Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

Note de la rédaction

Membre de l’Académie des sciences de Russie, Sergey Glazyev est l’un des économistes les plus influents au monde. Ancien conseiller du Kremlin de 2012 à 2019, il dirige depuis trois ans le portefeuille stratégique de Moscou en tant que ministre chargé de l’intégration et de la macroéconomie de l’Union économique eurasienne (UEEA).

Je vais essayer d’expliquer brièvement et de justifier les mesures nécessaires pour atteindre la victoire. Une opération militaire spéciale (SVO) a révélé un plan préparé à l’avance par l’élite du pouvoir et de la finance américaine pour prendre le pouvoir en Russie. Il comprend les éléments et les étapes suivants.

 

1. Épuiser les forces armées russes dans une guerre avec des combattants bien entraînés et directement contrôlés par le Pentagone des Forces armées d’Ukraine, « cousues » par les nazis avec une verticale d’officiers nommés par les services spéciaux américains et britanniques. Transformer la population de l’Ukraine en zombies infectés par la russophobie. Dans le même temps, inciter la communauté internationale contre la Russie, en lançant des accusations de crimes de guerre et de génocide contre ses dirigeants. Sur cette base, confisquer les avoirs en devises de la Russie et imposer des sanctions totales contre elle, en causant le maximum de dommages possibles. Cette étape est en fait terminée.

2. Terroriser la population russe par le bombardement des colonies frontalières et des infrastructures militaires, le sabotage des transports et les attaques de pirates informatiques. Frapper la conscience publique par un déluge d’infox négatives et de propagande anti-gouvernementale via les réseaux sociaux. Imposer, par l’intermédiaire de leurs agents d’influence dans les autorités financières et économiques, une politique économique qui bloque la mobilisation des ressources, notamment : en gonflant les taux d’intérêt, en poursuivant l’exportation de capitaux, en encourageant la spéculation monétaire et financière, en manipulant le taux de change du rouble et en gonflant les prix. Ainsi, les sanctions peuvent être aggravées à plusieurs reprises et provoquer un effondrement de la production et une baisse du niveau de vie. Cette étape bat son plein.

3. Provoquer des humeurs protestataires et des actions sociopolitiques destructrices visant à renverser les autorités légitimes sur fond de baisse du niveau de vie et de pertes dans le cadre de leurs activités. L’utilisation de tout l’arsenal des méthodes d’organisation des « révolutions de couleur » financées par l’oligarchie compradore sous la promesse du déblocage des avoirs saisis dans la juridiction américano-européenne. En même temps, préparer les bases organisationnelles et idéologiques des actions séparatistes dans les régions. Cette étape est en cours de développement actif.

 

Ce plan prévoit également les tâches suivantes :

- la consolidation du contrôle américain sur l’Union européenne et les pays de l’OTAN ;

- l’utilisation des forces armées de la Pologne, de la Roumanie et des États baltes, ainsi que des mercenaires de l’Ouest, du Moyen-Orient et du Proche-Orient dans les opérations de combat contre la Russie ;

- la destruction de la population masculine et l’asservissement effectif des femmes et des enfants d’Ukraine pour le développement ultérieur de ce territoire dans l’intérêt de l’élite du pouvoir et de la finance des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d’Israël.

- la mise en œuvre de ce plan, en fait, vise à détruire le monde russe, suivi par les plans de l’« État profond » américain pour détruire l’Iran et bloquer la Chine.

 

En raison des lois objectives du développement économique mondial, ce plan est voué à l’échec. Les États-Unis ne seront pas en mesure de gagner la guerre hybride mondiale qu’ils ont déclenchée pour maintenir leur hégémonie. Ils sont en train de la perdre irrémédiablement au profit de la Chine, qui se renforce rapidement à la suite des sanctions anti-russes.

Washington, Londres et Bruxelles ont joué leurs principaux atouts pour tenter d’infliger le plus de dommages possibles à la Russie : un monopole sur la question des monnaies mondiales, une image d’État « démocratique » légal exemplaire et une croyance dans le droit « sacré » de la propriété privée. Ils ont ainsi mis tous les pays indépendants devant la nécessité de trouver de nouveaux instruments monétaires mondiaux, des mécanismes d’assurance contre les risques, de rétablir les normes du droit international et de créer leurs propres systèmes de sécurité économique.

Les sanctions anti-russes n’ont pas renforcé, mais, au contraire, sapé la domination mondiale des États-Unis et de l’UE, que le reste du monde a commencé à traiter avec méfiance et appréhension. Ils ont accéléré de manière spectaculaire la transition vers un nouvel ordre économique mondial et le déplacement du centre de l’économie mondiale vers l’Asie du Sud-Est. La Russie doit tenir tête aux États-Unis et à l’OTAN dans leur confrontation, en la menant à sa conclusion logique, afin de ne pas être tiraillée entre eux et la Chine, qui devient irrémédiablement le leader de l’économie mondiale.

Sergey Glazyev

Sergei Glazyev, sur E&R :

 
 






Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2956006
    Le 8 mai à 17:38 par rougette
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    Je sais, c’est pauvre en argument ce que je dis mais ça vient de loin. C’est un tsunami radical. Les mythes d’argent, de pouvoir, de puissance basés sur rien, sauf l’imagination qu’on s’en fait c’est fini, terminé. Nous sommes ailleurs ! Il est impossible que des chimères aussi malveillantes continuent d’exercer leur pouvoir sur le monde. Bien sûr que nous allons mourir et alors ? Quittons ce jeu de dupes. Pour les optimistes, faire des réserves alimentaires est une bonne chose... Bises

     

    Répondre à ce message

  • #2956014
    Le 8 mai à 18:00 par anonyme
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    bonsoir ,bonjour , peu importe ,sur internet ,excellente analyse du camarade sergei ; je pose la question ; que fait- on des Français " républiquain " une fois que nous avons pris le pouvoir ? ... KATYN ?

     

    Répondre à ce message

  • #2956019
    Le 8 mai à 18:09 par J.I.
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    L’Amérique et l’occident avilit ont creusé leur propre tombe. Le règne de la tyrannie est de courte durée, quelque en soit le prix, là n’est pas la question. L’essentiel exprimé ici n’est pas l’économie ni le territoire mais la confiance et la durée. Cette notion intangible qui fait cohésion. La réalité est le tranchant de l’immédiat transcendé.

     

    Répondre à ce message

  • #2956046
    Le 8 mai à 18:44 par géopolix
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    c’est un bon diagnostic, à condition de comprendre que la guerre Ukraine/Russie n’a pas commencé en fevrier 2022, mais en fevrier 2014, sous l’initiative de la CIA.
    Ce qu’il y a de bien pour les français, ce qu’on a BHL qui nous sert de boussole avec ses déplacements , qui nous indiquent là où il y aura la prochaine guerre.

     

    Répondre à ce message

  • #2956132
    Le 8 mai à 22:35 par Liliane Marchais
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    C’est plus un « constat » qu’un « plan ». Et si c’était vraiment un « plan » pourquoi les Russes ne l’ont-ils pas anticipé et ne peuvent-ils que le constater a posteriori ?

    On nous bassine avec les achats russes de bons du Trésor américain jusqu’en janvier 2022 comme témoignage du pacifisme russe tout en nous présentant l’introduction au Sénat des Etats-Unis le 19 janvier du Defense Lend-Lease Act of 2022 en faveur de l’Ukraine comme la preuve de l’imminence de l’offensive kiévienne dans le Donbass...

    Est-ce que la Russie a pu être aveugle à ce point ? Combien de coups de retard les stratèges russes avaient-ils sur les américains ?

    Pour rappel, le 19 janvier nos experts politico-stratégiques en étaient encore à admirer la coopération entre FSB et FBI au sujet des hackers russes... Et le 23 janvier ces mêmes experts concluaient de la rencontre Lavrov-Blinken du 21 à Genève que « l’Ukraine n’est qu’un problème annexe », que « cette situation est tout à fait favorable » pour la Russie, qu’ « on s’apercevra au début du mois de mars que la Russie n’a envahi personne » ou encore que « Poutine pourrait obtenir des concessions sur l’Ukraine ce qui d’ailleurs est déjà plus ou moins le cas puisque la déclaration de Joe Biden que l’Ukraine n’est pas prête à rentrer dans l’OTAN est déjà une forme d’assurance vis-à-vis de la Russie »... etc., etc.

    Si l’introduction le 19 janvier du Defense Lend-Lease Act of 2022 en faveur de l’Ukraine nous est maintenant présentée par les experts comme la preuve de l’imminence de l’offensive kiévienne dans le Donbass... comment ont-ils pu complètement la négliger ?

    Et au lieu de s’y intéresser tenir un discours qui nous paraît maintenant avec le recul relever d’un pur délire de déni et d’aveuglement volontaire ?

    C’est très important de ne pas avoir la mémoire trop courte, on ne peut pas faire de politique en oubliant tout au fur et à mesure...

     

    Répondre à ce message

    • #2957013
      Le 10 mai à 18:49 par sirius
      Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

      Les Russes (surtout Poutine) se sont avoir dans les grandes largeurs.En fait c’est le camp des satanistes qui était fin prêt et non la Russie qui a été tellement prise au dépourvu qu’elle a laissé choir 300 milliards de dollars dans la poche des Occidentaux ! Et que dire de la tactique employée:Encercler Kiev sans toucher les civils, en fait des civils armés et épargner les noeuds ferroviaires,les centres de commandements et de communications ,les dépôts d’armes et carburants. A un mois et demi des hostilités on a vu enfin un changement de stratégie ôu il apparait que Poutine n’a plus la haute main sur les opérations militaires.Ce sont les Généraux qui sont maintenant a la manoeuvre.Le rouleau compresseur russe n’ pas encore dit son dernier mot.

       
  • #2956314
    Le 9 mai à 10:49 par Fautquecachange
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    ’washington, Londres et Bruxelles ont joué leurs principaux..,,...,’ : Paris Berlin et autres ont été bel et bien dégommés par les anglo-américains bien avant la Russie.

     

    Répondre à ce message

  • #2956364
    Le 9 mai à 12:49 par Francois Desvignes
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    première observation :

    La pire faute en politique c’est de croire que son ennemi est plus ou moins intelligent que soi.

    Alors qu’il fait exactement la même chose que nous le matin en se levant.

    Deuxième observation :

    La brièveté du mandat US est un facteur d’immoblisme de la puissance américaine :

    Chaque président n’étant élu que pour 4 ans, lui et son administration sont toujours en post ou pré élection au lieu d’être à plein temps à la gouvernance du pays.

    C’est ainsi que la politique étrangère des USA est la même depuis Brzezinski, soit depuis 1977, la chute du mur en 1989, la mort de Zbi-zbi en 2017, n’ayant rien changé à la chose.

    Est ce que vous partiriez en guerre avec une stratégie vieille de 50 ans ? Non, biien sûr.

    L’US, si : parce que le mandat présidentiel de quatre ans est trop court pour réinventer une nouvelle politique étrangère.

    D’ailleurs, si vous aviez la force et le génie de construire une nouvelle politique étrangère mieux adaptée à la modernité, votre successeur s’empresserait de défaire ce que vous auriez commencé.

    Troisième observation :

    Les politiques les plus simples sont les plus durables et les stratégies les plus compliquées celles qui échouent en premier.

    Monroe a dit en 1823 : "l’Amérique (du Sud) aux Américains (du Nord)’ : ça fonctionne encore.

    Brzezinky a dit en 1977 : il faut encercler la Russie pour la séparer de l’Europe et de la Chine , la vider de ses matières premières et pour ce faire construire une ceinture de guerres et de feu tout autour du monde.

    Et ça fait 50 ans que ça ne fonctionne pas.

     

    Répondre à ce message

  • #2956925
    Le 10 mai à 15:23 par nicolasjaisson
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    la Chine se renforce rapidement ? C’est tout le contraire qui se passe depuis le revirement anti-libétal de X Jinping, qui utilise la crise Covid comme prétexte pour mettre au pas l’économie privée jugée trop occidentalisée. Ce faisant, Xi a provoqué un exode des investisseurs étrangers, à commencer par les multinationales japonaises américaines et coréennes. Il n’y a plus aucune garantie de la propriété privée en Chine. Le soutien de l’Etat aux SOE est devenu conditionnel, en fonction de l’humeur du régulateur et des mots d’ordre du PCC. Il faut rappeler que c’est XI et non Trump qui a provoqué la chute vertigineuse de la capitalisation boursière des entreprises chinoises cotées à New York, du fait de nouvelles normes comptables et surtout de la volonté de limiter les financements en monnaie étrangère. Xi est devenu familier de revirements soudains dans les objectifs fixés par le PCC à l’économie chinoise qui la tire à hue et à dia, sans que les investisseurs sachent vraiment sur quel pied danser. la chute de l’immobilier est un modèle du genre ; On pourrait aussi citer les les plateformes de e-commerce, qui sont accusées de former une cinquième colonne des ennemis de classe occidentaux, alors qu’elles étaient citées comme un axe essentiel du plan de relance par la consommation dans le programme cadre du gouvernement chinois à l’horizon 2025. Depuis les meilleures compétences dans les nouvelles technologies refluent vers les Etats-Unis, où elles sont mieux rémunérées et appréciées. En ce sens la Chine est confrontée au même problème que la Russie qui voit s’envoler ses diplômés vers des cieux plus cléments. La Russie essaie de contourner le problème par des réseaux d’importation parallèles pour mettre la main sur les équipements cruciaux qui lui manquent. A ce titre, les équipements qui font tourner le secteur financier, dont la banque centrale russe, sont quasiment tous d’origine étrangère, ce qui va poser de gros problèmes pour la mise en place d’un système de paiement international capable de rivaliser avec Swift. Le système de messagerie financière russe est tombé en panne il y a quelques jours, sans que la banque de Russie ne fournisse d’explications sur la cause des problèmes techniques. Cf. https://rg.ru/2022/05/06/cb-predupr...
    US Dollar Funding and Emerging Market Economy
    https://www.fsb.org/2022/04/us-doll...

     

    Répondre à ce message

  • #2957201
    Le 11 mai à 08:19 par baader meinhof
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    1. Glazyev est un homme aigri car depuis très longtemps il rêve de prendre la tête de la BC russe. Mais Poutine ne veut pas de lui car, et c’est que beaucoup de lecteurs ici ne comprennent pas, Poutine est un libéral économiquement parlant. Comme preuve : la renomination de Madame Nabiullina à la direction de la BC. Glazyev occupe un poste symbolique juste pour donner l’impression que la voix "patriotique" est entendue par le Kremlin. Chaque année l’équipe de Glazyev produit des rapports soulignant l’importance critique d’une nouvelle politique économique. ZERO RESULTAT.

    2. Glazyev "un des économistes les plus influents au monde" ? Vous devez plaisanter.

     

    Répondre à ce message

  • #2957852
    Le 12 mai à 15:52 par Pascal
    Pour ceux qui ne comprennent toujours pas

    Article tout a fait comique...
    Commentaires des lecteurs encore plus comiques...

    Y a quand que sur E.R qu’on trouve des documents de cette essence !
    A.S et ses amis sont de grands prophètes.

    L’histoire de la très sainte Russie sur les 200 dernières années démontre avec brio le bien bien-fondé de ses choix politiques... un eden !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents