Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Paris : un festival féministe vise le renversement du "système hétérosexuel englobant"

Plus qu’une simple orientation sexuelle, l’hétérosexualité est avant tout un régime politique. C’est ce que veulent re-démontrer les militantes féministes à l’origine d’un festival dédié. Entretien.

 

« On ne naît pas hétérosexuel.le, on le devient ». C’est sur ce présupposé qu’est bâti un festival au nom aussi radical que prometteur qui commencera mardi 24 septembre à Paris  : Sortir de l’hétérosexualité.

Deuxième volet du festival Des sexes et des ‘femmes’, qui avait entrepris l’an dernier de dénaturaliser le mot « femme » en travaillant sur le désalignement genre/sexe, l’événement s’attaquera cette année au régime politique hétérosexuel en multipliant les perspectives critiques et les lignes de front  : érotisation de la violence (avec Valérie Rey-Robert), répartition raciale du travail de care, économie du désir (avec Morgane Merteuil), production médicale de la binarité des sexes, éducation à l’hétérosexualité (avec Ovidie et Wendy Delorme), autant d’ateliers et de conférences à travers lesquels l’équipe du festival entend exposer l’hétérosexualité pour ce qu’elle est  : un régime d’exploitation et une fiction politique.

Pour en savoir plus, Les Inrocks ont discuté avec Juliet Drouar, Juliette Hammé (de l’émission de radio Gouinement Lundi) et Tamar, militantes féministes derrière ce festival ouvert à toutes et tous qui se tiendra du 24 septembre au 6 octobre.

 

Pourquoi vouloir sortir de l’hétérosexualité  ?

Juliet Drouar : L’hétérosexualité est la pierre angulaire de la construction du patriarcat et les féminismes en parlent sans jamais la nommer. Elle est au fondement de la structuration de la binarité des genres et des sexes, de la création des classes mêmes d’hommes et de femmes qu’elle pose en miroir. Elle est aussi en lien étroit avec la construction du capitalisme, puisqu’elle permet de ne pas salarier le travail de reproduction.

Tamar : Avoir comme horizon de sortir de l’hétérosexualité est un projet féministe pour nous  : on veut dire aux femmes que ça n’est pas leur destin de faire leur vie avec des hommes et pour les hommes, et qu’il y a des marges de manœuvre à gagner  : en devenant lesbienne et en construisant une vie commune avec d’autres femmes mais aussi en faisant collectivement la critique de l’hétérosexualité pour montrer que ça n’a rien d’une évidence, et que dans la famille, l’organisation du travail ou la production des enfants, il y a des alternatives à inventer.

 

Certains ateliers ne s’adressent pas tant aux personnes LGBT mais plutôt aux femmes hétéros  ?

Juliet Drouar : Il y a un réel intérêt pour les communautés LGBT, même si l’idée n’est pas d’adresser ces communautés en tant que minorités mais en tant que propositions politiques  : sortir de l’hétérosexualité c’est autre chose que faire un coming out. On veut évacuer la notion de honte pour ré-insuffler la politique qu’il y a dans ces sorties, résistances et dissidences. C’est important pour nous de ne pas parler d’orientation sexuelle mais plutôt de rendre visible les contraintes spécifiques à un système hétérosexuel englobant.

Tamar : On a voulu que ça puisse être approprié par des personnes aux trajectoires sociales de classe, de race ou de genre différentes. On s’adresse aux femmes hétéros pour qu’elles puissent développer une critique de l’hétérosexualité qui a été longtemps faite par des lesbiennes dans le mouvement féministe, mais on estime que c’est aussi important pour elles de parler d’hétérosexualité, d’échanger sur des expériences, développer des outils et des stratégies au sein du couple hétéro. On ne fait pas d’opposition entre une réforme de l’hétérosexualité et des perspectives plus radicales qui peuvent être celles du lesbianisme voire du séparatisme.

Lire la suite de l’article sur lesinrocks.com

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

100 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • « [L’hétérosexualité] est aussi en lien étroit avec la construction du capitalisme, puisqu’elle permet de ne pas salarier le travail de reproduction. »

    Alors là il faudrait m’expliquer M. Drouar, pourriez-vous développer ?
    Les homos qui paient pour avoir des enfants sont, du capitalisme, de vraies victimes je vous l’accorde... Les femmes hétéro qui donnent la vie en sont, elles, de méprisables collaboratrices.

     

    Répondre à ce message

  • Mais plus sérieusement, cet article ne traite pas le fond : Y aura-t-il des remises sur la nouvelle édition du fameux jeu de société : Ms Monopoly ? La révolution commence par la famille non ? XD

     

    Répondre à ce message

  • Un peu d’ humour de Desproges dans ce monde de dingos :
    Je suis un peu obsédé. Remarquez, j’ai de qui tenir. Mon père est bisexuel. Ma mère est trisexuelle. J’ai un oncle octosexuel. Et mon chat a neuf queues. C’est énorme. Même ma sœur qui est militante lecanuettiste ne pense qu’au sexe. Cela ne prouve-t-il pas, à l’évidence, que l’on peut être à la fois marginale ET clitoridienne.

     

    Répondre à ce message

  • le copyright de la photo sur le site des inrocks, allez voir sur google the gender spectrum collection, c’est l’avenir il paraît...

     

    Répondre à ce message

  • #2283555
    Le 23 septembre à 18:15 par Gender-fluide, vaseline, Ajax-vitre et liquide de refroidissement
    Paris : un festival féministe vise le renversement du "système hétérosexuel (...)

