Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pays baltes : la discrimination des russophones institutionnalisée

Il y aurait près de 2 millions d’ « euros-russes » au sein de l’Union Européenne, la très grande majorité vivant dans les trois pays baltes.

Suite au démantèlement de l’URSS, les russophones s’étant installés pendant la période soviétique ou même avant, se sont retrouvés sur ces territoires. Nous parlons peu de la situation de ces individus d’origine russe, alors que ces derniers subissent très souvent une discrimination d’État, sur le continent qui promeut les droits de l’homme à travers le monde.

Pour Konstantin Dolgov, délégué aux droits de l’homme du ministère russe des Affaires étrangères, « la discrimination persiste malgré les nombreux appels et recommandations adressés à Riga et à Tallin par les principales institutions internationales de protection des droits de l’homme ». Ces discriminations s’accompagnent d’une montée du nationalisme et d’une banalisation de l’apologie du nazisme, particulièrement en Estonie et Lettonie, par rejet de la période soviétique.

Il est ainsi, étonnant que des individus vivant en Union Européenne ne disposent pas de la citoyenneté et se retrouvent apatrides, alors qu’ils vivent depuis plusieurs décennies sur ce sol ; d’autant plus que, Serguei Lavrov affirme que, « ce sont des gens qui vivent en Lettonie, qui veulent y vivre… ». La situation de ces « russes » varie grandement d’un État à l’autre, en fonction de leur démographie et de l’histoire du pays.

Alors que l’Union européenne veut mettre en place une politique de quotas de clandestins illégaux sur le sol européen, elle ferait mieux de veiller à la normalisation de la situation des individus apatrides, vivant ici depuis plusieurs décennies.

La Lituanie, le bon élève

La Lituanie est le « bon élève » des pays baltes. Il dispose de la plus petite minorité russophone. À coté de cette dernière, le territoire compte une importante minorité polonaise. Ils sont respectivement 9 % et 7 %.

80 % de la population parle le lituanien, alors que seulement 62 % en Estonie et 55 % en Lettonie. Les russophones sont mieux intégrés que les minorités polonaises, la Lituanie cherche davantage à « dé-poloniser » le pays. La Pologne est vue comme un occupant depuis des siècles également. En Lituanie, plus de 90 % des minorités non lituaniennes ont été naturalisées. Cela a été possible grâce à la loi de 1989 qui fut souple et a permis à 98 % des russophones d’être naturalisés. Cette loi a été durcie en 1997.

En 1995, est créé l’Union des Russes de Lituanie qui est une association visant à défendre les droits auprès du gouvernement lituanien. La radio et télévision publique lituanienne proposent des émissions en russe, polonais, biélorusse et bien d’autres langues encore. L’État respecte ainsi le droit de ces minorités installées historiquement sur son sol.

Entre 1990 et 1995, le nombre d’école russe a même augmenté de 10,5 %. En 2009, sur plus de 2000 écoles, on compte 64 écoles polonaises, 38 russes et des écoles d’autres minorités.

Toute fois, les lois ne sont pas traduites dans les langues minoritaires, alors que toutes les lois sont traduites en anglais. En outre, la Lituanie a ratifié la Convention européenne des droits de l’homme. Dans ce sens, des institutions parlementaires chargées de surveiller le respect des droits de l’homme ont été créés, afin de protéger les minorités ethniques notamment.

La Lituanie fait figure d’élève sérieux ou de modèle à suivre pour les deux autres pays baltes qui auraient des choses à tirer du modèle lituanien.

Lire la suite de l’article sur stratpol.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • N’est ce pas normal que les colons russes aient moins de droits ? Nous voulons moins de droits pour les colons juifs en palestine et les colons arabes en france... Les colons russes feraient mieux de rentrer dans leur pays ( je ne parle pas des colons russes en crimée qui eux se sont autochtonisé à coté des Tatars)
    chacun chez soi et les vaches seront bien gardés

     

    • "nous" ? vous parlez pour vous ! à E & R il me semble qu’une majorité veut les mêmes droits pour tous et pas de colonisation.. A l’inverse d’une vision ethniciste qui est la votre...et celle d’Israel.


    • Et bien, pour qui te prends tu pour parler de colons russes. Aller cite nous un peu tes sources et donne nous des arguments.


    • Pardon Messieurs Foma et "Paix et paix", j’avais oublié qu’ici on doit cracher sur les colons americains qui ont massacré les amerindiens et les colons sionistes qui massacrent les palestiniens mais par contre c’est tabou d’oser parler de l’imperialisme russe qui s’est étendu d’Helsinki à Kandahar, de la Bulgarie à l’Alaska, de Berlin à Kaboul, de Pragues à Bakou. Pardon pardon pardon j’avais oublié que le peuple russe est naturelement bon. D’ailleurs les auteurs russes qui ont decrit les massacres par les cosaques russes des inuits et amerindiens en alaska etaient sans doute sionistes.... Ah non mince, en 1860 le sionisme n’existait pas.

      Donc pardon à l’Empire Russe Saint et Eternel et à ses adorateurs francais, je ne dirais plus que le peuple russe est comme tous les peuples et est colonisateur... Pardon je ne le dirais plus...

      Vive la France, vive la dissidence

      euh quand meme, la volonté tsariste de prendre Istanbul et d’atteindre le Golfe Persique et l’Inde ??? c’est de la propagande americano-sioniste ?


    • Moins de droits ? Certes, mais dans ce cas, prenons le taureau par les cornes ! Ne laissons pas pourrir la situation : on encourage la remigration (pour reprendre le mot de Laurent Ozon) - même si les jeunes Russes partent d’eux même et ne reviennent pas. Ne reste donc que les vieux. Comme dit l’autre, on attend....

      Ceci dit, et je vais évoquer le cas de la Lituanie (je connais moins celui de l’Estonie et de la Lettonie) : la majorité de Russes sont corrects, vivent en bons voisins avec les Lituaniens. Certains d’ailleurs descendent des Vieux croyants du 17e siècle, et qui sont venus se réfugier. En revanche les chomeurs et autres cas sociaux se font cordialement détester !



    • euh quand meme, la volonté tsariste de prendre Istanbul et d’atteindre le Golfe Persique et l’Inde ??? c’est de la propagande americano-sioniste ?




      Euh, il me semble bien que les Tzars sont de l’histoire ancienne (je crois bien que l’on n’est plus au XIX° siècle mais au XXI°). Quant à Istanbul,cela fait partie de la Turquie pays membre de l’OTAN. Le Golfe persique est lui aussi sous contrôle direct des USA. Que la Russie se soit intéressée à Istanbul jusqu’à la I° G.M, ou s’intéresse encore maintenant au Golfe persique (qui ne s’intéresse pas à cette région ?), quoi de plus normal. C’est dans sa proximité géopolitique immédiate. Mais que font les yankees sur toute sa périphérie (pays baltes, Balkans, Asie centrale) ? Les USA tolèreraient-il que des troupes russes soient à Cuba, au Mexique ou au Canada ? On a vu comment ils ont réagi lors de la crise des Cuba au cours de la guerre froide. Et puis, contrairement aux USA, la Russie n’est pas comme un chien dans le jeu de quilles planétaire. Qui pousse à la III° Guerre mondiale ? Certainement pas Poutine, qui fait preuve d’une modération et d’une retenue surprenante face aux multiples provocations occidentales. Poutine a condamné le massacre de Katyn. Lui faire porter la responsabilité des menées impérialistes de l’URSS stalinienne est un mauvais procès. Quant à souhaiter le retour des colons russes "chez eux", on n’est pas sorti de l’auberge. Il faudrait, selon ce principe, organiser le retour des colons québécois en France, des Afrikaners aux Pays-Bas, des Australiens, Néo-zélandais, Canadiens anglophones vers le Royaume Uni, des 300 millions d’Américains vers leurs pays d’origine, des Turcs vers l’Asie centrale, des Arabes vers l’Arabie, des Chinois d’Asie du Sud Est vers la Chine, etc. Et pourquoi pas des Polynésiens vers les Philippines, pendant qu’on y est ? Ou des Amérindiens vers la Sibérie ? Entre assimilation et expulsion existe une troisième voie : si les Lettons et les Estoniens ne veulent absolument pas des Russes, ils n’ont qu’à se défaire des régions de l’Est à majorité russophone en acceptant de rectifier leurs frontières. C’est finalement ce qu’on fait, malgré leur russophobie rabique, les ultra nationalistes ukrainiens en Crimée et ce qu’ils s’apprêtent probablement à faire avec le Donbass (vu leur incapacité totale à l’emporter militairement)


  • On comprend que les Lettons ne veulent pas accorder leur nationalité aux "Russes" qui sont arrivés en 1940 : ils faisaient partie de ceux qui organisèrent la terreur judéo-bolchévique qui fit plus de 30 000 victimes parmi les Lettons . Ces "Russes" sont probablement des juifs descendants de ceux qui martyrisèrent la Lettonie . Ils s’enfuirent avant l’arrivée de la Wehrmacht en 1941, mais ils revinrent hélas en 1944 pour piller, voler et violer pendant 45 ans (source : Wiki) .

     

    • Oui la Wheirmart ne violait et ne pillait personne c’est bien connu.
      Autrement je suis assez d’accord pour qu’il y en a plein le cul du droit des minorités, ceux qui viennent s’installer dans un pays n’ont pas à réclamer que la télé et l’administration leur parle dans leur langue maternelle. La moindre des politesse quand on vient s’installer, qu’on s’y trouve très bien et qu’on compte y rester, c’est d’apprendre le dialecte national, un point c’est tout.


  • La France a éradiqué le breton, le basque et le corse - et d’autres encore - et les cultures qui vont avec en moins d’un siècle, et sur leur propre territoire qui plus est.

     

    • C’est faux : même si l’école de la IIIe république l’a appliqué brutalement, ce sont les gens eux même qui ont demandé à parler français, source d’émancipation et de promotion sociale.

      Faudrait que les régionalistes atterrissent : ce sont les gens qui décident de parler (ou pas) une langue/dialecte !


  • " la Lituanie cherche davantage à « dé-poloniser » le pays. La Pologne est vue comme un occupant depuis des siècles également. "

    Merci de le rappeler. Parce que l’image de la "gentille" Pologne, ca commence à bien faire....

     

  • C’est pas des colons ce sont les descendants de Russes qui ont été implantés dans ces états baltes sous la politique du Géorgien Staline. Leur reprocher ça 3 générations plus tard, c’est complétement débile excuse moi. Quant à Istanbul, tu ne t’es jamais demandé pourquoi elle a tant de fois changé de nom ? elle a pas attendu les Tzars pour être visée par des conquérants, en fait les Turcs n’ont rien à y faire pas plus que dans le reste de l’Anatolie. Toutes ces régions devraient revenir aux Grecs qui devraient ensuite se rapprocher des Russes... si on était dans un monde parfait.


  • La connerie humaine n’est limtée ni par les méridiens ni les parallèles : l’addition pour ces pays reste à venir, pour le moments, il n’ont vu que le rêve américain que vend Holywood !
    Mais le réveil n’est ni plus ni moins qu’un cauchemard, la réalité américaine est tout autre.