esprit de la coopération qui prévalait entre la France et l’Australie, fondée sur une relation de confiance politique comme sur le développement d’une base industrielle et technologique de défense de très haut niveau en Australie », a dénoncé le ministère des Affaires étrangères. « Le choix américain qui conduit à écarter un allié et un partenaire européen comme la France d’un partenariat structurant avec l’Australie, au moment où nous faisons face à des défis sans précédent dans la région indo-pacifique [...] marque une absence de cohérence que la France ne peut que constater et regretter », a-t-il ajouté.

« La décision regrettable qui vient d’être annoncée [...] ne fait que renforcer la nécessité de porter haut et fort la question de l’autonomie stratégique européenne. Il n’y a pas d’autre voie crédible pour défendre nos intérêts et nos valeurs dans le monde », a poursuivi le ministère.

De son côté, le Sénat évoque « une décision grave aux conséquences lourdes » et s’interroge sur « la nature exacte » de la relation entre Paris et Washington. « Nous allons devoir nous interroger sur l’attitude récurrente de certains de nos alliés, qui se comportent plus comme des adversaires que comme des concurrents loyaux », a déclaré Christian Cambon, le président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat.

Comme le rappelle Le Monde, le président français qui recevait le 15 juin le Premier ministre australien Scott Morrison à l’Élysée évoquait, au sujet du contrat des 12 sous-marins français un « pilier [du] partenariat et de la relation de confiance entre [les] deux pays ». « Un tel programme repose sur le transfert de savoir-faire et de technologie et va nous lier pour les décennies à venir », ajoutait Emmanuel Macron.

 


 

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères tacle Le Drian

 

La porte-parole de la diplomatie russe a estimé que Paris ne devait pas être « en colère » après la rupture par Canberra du contrat sur les sous-marins français, car il s’agit selon elle d’« une affaire habituelle pour la France ».

 

Face à la réaction de Jean-Yves Le Drian à la décision de Canberra de ne pas acheter de sous-marins français, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a rappelé à Paris la rupture du contrat prévoyant la livraison de BPC Mistral à la Russie.

« D’où cette colère et cette amertume ? Il semble que la rupture de contrats est pour la France une affaire habituelle. En 2015, Paris a résilié le contrat portant sur la livraison de deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie. Or, ce ne sont que les couteaux plantés dans ton propre dos qui font mal ? », a écrit Mme Zakharova sur sa chaîne Telegram.

Lire la suite de l’article sur fr.sputniknews.com

 

Le précédent des Mistral, sur E&R :

 






Alerter

78 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents

  • « Mais ça ne se fait pas entre alliés ! »




    Soit il nous prend vraiment pour des cons, soit il croit réellement être "l’allié" de l’empire US :)

     

    Répondre à ce message

  • Le Drian, au sujet des États-Unis : "ça ne se fait pas entre alliés !"

    Ah ah ah !
    Dans cent ans encore, nos petits politiciens soumis chialeront toujours que "nos copains étasuniens ne sont pas très gentils".

    Le Drian, tu sais très bien que nous ne sommes pas l’allié des USA, juste le paillasson sur lequel ils essuient leurs santiags.

     

    Répondre à ce message

  • Il faut savoir ce que l’on veut dans la vie ! Quand on détruit les fondements de ce qui fait qu’un pays est influent et puissant, il ne faut pas ensuite venir pleurnicher que ce pays n’ait plus aucun moyen de pression, qu’il se fasse humilier et fouler aux pieds ! Ce que les oligarques "français" n’ont pas compris c’est qu’il existe des constantes anthropologiques qui persisteront après la destruction des nations, comme le tribalisme ou au minimum des affinités ethno-raciales et culturelles. Ainsi les anglo-saxons se sentiront toujours plus proches et solidaires d’autres anglo-saxons...des oligarques allemands préféreront toujours faire du business avec les Américains plutôt qu’avec des Français car dans l’état profond US et dans ses élites politiques et économique il y a une proportion non négligeable de personnages d’origine allemande (Trump est lui même d’origine allemande !)

     

    Répondre à ce message


  • la diplomatie russe a estimé que Paris ne devait pas être « en colère » après la rupture par Canberra du contrat sur les sous-marins français, car il s’agit selon elle d’« une affaire habituelle pour la France ».



    Oh là là ! La putain de vanne ! Mais c’est vrai ! Un pays détruit par ses propres élites qui viennent ensuite pleurnicher qu’il n’est plus pris au sérieux ! L’éternel retour du concret !

     

    Répondre à ce message

  • Alors les p’tits pd, on se prends pour Schumacher ?

    Tu l’as vu la commande ? tu la vois plus.
    Bon faut quand même reconnaitre que des sous-marins nucléaires qui parlent anglais, c’est quand même mieux que des conventionnels qui sentent la grenouille.

    Et zou dans ton fion lrem la commande du siècle !

    Et le drian et consort peuvent s’insurger le monde entier s’en bat les couilles !

     

    Répondre à ce message

  • Ça, il fallait s’attendre au retour lifté de Maria Zakharova...
    Par ailleurs, que la France ne fasse pas l’indignée, c’est Echelon vs Frenchelon.
    Quant à « l’Europe », nous savons quelle entité fournit ThyssenKrupp AG...

     

    Répondre à ce message

  • Réponse du berger russe à la bergère macrotte excellente.

    En filigrane : tes magouilles avec le PCC chinois, à Wuhan, et pour truquer l’élection US vont te/vous couter (tres) cher.

    Trump toujours à la manoeuvre upupup !
    WWG1WGA

     

    Répondre à ce message

  • Un contrat signé en 2016, il y a 5 ans.
    Et il ne s’est rien passé en 5 ans ?

    Pas de transfert de technologie, pas de plan secret défense, pas de communication de ces plans, procédés de fabrication, ou technologies à l’industrie du grand allié américain désindustrialisé ?

    Les USA ne sont plus capable de fabriquer quoique ce soit. Voir l’exemple du F35 : 30 ans d’études, un milliard pour CHAQUE exemplaire de l’avion qui vole comme une brique ... quand il peut tellement il est beugé (le hard comme le software).

     

    Répondre à ce message

  • La plupart étaient enfants quand le Rafale a été conçu et construit. Tous ces trous du cul qui ont préféré les écoles de commerce plutôt que des formations techniques ne sont même pas capables de sécuriser un contrat. Les Chinois sont peut être les méchants de l’histoire mais un petit séjour en camp de travail ferait du bien aux zélites macroniennes

     

    Répondre à ce message

  • Les Anglais sont pas fous, ils revitalisent le Commonwealth depuis leur sortie du marécage européen. On leur a pourtant promis de couler comme une vieille barge rouillée mais visiblement c’est pas le cas... et puis investir dans des moteurs diesels alors que la terre entière mise sur la fin de l’or noir, faut quand même pas être très futé...
    Le Drian est une catastrophe ambulante, quant au poudré il peut toujours emmerder les athlètes, il vient de se prendre une belle occasion de la fermer.
    Droopy devrait aller prendre quelques cours d’histoire de France pour savoir qui sont nos vrais alliés.

     

    Répondre à ce message

    • La France, par souci cette fois de souveraineté et d’indépendance (comme quoi, « quand on veut, on peut ») ne fait aucun transfert de sa technologie nucléaire (sauf à se la faire voler) : seulement, pour parfaire, il faudrait qu’elle l’ait dans tous les domaines, cette souveraineté ; hors depuis 1945 et sauf la parenthèse De Gaulle, le caniche aboie en anglais, accent américain pointu.
      Deux ans à ne plus cotiser à l’UE des 27 et voilà revenus ces fameux milliards par simple économie. Et la possibilité pour ladite France de pouvoir fourguer ses Mistral plutôt que de faire du vent (en remuant la queue devant la pâtée U.S.)...

       
Afficher les commentaires précédents