    Quand pensent Ahmed Anachi, les copains d’Abdelhamid Abaaoud, ceux qui écoutent Kaaris, les dealers de Marseille, Tariq Rantamplan et les migrants de Porte-de-la-Chapelle ??
    Faudrait leur demander ?
    Certainement que ces charmantes demoiselles seraient agréablement surprise par la réponse

     

    Répondre à ce message

    • @Gender-fluide etc. : vu et revu et rerevu, alors sait-on jamais, si ça peut rendre service à d’autres !

      On ne dit pas : quand pensent... ? QUAND, c’est un marqueur de temps ! La réponse à cette question, ça peut être le matin, l’après-midi, le dimanche...

      On dit : qu’en pensent... ? Là on se demande A QUOI ils pensent.

      Désolée mais ça me pique les yeux à chaque fois !

       
    • #2284098
      Le 24 septembre à 14:50 par Gender-fluide, et Bescherelle
      Paris : un festival féministe vise le renversement du "système hétérosexuel (...)

      @Caro
      Camarade Caro on peut pas être a la fois Gender-fluide et bon en orthographe
      C’est soit tu vas aux cours de français ,soit aux cours d’enculade a l’Université d’Evergreen
      Désolé qu’en même (non j’déconne quand) et merci pour ce petit rappel (toujours utile)
      Amicalement
      Force & Honneur

       
  • ex. sympa de ce qui arrive quand on renverse le "système hétérosexuel englobant" :
    https://www.dna.fr/france-monde/201...

     

    Répondre à ce message

    • @Socrade : Ah c’est très très bon. A balancer à tous les paumés qui n’ont de cesse de gueuler qu’il vaut mieux deux mamans qui s’aiment que des parents hétéros violents etc.



      Désormais, son autre maman étant hospitalisée pour soigner son alcoolisme, la jeune fille vit dans un foyer.


       
  • E&R,publie récemment de nombreux articles. Certains portent les titres indiqués ci-après,et n’ont apparemment aucun lien entre-eux :
    - PMA sans père : l’Académie de médecine contre les libéraux-libertaires de la macronie.
    - Destruction d’un glacier pour étendre un domaine skiable.
    - Les banques européennes-annoncent 44 000 suppressions d’emplois.
    - Paris : un festival féministe vise le renversement du"système hétérosexuel englobant".
    - Marche pour le climat à Paris : quand deux ingénieries sociales se tamponnent.
    - Zemmour définitivement condamné pour provocation à la haine.
    Si on médite une vieille légende orientale,on finit par déceler le lien caché qui relie ces publications. Voilà ce que dit cette légende,fondée sur le règne végétal : le Mal est une modeste plante,sans éclats,mais bénéficiant d’une centaine de racines. Coupez en plusieurs,et la modeste plante sera toujours là,vivante et bien portante.
    Quant au Mal,c’est en apparence un pittoresque végétal,qui se pavane,plutôt,de mille et une fleurs,aussi superbes les unes que les autres. Mais le végétal ne tient qu’à une fragile et chétive racine. Coupez cette solitaire et malheureuse racine,et c’en est fini pour la plante et ses multitudes de fleurs.
    Moralité : Le Mal ne tient qu’au système bancaire prédateur ; c’est son unique racine. Ecrasez ce funeste système,et ses ramifications,et c’est l’empire du Mal dans sa totalité qui va s’effondrer et disparaître en poussière aux quatre coins de l’espace.
    Tant que nous,les humains,nous ne comprenons pas cette dialectique,nous courons tous à notre perte.

     

    Répondre à ce message

  • #2283772
    Le 24 septembre à 00:40 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Paris : un festival féministe vise le renversement du "système hétérosexuel (...)

    "Avoir comme horizon de sortir de l’hétérosexualité"

    Plutôt malin, Clint Eastwood, dans son dernier film La Mule,
    y inclut un gang de bikeuses lesbiennes (!)
    (quand tu sais ce que c’est que les bikers aux US, les liens avec la prison et les gangs Blancs, le sérieux de la chose puisqu’il y a contrôle sur le territoire de trafic de meth, de racket, d’extorsions, etc...)
    - et le vieux patriarche leur donne des conseils de mécanique...

    lol, il joue sur les 2 tableaux :
    elles existent,
    mais elles ont besoin des mecs

     

    Répondre à ce message

  • Judith Reisman a écrit un livre « sabotage sexuel » , qui décrit la volonté d’aliéner par tout les moyens les relations qui lies un homme et une femme . Autre contradiction : la promotion de la PMA qui n’est pas le fruit d’une relation amoureuse ; vous avez également l’ONU , il y a 3 ans se sont inquiété du nombre de naissances liés autre hommes et femmes comme par hazard la haine féministe a repris du poil .
    A quoi rime tout ça ? ils font comme certains oiseaux pendant que les parents ont la tête en l’air , ils éjectent les œufs d’origine pour les remplacés par celui du prédateur .
    Conclusion ; la volonté d’aliéner toutes relations y compris l’intime et la PMA sont liés par le totalitarisme , ici le soi-disant "système hétérosexuel englobant" est une inversion accusatoire , la PMA issu n’on pas de l’amour mais d’un raisonnement pervers de kinsey soutenu par un mur financier celui de Rockefeller .

     

    Répondre à ce message

  • Y-aura-t’il un jour une fin à la "déconstruction" ? Mis à part une balle dans la tête évidement...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents