Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pascal Poot, l’homme qui fait pousser 400 variétés de tomates sans eau ni pesticides

Dans l’Hérault, Pascal Poot a développé une méthode qui lui permet aujourd’hui de cultiver et de sélectionner quelques 400 variétés de tomates bio sans arrosage ni utilisation de produits phytosanitaires. Celui qu’on a pris « pour un fou » inspire aujourd’hui les plus grands chercheurs.

Pascal Poot est producteurs bio de semences depuis 20 ans. Installé sur 3ha à Olmet dans les Cévennes (Hérault), il conserve environ 450 variétés de tomates (il a créé le « Conservatoire de la tomate ») et autres variétés légumières anciennes.

Dans cette région au climat très aride et à la terre pleine de cailloux, Pascal fait pousser des tomates bio. La particularité de sa production : il n’arrose pas les plants, ne les entretient pas, et n’utilise aucun engrais ni pesticide ! Et ses plants produisent jusqu’à 25 kg de tomates chacun !

 

Éduquer les légumes pour leur apprendre à se défendre eux-mêmes

[...] « Tout le monde essaye de cultiver les légumes en les protégeant le plus possible, moi au contraire j’essaye de les encourager à se défendre eux-mêmes » explique Pascal dont le secret est de créer ses propres semences, résistantes à la sécheresse et aux maladies. Cette méthode lui permet d’obtenir des rendements plus élevés qu’en agriculture conventionnelle... et cela en respectant les pratiques de l’agriculture biologique. [...]

Pascal Poot, fils d’agriculteurs et autodidacte, intervient et présente aujourd’hui le fruit de ses recherches en école d’ingénieurs agronomes et travaille en collaboration avec les organismes de recherche agronomique.

« Pascal Poot sélectionne ses semences dans un contexte de difficulté et de stress pour la plante, ce qui les rend extrêmement tolérantes, améliore leur qualité gustative et fait qu’elles sont plus concentrées en nutriment » explique Bob Brac de la Perrière, biologiste et généticien des plantes, et coordinateur de l’association environnementale Bede qui qualifie le travail de Pascal Poot d’« unique ».

Lire l’intégralité de l’article sur bioaddict.fr

 

Une présentation succincte du travail de Pascal Poot :

 

Pascal Poot présente ses plants en novembre 2016 :

 

Le tour du propriétaire durant une canicule :

À ne pas manquer, le stage « Retour au rural » de Prenons le maquis
les 17 et 18 juin prochains :

 

Réussir son retour à la terre avec Kontre Kulture :

Profiter des apports de la nature avec Prenons le maquis :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • OLMET & VILLECUN ?....qu’es aquo !.....un vent de "fol-génie"....souffle sur cette commune d’Occitanie ?

    Pascal POOT développe une méthode qui permet de cultiver et de sélectionner plus de 400 variétés de tomates bio sans arrosage ni utilisation de produits phytosanitaires. Celui qu’on a pris « pour un fou » inspire les plus grands chercheurs de l’agronomie mondiale.

    Ici, a OLMET & VILLECUN "c’est lou païs" de Paul Dardé sculpteur dessinateur de l’âme humaine, en 1963, Paul Dardé meurt dans la misère et l’oubli à Lodève, il est enterré à OLMET.

    J’ai retrouvé 2 de mes articles :

    (Le Pays/ Lou Païs. Jean Marie Louirette) » Notre Revue s’intéresse à ceux qui, chez nous, ont fait ce que nous sommes. Et pour ce siècle, le plus héroïque est probablement Paul Dardé… Sa vie tragique, cachée, nous amène à nous demander s’il y a dans notre société une place pour le CITOYEN probe, indépendant et libre… Un livre d’actualité, peut-être pour mille ans ».

    (Le Pays/ Lou Païs. Jean Marie Louirette, 1994) « La Justice sauve la mémoire censurée à Lodève et les droits usurpés du sculpteur Paul Dardé, mort il y a 30 ans dans la misère… ».

    (La Marseillaise du 3 décembre 1992 : Biographie de Christian Puech sur Paul Dardé) « … L’auteur y révèle les pratiques pernicieuses d’une certaine bourgeoisie de l’époque, dont la jalousie et l’hypocrisie conduisirent un grand artiste à une fin misérable. Ces deux hommes ayant en commun l’amour de la beauté et de la vérité, l’un par son ciseau et ses fusains, l’autre par son esprit de justice, donnent un sens à la vie. Ils nous prouvent que rien n’est vain et que les nobles causes, alliées à la sincérité et la patience, sont toujours reconnues par les justes. Si le jour ne fait que poindre sur l’œuvre d’un artiste de génie, volontairement occulté pendant des décennies, puisse cet ouvrage de qualité rendre à l’humanité toute entière la lumière de son talent ».

    Bravo à Pascal POOT, reconnu de son vivant, ce fils d’agriculteurs et autodidacte, intervient et présente le fruit de ses recherches en école d’ingénieurs agronomes et travaille en collaboration avec les organismes de recherche agronomique.

     

    Répondre à ce message

  • Bon... et après... ?

     

    Répondre à ce message

  • On ne peut dire que bravo, et adresser nos félicitations à cet homme de caractère, et de génie.

     

    Répondre à ce message

  • J’utilise ses semences depuis plusieurs années (elles deviennent d’ailleurs de plus en plus compliquées à acheter, la demande étant forte) et je peux vous dire que ça marche ! Je possède plusieurs variétés de tomates, aubergine, poireau, courgette, maïs... Tout vit tout seul, pas ou très peu de maladies mais surtout, du goût !

     

    Répondre à ce message

    • L’adaptation des plantes à un milieu est relativement rapide : en 5 ou 6 générations , tu as fait le gros du travail . Le seul hic c’est que pour avoir du résultat tangible dans les critères désirés , il faut planter et semer beaucoup , vraiment beaucoup afin de sélectionner les meilleurs "spécimens" . C’est la base de la sélection . ( Poot repique plusieurs milliers de plants de tomates ... )
      De plus , la sélection se fait dans certaines conditions ; de terroir notamment . Alors je trouve ça idiot d’acheter ses graines pour les utiliser ailleurs parce que suivant le raisonnement de la sélection et bien ça ne marchera pas , il faudra faire une sélection sur plusieurs génération etc etc ..

       
    • Du goût ! Oui vous avez raison, les tomates du jardin quel fruit extraordinaire, un don du ciel !.
      Merci Mr Pascal Poot pour tout ce beau travail de recherche.

       
  • Il devrait passer au "Plus grand cabaret du monde", chez Sébastien, il ferait un tabac avec son arrosoir vide et un pot de terre, distribuant ses tomates succulentes, il en ferait oublier Garcimore .

     

    Répondre à ce message

  • Les tomates poussent assez facilement, j’ai vu des plans qui avaient poussé à partir de cagettes jetées aux abords du marché St Charles, j’ai vu un plan qui avait poussé dans une fissure du quai de gare à Versailles chantiers et un autre au bord de la francilienne ...

     

    Répondre à ce message

  • C’est un peu l’eugénisme chez les plantes on conserve les meilleurs plans ! formidable !
    Pour comparer avec l’espèce humaine ,ça voudrait dire que nous sommes tous plus ou moins fragiles car la science a réussit à nous faire vivre 80 ans sans passer par la sélection naturelle .

     

    Répondre à ce message

    • En effet, il y a pas longtemps je voyais une publicité pour une association de sclerose en plaque qui expliquait qu’avant on mourrait avant la puberté, mais maintenant grace au progres de la science, les malades peuvent atteindre l’age adulte... et donc repandre les genes plus que par le passé... Je suis content pour eux mais sur le moyen et long terme, la medecine nous affaiblit.

