Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pour l’Académie française, l’écriture inclusive est un "péril mortel"

Avec l’arrivée (un peu tardive) dans le débat des Immortels de l’Académie, la guerre entre les traditionnels et les modernes repart de plus belle et va encore déchirer la France intellectuelle.

 

Et c’est tant mieux : il est nécessaire de réagir à cette tentative de destruction de la France par ce qu’elle a de plus profond, de plus structurel, de plus organique : sa langue.

Et la langue écrite française est un trésor, vérité que beaucoup de Français qui la négligent (comme on leur a appris à négliger tout ce qui est français) n’ont pas encore saisie.

En revanche, ceux qui s’y attaquent savent très bien ce qu’ils font et pour quel objectif. Démonstration avec un petit débat sur le service public de TV5 Monde mis en ligne le 8 octobre 2017, qui fait la part belle aux partisans de l’écriture inclusive avec les invités Chloé Sebagh, « cheffe de projet à l’agence Mots-Clés » et Raphaël Haddad, « docteur en communication ». Seule « l’intervention » de Raphaël Enthoven en vidéo fera contrepoint :

 

- La rédaction d’E&R -

 


 

Les Immortels, à l’unanimité, estiment que cette nouvelle pratique est un danger pour la langue française.

 

 

Les immortels de l’Académie française se sont fendus ce jeudi 26 octobre d’une déclaration au ton alarmiste condamnant vertement l’écriture inclusive. Ils vont même jusqu’à prédire un« péril mortel » pour l’avenir de la langue française. Pour rappel, cette graphie consiste à inclure le féminin, entrecoupé de points, dans les noms, comme dans « mes ami·e·s », pour le rendre « visible ». Le « point milieu », ce signe situé à mi-hauteur des lettres, peut être utilisé alternativement en composant un mot comme « lycéen·ne » comme suit : racine du mot + suffixe masculin + le point milieu + suffixe féminin.

 

Cette pratique défendue par certaines militantes féministes au prétexte que la langue française « invisibiliserait les femmes » a beaucoup fait parler d’elle ces dernières semaines alors qu’un manuel scolaire, destiné à des élèves de CE2, a été publié pour la première fois en écriture inclusive en mars 2017. On peut y lire que « grâce aux agriculteur.rice.s, aux artisan.e.s et aux commerçant.e.s, la Gaule était un pays riche ». L’éditeur a expliqué avoir choisi d’appliquer les recommandations du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes datant de 2015.

Prenant acte de la diffusion de cette « écriture inclusive » qui « prétend s’imposer comme norme », l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde :

« La démultiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration “inclusive”, la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète. »

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

 

L’écriture inclusive, sur E&R :

Le travail de sape de l’Éducation « nationale », chez Kontre Kulture :

Découvrir la rigueur de la langue chez les auteurs classiques :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

60 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Cette écriture est d’autant plus absurde qu’elle n’échappe pas à la règle de la précédence de la forme masculine sur la féminine, exemple : lycéen-ne.Basta !


  • Merci les académiciens, votre message sera sans doute entendu. Je plaisante.

     

  • Faudrait arrêter la branlette inclusive, ils vont finir par se faire un nœud au cerveau, si ce n’est déjà fait .Apprenez déjà les gamins à lire et à écrire, c’est ce que vous avez de mieux à faire, si c’est encore dans vos capacités..

     

  • Il est triste que le CNAM utilise ces barbarismes : professeur.e. etc. C’est comme laisser un virus ou une redondance parasitaire dans un programme informatique.
    Comment les bambins liront-ils tout haut lycéen.ne.s ? Licéin-neu ? lycéens et lycéennes ? On leur demande des capacités d’interprétation/retranscription d’académiciens ! Comme en méthode globale.
    Voyons la phrase : le berger, la Schiappa et le troupeau de moutons gravissent la colline. ILS sont bien fatigués.
    Ce ILS en écriture inclusive : Il.elle.ça (les animaux) est/sont bien fatigué.e.ça.s.
    Le ça devient à son tour méprisant pour les brebis ! Il faut les visibiliser aussi ces bêtes-là ! On rajoutera donc un .e à ça.
    Et nous aurons : Il.elle.ça.e est/sont bien fatigué.e.ça.e.s.
    Pourquoi "visibiliser" les dames d’ailleurs ? Elles n’existeraient que par leurs organes spécifiques ?


  • Être élevé-e comme des con-nes par des éducateurs-es quand le-la parent-e travaille sera une victoire pour le politicard-e dogmatique et/ou soumis-e...

    Déjà que les élèves sont mauvais en orthographe allez écrire et lire ce charabia !
    Si ça passait un jours, là on aurait touché le fond... Mais on croyait l’ avoir touché déjà il y a quelques années... Quand même...

    ... Quand l’ académie comprendra que cela n’est pas anodin mais un Diktat des lobbies de genre qui n’existent pas ... Qui gangrènent la société.

    De toutes manières ils ne râlent que lorsqu’ils sont touchés-ées ... C’est pareil tout le temps.. De même pour la pédophilie... Et là c’est plus grave . Hein ? On va attendre cela aussi ? Avant de faire le ménage de cette absurdité la plus crasse ?

    (Je parle pour ceux qui ont des fonctions qui le permettent aussi...


  • Qui de mieux placer que Haddad et Sebagh pour détruire la langue française.

     

  • Hélas en grande partie à cause de leur savoir inutile sur des règles orthographiques, cette assemblée a fait passer le sens d’académique à celui de conservatisme sans intérêt. Déjà n’importe qui peut y entrer, à un âge certain, enfin c’est injustifiable et ridicule.


  • UNE foule est féminine. Il y a pourtant des hommes dedans...
    Et il y a UN monde fou ! Avec sans aucun doute des femmes le composant.
    Alors, jusqu’où s’arrêteront-ils et elles ?
    Ridicule.

     

  • En grammaire, lorsqu’une phrase contient deux noms, un masculin et un féminin, qualifiés par le même adjectif, c’est le masculin qui s’accorde. Et c’est ce qui indispose les harpies féministes. Plus futile, comme revendication, tu meurs !

    Pouvant me prévaloir d’un bon niveau d’orthographe et de grammaire, je fais le serment, que rien que pour faire chier ces chouettes de la jérémiade (et de la balance) je continuerai à user la formule actuelle. Et ce, même si l’Académie, finit par céder.

    Après tout, ceux qui écrivent phonétiquement, ça ne tue pas pour autant. Donc...


  • Oh la la ! Ces féministes me sortent par les yeux, les oreilles, et de partout !
    J’aimerais pas apprendre à lire aujourd’hui.
    De grâce, laissez la langue française aux personnes compétentes en la matière et mêlez vous de vos fesses !

     

    • Ben c est bien leur probleme aux feministes c’est qu elles sont obligés de se les toucher elles mêmes leurs fesses puisque personne ne peut leur mettre la main dessus....
      Alors comprenez qu elles soient frustrées les petites...

      Comme on dit : "Quand on a le feu au ..."


  • J’ai fait des recherches sur les 2 noms de famille (Sebagh et Haddad) qui ne sonnaient pas très catholique. Et je ne fut pas étonné de découvrir que mes doutes étaient fondés, que ces noms viennent d’une même communauté. Ils ne sont pas n’on plus musulmans.... Delà à en déduire...


  • Ne pleurons pas car lorsque tous les journaux et tous les manuels seront en écriture inclusive, nous saurons que nous avons touché le fond, et ce n’est déjà pas si mal.

     

  • Dire "une fleur" c’est sexiste, il faut dire "un fleur".


  • Sionisme, féminisme et autres lobbies victimaires utilisent les mêmes stratégies :
    Manipulation des statistiques, postures victimaires totalitaires, disqualification haineuse des discours critiques, inversions accusatoires, conditionnements par la domination médiatique.

    Leur revendications n’auront jamais de fin. On le voit particulièrement bien à l’école où les filles réussissent mieux que les garçons depuis deux décennies alors que l’agenda de l’éducation - lavage de cerveau - nationale demeure de lutter contre les discriminations faites aux filles !!!

    Même l’académicienne qui s’oppose à l’écriture inclusive ne fait par ailleurs que légitimer la psychose faux-ministe.victimaire.misandre en relayant leurs chiffres délirants.

    Toutes ces fausses causes rencontrent l’adhésion de media dont les propriétaires/oligarques jubilent de la dissension induite : diviser pour mieux régner, leur outil le plus efficace pour assurer leur domination (d’où l’importance de la notion de réconciliation prônée par E&R)

    Pour ce qui concerne l’écriture inclusive, plutôt crever que de la pratiquer...ils peuvent toujours m’envoyer les sbires de Big Bro !


  • Les Immortels rien qu’ça ! Regardez moi ces trous d’cul avec leur costume d’apparat et leur épée à la con. Pardon, mais c’est gens là me dégoûte...
    Sinon sur l’écriture inclusive, je pense qu’on est tous d’accord pour dire que c’est une grosse connerie. Mais à mon avis, ça va faire pschiiit.

     

  • Tout celà participe à la destruction programmée de la France et de son influence au Québec, en Afrique et ce qu’il en reste dans le reste du monde.
    Au profit des anglos toujours aussi violents et décadents !

     

  • L’écriture inclusive est d’une débilité sans nom....

     

    • D’habitude j’aime bien quand c’est argumenté, mais là, il n’y a qu’à lire une phrase en écriture inclusive pour voir le bordel. C’est moche, imbitable, ça "inclut" de la difficultés dans l’apprentissage de la langue (mais n’est-ce pas le but finalement ?) quand des petits génies veulent la simplifier, avec la suppression de l’accent circonflexe sur les "i" et "u" par exemple.

      Et c’est pas fini, demain on écrira citoyen.ne.s.lgbt.queer.e.non-genré.e.s.

      Et je plaisante à peine en plus.


  • Oh, monsieur Haddad et madame Sebbagh veulent détruire la langue française... étonnant !

    Il est sinon intéressant de voir que les mêmes qui plaident pour un simplification de l’orthographe du français pour la rendre phonétique (alors que le problème est bien plus compliqué : cela fabriquera plein de mots ’’homographes’’ et compliquera tout. Le mieux consiste à reprononcer toutes les lettres comme par le passé) sont les mêmes qui sont pour l’écriture inclusive, c’est-à-dire rendre le francais illisible et incompréhensible : comment lit-on ’’travailleur.euse.s’’ ?
    Imaginez le pauvre rappeur Jul qui galère déjà !!!
    Donc apparente contradiction chez ces gens, mais en réalité destruction du français par 2 approches.


  • Tout en sachant que les genres et ce type de règles existent aussi en espagnol, portugais, italien... et comme par hasard aucune féministe folle ne fait de travail de sape chez ces langues...
    Seul l’anglais n’a pas de genres, c’est donc un cas particulier et pas un modèle général.
    On peut faire comme dans le patois poitevin ou saintongeais je crois, et créer un neutre pour plaire à ces dames. Encore que, celui-ci s’applique à des cas bien précis.


  • L’Académie intervient, c’est une bonne chose. C’est quand même son rôle, n’en déplaise à certains esprits chagrins qui visiblement la résument à sa caricature.

    Mieux vaut tard que jamais !


  • Ces dingos veulent nous donner mal à la tête . Prévoir des cachets d’aspirine dans toutes les classes .

     

  • Raphael Haddad - Docteur en communication. C est tout.


  • Déjà, la féminisation de certains mots est une abérration : cafetier/cafetière, portier/portière,... et une difficulté supplémentaire pour l’apprentissage de la langue.
    L’écriture inclusive est éffectivement une écriture militante qui n’a aucune autre raison d’être. Mais je pense que cette destruction programmée d’une langue à un autre but. Il s’inscrit dans la démarche mondialiste d’uniformisation des peuples car une langue qui devient trop complexe et illisible est abandonnée au profit d’autre plus simple comme l’anglais par exemple... M Haddad et Mme Sebbagh qui sont les instigateurs de cette folie par le truchement (j’aime bien cette expression) de leur société Mots-clés participent de façon consciente et déterminée au chaos... je crois que tout est dit et que je vais être censuré...


  • #1828182

    Pour l’Académie française, l’écriture inclusive est un "péril mortel"...

    ...et Alain Finkielkraut une Merveille...

    Allez :

    - Quenelle.


  • Jusqu’où va-t-on descendre ? qui aurait imaginé, il y a encore 10 ans, que nous en sérions là aujourd’hui ? Il y a un moment où lorsqu’une société touche le fond, elle meurt. En terme d’intelligence, un étiage minimum est requis...


  • N’empêche que le féminin vient en deuxième, il faudrait aussi alterner.

     

  • Si les US ne l’ont pas imposé chez eux ça va foirer en "France" .


  • Et les animaux alors ils n’ont pas le droit d’avoir un genre grammatical à eux ?


  • Ils feraient mieux de se préoccuper de remettre un peu d’égalité sociale. Quand on voit la différence de salaire entre un grand PDG ou footballeur ou artiste ou même traideur et celui d’un smicard qui bosse dur physiquement, il y aurait vraiment du boulot à faire.
    Tout cela c’est juste de la diversion.


  • Nan mais ils se moquent de qui ces "Immortels" ???!!!

    Il y a quelques temps, ils sont atones sur l’abandon du circonflexe, sur l’approche de l’orthographe du moment que ça s’approche de la phonétique.

    Ils ont soutenu voire même encouragé tous les mouvements de féminisation dans leurs engagement précédents leur "immortalisation"
    Ils ont participé à la débilisation de l’éducation nationale, de l’éducation civique etc.

    Et maintenant ils se braquent contre le mouvement dont ils sont eux mêmes les instigateurs ????

    qu’ils rendent leurs épées il ne sont pas digne de les porter


  • Yes !!! Merci à nos Académiciens. Légaliser la Langue Inclusive c’est pour mieux arriver sournoisement aux objectives des LGTB soit : " je suis Trans-F ou je suis Femme-H " ou Lesbie-FF ou Lesbie-HH.....


  • Je suis enseignant et je peux vous dire que les chefs d’établissement comme les inspecteurs sont au top niveau écriture inclusive. Faut voir mon rapport d’inspection...


  • Modifier le français pour respecter l’égalité des sexes ?Ça va finir où ? Car tantôt il faudra accommoder les transgenres, transsexuelles, cisgenres binaires et non binaires, fluides, sexualo-passagers, pédalo-temporaires, bi-sexualo-permanents, LGTB2X-oméga69-adnXXX etc..

    La terreur des minorités, ça suffit !


  • Quand vous voulez détruire un pays, vous détruisez sa langue. La chose est bien en cours !!


  • J’avais lu que la réforme de l’orthographe qui eut lieu sous najat vallaud belkacem avait été concoctée en 1990, et qu’ils avaient attendu 2016 pour l’appliquer, parce qu’on était enfin "prêts" à l’accepter.

    Ces réformes ne correspondent pas à un besoin mais représentent en elles-mêmes un objectif duquel lequel le temps nous rapproche.

    Une destruction programmée


  • Raphaël Enthoven, 3’20" : « chaque mot est une cicatrice, chaque mot porte la trace de l’histoire qui lui a donné le jour... ».

    Hervé Ryssen, Les Espérances planétariennes, p. 51 : « [...] l’américain Gary Davis, en 1947, avait déchiré son passeport pour marquer son désir de voir disparaître toutes les frontières. A cette époque, le ministre Georges Bidault s’était écrié : "Les frontières sont les cicatrices de l’histoire" : or, ajoute Albert Jacquard avec beaucoup de jugement et d’à-propos, "les cicatrices sont faites pour disparaître." »

    Je taquine un peu, c’est vrai, l’argumentaire d’Enthoven est bon, la plaidoirie excellente. Mais...


  • Je me souviens avoir écouter très récemment sur France info trois reportages à la suite.

    - Le premier reportage : La détresse d’une jeune femme vivant à Marseille avec son compagnon et leurs deux enfants. Insalubrité du logement, travail mal payé et misère de la vie au quotidien pour toute la famille, les choix drastiques au sujet de la nourriture, les vacances,la voiture etc.... Le soucis présent était de devoir attendre le mois suivant pour offrir de nouvelles chaussures aux gamins (les leurs étant trouées).

    - Le deuxième : Les "Georgettes Sand" sur l’invisibilité des femmes dans l’histoire, dans l’entreprise, les médias et gnagnagna.

    - Le troisième : La miss Muller et son très distingué "balancetonporc"qui me fait penser à "Une femme dans chaque port" ou même "Un porc dans chaque femme". Aprés tout, pourquoi pas ?

    Et bien, je vous laisse deviner le temps accordé à chacun des reportages, j’en étais abasourdi.
    C’était tellement évident et par la même indécent. J’imagine les soucis en plus pour cette mère de famille qui devait passer du temps également pour les devoirs des gamins et leur expliquer maintenant cette écriture relevant de la schizophrénie.
    C’est tellement insidieux tout ça, que ça en relèverait presque du Malin.


  • Une "pute" concernant une femme qui vend ses charmes, mais en écriture inclusive ça donne quoi pour un homme qui vend ses charmes ?


  • Aujourd’hui, chacun met ses petits états d’âme avant toute chose, exige que tout soit instamment sacrifié à son immense personne.

    L’époque est à ça, alors finalement c’est normal, congru à l’air du temps, qu’une œuvre multi-millénaire, qu’un joyaux parmi les joyaux des civilisations de l’espèce humaine comme notre langue, la français, la langue française, soit sacrifié.

    On s’émeut quand des islamistes dynamitent des bouddhas, ou quand Daesh détruit Palmyre, mais les salopes narcissiques que sont nos ordures de pourritures de féministes, font très exactement pareil.

    Elles font même pire, car la famille, la langue, sont des organes vivants.
    Les islamistes détruisent des traces de culture.
    Les féministes, elles, détruisent la culture et la vie mêmes, elles corrompent, rendent malades (en fait en leur transmettant leur maladie) la culture et la vie en œuvre. Il n’y a pas plus grave.

    Cette guerre est donc totale et sans merci.

    Il n’y a pas à transiger, à temporiser, à tempérer une once ou un instant : c’est vaincre ou mourir.

    Salut, camarades. Courage à nous tous ...


  • L’Académie française c’est bien la classe de CM2 ou il y a Alain Finkielkraut, un peu comme le Panthéfion ou il y a Jean Zay , ou à Versailles ou il y a Anish Kapoor, ou Rome ou il y a Bergoblio ??? pinnacle de pinnacle.....
    On est bien au bout du bout , au bout du colon , bref dans la crotte


  • j ai 54 ans je suis sur que mes grands meres auraient trouvé cela ridicule


  • Je suis allé consulter le site de mon ex fac de sciences sociales, à Lausanne en Suisse.

    La page d’accueil est en écriture inclusive. Putain.


  • Les féministes me font horreur. Cette écriture inclusive leur permettra t-elle de mieux vivre ? Je ne pense pas.
    Ensuite, on passe à quoi ?


Commentaires suivants