Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Stage Prenons le maquis – Retour au rural

Les 21 et 22 octobre dans le Morvan

Note de la rédaction

Initialement annoncé pour les 14 et 15 octobre, le stage est décalé aux 21 et 22 octobre 2017.

Dernière session de l’année !

Les 21 et 22 octobre 2017, Prenons le maquis vous propose un stage de deux jours dans le Morvan (71) pour découvrir les bases d’un retour à la terre réussi.

 

Au programme :

- Législation : propriété foncière, installation agricole à moindre coût.
- Étude des différentes constructions (installations légères, aériennes, souterraines, lacustres, bioclimatiques...)
- Les différents matériaux méconnus et naturels.
- Activités vivrières en milieu rural.
- Énergies.

Plus de renseignements sur le site Prenons le maquis.

 

Les principes de la permaculture en montagne :

 

S’inscrire au stage « Retour au rural » des 21 et 22 octobre 2017
sur le site de Prenons le maquis :

Se rapprocher de la nature avec Prenons le maquis et Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1739752
    Le 4 juin à 22:09 par Anne C La Guillestroise
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    Ces gens là j’en connais plein par chez moi (Hautes-Alpes) sauf qu’ils font partie de l’autre bord pour la plupart, celui qui ne souhaite pas se réconcilier (pour l’instant) avec nous. Ce qui est un paradoxe car à défaut d’être Nationalistes, ils sont bien souvent Régionalistes, ce qui est "pire" dans l’échelle de la fermeture d’esprit, du coup... D’ailleurs ils ne sont pas contre les monnaies régionales (La Roue vient d’être implantée dans les Hautes-Alpes), mais contre le retour à la monnaie nationale. Allez comprendre...

    Et ils ont un mode de vie très particulier. N’aimant pas les frontières, et n’en comprenant pas le principe de régulation, leur porte est toujours ouverte, ou définitivement fermée. Vivre avec quelqu’un comme ça, est particulier. Moi même j’ai vécu 2 ans avec quelqu’un comme ça !

    Par contre ils érigent des murs infranchissables (même par Trump en personne) entre eux et TOUS CEUX qui ne pensent pas comme eux. Ça finit en éco-lieu, où des Bobos devenus des Babos vivent entre hypies, TRES loin du cosmopolitisme qu’il affectionnent tant, puisqu’ils sont en général entre bobos blancs, vivants en marge du patrimoine de leurs parents, en attendant... Les 3/4 sont hélas alcooliques, vu que c’est l’un des seuls liquides qu’ils acceptent de s’échanger, et vu que l’oisiveté est mère de tous les vices. Voire pire... Par ailleurs face à la violence en France ils répondent qu’ils ne finiront probablement pas leur vie en France. Voilà voilà... Donc bon...

     

    Répondre à ce message

    • #1739898
      Le 5 juin à 05:25 par Iskandaar
      Stage Prenons le maquis – Retour au rural

      Ouais enfin, d’un bord caricaturale à un autre, il existe « peut être » des nuances aussi ...

       
    • #1740739
      Le 6 juin à 13:56 par Joseph Gobelet d’urine chef de la propagande
      Stage Prenons le maquis – Retour au rural

      @Anne C La Guillestroise
      Nicolas du Morvan est sur la ligne E&R renseigne toi !
      Rien à voir avec Cédric Herrou  !
      Kamarade du calme.....
      Bien à toi bonne Pentecôte
      (même si je ne suis point un adepte des locks)
      En tout cas je conseille son livre qui est excellent , bonne Pentecôte à tous
      L’armée de Spartacus...........................................

       
  • #1740451
    Le 5 juin à 21:24 par Rachid
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    p’tin c’est beau la france, qu’est-ce que je l’aime ce pays... beni de dieu...

     

    Répondre à ce message

    • #1744917
      Le 13 juin à 20:05 par Yasmine
      Stage Prenons le maquis – Retour au rural

      Et qu’est-ce que c’est beau ce que vous dites ! Quelqu’un qui tient de tels propos ne peut-être qu’une belle âme...

       
  • #1805314
    Le 21 septembre à 17:32 par calendula
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    Je suis d’accord avec Anne C La Guillestroise, car à part des bobos, dont les parents sont friqués, ou du moins ont du patrimoine, ils peuvent aider leur petit garçon à s’installer, avoir un terrain à exploiter, le matériel agricole etc...
    Comment, dites moi, peut faire un prolétaire qui n’a aucune aide, pour faire la même chose, comme le dit Francis Cousin. Les meilleures terres cultivables seront pour les riches.

     

    Répondre à ce message

    • #1815255
      Le 8 octobre à 12:23 par Léo
      Stage Prenons le maquis – Retour au rural

      Ou bien bosser et encore bosser en attendant d’avoir de quoi acheter un peu de terrain avec une ruine à restaurer. Certains passent le pas vers leurs quarante ans, non pas parce que cela leur vient à ce moment-là, comme une lubie, mais parce qu’ils ont mis vingt ans à réunir de quoi devenir propriétaires. Puis ensuite, il faut doublement bosser, pour avoir de la maille au quotidien, notamment pour élever ses enfants, et aussi pour restaurer cette fichue ruine qui nous nargue tous les jours. Heureusement, si les enfants sont assez grands, ils peuvent mettre la main à la pâte.
      Bien sûr, il y a les gosses de riches, qui n’en branlent pas une pour obtenir tout ça et qui une fois sur deux gâchent complètement et la terre, et le patrimoine. Mais eux, ça ne sert à rien de s’y attarder.
      Il y a aussi ceux qui s’endettent jusqu’à l’os, notamment les agris, dont certains finissent par se suicider.
      En campagne, il y a des locations à bas prix, des petits bouts de terre à louer et du travail à créer. À 500€/mois de dépenses totales dans certains coins (qu’on peut largement amortir avec la caf et tout un tas de plans récup’ et démerde : friperie, tournées des supermarchés et des déchetteries, potager perso, troc de graines, brocantes etc.), et avec une activité qui roule, ça peut faire entre 6000 et 8000 € d’économies par an, plus si on est en couple. Avec des opportunités de rachat autour des 80 000€ pour des maisons à restaurer avec du terrain, et autour des 160 000€ pour certaines baraques directement habitables avec terrain également, ça fait entre 10 et 20 ans de boulot.
      Y a plus qu’à !

       
  • #1815290
    Le 8 octobre à 13:46 par calendula
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    Le retour au rural ne concerne pas les classes populaires, il faut avoir les moyens pour s’offrir une formation payante et puis à la suite de laquelle on fait quoi ?
    Il n’y a qu’à voir ceux qui vont dans ces formations, la plupart sont des anciens cadres, issues de la "classe moyenne", qui cherchent à se reconvertir et qui ont les moyens financiers de le faire, la classe populaire en est exclue.... C’est çà le progrès !!!

     

    Répondre à ce message

    • #1815335
      Le 8 octobre à 15:29 par Paysan Breton
      Stage Prenons le maquis – Retour au rural

      @ calendula

      Arrêtez de dire n’importe quoi. D’abord le peuple n’a jamais constitué une classe. Ensuite si vous appelez "classe populaire" les prolétaires, sachez que dans les années 50, un ouvrier s’occupait d’un lopin de terre qu’il cultivait et qui lui apportait de quoi nourrir sa famille en fruits, légumes, parfois céréales.La vraie misère du prolétaire aujourd’hui, ce n’est pas qu’il soit pauvre. Mais c’est que sa pauvreté n’est plus uniquement matérielle, elle est à l’image de toute la pauvreté moderne : humaine, culturelle, affective, spirituelle. Dans les années 50, aucun pauvre n’aurait craché sur les fruits et légumes gratuits, offerts par l’assistance publique ou la banque alimentaire. Aujourd’hui, des tas de gens tirent une tête de quatre pieds de long quand on leur propose gratuitement des haricots verts : il faut les équeuter puis les cuisiner... ça prend tu temps sur les loisirs et la consommation des tablettes ! Et puis il faut savoir un tant soit peu cuisiner, chose qui ne se transmet de moins en moins même chez les moins riches...

      La vraie misère, elle est là. C’est pas contre ce genre d’initiatives qu’il faut s’insurger, même si ça ne vous plaît pas. Elles ont au moins le mérite d’exister et de proposer à quelques uns les outils pour revenir à la vraie vie et faire revivre des savoir-faire qui ne sont plus transmis ailleurs. Quand des temps plus sombres viendront, vous serez content de connaître une personne qui a fait cette formation et qui pourra vous nourrir, vous loger et vous éclairer sans passer par les canaux obligés du marché.

       
    • #1815338
      Le 8 octobre à 15:33 par laurent71
      Stage Prenons le maquis – Retour au rural

      j’ai grandi dans un HLM et aujourd’hui je suis paysan, il faut aussi se sortir les doigts du cul, les "Français", n’ont plus que deux choses en commun : Un trou du cul et une bonne excuse pour rien faire.

       
  • #1815318
    Le 8 octobre à 14:52 par Taranis
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    @ la guillestroise .
    "Ils disent qu’ils quitteront la France à cause de la violence qui y sévit " ben c’est un phénomène naturel apparemment,les Irlandais ont fondé les USA,de méme que les Huguenots se sont barrés en GB, que les Espagnols se sont tirés en Argentine,que les migrants s’approprient l’Europe .(Si il a la guerre Mondiale je me barre à l’étranger :-))
    "Ils sont régionalistes et vivent entre eux " ben ouais,c’est le but ! ne pas recréer ce qu’ils ont fuit:le multi-accultural-iss (mode de diction médiatique du moment socialiss,communiss )
    "Ils veulent créer leur propre monnaie" et alors ? c’est toujours mieux que le Jewro.
    Ils sont tous alcoolos ?Et oui, c’est la seule tradition Française qui tienne le coup,le pinard et le saucisson.
    Tu exagères un tantinet . Mais c vrai qu’il y a pas mal de zkizosses dans ces mouvements,comme dans tous les groupements d’individus d’ailleurs,il y a toujours des exaltés méme chez les chrétiens de bonne famille .

     

    Répondre à ce message

  • #1815873
    Le 9 octobre à 13:36 par ed
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    L’Homme est un animal comme les autres, sauvage ou esclave.

     

    Répondre à ce message

  • #1817249
    Le 11 octobre à 17:07 par calendula
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    Je réponds à "paysan breton"
    depuis quand la classe populaire ne serait pas le peuple, alors elle serait quoi ?
    Que pensez vous qu’il soit possible de faire aujourd’hui puisque l’état contrôle tout, que nous avons tous été (nos ancêtres) sortis des campagnes et parqué dans des villes afin de nous rendre dépendant des industriels, et maintenant des multinationales pour nous nourrir car nous avons été dépossédés de tout, même de la spiritualité remplacé par le spectacle de la marchandise. Vous le savez bien que sans argent on ne peut rien faire, rien entreprendre. Ce n’était pas le cas quand le paysan avait une terre et qu’il pouvait faire vivre sa famille et surtout que le lien social existait vraiment, nous avons été dépossédé de tout cela.

     

    Répondre à ce message

    • #1817761
      Le 12 octobre à 12:51 par Paysan Breton
      Stage Prenons le maquis – Retour au rural

      @ calendula

      Le peuple n’est pas une classe, mais il se compose de classes (bourgeoisie, prolétariat). Vous vouliez parler de "couches populaires", je pense.

      Personne n’a forcé personne à quitter la campagne, et personne n’empêche personne d’y revenir, surtout pas le prix des terres agricoles de régions reculées. Personne n’a "dépossédé" personne de quoi que ce soit, ce sont les gens eux-mêmes qui ont abandonné leur terre, leur foi, leur amour de la patrie.

      Ne pensez pas que l’ouvrier vivait mieux il y a 50 ans : il gagnait moins, n’avait pas les moyens de devenir propriétaire, bossait plus et avait souvent une santé précaire. La différence c’est qu’il se sortait les doigts de ce dont parlait le camarade Laurent un peu plus haut...

       
  • #1821695
    Le 18 octobre à 13:26 par Jeux de vie
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    Tous ceux qui on courage de s’engager dans des expériences de changement et d’expérimenté de nouvelles expériences d’alternatives, même s’il ne sont pas parfait et font des erreurs, mérite un profond respect pour leur courage d’ouvrir de nouveau chemins, tels des pionniers qui osent aller à l’aventure, prendre des risques, sans savoir s’ils vont réussir...
    Ceux qui fond des commentaires de merdes, sans jamais prendre de risque dans leur vie, si ce n’est de critiquer derrière leur pc avec des commentaires intellectuelles, sans jamais relever leur manche pour construire quelques chose de nouveaux, sont les vraie Bobo, avec une grande Geule, que chacun parle d’abord de ses fruits, de ce qu’il à lui même réalisé et changé, transformé dans sa vie -
    Profond respect pour tout ceux qui osent faire des expériences, et essayer de nouvelles alternative - Merde à tous ceux qui ne font que parler et critiquer (les vraie intello-bobo) - qu’on ce le dise !...

     

    Répondre à ce message

  • #1821755
    Le 18 octobre à 14:31 par boule&bill
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    A quand un stage "prenons le pouvoir" ... juste pour info.

     

    Répondre à ce message

  • #1821769
    Le 18 octobre à 14:58 par calendula
    Stage Prenons le maquis – Retour au rural

    Paysan Breton

    Les paysans, on les a envoyés au "casse pipe" en 14, je ne vais pas vous apprendre pourquoi... vous le savez bien. Ceux qui ont pu y échapper sont restés dans leurs terres et c’est tant mieux. Mais tout à été fait pour que les gens quittent les campagnes, surtout les jeunes générations qu’on a envoyé travaillé à l’usine, leur faisant miroiter une vie meilleure et puis les femmes veuves qui n’ont pas eu le choix de rester des paysannes et que l’on a fait venir dans les usines pour remplacer les hommes à la seconde guerre mondiale. Si vous pensez que ces gens là avaient le choix, vous vous faites des illusions, et encore aujourd’hui, la situation c’est la même, on a pas le choix, sauf peut être pour ceux qui regardent l’émission de chantal thomas (c’est mon choix), et là encore c’est au raz des pâquerettes la plus part du temps, ah ou encore "plus belle la vie" et là c’est de plus en plus lamentable.
    Quel choix croyez avoir en ce bas-monde à moins d’avoir des oeillères, rester soumis dans son petit coin, d’aller au supermarché et consommer dans son petit pavillon de banlieue avec son barbecue et se croire à l’abri de tout.....

     

    Répondre à ce message