       
  • je suis sceptique , faire pousser sans eau un truc qui en est composée de plus de 80% , bizarre , si c’est vrai , c’est surement que son sol est hyper humide a une super rétention en eau " sans les problème de moisissure surement aussi régler part l’activité vivante de l’humus " .
    j’ai envie de lui donner un défi , va les faire pousser sur Mars , comme elle pousse sans eau , il devrai pas avoir trop de problème a sortir ces 25 kilo de rendement ...
    Et aussi sur les hybride F1 " c’est pas obligatoire qu’un hybride F1 soit OGM " t’est pas le seul a travaillé correctement et en écoutant la nature , certaine personne respectant le rythme de la nature , les plantes "sans sélectionné forcement sur la basse du rendement " sont capable de faire des hybrides viable sur le long terme et sans dégénérescence . PS- contrairement a cette personne je ne dévoilerai pas mes techniques , pas envie de voir environ 6 milliard de connard "je pense pas qu’il y ai plus d’un milliard de bon le monde serai pas comme cela " survivre et se reproduire , qu’ils bouffent leurs Macdal en faisant leurs 35 heures "voir Michel Drac sur la "zombification de la société"

     

    Répondre à ce message

    • ben voyons tu n’as jamais entendu parler des cactus et autre succulentes, rien que de la flotte et ça pousse en plein désert.
      la tomate si elle peut ramper et donc s’auto bouturer tout en faisant couvre sol n’a déjà pratiquement pas besoin d’eau, donc rien d’étonnant à tout ça.
      la tomate doit souffrir pour produire du goût. moins vous l’arrosez meilleure elle est, et elle produir tout autant (un peu moins gros c’est tout)
      la tomate est un fruit tropical (climat humide) dont le feuillage absorbe très facilement l’humidité de l’air, donc, chez nous comme il y a beaucoup de rosée (climat sec), cela peut presque lui suffire pour prospérer.

       
    • je vous rejoint
      sur 5 generations des graines de tomates d’une même espèce dégénèrent quand elles se reproduisent dans une exploitation familialles et en petites quantités.
      Sur des sélections en très grands nombres ont doit pouvoir extraire des plants plus résistant.
      les plant f1 sont une façon d’améliorer par hybridation une espèces , merci de rappeler que ça n’a rien d’ogn.
      l’agriculture évolue mais depuis quelques années ont a autant de théories que de jardiniers :-)
      avec du bon sens on avance mieux que sur les forums d’allumés qui réinventent le lombric et decouvre l’humus :-)

       
    • la culture de la tomates n’est pas le m^me en italie ,sous serre ou en belgique.
      les ecarts de température lui sont néfaste et les maladies proviennent souvent d’une hydrométrie irrégulière.
      Tu peux toujours essayer de greffer une tomates sur un cactus :-)

      ben voyons tu n’as jamais entendu parler des cactus et autre succulentes, rien que de la flotte et ça pousse en plein désert.
      la tomate si elle peut ramper et donc s’auto bouturer tout en faisant couvre sol n’a déjà pratiquement pas besoin d’eau, donc rien d’étonnant à tout ça.
      la tomate doit souffrir pour produire du goût. moins vous l’arrosez meilleure elle est, et elle produir tout autant (un peu moins gros c’est tout)
      la tomate est un fruit tropical (climat humide) dont le feuillage absorbe très facilement l’humidité de l’air, donc, chez nous comme il y a beaucoup de rosée (climat sec), cela peut presque lui suffire pour prospérer.

       
  • Lire "La révolution d’un seul brin de paille" de Masanobu Fukuoka, un philosophe agriculteur japonais. Tous les agronomes européens lui demandaient : "Comment faites-vous pour avoir un tel rendement par rapport à nous, alors que nous avons les dernieres technologies agricoles ?", il répondait "Rien.".
    Pascal Poot a compris intuitivement ce que Fukuoka avait expliqué à travers la philosophie japonaise.

     

    Répondre à ce message

  • Si ses semis sont interdits, c’est donc un antisemite.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents