Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pierre Jovanovic : "Aucun politicien ne parle de la dette !"

Tout est chez Kontre Kulture !

Pierre Jovanovic, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Signe fort : Marine Lepen en parlait il y a qq années. Plus un mot sur ce sujet.

     

    • FAUX !!

      Marine en a parlé très récemment ( 15 jours ) à la TV sur une chaine info continue, la Loi de 73 est régulièrement mis sur la table mais smatché à la vitesse de l ’éclair par les journalopes...


    • Oui, elle en a parlé et les autres aussi.... mais ça change quoi d’en parler ?
      Des actes ! Or ni les députés, ni les sénateurs, qui sont les initiateurs de Lois, ne remuent même une oreille. Quelles conclusions faut-il en tirer ?
      Aides-toi et le ciel t’aidera...


    • Et aucun politicien ne parle de l’escroquerie du scrutin majoritaire à deux tours, MLP ne demande que le retour de la proportionnelle sans donner plus de précision .


  • Le but de "l’élite" (un truc mystérieux avec des robes et des croix, les soirs de pleine lune...) c’est le CONTRÔLE TOTAL ET DÉFINITIF DES PEUPLES.

    Donc tout ce que nous estimons comme valeureux, courageux etc. de notre point de vue à nous, eux, font donc exactement l’inverse !
    D’où ce constat d’injustice, ce deux-poids-deux-mesures dont tout le monde parle maintenant.

    Le "nouvel ordre" est déjà structurellement en place - le réseau mondialiste (c’est pour çà qu’ils ne pourront pas "éteindre" l’internet...).
    Maintenant il ne s’agit plus que de faire ramper toujours davantage les peuples (et ils le savent : "En marche !").

    Le constat de Jovanovic c’est bien, mais il ne faut pas oublier les responsables, essayer de s’attaquer aux plus hautes marches de la Pyramide, accessibles dans ce pays - et faire çà dans tous les pays, quitte à faire esquinter leurs monuments occultes répandus un peu partout...


  • L’Union Européenne pratique une politique à l’emporte pièces.


  •  :
    - " la plus grande ruse du diable (et de ces alliés) , c’est de faire croire qu’il n’existe pas ! " .

    comprendra qui pourra !

     

  • On s’en tape de la dette. Il serait temps que Monsieur Jovanovic se réveille. Tout le monde vit à crédit.

     

    • La dette est ce qui permet d’imposer au peuple le racket bancaire et les politiques de destruction de la France, dites "politiques d’austérité". Donc, non, on ne s’en tape pas. C’est le sujet central.


    • On ne s’en tape pas, non ! Vous peut-être mais pas tout le monde. D’ailleurs, même ceux qui ne vivent pas à crédit paient pour des dettes contractées sans que l’on ne vous ait demandé votre avis, ni le mien ni celui de quiconque.


    • #2130643

      Temps que le problème de la dette ne sera pas résolu les banquiers continuerons à régner en maître, mais il y en a à qui semble cette condition d’esclave leur convient très bien.


    • j’ai remarqué (les trolls mis à part) que :

      - plus les gens sont stupides et ne maîtrisent pas le sujet, plus ils se permettent de critiquer ceux qui maîtrisent le sujet et les prendre de haut !

      Ils sont pathétiques et extrêmement nombreux !
      Si le ridicule tuait, le ménage serait fait et il ne resterait que des gens raisonnables !

      Le pire c’est quand tu trouve rassemblé une majorité de ce genre de personnes, souvent ils font des misères au seul qui maîtrisent le sujet car ils se sentent fort tous contre un !



    • « Tout le monde vit à crédit. »




      Pas moi : zéro dette privée.
      Donc de l’autre, soit disant publique, je me fous... dans le sens où, si je dois signer pour la faire sauter et plus si affinités, à minima, je signe.
      La seule dette que je tolère est celle des grands emprunts pour les grands travaux nécessaires au bien commun, collectif : à 0%, si ce n’est un taux ramenant l’argent emprunté en un temps A à sa valeur au temps B du remboursement. Ni plus, ni moins...
      Pour le reste (banques privées et autres spéculateurs, etc, qu’ils crèvent) : quant à ceux qui se goinfrent sur le dos du con_tribuable en ayant récupéré les biens communs (ex : autoroutes) pour en faire un bien privé parasitaire, que l’on renationalise le(s) bazar(s) et que l’on mette en taule les intervenants : cassage de cailloux à la clef ; 15 piges étant un minimum.


  • #2130636

    Il ne sert à rien d’aller voter pour des vendus. L’UE est voué à s’effondrer de toute façon, il faut continuer la révolution et reprendre le contrôle de notre pays.

     

  • Le FN puis le RN en ont parlé il me semble mais chut, sinon les trolls de l’UPR vont se la ramener.


  • Jovanovic a mille fois raison, la dette, cette escroquerie mise en place par la Finance Internationale est au cœur du malheur qui s’est abattue ces dernières décennies sur le peuple français, elle est aussi le levier principal pour annihiler les nations qui gardent encore un semblant d’indépendance sur l’échiquier mondial. La dette, c’est à la fois une notion virtuelle par son essence et quelque chose de terriblement concret, elle provoque l’appauvrissement non seulement matériel mais aussi spirituel des peuples. La dette fait partie de l’imaginaire satanique et pour la combattre, il faudrait utiliser des armes du même niveau et non pas des lances pierres contre des armes atomiques. On a bien vu, les élections ne servent à rien, ce ne sont que des attrapes nigauds. Les révolutions peuvent s’avérer efficaces mais uniquement quand elles ont été bien préparées au niveau virtuel auparavant. On peut citer pleins d’exemples - la Révolution française qui était très bien préparée par les francs-maçons, idem pour la révolution bolchévique de 1917 en Russie, œuvre de ces même francs-maçons. A mon sens, le seul espoir qu’une nouvelle révolution française puisse vaincre les forces sataniques qui imposent leurs lois inhumaines à la Nation, c’est que le peuple français retrouve la foi chrétienne des ses ancêtres, que les gens retournent dans les églises, que les symboles sataniques qu’on trouve en très grand nombre surtout à Paris, soit purement et simplement détruits, les loges maçonniques attaquées au même titre que les banques, bref, s’attaquer AU SYMBOLES qui donnent de l’énergie à nos ennemis. Courage, car même si la lutte paraît inégale, une chose est sure - les forces du bien son toujours plus fortes que les forces du mal, sinon le monde aurait cessé d’exister depuis bien longtemps déjà.


  • #2130738

    On est tous d’accord avec Jojo : la dette tue.

    C’est parce que la dette tue qu’elle est tue
    Il faut quelle soit tue pour tuer.
    Par son silence sur sa cause, elle tue plus plus sûrement que par sa cause.

    Pourquoi la dette est tue ?

    Parce qu’elle tue. Mais pas au sens où nous le croyons.
    Nous, nous pensons qu’au plus la dette sera tue, au plus sûrement elle nous tuera.

    Mais nos gouvernants pensent à l’envers : ils savent que toute révolution ayant pour cause la dette, toute dette tue est une révolution empêchée et qu’il faut donc la taire pour l’empêcher.

    La gouvernance taira ainsi toujours la dette dans l’espoir (vain) de garder sa tête.

    Il faut qu’elle soit tue pour tuer ?

    En effet, ceux qui portent la Couronne ne sont pas ceux qui gouvernent.
    Et ceux qui gouvernent pour gouverner restent cachés.
    Ce sont seuls ces derniers qui veulent et organisent la dette, car elle est l’outil de leur gouvernance.
    Mais comme leur gouvernance est cachée pour être réelle, la dette doit être tue pour mieux tuer : comme le poison.

    C’est parce que la dette est un poison qu’elle tue en silence.

    Sur la cause de la dette.

    Quand on aura dénoncé et déploré la dette, on ne l’aura pas empêchée et, paradoxalement, aussi longtemps qu’on en discutera les effets, nos discussions en protégeront ainsi la cause.

    Si vous ne voulez pas supprimer la dette, ne vous interrogez pas sur sa cause REELLE.

    Faites comme beaucoup :

    - interrogez vous sur ses causes de procédure et non de fond (donc sur les effets supposés pervers de la loi d e 73).

    - ou, encore mieux, dites ce qui est vrai que le silence sur la dette rajoute à son effet létal, mais en omettant bien de relever que notre silence sur SA cause, également ou ENCORE PLUS.

    Mais si, au contraire, vous voulez supprimer la dette pour nous en libérer, supprimez en alors la cause UNIQUE.

    Constatez ce fait que la courbe de la dette en Europe suit la courbe de l’immigration qui est la soeur siamoise de la courbe l’avortement.

    Que notre assassin ce n’est pas Pompidou mais Weill.

    Il va falloir admettre que nous ne pouvons pas être à la fois contre la dette, pour la "société ouverte", l’Amour de l’Autre et la détestation de soi, pour l’avortement, et contre le génocide de toute notre parenté.

    Ca c’est une névrose très grave : ça s’appelle la névrose de Miss Autain.

    Très répandue dans tout l’arc républicain.
    La république étant en soi une maladie mentale.

     

    • « Que notre assassin ce n’est pas Pompidou mais Weill. »
      Il est extrêmement dommageable et contreproductif à mon avis de ne raisonner qu’en termes de ou exclusifs au lieu d’inclusifs. Il n’y a pas lieu, bien au contraire, de ne pas envisager les problèmes et leurs causes comme s’additionnant et se complétant.


    • #2131094

      @Eric

      Eh bien non justement : tout effet n’a qu’une cause et si vous lui en trouvez deux c’est que les deux que vous croyez lui avoir trouvées seront bientôt remplacées par 1000 autres que vous jugerez meilleures.

      Soit votre cause explique tout, soit votre cause est fausse ou, si accessoirement vraie, principalement fausse.

      Toujours on dit la loi de 1973 nous a fait payer en intérêts cumulés un montant égal au montant de la dette.

      C’est un sophisme : tout prêt produit un intérêt et tout prêt non remboursé en principal finit par dépasser en intérêts le montant de son principal.

      Certes vous auriez pu souhaiter quitte à être endettés de l’être envers des Français plutôt que des banquiers étrangers anonymes, ou, que la banque de France, pour vous faire échapper au ’tout prêt" nous fasse de temps en temps une petite avance de trésorerie.

      Mais nous avons raison d evous répondre, que l’accessoire ne fait pas le principal ni la procédure le fond et que la cause du prêt ce n’est que la dette et la cause de la dette ce n’est que l’immigration et la cause de l’immigration ce n’est que l’avortement.

      C’est une vérité mathématique que si nous n’avions pas tué pendant 40 ans 250 000 enfants par an, nous n’aurions pas eu besoin ni voulu ni même imaginé de les remplacer par 250 000 indigents qui nous coutent 100Mds€/an là où nos enfants, en fait de nous couter, nous auraient rapporté.

      Les CPF c’étaient nos bébés
      les allogènes en fait d’enrichissement c’est notre dette.

      Et bien sûr, une fois que vous avez la dette, il est trop tard pour parler des heurs et malheurs de la loi de 73.
      En un sens, c’est pire : vous vous attaquez à la modalité de la dette, pour mieux en oublier la cause.

      A quoi cela nous sert-il de critiquer les techniques d’écope sans calfeutrer la voie d’eau ?

      Abrogez la loi de 1973 , l’immigration vous fera quand même couler
      Abrogez l’immigration, la dénatalité vous enverra par le fond encore plus vite.

      Nous ne mourrons pas ruinés et surendettés d’avoir trop de dettes ou trop d’immigrés ou une mauvaise loi de 1973
      Même si la dette et l’immigration sont absolument INSUPPORTABLES et la loi de 1973 absolument criminelle.

      Nous mourrons ruinés et surendettés de ne pas avoir su garder nos bébés.


    • Vous m’aurez mal compris. Mon propos était de dire que les deux sont nuisibles et ont des conséquences calamiteuses entre lesquelles il n’y a pas à choisir et auxquelles il faut s’attaquer tout autant. Il y a des effets et des causes.
      « Toujours on dit la loi de 1973 nous a fait payer en intérêts cumulés un montant égal au montant de la dette.
      C’est un sophisme : tout prêt produit un intérêt et tout prêt non remboursé en principal finit par dépasser en intérêts le montant de son principal. »
      Faux. Le reproche principal fait à cette loi n’est pas celui de l’intérêt (ce qui serait absurde, encore qu’aujourd’hui on en est au stade des taux négatifs) mais qu’elle est une dépossession de la souveraineté économique (et de son outil principal qui est la création monétaire) au profit d’intérêts privés et non publics, via la corruption du politique. Et ce n’est pas nier d’autres problèmes d’ampleur qui viennent se surajouter et dont d’ailleurs la promotion et la mise en œuvre politique sont le fait des mêmes gredins. Aujourd’hui on arrive à faire voter les gens directement pour des banquiers, ça va plus vite. Inutile de développer ici, pour ceux que ça intéresse il y a pléthore de littérature sur le sujet pour s’instruire (de Mullins à Sutton en passant par P.Y. Rougeyron et j’en passe).


    • J’ajoute une chose que j’ai omise et qui aurait pu conclure, du moins compléter mon post. Sans retrouver la souveraineté économique et politique, et donc en l’état actuel des choses mais aggravé, vous pouvez toujours faire la promotion de ce que vous dites mais, à supposer que vous soyez suivi dans vos vœux natalistes (on ne voit pas trop comment mais admettons), vous aurez plus d’autochtones (c’est bien) mais toujours précaires, endettés ou au chômage, et ceci sans même parler du fait que la source du problème ne sera pas plus résolue ! La belle affaire donc. Nous ne sommes pas sortis de l’auberge comme on dit.


  • " Macron est passé de l’enfant chéri de l’Europe, de la banque, du monde financier à ange déchu. C’est l’éternel retour du concret, voire le retour de l’éternel tout simplement. " Pierre Jovanovic


  • Qu’en est-il de l’or ?

    Il y a quelques temps P. Jovanovic nous disait d’acheter de l’or, Achetez de l’or, des pièces d’or, à n’importe quell prix, achetez de l’or pour vous prémunir de la crise qui vient.
    Et depuis, plus rien !
    C’est vrai qu’a l’époque le napoléon valait 280 euros, il n’en vaut plus que 210 aujourd’hui.
    Chaque jour que Dieu fait nous nous rapprochons de la Crise. QUAND ???
    Mais si crise il y a, et il ne pourrait en être autrement, ou alors la terre aurait arretté de tourner, le nap. vaudra 500, 1000 ….
    Personne n’en parle. C’est peut être le moment d’acheter, pour vendre quand on nous dira d’acheter

     

    • #2130854

      L’or aura toujours une valeur intrinsèque, tandis que la valeur dont vous parlez (de 280 à 210) n’est que le résultat de la fluctuation du marché (de l’or) !

      On se fout qu’il tombe à 50 euros, puisque l’idée c’est qu’au lieu d’avoir vos économies à la banque (qui va bientôt sauter et vous les prendre pour se renflouer - Loi Sappin 2 -, et qu’en plus le Livret A ne rapporte rien, au contraire il vous coûte, celui étant passé en "taux négatif"), il faut les en retirer, et avec, acheter de l’or ! (que vous ne remettez pas à la banque évidemment !)


    • Il a toujours considéré que ce type de placement était une manière d’échapper au massacre en cas de bank run. C’est même écrit en toutes lettres sur la page d’accueil de son blog où il est dit explicitement qu’il s’agit de « sauver les meubles ». De la même façon, il sait très bien que le cours de l’or est manipulé et que, s’il a baissé récemment, il remontera immanquablement en cas de nouvelle crise économique (qui est déjà sous-jacente mais retardée et aggravée par injection massive de liquidités, c’est-à-dire monnaie de singe). Enfin, on parle bien d’or physique et pas de titres de propriété bidons (ETF).


    • le cours de l’or physique étant totalement manipulé car non dissocié de l’or papier(depuis que Rorthschild a abandonné le marché de l’or celui ci est manipulé depuis la city par 5 grosses banques too big too fall dont, de mémoire, Barclays et citybank), le principe est de n’acheter de l’or que si on a des économies dont on n’a pas besoin, juste pour les protéger en cas de bankrun ou de crack financier. le cours de l’or n’explosera qu’au moment du crack, pas avant, pas un jour avant, mais seulement après (le temps que les institutionnels rafflent tout ce qui est disponible. Autrement, le cours de l’or est anormalement très bas par rapport à la bulle spéculative des actions, mais si vous voulez en acheter de grosses quantités, il n’y en n’a pas de disponible (preuve de la manipulation), sauf en Asie où l’or est abondant et où on spécule sur l’or à court terme ou très court terme car il y a parfois des variations assez importantes sur des périodes assez courtes,entre autres quand les banques centrales achètent ou vendent leur or.


  • Merci à Monsieur Jovanovic qui parle clairement, sans filtre et fait un travail concret et de salubrité publique. Quand il parle inflation, il a évidemment entièrement raison. L’exemple qu’il donne pourrait d’ailleurs être multiplié à l’envie, notamment toutes les boissons et autres bidons de lessives dont le prix a été maintenu, et donc en réalité augmenté via une baisse de la quantité pour un prix unitaire constant donc (ex : 10% d’augmentation pour certains jus passés de 1l à 900ml, rien que ça !!!). Une chose qu’il n’évoque pas mais qui est passée au 1er janvier de cette année pour arranger les affaires de la grande distribution : une loi entrée en vigueur plafonnant les promotions à maximum un tiers (34% précisément) du prix du produit ! Non vous ne rêvez pas ! C’est beau ... le « libéralisme » au service du pouvoir d’achat des français (lol). Il s’agit du « Projet de loi alimentation » et on remarquera qu’il a été gentiment éludé de l’immense majorité des articles (si ce n’est tous) faisant l’inventaire de tous les changements entrant en œuvre au premier janvier de cette année et qui ont évidemment un commun de signifier la continuation de l’augmentation du coût de la vie pour des salaires qui eux stagnent toujours (et donc concrètement baisse).

     

    • #2131371
      le 24/01/2019 par envolees-des-incultes
      Pierre Jovanovic : "Aucun politicien ne parle de la dette !"

      Mais tout le monde s’en fout de la dette.

      Une dette, ce sont des promesses.

      Et les promesses sont des pièges à cons.

      On a autres choses à foutre que de donner du crédit à du vent.


    • #2131702

      @envolées des incultes

      C’est ce que disaient les trois petits cochons (enfin deux) parlant du loup.


    • Vous pouvez vous en foutre comme vous dites mais ça ne change rien au fait que, sauf à vivre en apesanteur, vous payez les conséquences de la dette tous les jours par l’inflation et tout le reste. Et merci à @Francois Desvignes pour le trait d’humour !


    • #2132247
      le 26/01/2019 par envolees-des-incultes
      Pierre Jovanovic : "Aucun politicien ne parle de la dette !"

      On reconnaît les pseudo-dissidents qui accordent du crédit à des mensonges pour que ces derniers conservent leurs pouvoirs sur les esprits. Et pourquoi pas le vote tant qu’on y est ?

      Oui, on s’en fout de la dette. C’est une narrative pour enfants, comme la fable des petits cochons, effectivement.

      Mais si vous voulez suer toute votre vie pour la payer, comme on rempli un trou sans fond avec une cuillère, libre à vous. De mon coté, j’en est strictement rien à secouer, et je compte bien garder le cap.

      Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Et une dette, c’est une promesse. Je ne me sens absolument pas engagé. Mais alors, pas du tout.

      Je ne me sens déjà pas engagé quand je me réveille auprès d’une blonde à forte poitrine, alors c’est pas un chauve à cravate qui réussira à me prendre dans ses filets, avec ses bobards de gros mythos sur la dette.

      On n’a pas compris ce qu’ils sont en train de faire à l’échelle mondiale. Absolument pas...
      Normal, on n’a pas lu Marx, on doit être trop cons ...C’est ça, on est trop cons. Je suis trop con.

      Tous les pays d’occident sont au bord du chaos. De l’Australie aux USA, en passant par l’Europe, les mêmes thèmes, les mêmes bobards, la même narrative ...C’est dur de faire preuve d’originalité, faut réfléchir.

      Allez-y, faites marcher la boite à mensonges, on ne vous regarde pas, c’est promis.
      Quand c’est pas le petit José, c’est la dette perpétuelle, l’immigration en diversion, etc ... On a l’impression de revoir la grande vadrouille toute les semaines. C’est lassant.


    • Ah les « pseudo-dissidents » ! Encore un commentaire de « vrai dissident ».
      Quand on vous dit qu’il ne suffit pas de ne pas vouloir s’endetter à titre privé pour ne pas payer indirectement malgré tout le coût de la dette dont il est question, vous ne comprenez réellement pas ou c’est juste parce que vous ne voulez pas en démordre pour vous donner un genre « je ne mange pas de ce pain là » comme si c’était une question de choix ? On est très majoritairement tous dans le même bateau mais si ça vous fait plaisir de croire que vous vous distinguez du lot, après tout c’est votre droit. Franchement, si je cautionnais ou tirais profit de tout ce merdier actuel, je rirais et me réjouirais cyniquement de lire ce genre de commentaire.
      « C’est dur de faire preuve d’originalité, faut réfléchir. »
      Pas forcément, le contraire est même plus facile et très fréquent, à moins que vous ignoriez que pas mal de gens se distinguent pas très positivement :-) Au moins on est d’accord sur ce qui sous-tend votre commentaire, la volonté « d’originalité » à tout prix, au prix du sacrifice du reste malheureusement.
      Mention spéciale à « la blonde à forte poitrine » et au « chauve à cravate » et à « ses bobards de gros mythos sur la dette ». La classe. Je passe sur le reste, tout aussi fin et élégant.


  • Vu sur RT hier un débat sur la dette , on a parlé de tout et peu sur la dette , les 4 intervenants semblaient d’accord pour dire qu’à de tel taux ( BCE qui imprime les billets ) il était interressant d’emprunter pour la France , les taux étant négatifs , mais Jocanovic n’téait pas là pour contredire ... dommage Taddeï pour le casting

     

    • c’est interessant de s’endetter a de tel taux a deux conditions :
      - pour rembourser des emprunts anciens qui sont a des taux plus eleves
      - pour investir dans quelque chose qui rapporte plus que le taux de l’emprunt.

      c’est pas ce qui est fait : les dominants empruntent pour acheter des trucs inutiles a leurs copains (ex subventions a la presse ) et c’est nous qui remboursons...


  • Faut faire comme Mussolini, déchirer la dette et on n’en parle plus !

     

    • #2131251

      Encore mieux : honorer la dette avec un beau billet de 2200 milliards d’euros, émis par la Banque de France. Les banquiers pourront toujours essayer de le refourguer à un pigeon, ou l’encadrer dans leur salon, ou encore se torcher le fion...


    • Le probleme c’est qu’on ne produit plus assez de trucs de base sur notre sol,je ne suis meme pas sur que sans des intrants achetes a l’international le pays soit independant sur le plan alimentaire.

      Donc si le pays dechire la dette, les banquiers lancent des sanctions economiques contre la france et les rayons des supermarches seront vides en deux semaines facon venezuela...


  • Pompidou et Giscard, premiers responsables de la main mise de banques privées sur notre monnaie sont coupables.
    D’avoir abandonné notre souveraineté dans les mains de ceux qui aujourd’hui sont qualifiés de bansters. Avec comme résultat, en 45 ans, de leur avoir fait cadeau de plus de 1000 milliards d’euros. Excusez du peu.

     

  • Je croyais que le gilet jaune etait obligatoire dans le véhicule ?


  • Le paiement des seuls intérêts de la dette absorbe tout l’impôt sur le revenu ! Et les deux tiers des intérêts sont payés à des non résidents ! Au Japon la dette c’est plus de 2 fois le PIB, mais c’est le peuple japonais qui la détient : le fric ne sort pas de l’archipel, et prêter à l’Etat permet aux nippons d’avoir un complément de revenu ou de retraite . Sachant que le Français moyen a un revenu de 30 000 euros par an, c’est comme si chaque Français avait une dette de 30 000 euros, dont 20 000 à des étrangers !

     

    • vous faites une erreur d’appréciation : la dette est un crédit non remboursé pris par l’état auprès des banques privées (cet argent ne coûte pratiquement rien à ces banques puisqu’il est créé par un simple jeu d’écriture grâce au système des réserves fractionnaires et des actifs plus que douteux) cette dette est alors revendue comme produits financiers à des institutionnels et des particuliers (par le biais des institutionnels).
      le problème commence quand il y a un problème de remboursement des états : pour les banques initiatrices pas de problème le capital ne leur a rien côuté (comme dit précédemment) et de plus elle en ont revendu la majeure partie : donc le problème est posé pour les acquéreurs de cette dette qui eux ont payé leur quote part du capital emprunté (les fameuses obligations dont la variation des cours indique très exactement leur facteur de risque).
      Donc quand un état comme le Japon est endetté à plus de 200% de son PIB, et donc qu’on sait parfaitement qu’il ne pourra jamais rembourser le capital, il est mille fois préférable que les détenteurs de la dette soient étrangers car si l’état fait défaut, les citoyens ne seront pas spoliés, et s’il ne fait pas défaut, les citoyens doivent quand même faire une croix sur leur capital et ne se contenter que des intérêts. je simplifie mais c’est encore pire puisque les obligations sont limitées dans le temps et l’état doit impérativement faire une nouvelle dette pour les rembourser à terme.


  • Jovanovic dont la parole est d’argent, certes, ne parle plus d’or. Plus inquiétant, il ne parle pas de l’arnaque en cours (depuis novembre 2018) telle qu’exposée par « d’autres » lanceurs d’alerte sur la main-mise de Goldman Sachs sur l’or Français. Si c’est parce qu’il est gênant d’admettre que le plan « or » n’était pas bon parce que noyautable et désormais noyauté, c’est « moyen » (Tout le monde peut se tromper).
    On en est où à ce sujet ?
    Une intervention s’impose.

     

    • #2131083

      L’immonde nabot ayant déjà bradé 500 tonnes de NOTRE or aux US (parait-il), le Ganymède de l’Elysée serait bien capable d’en brader encore 1000 tonnes : et aucun Français ne descendra dans la rue pour hurler au vol ! La devise de Freluquet 1er : " Car tel est notre bon plaisir " .


  • #2131082
    le 24/01/2019 par Je suis Loic Kamtchouang
    Pierre Jovanovic : "Aucun politicien ne parle de la dette !"

    Quoi qu’il en soit la dette est là et il faudra la payer tôt ou tard.
    De plus elle continue de s’aggraver, trop d’argent perdu bêtement.
    Paradis fiscaux, aide médicale d’état, aides en tout genre qui ne servent à rien, projet pharamineux qui ne sert à rien.

     

    • vous n’avez pas compris : la dette est irremboursable, tous les banquiers le savent mais ils s’en foutent, cet argent a été crée par un jeu d’écriture, donc IL NE LEUR A RIEN COUTE par contre ce dont ils ont besoin ce sont des intérêts de la dette et c’est pourquoi, ils n’en n’ont rien à foutre de surendetter les états qui peinent à régler leurs intérêts puisque cela augmente les intérêts cumulés.
      Je rappelle toujours le premier contrat de la première banque centrale de l’histoire : la banque d’Angleterre : prêt eternel à la royauté britannique, non remboursable, intérêt 6% annuels et donc intérêt éternel. là au moins cela avait le mérite d’être clair.


  • lisez les romans de Traven : "Le Chariot" et "voyage dans le royaume du mahogany" (je ne suis pas sûr des titres français, l’original est en allemand, et je les ai lus en Esperanto) il y décrit très bien comment les "padrones" et autres investisseurs de la société traditionnelle mexicaine, se servent de la "dette" pour rendre les gens escles, leur rendre toute libération impossibles, et des serfs taillables et corvéables à merci. De tout$s temps de puis l’antiquité, et dans tous les pays (Seringeiros du Brésil, paysans du Népal, etc, etc) que ce soit au niveau des individus (y compriis chez nous regardez la foire aux "crédits maison" chez les supermarchés) ou des Etats, la "dette" est le grand truc du grand capital pour soutirer de l’argent et soumettre.
    Dénoncer ces mécanismes, ces artifices, et lutter radicalement (en reprenant les choses à la racine, comme Bernard Friot) sans se laisser intimider par leurs arguments, et vigoureusement, sans pitié, à la Phillippe le Bel si nécessaire, est une priorité.

     

    • oui , vous parlez du péonage qui est universel et qui lie parfaitement esclavage et dette.cela va jusqu’à être obligé de vendre sa femme ou ses enfants.
      et pas d’article wilkipedia sur le sujet, très très étrange.....
      https://fr.wikipedia.org/w/index.ph...
      une forme de péonage peu connue l’utilisation des coolies chinois par les grands capitalistes americains pour la construction du chemin de fer trans américain, ou celle des mineurs lors de ruée vers l’or, on endette les travailleurs jusqu’à leur prendre d’avance tout leur salaire.


  • La dette jamais personne ne l’a payée vraiment. La dette on la subit juste un temps. Quand le peuple se réveille on faut éclater une guerre mondiale. Je vois pas pourquoi ça changerai aujourd’hui une 3ème guerre mondiale cette fois nucléaire arrivera tôt ou tard. Ils vont d’abord nous saigner un peu plus.

     

Commentaires suivants