Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Réponse à Michel Drac sur la "zombification de la société"

Faut-il réveiller un somnambule social ?

Le sociologue Stéphane Édouard se sert de l’exemple récent d’un trajet Uber pour accréditer la thèse de Michel Drac sur la « zombification de la société ».

 

 

Michel Drac – Sur l’épuisement des ressources humaines

 

Retrouvez Michel Drac chez Kontre Kulture :

Sur la « zombification de la société » :

Michel Drac, sur E&R :

Stéphane Édouard, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce qui corroborait la fascination pour les films et séries sur les zombies.

     

    • Exactement ! je me demande depuis longtemps pourquoi cette fascination pour les zombies et cette multiplication des films, séries, jeux vidéos, rassemblements publiques, etc... sur le theme des zombies. c’est peut etre aussi une fascination de jouer avec la peur de quelque chose d’inarrêtable et contre lequel toute lutte semble vaine, comme le "système" que les gens semble prendre connaissance, même de manière inconsciente.3

      Ceci dit, cette zombification n’est pas nouvelle et ne découle pas des nouvelles techniques, tout au plus est elle renforce par celle la, mais les pervenches qui foutent une amende pour un dépassement de 2 mn ou le petit chef qui applique toutes les consignes sans reflechir relève du même phénomène d’effacement de l’intelligence et du sens critique.


  • Le peuple français est devenu un peuple de zombies dans la mesure où il ne réagit même plus à des massacres monstrueux (Bataclan) autrement que par des simulacres dérisoires : allumage de petites bougies, petits bouquets de fleurs, peluches... Il est frappé d’ HEBETUDE intellectuelle et morale .

     

    • #1740174

      D’où l’analyse assez intéressante de Julien Rochedy sur les peuples "raffinés". Même si cette vidéo pouvait porter à confusion parce que fait sous le coup de l’émotion, sur le fond il avait tout à fait raison.
      Plus largement, je vous invite à regarder ces vidéos "Sécession" sur TV Liberté.


    • #1741293

      Nous sommes tous zombifié chacun à nos niveaux, plus ou moins profondemment.
      Je pense qu’il nous faut déjà reconnaître en nous cette état pour ensuite mettre œuvre le plus possible la mise en lumière en soi pour s’en libérer le plus possible.
      En même temps, je constate que notre environnement qui happe constamment nos attentions nous met de sérieux bâtons dans les roues pour révéler cette partie en chacun de nous.
      J’ai une très forte impression que plus le système nous emprisonne, et plus les zombis se réveillent, alors je me dis que tout va bien se passer.


  • #1740045

    Je pense, vis à vis du "succès" ou de l’attrait que peut avoir la "zombification", c’est plus la recherche de la déresponsabilisation que la peur de la mort, car en ce qui me concerne, malgré toutes mes heures passées sur les jeux vidéos, j’ai toujours peur de la mort au fond de moi, l’instinct de survie animal, par contre ce que je recherchais dans les mondes virtuels, c’était le repos de l’esprit, l’évasion du monde réel, des vacances psychiques à peu de frais, une forme de recherche de l’insouciance de l’enfance mais aussi la déresponsabilisation de ma vie d’adulte et aussi parce que réfléchir en permanence à des choses complexes c’est extrêmement fatiguant nerveusement et aussi démoralisant devant les réalités parfois cruelles de notre monde dit moderne.

    Voilà, ma seule petite divergence avec Michel Drac.

     

    • Il y a du vrai dans ce que vous dites. Je crois qu’il y a une fatigue psychique et spirituelle chez tout le monde, car au quotidien il y a tellement de choses à gérer qu’on cherche à reposer son esprit. Et pas que chez les joueurs de jeux vidéos, suffit de regarder chez les zappeurs de la télé. T’as beau leur dire que c’est abrutissant, ils en ont conscience et c’est ce qu’ils recherchent.


  • Quand j’entends ( n’importe où ) " je suis amoureux de "...
    en l’occurence ici de l’automobile,j’arrête
    j’en peux plus.

     

  • Merci pour nous avoir fait découvrir un type qui semble avoir maîtrisé l’art du parler dans le vide. J’espère que vous ne manquerez pas de nous tenir au courant d’autres de ses élucubrations profondes. Elles ont un impact profond sur ma vie de tous les jours et m’ont aidé à placer, de manière plus ordonnée, des denrées alimentaires dans le frigo. Avant je mettais par exemple tjs le beurre sur le premier rayon à côté des carottes hors que maintenant j’ai plutôt tendance à le déposer sur le dernier rayon. A propos Zeitgeist veut dire l’esprit, le contexte de l’époque. Das war damals dem Zeitgeist. (C’était à ce moment là l’esprit de l’époque) N’est pas Michel Drac, Soral, Hillard qui veut.

     

    • Par ce processus d’automation de l’humain, le chauffeur agit de manière automatique à basse consommation d’énergie psy : il ne fait même plus appel à son système 1 car il lui suffit simplement d’être expert en conduite, fonctionnant de fait de manière quasi pavlovienne sous les ordres du GPS et à la réception facilitée d’informations d’orientation, ce qui lui convient parfaitement.
      Aussi l’en sortir par un impératif d’orientation, le rend totalement irritable car cela demande des efforts inhabituels et coûteux en énergie.
      De plus il ne peut pas perdre de temps puisqu’il est sous payé à la course, je suppose.
      Je connais des “sans-dents” qui ont “vécu” totalement saoulés sous les ordres d’un voice persécuteur : désormais à la retraite, il comble ses journées par les douze travaux d’Astérix, n’étant plus capable de raisonner, c’est-à-dire de faire appel à son système 2, trop dangereux car incertain, le doute devant effrayant contrairement à la routine. Chacune de ses journées consiste à enchaîner les tâches : sortie du chienchien, petit déjeuner pour madame la donneuse d’ordres, vaisselle, jardinage (opération graviers, opération plantation, puis de nouveau les graviers…), puis préparation de la bouffe du midi, vaisselle, le café pour madame, puis de nouveau une balade avec le toutou,… et ainsi de suite jusqu’à l’épuisement total. Le lendemain, très tôt le matin, c’est reparti « en marche ! ». Pendant ce temps, madame le pilote à sa convenance par le voice picking, assise sur son sofa art design le télérama à la main… Tout écart est immédiatement repris par d’incessants rappels pour le recadrer… Bref un véritable pilonnage verbal, d’injonctions, voire de paroles blessantes, de menaces afin de le maintenir sous pression, de le soumettre dans la réalisation des tâches auto assignées, toujours dans le labeur et au service de madame, à sa botte ! Ce pauvre n’est plus humain, ce n’est plus un homme : ils font chambre à part depuis 30 ans… Madame est servie étant charlie…
      Le type Uberisé ne connaît pas Paris et ses astuces, n’ayant pas fait l’effort de mémorisation des parcours très coûteux en temps d’apprentissage par la pratique, son système 1 d’orientation est inopérant : ce type ne sert qu’à conduire la bagnole et à encaisser le paiement : un emploi sous qualifié pour un sous homme en marche ! ».


  • Guérir c’est mourir même si ca peut paraitre paradoxal, comprendre c’est mourir. Notre instinct de survie se place là ou il y a un risque de compréhension et de guérison. D’où le fait que les gens ne s’intéressent qu’aux fausses solutions et jamais aux vraies et considèrent le réveil, la compréhension ou les tentatives de guérison comme une véritable agression. La compréhension véritable isole. L’ingérence est un problème à résoudre en soi. Il ne faut pas intervenir pour réveiller qui que ce soit. Celui qui constate le sommeil des autres dort lui même à un niveau qu’il doit découvrir.


  • Je pense que l’époque dans laquelle nous vivons manque de simplicité.

    Les gens ont de plus en plus de mal à aimer les choses simples. On a l’impression qu’ils se font chier.

    C’est aussi très difficile d’avoir des conversations sérieuses. Ils ne pensent qu’à s’amuser.

    C’est une sorte de championnat de l’hyperactivité. Les gens ne savent plus prendre le temps.

    Tout, tout de suite, maintenant !

     

    • Je le constate également. Il n’y a qu’à voir les réseaux sociaux.
      Cela devient indécent cette surenchère de photos digne du festival de Cannes, ou l’égo s’étale dans un flot incessant d"amusements, souvent ridicules.
      C’est même méchant, on fait "râler" ceux qui ne peuvent pas se payer des voyages magnifiques. Tout en s’érigeant en guide spirituel, donnant des leçons de bonheur à la terre entière.
      Au lieu de reconnaître qu’on veut juste montrer à quel point on a du fric et qu’on est content.


    • Oui, Carlin.

      Ils mettent leurs vies en scène et les comparent. Ils ne sont pas tous comme ça, heureusement.

      Le pire avec ces gens-là, c’est que lorsque l’on sort ensemble boire un coup ou autre, ce sont les gens qui se plaignent le plus pour des choses toutes les plus insignifiantes les unes que les autres.

      Ils croient que la vie est un jeu, et quand ils prennent la réalité dans la gueule (alors qu’en plus, y a pas mort d’homme), ça se plaint.

      Je ne leur en veux pas, car ils sont mes amis. Mais, j’ai parfois l’impression d’habiter dans une autre dimension.

      Simplement dû à un manque de maturité, selon moi. L’infantilisation des masses est une réalité. Ça pime et ça fait des caprices pour rien.

      À 32 ans, je vous assure que ce n’est pas évident à gerer et que l’on se sent souvent seul.

      Heureusement, il y a ER !


    • #1741399

      Oui Mithrandir,

      les égos ne sont totalement lâchés, les individus en sont complètement esclave, ils ne le reconnaissent pas en eux, ils s’identifient à lui, et donc il sont zombifié, esclave de leur ingérence d’égo.
      De là découle toute la société dans laquelle nous sommes à mon sens.

      Je crois qu’une partie de la solution serait d’arriver à faire prendre conscience aux humains, leur esclavage d’eux même afin qu’ils commencent par reprendre un vrai contrôle sur eux même individuellement parlant bien entendu !


  • Ce dont il faut se rendre compte c’est qu’on est tous zombifié ...


  • #1740083

    Un grand merci à Stéphane Edouard, et Michel Drac, qui tout deux mettent en exergue un grave problème de société, dont beaucoup doivent passer à côté, sans s’en rendre compte.

    Ayant des heures de vol, nous avons pu constater le début de ce phénomène, sans toutefois être en mesure de l’analyser aussi bien, lorsque l’informatique a fait son apparition, tant dans la fonction publique, que dans le privé.

    La déshumanisation des rapports humains venait de commencer, et n’ira qu’en s’amplifiant, avec tous les drames que cela comportait.

    Nous nous trouvions confronté avec une "machine", qui captait notre attention un certain nombre d’heures dans la journée, et ne nous permettait plus de voir qu’un des membres du groupe, était prêt au suicide. Quant nous l’avons compris c’était trop tard, il était mort.

    On peut dire que depuis cela n’a fait que s’accélérer. Et il n’est sans doute pas excessif de dire, que nous vivons quasi dans un monde de fous.


  • Entièrement d’accord avec Stéphane, même principe avec les smartphones il n’y a cas regarder les zombies dans la rue avec leur smart collé sur le front dès que vous dites attention tu vas me rentrer dedans sur le trottoir, le zombie me regarde d’une façon tel que j’ai l’impression qu’il ce demande ou il est, complètement déconnecter du monde réel, puis regarde et ce demande ou il est, pour ensuite reprendre sa route comme un mort vivant, l’analyse de Stéphane rejoins ce que je pensais depuis longtemp, inventer toute c’est saloperie, pour nous rendre dépendant des machines et de faire de nous les goyim, des zombies et pouvoir nous manipuler via des logiciels qui ont été crée pour. et qu’il n’y ai plus de contact entre humain et devenir complètement dépendant des machines et plus des humains.


  • #1740113

    C’est la meme chose avec internet et les moteurs de recherche. On ne fait plus l’effort d’apprendre les mots, les definitions, on sait que google fera le taff...


  • #1740114

    C’est pas nouveau, avant le tout numérique, c’était le cas des administrations qui ne voulaient pas voir le cas par cas mais cocher des cases là ou c’était prévu par la matrice. Maintenant sur les supports digitaux c’est la même chose...
    En bref, l’éternel métaphore "zombie" par la science cognitive.


  • michel drac plus debordien que jamais...


  • Bienvenue dans l’univers cyberpunk les gens.
    Je vous invite à aller découvrir ce genre littéraire qui décrit parfaitement ce dont il s’agit. Le plus connu de ces auteurs est W.Gibson pour son roman "le neuromancien". Tout ceci a été théorisé (la cybernétique, l’automation, "l’optimisation" mécanique de l’humain) il y a pas mal de temps et je croit bien que vous êtes les seuls a en parler aussi ouvertement. D’autres en parle mais d’une manière différentes ( Laurent Alexandre,https://www.youtube.com/watch?v=tw1...), lui nous parle d’inéluctabilité.
    Tout ceci devient très inquiétant ....


  • La zombification de nos sociétés a commence il y a fort longtemps (au moins 60 ans) par la contamination du consommateur qui est devenu un consommateur-zombie.
    Approfondir
    Google tapez mots cles necronomie consomateur zombie


  • Je suis d’accord avec cette analyse.
    C’est sûr que la dézombification provoque de la colère, et que le lien avec le somnambule en mode survie après son reveil est sûrement pertinente.
    Je l’ai constaté avec mon médecin traitant lors d’une discussion sur les dérives de l’industrie du médicament...la réaction est devenue violente et irrationnelle. Vanité blessée (là aussi déni de sa paresse intellectuelle), statut du "notable" remis en cause, peur de remettre en cause la doxa (DANGER !!!), etc
    Je le constate à d’autres occasions, avec divers personnes sur divers sujets. Même sans imposer une vue différente, proposer une approche alternative est perçue comme une agression. Le reveil est vécu comme brutal, inconfortable.
    Le cynisme est élevé comme valeur civilisationnelle, tant qu’on est du bon côté du manche on peut dormir. Esprit Koh Lanta : il n’en restera qu’un DONC les autres je m’en tape DONC tant que ça ne me concerne pas directement je peux dormir.
    Je vais dans la mauvaise direction ? tant pis il paiera, je dors en attendant que le GPS me réveille...

     

    • #1740285
      le 05/06/2017 par envolées_des_incultes
      Réponse à Michel Drac sur la "zombification de la société"

      La conduite du changement, ça s’apprend ...
      .
      Le changement ne s’impose pas frontalement, il est incité. Voyez-vous la nuance ?
      .
      Frontalement, c’est le niet assuré. Pourquoi ? Parce que vous sortez de force quelqu’un de la zone de confort psychologique à laquelle il s’est habitué. Il a ritualisé de sorte à subir le moins de tensions internes possibles et quelqu’un voudrait le remettre sous tension ? Sacrilège ! Du tact que diable ...
      .
      Quant à sa notation par les chauffeurs, est-il besoin de rappeler que la moindre des politesses ne tient pas seulement dans les formules, mais surtout, et avant tout, dans l’attitude.
      Ainsi, on n’impose pas une communication, on requiert avant tout l’écoute de son interlocuteur quand on perçoit qu’il est disponible.
      Si le type est stressé car il a perdu le contact avec le GPS, le faire chier à ce moment précis alors que son attention est toute tournée vers son instrument de guidage et que son état de stress est peu propice à l’échange, ça n’est pas une bonne idée, c’est du manque de savoir vivre. Malotru, goujat sont les mots qui me viennent à l’esprit.
      .
      Quand on prend Uber, on prend ses avantages et ses inconvénients, et on la ramène pas avec un pauvre type qui tente de gagner sa vie avec les moyens dont il dispose. Et si on est pas content, on prend le taxi, pi c’est tout.
      En final, cet exemple est très mal venu pour expliciter un phénomène de zombification car on peut se poser la question de savoir lequel est le plus zombifié des deux entre le chauffeur et le client qui croit connaitre le civisme et la politesse par l’évocation de formules contradictoires avec son attitude ; il récite des formules comme un GPS récite des itinéraires : il manque de l’intelligence, de la connaissance et de la compréhension chez les deux.


  • Je suis plutôt d’accord avec cette analyse : le système, en plus de rendre apathique les masses, leur apprend à repousser violemment ceux qui essayent de les sortir de leur torpeur, bouclant ainsi la boucle.
    Cela me fait penser à un passage du "guépard" de Lampedusa : "un long sommeil, voilà tout ce que veulent les Siciliens. Et ils haïront tous ceux qui voudront les réveiller"


  • #1740182

    Un éclairage intéressant sur notre ère de déshumanisation. Çà me rappelle une autre analyse très proche : Günther Anders, L’obsolescence de l’homme - voir les concepts d’auto-réification et de honte prométhéenne -


  • Il y a très longtemps que nous sommes zombifiés. Simplement les nouveaux moyens de communication rendent cette zombification plus évidente.
    Pourquoi nous laissons nous zombifier ? Simple question d’économie.
    Nous avons naturellement tendance à aller vers le plus simple, vers l’économie de moyens.
    Les processus d’acquisition demandent énormément d’effort. Il est plus facile pour un chauffeur de taxi qui ne connaît pas Paris de suivre son GPS plutôt que de réfléchir 5 secondes, prendre un risque et faire 10 km de moins. Un processus d’acquisition, un changement, c’est un effort pour faire de nouvelles jonctions neuronales et c’est aussi une prise de risque, donc on va l’éviter même si c’est moins coûteux ou moins dangereux.
    J’ai commencé à travailler il y a 40 ans. Déjà, à cette époque, j’ai pu constater comment certains "anciens" se raccrochaient à des processus obsolètes, coûteux et inutiles parce que ces processus avaient l’immense avantage d’être très bien maîtrisés et j’ai pu constater le risque qu’il y a à sortir des gens de leur zombification.
    Maintenant, cette sclérose peut aussi avoir l’avantage de perpétuer des systèmes qui fonctionnent. Simplement quand les systèmes ne fonctionnent plus on préfère encore, en général, les maintenir, parce que c’est plus économe en fatigue. On peut donc aller volontairement vers notre mort tout en dépensant beaucoup d’énergie pour se masquer l’évidence.
    Ce sont les éveillés et les dissidents qui peuvent réveiller les zombies, mais ils doivent savoir le faire. Gueuler la vérité ne sert à rien, elle dérange.
    Au fond, tout le monde sait que tel parti n’est pas ce qu’on en dit, mais reprendre son jugement et l’assumer est trop fatigant.
    Les patriotes doivent aussi trouver les bons biais cognitifs et ne pas se comporter toujours en chevalier Bayart.
    Exemple de biais cognitif : un jeune homme est un communiste enragé. Pour lui son patron ne peut être qu’une abomination même s’il a créé son entreprise même s’il mérite son salaire et même si sa politique sociale est bonne. Inutile de chercher à le convaincre. En revanche, si le jeune homme tombe amoureux de la fille du patron qui, elle, aime son Papa et ne supporte qu’on le critique, alors le jeune homme entre deux contradictions liées l’une à sa survie intellectuelle et l’autre à sa survie amoureuse, va laisser s’ouvrir une espace critique dans son cerveau.
    Nous devons nous aussi trouver les biais cognitifs nécessaires à notre future victoire.


  • Cette peur de la mort se retrouve également chez des gens qui pratiquent le sport à outrance (alors qu’ils n’avaient jamais ou presque jamais fait de sport jusque là),à 40 -50 ans ,ils en délaissent parfois leur famille,leur compagne.Le boulot terminé,vite ils filent en salle de sport ou autres activités.Et là,ils ne pensent plus...ils "s’explosent".
    J’adore le sport mais sans excès et nous pouvons constater que la démesure se retrouve dans ce domaine ci également.
    Je pense que la croyance en Dieu manque terriblement ,le vide de la mort fait terriblement peur aux gens ,ils n’arrivent pas à transcender cette idée de la mort,cette pensée.
    Bien souvent,ceux-ci sont fiers de se dire athée et souvent méprisent ou chambrent les gens croyants mais au final ,ils sont tout petits !


  • Je l’aime bien Stephane Edouard.

    Ca fait longtemps que je le suis. Avant même qu’il ne soit connu par ce nom là.

    Un type classe, qui a un esprit large et different qui entends parler de pas mal de sujets et les aborde sans se soucier de ce qu’on pense de lui. Merci à lui pour cette analyse !



  • Pourquoi ces gens acceptent-ils d’être zombifiés ?



    Monsieur Drac, il faudrait peut être se poser la question de savoir où se trouvent ces plateformes de distribution qui emploient des préparateurs de commandes. Peut être dans des régions désertifiées ou comptant un fort taux de chômeurs ?
    Du simple magasinage à l’achat industriel, j’ai déjà exercé cette fonction, et y ai côtoyé des jeunes en recherche du 1er emploi, soit, mais aussi un nombre hors norme de personnes d’une rare intelligence ayant simplement perdu leur travail du fait d’une concurrence internationale et moins-disante, des personnes cultivées et familières aux raisonnements intellectuels complexes. Personne ne voyait dans cet emploi un outil de développement personnel ou une manière de se déresponsabiliser. Bienvenue dans le monde du travail et de la désindustrialisation Monsieur Drac (où regnaient d’ailleurs une empathie et solidarité exceptionnelles).
    Merci pour vos très bourgeoises et amusantes théories tout droit sorties de votre microcosme.

     

    • #1740389
      le 05/06/2017 par envolées_des_incultes
      Réponse à Michel Drac sur la "zombification de la société"

      @ SC31 - Je vous rejoins. Les biais idéologiques et cognitifs de M.Drac se font de plus en plus sentir dans ses interventions, ce qui laisse à penser qu’il aurait peut-être dépassé les limites de ses compétences, ou que son isolement dans la cambrousse le priverait des contestations nécessaires pour le prémunir de ses propres biais cognitifs de contrôleur de gestion, influencé par de nombreuses lectures simplificatrices.
      .
      Je suis en désaccord sur la peur de la mort qui conduirait les gens à se zombifier. Selon moi, c’est une stratégie inhérente à tous les mammifères qui permet de réduire les tensions internes néfastes sur le long terme. C’est une sorte "d’homéostasie psychologique" qui permet un équilibre biologique propice à un organisme en bonne santé. Le stress à trop forte dose serait mauvais pour la santé (cf cortisol et "biologie du stress"). Or, la vie sous capitalisme libéral, c’est monstrueusement stressant.
      .
      Si réduire intensité, durée, du stress préserve la santé, autant le faire. Les instructions le permettent. ( manquerait plus que les types se tuent à la tâche en bougeant des boite pour 1 SMIC ! ).
      Plus il y a de zombis, plus on peut en déduire que la société dans laquelle nous vivons est hyper-stressante, hyper-abrutissante, hyper-normée, hyper-ritualisée.
      .
      Enfin, si l’on considère qu’un organisme lors de son métabolisme consomme et produit des déchets ( cf muscles, glucose et acide lactique ) , on peut imaginer qu’il en va de même pour le cerveau qui doit fonctionner durant 8-12H /J.
      Est-ce naturel de réfléchir durant 8 heures ?
      Dans ce cas, les déchets produits par le cerveau ne dépassent-ils pas les capacités à les éliminer ? Si oui, quelles sont les conséquences ?
      Serions-nous en présence d’un goulot d’étranglement à ce niveau, raison d’être des rituels "zombifiant" à visées déstressantes ?
      Je vous invite à consulter ces articles : Le cerveau élimine ses déchets durant le sommeil et "Un système de tout-à-l’égout intégré au cerveau"
      .


    • #1740779
      le 06/06/2017 par envolées_des_incultes
      Réponse à Michel Drac sur la "zombification de la société"

      Et donc à la question : "Pourquoi ces gens acceptent-ils d’être zombifiés ?", il convient de rectifier.
      Les gens "n’acceptent" pas d’être zombifiés. Ils sont zombifiés de force. C’est le fruit d’un viol psycho-biologique.
      .
      Les mécanismes biologique et psychique à l’origine de l’état de zombi se mettent automatiquement en place comme réactions à des stimuli extérieurs.
      Et ces stimuli sont produits délibérément. Ils sont des résultantes de la vie qui nous est imposée dans nos sociétés modernes occidentales, par la caste dominante via les lois, la durée du travail, les médias ( y compris internet ), le terrorisme, la compétitivité ...
      .
      L’état de zombi résulte d’excès de stress. C’est le fruit de la "stratégie de la tension" ( doux euphémisme) chère à M.Drac, c’est un crime contre l’humanité caché par la Shoa.
      .
      Donc, au lieu d’insulter vos frères d’idiots, fainéants, pourquoi ne faites-vous pas des recherches sur les conséquences biologiques du stress chronique ? ( Sans se limiter à la page wikipédia sur l’effet du stress sur l’humain.)
      .
      Vous apprendrez, entres autres, que le stress chronique a pour effet de détruire des neurones, d’abaisser les défenses immunitaires, et que l’abrutissement, l’aveuglement en sont des conséquences.
      .
      Je privilégie d’abord l’approche biologique du stress car c’est factuel et mesurable physiquement. L’approche psycho-sociologique est discutable et ouvre la porte au charlatanisme.
      .
      Connaissant les fruits du stress, et à force d’observations et de recoupements de données, dont épidémiologiques, il ressort que c’est une véritable guerre, avec ses morts, blessés, handicapés, que mène la caste dominante et qui conduit les populations à se zombifier pour survivre. Un zombi, c’est un humain en stase de survie.
      .
      Que la paix soit EN vous ;-)


  • Pour traiter le très intéressant sujet de l’infantilisation et de l’aliénation qui peut s’élargir au domaine politique, professionnel, familial, médiatique et artistique, je préfère E&R relais de Proudhon (comme dans la Pornocratie) qui en faisait une de ses 1ères luttes, que des vidéos de Drac.
    Se contenter de voter pour un parti sans voir au delà - donc faire un chèque en blanc envers un candidat - est déjà une forme de zombification et certains auteurs sont injustement peu présents sur votre site.


  • N’est-ce pas là tout simplement la "théorie" de Milgram. Pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple.

     

    • #1740308

      Milgram c’est l’irresponsabilité individuelle par l’autorité différée ainsi que la "théorie du signal", rien a voir donc.


    • @ chèvre-choux
      ah ben si vous l’affirmez, c’est forcément La Vérité !

      Plus sérieusement, l’idée du camarade Me paraît plus proche de la vérité que la vôtre, ah pardon vous n’avez pas donné d’idée pour contre-argumenter mais seulement affirmé de manière péremptoire que vous saviez.

      La facilité par paresse qu’implique la déresponsabilisation pourrait expliquer pourquoi les gens se zombifie ! A cette question Drac évoque la peur de la mort mais ce peut être une raison alternative ou cumulative en fonction des gens. Peut être y-t-il d’autres raisons non évoquées.

      Quand au logiciel implanté en nous ou l’intelligence artificielle à laquelle on tente de nous soumettre ferait office d’autorité différée. Qu’en pensez-vous vous ? Du coup l’analogie avec Milgram serait pertinente et pas con du tout.


  • La tri-partition de la société : "élus" ,peuple ,zombis .
    Avec des zombis exécutants à tous les niveaux dans la société ;
    aux ordres des puissances d’argents d’ "élus" zombifiant et dirigeant de pauvres matrixés indigents Goym .


  • #1740251

    Cette situation évoque quelque peu le fameux triangle de Karpman

    Stephen B. Karpman (psychologue américain des années 70) a mis en évidence un modèle de détection et d’analyse des jeux psychologiques appelé « Le triangle dramatique ».
    Le triangle de Karpman est un concept simple et puissant d’Analyse Transactionnelle portant sur une dynamique qu’il résume dans un triangle appelé « triangle dramatique ».
    Ce jeu implique 3 rôles :

    une Victime V : qui se sent inférieure et va rechercher soit un Persécuteur soit un Sauveteur.
    un Sauveteur S : qui perçoit la Victime comme inférieure et lui vient en aide à partir d’une position supérieure.
    un Persécuteur P : qui persécute en agressant, humiliant ou rabaissant la Victime.
    Dans chacun des 3 rôles il est intéressant de noter qu’aucun ne perçoit la réalité. Tous sont dans un état de méconnaissance (terme employé par l’Analyse Transactionnelle pour décrire une perception de la réalité biaisée).


  • #1740253

    Ben viens me voir Mon Mimi, mon gros Loulou dans mon p’tit atelier du 5 à 7, entre Trouville, Calvados, et Saint-Lo, Manche, le vendredi de préfèrence Robert est de garde à la Caserne.

    Promis entre nous pas de concurrenciel, que du tout doux.
    Si tu promets que dès que tu m’auras vue, tu m’oublies.

    Pour le coup tu ferais de mon souvenir inoubliable une image et pour le coup, là tu me zombifierais, cristallisée dans ta mémoire.

    Et, si t’as l’occasion de boire le coup avec ce Cher Edouard, dis-lui qu’il arrête de se prendre le chou avec les p’tites étoiles yellow au pakistanais, pendant que nous autres on mange du taupinanbourg par la racine.
    20 minutes de vidéo, tout ça pour dire que c’est les premiers esclaves qui se réveillent en premier, y perd son temps comme l’Allemand et sa théorie du temps. En Normandie, la pomme tombe du pommier, on la ramasse et on la mange. Faut pas gâcher. C’est vrai on peut en mettre de côté pour l’alambic, mais ça c’est devenu clandestin.


  • La peur de la mort s’intensifie quand elle se rapproche. L’étourdissement quelque soit sa forme permet, il est vrai, de la transcender momentanément. La peur de cette mort ne vient elle pas aussi de l’ignorance des origines de l’homme et de son devenir ? Il existe d’autres biais pour l’éluder, comme la spiritualité. Lorsque l’homme comprendra qu’il est un esprit immortel cloisonné dans un corps biologique programmé pour une durée de vie maximale de 150 ans, et que son esprit lui survivra, d’une dimension universelle à une autre dans ce grand hologramme que l’on appelle l’Univers, alors il pourra envisager un nouveau paradigme, plus orienter sur l’immatériel et la spiritualité. La connaissance ultime sera l’acceptation et la compréhension du processus de réincarnation. Alors la mort pour celui-là sera abolie.


  • Ça rejoint le conditionnement opéré par la technique.
    Et l’autonomie que la technique acquiert d’elle-même.

    Regardez Jacques Ellul, par exemple... il explique ça assez bien.
    (Jacques Ellul - Le Système Technicien).
    La technique évolue, mais la critique de son essence reste sensiblement la même depuis le début de la révolution industrielle.

    C’est un point qu’il serait dommage de négliger, tant nos comportements sont dépendants de,et influencés par la technique


  • Je vais être un peu plus direct .concernant la "zombification" qui est un terme plutôt sympathique.Moi je dirai le manque de bon sens ,la fainéantise,la bêtise .Enlevez un GPS à l’heure actuelle ,et là nous allons assister à un vrai merdier .Les gens sont incapable ,et je pèse mes mots, de savoir se diriger avec une carte papier.Et pour beaucoup choses ,c’est pareil .Et par le faite de se rendre compte qu’ils sont dépendant , cela les rend nerveux ,voir agressif. Leur lacune se dévoile au grand jour .Et ça ,ils ne le supportent pas .Mais, malheureusement, il n’y a pas que dans ce domaine.


  • Les gens qui passent beaucoup de temps devant l’ordi et qui rédigent moult commentaires sont ils eux même zombifiés ?

     

    • Ça dépend s’ils savent ou pas repriser une chaussette.


    • Mais alors Jean Marie Messier était mort à l’intérieur ??? Punaise,ça fout le vertige !


    • Bonne question.
      Tout dépend de ce que l’on fait par ailleurs. On peut rédiger un commentaire au travail pour alterner avec la routine voire augmenter ses capacités de raisonnement et gagner en créativité par l’apport d’autres champs disciplinaires ; on peut également écouter une conférence en épluchant ses patates pour préparer une bonne purée maison à ses nombreux gamins ; on peut également mettre à profit ces longs temps de transport parisien en bouquinant, c’est mieux que de regarder les vaches qui nous regardent passer en broutant… Si on n’omet pas de pratiquer régulièrement du sport pour s’entretenir par exemple une fois tous les deux jours, ben il y a de grande chance d’échapper au stéréotype de la ménagère de moins de 50 ans.
      En fait l’un n’empêche pas l’autre, tout est une question de dosage, un équilibre pour sortir de l’aliénation, un combat du quotidien, avec la quête de sens ce sont les deux combats à mener. Je pense que la plupart des gens ici font de leur mieux pour survivre au milieu de toutes ces contraintes du monde moderne.


  • Le constat de M Drac est impitoyable. Rajoutons à cela qu’à se pencher toujours plus sur la quête de sens à trouver dans ces professions majoritaires, on en trouverait encore moins si on rajoute le paiement de la dette fictive.
    - "Oui mais il faut bien manger" !
    - "Que reste-t-il pour manger et quel type de nourriture" ?
    Amitiés


  • #1740370

    le système de notation décrit dans cette vidéo m’a fait pensé au 1er épisode de la saison 3 de la série BLACK MIRROR où le concept est poussé à l’extrême.

    Dans cet épisode, toute la société est géré par ce système de notation (de like) pour tous les aspects de la vie (selon votre niveau de like, vous pouvez avoir droit à certains postes et pas à d’autres, idem pour le logement )
    ca décrit aussi très bien l’influence de ce système sur les relations entre les gens (bien entendu, tous les rapports sont faussés)

    Si vous ne connaissez pas BLACK MIRROR.... jetezvous sur cette série


  • Si je puis me permettre, il y a quelques années j’ai proposé que l’on recrée du réel à base d’un forum oral, c’est à dire si quelqu’un peut créer un serveur vb sécurisé. Nous pourrions discuter à plusieurs milliers de personnes en créant des salons et permettre aux gens de chaque région de faire connaissance et de se rencontrer pour passer à une étape essentiellement, recréer du tissu social réel.

     

    • Quelle bonnne idée. Pouvez vous en dire davantage ? un serveur vb ? j avoue mon ignorance.
      A vous lire ici et bien à vous.
      (votre pseudo n’est pas fait pour les camarades !)


    • #1741465

      Il s’agit de prendre un pc et d’y installer un logiciel de tchat audio sous linux par exemple vb ou bien d’autres. On le sécurise et on transforme ma tour pc en serveur hébergeur. À une époque j`herbergais jusqu’à 120 personnes et ça remonte il y a plus de 10 ans avec une tour à moins de 500 euros. Cela pourrait permettre de recréer du réel ! Et rapidement vu le nombre de gens qui viennent ici et en moins de 3 mois, il peut y avoir un réseau social réel et sérieux avec ses personnes qui veulent dépasser leur écran.


  • J’ai visité un des ces entrepôts la semaine dernière, c’était assez lugubre malgré les simagrées de la direction qui nous présentait leur camp de concentration moderne avec gaieté...Des immenses bâtiments de béton, froids, où la machine et l’ordinateur dominent l’homme chosifié pour maximiser les profits...
    Comme Céline disait à propos de l’esclavage et du salariat : "Au service de la compagnie pordurière du petit Togo besognaient[...]grands nombres de nègres et de petits blancs dans mon genre. Les indigènes eux, ne fonctionnent guère en somme qu’à coups de trique, ils gardent cette dignité, tandis que les Blancs, perfectionnés par l’instruction publique, ils marchent tout seuls"
    Alors au fond pourquoi acceptent-ils ces salariés ? D’après M.Drac ils fuient la mort...je suis en partie d’accord... car s’ils fuient la mort c’est surtout parce qu’ils ont perdu le sens de la vie, comme nous tous, hommes aliénés du XXIème siècle...Les choses, la marchandise, l’argent nous ont dépossédé de nous même alors nous sommes prêts à accepter servilement tout un tas de chose pour pouvoir survivre dans cette dictature marchande...


  • @Stéphane

    Il y a à l’antiquité un philosophe qui en parlait avec le mythe de la caverne de Socrate repris par Platon.

    Ensuite, ce qui est intéressant de voir c’est justement les questions que j’ai posé à ses psychologues et également à lucien cerise sur le fait de trouver une forme de thérapie collective pouvant réveiller le sujet sans éveiller sa mise en danger. Le problème est qu’il y a des barrières cognitives à contourner d’après ce que j’ai compris, et ces barrières sont codés sous plusieurs formes. Si une de ces barrières sont atteintes de front, les réactions sont toujours hostiles et l’esprit se ferme.


  • L’ intervention de S.Edouard est basée sur la rivalité mimétique, jusqu’aux lunettes d’ailleurs. Rien d’éblouissant

    Il serait intéressant d’avoir le point de vue d’Alain Soral sur cette réflexion, non pas pour affirmer que "moi aussi j’y ai pensé d’abord, avec Uber" comme le fait Stéphane Edouard, ni même pour "opposer" sa réflexion à celle de Michel Drac, mais pour nourrir, voire compléter celle ci. Tout en ajoutant les nuances et et désaccorrd. Michel Drac en exprimes certains. Avec la pointe de finesse d’analyse qui n’est pas donnée à tous hélas trois fois hélas....

     

    • Je ne suis pas d’accord avec l’idée que Stéphane Édouard fait du "moi d’abord".

      Il pose une question très intéressante à la fin, est-ce que le clivage qui divise notre société, plutôt que droite/gauche patriote/mondialiste etc, ne serait pas plus globalement zombies/éveillés. L’idée que le clivage zombie/éveillé est à l’origine de tous les autres permet de "désigner l’ennemi" et de couper court aux divisions stériles.

      Ensuite, je trouve la comparaison avec le somnanbule très bonne, elle illustre parfaitement l’agressivité des zombies du système vis à vis de la dissidence.


    • mimétisme oui, rivalité mimétique non


  • Pour faire simple c’est l’allégorie de la caverne de Platon.


  • Suis-je le seul à me demander pourquoi il contribue à la "zombification" en employant les services d’"Uber" ?

    Car,finalement il critique,montre la misère sociale ,mais l’utilise.

    Pas très congruent tout cela...

     

  • Est ce qu’on est plus in robot quand on entend une information au lieu de lire un papier ? pour au final effectuer la meme tache
    Pour info, l’utilisation des ’Talkman’ a la place des listes de prelevement dans les entrepots de la grande distribution a permis in gain de productivite de 20%. et ca a commence il y a plus de 10 ans. De toutes facon, les robots vont vraiment nous remplacer pour ces taches repetitives. (voir les video de Boston Dynamics)

    Au moyen age, les tissserand drapiers se revolterent et briserent les "métiers a tisser’ qui etaient plus productifs... combat d’arriere garde !

    Pour ce qui est du GPS, entierement d’accord, il y a des cas de deces suite a l’utilisation aveugle du GPS

     

    • #1740636

      Presque entièrement d’accord.

      Nous avions besoin hier du travail pour produire et de ceux qui avaient produit pour consommer.

      La somme des produits fabriqués étaient achetés par la somme des salaires versés par ceux qui les avaient produits.

      Mais aujourd’hui, les produits sont fabriqués par des robots et les ouvriers qui ne les ont pas produits n’ont donc pas les salaires pour les acheter.

      On a donc financé la consommation par la dette au "service de la paix sociale" : on créé la demande qui écoule les produits par l’emprunt.

      Un jour il arrivera qu’un robot qui n’appartient qu’à une entité produise absolument tout dans un monde fait uniquement de chômeurs vivant exclusivement des aides publiques "de la paix sociale" avec en face un emprunt colossale irremboursable sauf par l’entité unique puisque propriétaire de tout.

      Alors on s’apercevra que l’entité propriétaire de tout est aussi le prêteur des deniers empruntés par l’Etat et qu’étant ainsi propriétaire de tous les actifs et de tout le passif, les hommes et les gouvernements sont ses gages.

      Une version radicalisée et planétaire de l’esclavage par la dette dans les mines au XIX.

      Sauf.....(tambours)......ceux qui n’auront jamais emprunté ni à titre public ni à titre privé.

      N’empruntez jamais : vous resterez libres
      Même chômeurs.


  • Croyez-vous Monsieur que ce pauvre trimard zombie et ubérisé se soucie de la note qu’il vous a attribué, croyez-vous que cela vaille la peine de perdre son temps, son argent et son énergie en débitant pareilles pécadilles pilpoulesques, car force est de constater que vous participez de cette zombification des esprits plutôt que de la combattre radicalement...

    Avez-vous pensé à enlever vos lunettes de soleil avant d’entrer dans le taxi !


  • Je suis chauffeur Uber !
    Vos arguments ne valent pas grand chose !
    Sûrement un chauffeur un peu perdu point barre !
    En pleine matrice uberienne à transporter des phénomènes ds ton genre usant d’inversion totale des choses ! La chèvre snobinar c’est toi mon gars !
    Va faire 35h en 2jours minimum 6j sur 7 et ont en reparle !
    Comment dire de la merde pour rien !

     

    • Je suis d’accord. Je connais ce type par un autre biais. Il est arrogant au possible et n’a de cesse que d’humilier la personne qui ose le contredire, surtout lorsqu’il à la salle de son coté.

      Ensuite il n’est pas sociologue. C’est juste un "coach" qui rumine des acronymes de son invention à un auditoire de geek perdus dans les rapports humains auxquels il extorque de fortes sommes d’argent en lors inculquant une soi disant méthode pour draguer, pour se faire des amis, pour trouver du travail, pour briller en société.

      A une époque il faisait des coaching de "relooking", très cher, il emmenait les types dans des magasins de vêtements aux halles acheter divers vêtement assez cher, puis il passait derrière toucher ses commissions en plus de honoraire du coaching....

      Ce type est complètement narcissique, il a la collection totale de chez Apple (pour moi c’est carrément rédhibitoire) ! Je ne comprend toujours pas comment E&R peut relayer un type pareil.


    • #1741646
      le 08/06/2017 par Bullshit Uber Alles !
      Réponse à Michel Drac sur la "zombification de la société"

      Bingo...


  • Cette histoire de "zombies" me fait penser au taylorisme et au travail à la chaine de l’industrie du début du XXème siècle si bien stigmatisé par Chaplin dans "Les temps modernes", qu’à-t-elle de réellement nouveau ? Les techniques modernes (informatique et intelligence artificielle) ?

    Ma remarque n’enlève rien au fait que les vidéos de Drac sont un plaisir de tous les instants pour l’esprit. Le gusse a, de plus, un humour qui le rend immédiatement sympathique et frère en humanité.


  • Ce sont les boulots de merde qui nous zombifient. On peut dire aliéner aussi.
    Employer le terme "zombie" c’est tres imagé cependant.

    Bref. Faire un boulot de merde est dégradant pour l’esprit et le corps humain.
    Pour quelles raisons existe t il des boulots de merde ? Qui les accepte ? Peut on en diminuer l’importance ? Quelle philosophie pourrait nous en faire échapper ? Comment trouver les ressources mentale et physique pour nous aider à échapper au processus d’aliénation ?

    Retroussons-nous les manches ! y’a du boulot !


  • Je pense qu’il en va exactement de même des gens pris dans une réaction émotionnelle face à une nouvelle (exemple-type : vidéo d’abattoir) qu’on essaye de raisonner, à qui l’on essaye de remettre les choses en perspective : ils sont zombifiés par leur pathos et toute tentative de les en tirer est violemment sanctionnée.


  • On l’accepte parceque l’on pense que c’est plus" FACILE " pour survivre .C’est plus facile que de refuser un job dénué de sens et de se retrouver SDF à dormir dans son véhicule et à vivre de la charité publique . Combattre physiquement c’est plus le truc de l’époque,les combattants se limitent aux stades de foot ,une can de Corona dans la main.
    Qui est prèt à risquer sa vie à part les Djihadistes aujourd hui ? Aucune motivation ne semble faire bouger les gens, gavés jusqu’à la gueule de pizzas , de Samsung et de clips d’abrutis prétendus chanteurs qui hurlent comme si on leur arrachait les dents ,d’émissions pornos décérébrantes ..Y a vraiment de quoi étre déséspéré et d’abandonner la lutte .


Commentaires suivants