Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi le monde de la "culture" déteste-t-il le Front national ?

Les exemples abondent : après les élections municipales, Olivier Py menace de faire déménager le festival d’Avignon, le metteur en scène Jean-Michel Ribes le soutient avec vigueur. Après les élections européennes, Benjamin Biollay écrit à la hâte une chanson mélancolique, Yannick Noah sombre dans la déprime pendant que le ministre de la culture dénonce les « bas instincts » du FN…

Il ne s’agit pas tant ici de défendre le parti souverainiste, qui n’a pas encore vraiment pu démontrer sa compétence dans le domaine des politiques culturelles, que d’analyser l’hystérie collective du « monde des arts » qui suit immanquablement chaque victoire électorale du FN.

Le milieu culturel s’empresse, dès qu’il le peut, de décrédibiliser tout ce qui vient de la droite « de conviction », lui objecte qu’elle ne « comprend rien » à l’art et, dans le meilleur des cas, la qualifie de « rétrograde », de « bourgeoise ». Derrière cette rhétorique peu argumentée, se cache en fait une conception de la création artistique qui a pour objectif de déstructurer les esprits pour mieux les embrigader dans une culture de masse avilissante. C’est cette gigantesque entreprise de manipulation, commencée il y a plus de 30 ans, que reinformation.tv analyse dans ce reportage.

 

Sur l’art et la poésie, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

76 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’instinct de survie est un bas instinct pour ces gens qui n’ont connu que l’opulence.

     

    • Le pire c’est qu’une grande majorité ne sera jamais dans l’opulence... car comme dans les autres secteurs, c’est toujours les mêmes 1% qui profitent véritablement de l’enfumage... les autres tapinent pour que dalle...
      Pourquoi continuent-ils dans ce cas ?... je n’en sais strictement rien... l’habitude, le contrôle mental, le snobisme, la bêtise, allez savoir... pourquoi le peuple continue-t-il de regarder la télé, de payer leur place de cinéma, de travailler pour les grandes fortunes, de polluer etc... ?
      Il y a autant d’esclaves dans l’art que dans le reste de la société, c’est tout... et pourquoi en serait-il autrement après tout ?


  • " Art. 1 du code de la culture : les esclaves sont tenus d’aller régulièrement PAYER pour admirer les merdes moulées et chiées par les trous du cul des Maitres israéliens ".


  • Bonjour a tous,
    Je peux temoigner en tant que femme Anglaise que dans mon pays la " culture" est etouffee dans les tentacules du gauchisme depuis au moins 50 annees. Une " culture" pornographique, choquante,morbide, defendant un muticulturalisme looser...

     

    • Vous vouliez dire "Loser" ?


    • Concernant le multiculturalisme à la sauce anglaise..
      Dans le domaine des arts, le cas britannique à produit une vision bien particulière, une simplification hyper excessive d’identités individuelles, réduites à des caricatures de groupes ethniques souvent embourbés dans des archaïsmes. Je pourrais vous donner de nombreux exemples des poncifs de la littératures post-coloniale à la Hanif Kureishi (je vous invite à la comparaison avec "Georgette" de Farida Belghoul). Des exemples dans le cinéma anglais.. N’es-ce pas ironique d’entendre Sting chanter (Manu Katché est à la batterie) « I am a legal alien, i’m an English man in New York ; be yourself no matter what they say… »
      Un multiculturalisme bien particulier puisqu’au cœur de celui-ci il y a le Royaume Unis qui est censé réunir quatre nations historiques en une.. Particulier également car au coeur de celui-ci il y’a une société hyper marquée par les classes sociales ( remember Charles Dickens) et le libéralisme économique dévastateur montant les classes les unes contre les autres...


    • Une politique multiculturaliste violente qui a contribuée comme nul part ailleurs à une ségrégation ethnique dans des quartiers résidentiels, des écoles (privées et secteur ethnique), un séparatisme ethnique encouragée, et l’autorisation d’un radicalisme islamique…
      Chose résultante non pas de la population mais bel et bien d’une politique publique. Une politique durant des décennies qui encourageait les nouveaux arrivant à se penser et se définir comme séparés de la culture dominante du pays.. ou systématiquement les cultures sont séparées en fonction de leurs origines nationales (le bangladeshien n’étant pas le pakistanais).
      Il suffit de comparer les Etats-Unis et le Canada qui sont de VRAIES sociétés multiculturelles pour s’apercevoir des grandes différences.. N’oublions pas que ce sont les Britanniques après les guerres anglo-boers qui instituèrent les premiers un système de séparation raciale en Afrique du Sud !! les Afrikaners et les lois d’apartheid ne sont qu’une continuation… N’oublions pas la haine anti-irlandaise anti-catholique en anglettere, ou il était fréquent de voir des pancartes devant les pubs interdisant l’accès aux chiens et aux irlandais…

      Biensure de cette politique démente multiculturaliste à la sauce anglaise les britanniques en sont revenus.. depuis les années 2000 la tendance est à l’intégration de ces cultures, voire de l’assimilation de ces diversités culturelles. Le Canada, l’Australie, etc, eux sont dans des débats concernant la contagion du modèle britannique.. Peu de français le savent, il y a énormément d’échanges entre les pays anglo-saxons : universitaires, idées politiques. Le Canada a longtemps été pour le Royaume Unis le modèle en matière de politiques publiques multiculturalistes, bien que le Canada à longtemps restreint spécifiquement son immigration à la race blanche de culture celte.
      Le multiculturalisme est une partie intégrante de l’identité canadienne de part sa partie française d’un coté et ses autochtone amérindien de l’autre, ensuite il y’a aussi tous les européens premier immigrants. Un logique interne au pays dont nous connaissent les problématiques pour les francophones (la sous représentation dans les institutions, la vie politique + les discriminations).

      Le monde anglo-saxon est complexe, le multi-culturalisme à différente facette : rien n’est comparable aux choix du Royaume Unis.
      Comparer le mutlticulturalisme à l’anglaise avec la France est encore + un non sens..


    • Concernant l’Islamisme radical sponsorisé par l’État profond..
      Abu Hamza al-Masri, l’imam borgne MÉDIATIQUE alias Captain Crochet, a sévit pendant des décennies en Grande-Bretagne (comprendre intrusion forcée à l’heure du diner). Toujours invité dans les émissions de TV pour prodiguer son avis de musulman..
      Pourtant il y avait bien l’équipe dirigeante de la mosquée de Finsbury Park (Londres), le trésorier et l’administrateur Imam qui portaient plainte régulièrement devant la justice (indiquant que quelque chose ne tournez pas rond) car ll’imam radical et ses gros durs menaçaient régulièrement les fidèles lambda : ils dormaient, squattaient dans la mosquée pour en garder la direction. Ça fait penser au cas de Chalgoumi l’Imam de Drancy (meme pas vrai : l’imam de Drancy est quelqu’un d’autre...).
      J’avais connus à Londres un homme d’affaire du moyen orient qui m’expliquait comment le premier venu maîtrisant l’arabe pouvait impressionner le croyant lambda avec quelque phrases d’arabe.. Il m’expliquait que l’homme en question Abu Hamza était bien connus des égyptiens de la capitale (la plupart sont entrées avec des visas d’étudiants). Donc une population qui le connaissait bien lorsqu’il était étudiant universitaire au pays... il était connus alors pour son amour immodéré des beuveries et était particulièrement coureur de femmes...
      Sa reconversion dans le business spirituel ne devait pas tromper (le croyant lambda et encore plus l’européen reconverti pour qui tout est exotique)... Selon ces moyen-orientaux business men accomplis (restaurants, commerce en tout genre) il était aussi évidement un allié objectif de la propagande télévisuel (Captain Crochet & borgne) qui leur portait préjudices..
      Récemment inculpé au Royaume Unis pour terrorisme, il a révélé avoir été recruté par les services secret britannique dans les années 90 afin d’infiltrer les réseaux islamistes LOL..
      Alibi en or massif : effectivement il expliquait à l’époque avoir été approché lorsqu’il possédait et dirigeait des bars de streap-steaseuses, King porn !
      Un peu comme les supposés terroristes du onze septembre qui la veille de l’attentat se bourraient la gueule au whisky claquant, flashant des liasses de dollar verts dans des bars à putes et go-go danseuses. Il y aussi les vidéo d’alQuaida ou les djihadistes couteaux en mains portent colliers et bagues en or, alors qu’un sunniste ne porte jamais d’or et rarement voir jamais plus qu’une alliance en argent. Bref, du déjà vu


  • Oui, les "artistes" dans cette vidéo ne sont en fait que des petits sous-traitants idéologiques.
    Mais même là, ce qu’ils produisent est quasiment nul, c’est juste encombrant.
    Ils occupent l’espace avec de l’idéologie neutralisée par là-même où elle se produit.

    Le handicap majeur c’est que la plupart des gens qui s’y "intéressent" envisagent l’Art comme une vitrine sociale gratifiante.
    Je souhaite affirmer qu’une véritable avant-garde existe. Lorsqu’une forme artistique ne produit plus que de l’auto-satisfaction stagnant dans de la péremption alarmante, c’est justement ce qui va puiser et remettre au jour les formes les plus archaïques.
    Sortir des abysses (le fond) les formes que tout le monde avait cru pouvoir oublier.
    Evidemment, ce n’est pas "plaisant", lol


  • Les français ont voter en leur âme et conscience,je ne comprend pas la réaction des pseudos artistes qui se disent consternés.Les français votent pour défendre leur Pays point barre !


  • La culture de gauche se résume souvent à une culture porcine de soue et il est vrai que cette gôche là a toujours été à "la tête de l’art" !!!..................lol


  • Leur culture de Gauche est de plus en plus moche , dérisoire....
    rien à voir avec la création , le beau , l’histoire.....

    En somme les cultureux de Gauche ont détruit l’art parce qu’ils
    sont sans imagination et recherche , juste dans le conformisme
    actuel , ça reflète bien l’état d’esprit des politiques de gauche
    depuis Mitterrand , Lang etc....c’est à leur image , mocheté, bêtise ,
    et dépravation ,de notre société.....décidément ils ont contribué
    à la l’affaissement de la France en tous domaines .Bravo la gauche,
    vous pouvez être fier .

    Ils se sont accaparés la culture pour déstructuré l’identité de la culture
    Française et faire de la provocation , cela rejoint la politique actuelle que
    nous subissons....beau travail...dictature de la pensée , mocheté
    et provocation ! ce n’est décidément plus le siècle des lumières...

     

  • Quant à feu Zorro , il a passé 5 ans en tournée dans toute l’Amérique du Sud , avec l’orchestre Ray ventura , en qualité de guitariste et amuseur , durant cette période , il n’a donc pas pu subir les affres de l’occupation . ( raison de plus à Nice , en France libre ) . ...mais travestir la réalité et l’histoire , c’est l’habitude !


  • A ce sujet nous attendons avec impatience que le "courageux" Serrano gratifie le monde de l’art d’un "Piss Judah" et d’un "Piss Mohammed" qu’on rigole un peu...


  • À 11’10’’ : "un changement de l’imaginaire collectif" ... Tu l’as dit mon Jacko, et bien orchestré de surcroît, même si 68 est à mettre en cause, et que notre Ministre de la "Plume dans le cul" (dixit Laurent Gerra) ne sévissait pas encore à cette époque-là.


  • Sans l’Etat, l’art, dit contemporain, n’existerait pas, car c’est bien l’Etat et lui seul qui finance l’art contemporain.
    Autrement dit, l’Etat cautionne le vide, en plus de vouloir nous le faire aspirer…
    "L’Art Contemporain est l’expression d’une pensée dominante qui ne veut pas dire son nom, qui a remplacé le marxisme : le relativisme". Christine Sourgins.

     

    • Le fameux relativisme...un fascisme déguisé qui ne dit pas son nom,Huxley puis K.Dick ont en parlé avant tout le monde dans les années 50,60 et 70,et de manière prophétique...
      Le relativisme en tant que doctrine implicite,inoculée dès le plus jeune âge dans l’esprit des gens de manière insidieuse par l’éducation nationale et les merdias, est le système de contrôle à la fois le plus soft et le plus efficace pour les dictatures ploutocrates et technocratiques modernes ;si le peuple n’a ni convictions,ni volonté,il ne se révoltera pas tant qu’il aura du pain et des jeux (aujourd’hui virtuels).


  • Je crois que pour susciter un débat de fond, au moins quelques réactions, il faudrait détruire purement et simplement quelques-unes de ces "oeuvres", elles ne valent strictement rien si ce n’est leur faculté à avilir toujours plus le bon goût de nos concitoyens (en tout cas çà ne l’arrange pas) et de la culture française en général.

    Pour aussi démystifier tous ces immondices qui se cachent derrière le titre mensonger d’"art". Ils ne font que remplir les poches des marchands et des institutions corrompues, et nous çà nous gâche la vue !!!

    Moi çà m’emmerde de voir des vaches partout, ou des machins centraux qui ne ressemblent à rien, ou encore à payer une fortune pour voir de l’art con (d’ailleurs j’y vais pas !!)

    Et si on peut pas se défouler sur certains qui nous énervent (la violence, c’est pas bien), on peut peut-être y aller sur le décor ! Çà ne me semblerait pas du tout excessif, et même justifié en fait.


  • Hé ! si on parlait des " bas instincts " de Jacques Lang !
    Comme d’habitude inversion des valeurs ...


  • L’hypocrisie de certains ne cesse de m’étonner...

    Ils décrivent le "Piss Christ" comme une œuvre d’art, mais il suffit une seule seconde d’imaginer leur réaction face à une production de nature similaire qu’on appellerait "Piss Shoah" pour comprendre que certains blasphèmes sont aujourd’hui plus acceptables que d’autres.


  • Deja, premières secondes, le film montre les résultats du premier tour de sélections de 2002 et dit "le FN arrive premier du premier tour" ... alors que la réalité et le resultat montre bien que le FN arrive 2éme a 17%.
    Que va donner la suite ?


  • Excellent reportage de mise au point !

    C’est très certainement le témoignage de Patrice André le plus significatif.
    La politique de la culture pour tous, oui. Mais à condition d’être ouvert à tout.

    Or, la Gôche a systématiquement fermé toute possibilité d’ouverture vers une culture "classique" (je déteste ce mot associé au précédent) souvent qualifiée d’oppressante (voir Mai 68).

    Il y avait d’abord les artistes de cette contestation pour que l’on s’attaque ensuite moins au publique adulte dans leur promotion, mais surtout aux jeunes grâce à l’aide de l’école, des institutions, des médias, des journaux...

    La ringardisation : une véritable matrice culturelle idéologique !

    Mais les anciens gouvernement de droite ne sont pas non plus innocents !
    Il y a aussi l’aspect financier. Il pouvait y avoir une demande qui s’est tarie. Qu’on le veuille ou non.
    Aujourd’hui ce n’est pas la culture pour tous, mais l’idéologie de gauche pour tous... et vous êtes priés de payer au passage !
    Le problème serait d’arrêter la machine à subvention aux gens de culture qui n’attirent personne sans s’attirer les foudres de la bien-pensance.
    Il faut dire que beaucoup de petits rois comme J-M. Ribes sont attachés à leur petits privilèges.

    Certains ici seraient peut-être tentés de foutre tout ça au feu...



    Je ne les rejoindrai jamais !



    Il serait criminel de ne pas montrer l’horreur, la connerie, le saccage, l’intolérance et le blasphème aux générations futures !

    Mais pour que la victoire soit totale sur cette impasse, il faut aussi rendre enfin lisible (puisqu’elle ne l’est toujours pas) aux plus grand nombre cet art.
    Pas pour l’aimer, mais pour pouvoir mieux s’en extraire !

    En attendant, évitez à vos enfants un maximum les lieux d’art contemporains. Ils comprendront plus tard en voyant ces horreurs une fois adulte.


  • Quelqu’un sait si le seau d’excrément de l’affaire du coral, c’était déjà de l’art ?

     

  • On est bien d’accord !


  • "Jack est emballé !!!!"

     

  • Quand on sait que ce sont les artistes et les intellectuels qui se sont vautrés les premiers dans la collaboration, et que l’on retrouvait plutôt des ouvriers, des ingénieurs et des poètes dans la résistance, tous ces bouffons et leur pseudo-résistance antifasciste donne envie de sourire.

    Arletty, Piaf... de grandes résistantes dans le sens horizontal du terme, hein. Guitri, Sartre...

    La longue liste des artistes collabos et de ceux qui n’ont pas combattu la bête immonde quand ils en avaient pourtant l’occasion :

    http://www.fonjallaz.net/MLH/collab...

    Ben alors, les gars ? Si Jean-Paul Sartre en dépit de sa philosophie radicale de l’engagement, a préféré se désengager radicalement en 1940, pourquoi pas vous ?

    Certains historiens évoquent pudiquement un "âge d’or parisien" durant la collaboration. Les nazis, loin d’être opposés au monde de la culture, ont fait preuve au contraire d’un certain libéralisme en laissant l’expression artistique s’épanouir sous de nombreuses formes : cinéma, chanson, théâtre, cabaret, gastronomie... Il y avait un projet politique derrière tout ça : transformer la France en une grande base de loisirs et favoriser la diffusion d’un certain hédonisme qui ferait passer la pilule de l’occupation.

    Quant au CNR, on y trouvait surtout des syndicalistes, des nationalistes et des communistes... qui n’ont pas passé les heures les plus sombres de notre histoire à boire du champagne dans les cabarets avec des officiers nazis.......

     

    • Malheureusement je pense que les choses sont bien plus compliqués que ça.. Le cinéma était à l’époque une des premières industries mondiales, il y a avait beaucoup d’ouvriers qui devaient travailler.. Après il faut juger sur pièce ? Les films étaient-ils des relais de la propagande nazie ? de la supériorité raciale, de la haine raciale du juif ? Il suffit de citer le film "le corbeau" de Henri-Georges Clouzot pour se rappeler que mine de rien des gens résistaient sans prendre le maquis...
      Ne sommes nous pas nous même en état de siège aujourd’hui ? Concernant les pétainistes (sans les défendre) je préfère penser que les choses sont bien plus compliqués...
      PS : merci en tout cas pour le tableau, la liste détaillée.


  • Manipulation des esprits, oui. Mais surtout du fric, du fric et du fric.
    Il ne s’agit pas que de nouveaux venus fassent baisser les cours des oeuvres et les côtes des artistes enfin foutent la pagaille dans cette belle usine à profits.
    J’ai toujours pensé que derrière ces déchets de l’art contemporain, il y a des magouilles de transfert de patrimoine, du blanchissement d’argent et autres arnaques à l’impôt.
    Non mais. Laisser de vrais artistes détruire ces belles escroqueries. Vous n’y pensez pas


  • Le programme culturel du FN en 2002 :
    http://www.ina.fr/video/20099260010...

    Contrairement à ce que dit Mathias Cardet, le FN était déjà anti-rap !


  • Peut-être que tout ces "artistes" (et surtout ceux qui les encadrent) gavés aux subventions, ont peurs que le FN met un coup de pied dans cette fourmilière.
    Moi j’attends que l’on coupe les subventions pour voir qui sont les vrais artistes.


  • Tout ces guignols ne sont pas des artistes ; ce sont des enfants de la bourgeoisie qui vivent du mondialisme et de sa décadence ... à nos frais !


  • L’art de nos jours n’existe que pour satisfaire les marchands d’art ; évidemment satisfaire uniquement leur intérêt financier ! Pour preuve : http://www.gentside.com/banksy/bank...

     

    • L’art c’est avant tout de le faire.. d’émuler les prédécesseurs, chercher l’apparence du réel.. trouver des vérités dissimulées. La mimèsis ou l’imitation déjà expliqué par Aristote.
      Que Banksy, le graffiti artiste qui a été un des premiers à faire du « branding » (technique marketing + développement de logo type comme identité quantifiable...) soit celui qui se moque des marchands est un sacré tour de force ?
      À part la pelouse et la livre sterling, qu’es-ce qui intéresse l’anglais (middle class) ? Hey*... ?

      *Faire du foin.. à l’époque des jacqueries c’était prendre les outils contre l’élite au pouvoir (mais les temps changent)..


  • A défaut d’avoir inventé, à son grand damne, la "culture", la gôche française a inventé la "ségrégation culturale".
    Heil lang !


  • Culture. Je n’aime pas le mot. Il est trop vaste, trop flou. Il est trop chargé de sens différents et à mon avis décrit mal ce qu’il est sensé désigner.
    Je préfère parler de Spectacle, au sens de Guy Debord.
    Ce Spectacle fait partie intégrante du système de domination, qu’on peu appeler le Pouvoir, au même titre que les partis, les syndicats, les administrations centrales ou décentralisées, la presse, les banques, les grands groupes industriels, l’armée, la police etc ...
    Il est donc logique que, dans une société à la dérive, en décadence, corresponde un art dégénéré, propre à distiller un poison idéologique délétère dans la société, pour mieux la dissoudre.
    Le piss christ vise à ridiculiser la religion catholique (ou à pisser dessus) tout comme les installations de Jeff koon voulaient ridiculiser la France en investissant le château de Versailles, sommet de l’art français et symbole de sa grandeur.
    Aussi, comme disait l’autre, quand j’entend le mot culture, je sors mon revolver.

     

  • La politique du ministère de la culture se résume depuis des lustres à ceci :

    Faire passer le laid pour le beau, ainsi le faux passera pour le vrai.


  • l’achat d’art moderne par l’état sert à blanchir de l’argent.


  • Je peux témoigner de ce Gloubi-boulga auquel on assiste quasi quotidiennement dans le milieu dit de l’art dit conceptuel ou contemporain ayant moi même suivi il y a 15 ans des études aux beaux arts.
    J’étais attiré à l’époque par la photographie mais n’ayant pas la fibre assez créatrice par manque de maturité et je pense aussi parce que mes professeurs étaient tous plus ou moins versé dans l’art conceptuel et donc très éloigné de l’idée même que je me faisais de l’art à l’époque, l’alchimie n’a donc pas fonctionné.
    Désirant revenir à des choses plus concrète j’ai essayé d’intégrer une école d’arts appliqués après avoir perdu 2 ans aux beaux arts à absorber tout ce qu’offre de plus décalé et non instructif le milieu de l’art moderne. Ce fût un échec me conduisant à l’arrêt pur et simple de mes études.
    Tout ça pour dire que le décalage entre le milieu artistique contemporain et le spectateur lambda a considérablement dégradé l’expression artistique et ce quelque soit la forme qu’elle prenne.
    J’ai vu arrivé dans les biennales, les expositions à thème et autres festival, pléthore d’artistes autoproclamés venus des milieux dit "underground" nous gratifiés d’immondes installations et autres "happening" douteux transformant l’expression culturel du signifiant en mascarade idéologique flirtant déjà presque avec le pathologique.
    La critique de Patrice André est tout à fait juste quand il parle du glissement et de la tendance presque généralisé d’accorder plus d’importance à l’intention de l’artiste qu’à l’œuvre elle même.
    Cette attitude a conduit la culture a devenir un vecteur idéologique plus qu’un témoin dans l’espace et le temps de la pensée d’une époque surtout quand le concepteur s’appuie sur un support déjà existant et ayant traversé le temps en modifiant, détournant et dénaturant l’œuvre initiale pour valider une pensée contemporaine.
    Le concept prenant le pas sur l’œuvre a permis à toute une génération d’artistes de prétendre tout et n’importe quoi transformant peu à peu l’œuvre en objet de fond absent de forme et inversement.
    L’œuvre devenu ainsi de plus en plus illisible est contraint à n’être plus qu’un objet de spéculation sur le marché très juteux de l’art ou un vecteur idéologique pervers faisant table rase de l’histoire culturel humaine et ne représentant plus que l’individu dont elle émane.


  • La culture serait de gauche alors ?
    FN a fait bobos cul cul... A bien y regarder, Olivier 3,14116, Ribes, Slooguy Noah, Biollay la mèche, sortent évidement d’un cul de gauche... Aucun doute.... Un cul bien prétentieux... Ouvert à tout les vents.

    D’ailleurs, tout le monde sait qu’à gauche l’art fiste.

     

    • La culture est plus un truc de droite à la base, c’est un truc élaboré et faut pas avoir le cul à l’air pour fabriquer du culturel.
      Puis le cliché droite = enculé d’exploiteur est à modérer, je ne vois pas en méchant exploiteur un mec comme Ratier.

      La valeur de gauche serait plus la justice, mais on regardant la gauche de nos jours c’est rigolande.

      Ici on est dans le cliché bisounours bobo écolo materno, y a qu’a regarder la robe avec des grosses cerises dans la première minutes pour se rendre compte qu’on est dans un coffee shop. Le pipotage le maternage est un type de gestion politique à notre époque.


  • la veritable piece d’art traverse les siecles et les millenaires. Elle nous captive et stimule notre imagination
    les soit-disant pièces d’art actuel ne traverse même pas la décennie, parfois même pas l’année.
    C’est de l’art à obsolescence programmée, à l’image de cette société pathétique.
    Je ne parle même pas de la laideur, cet art qui n’existe que pour lui même. Le regard de l’homme n’ose se poser dessus. Un art désincarné, souvent sombre et mortifère.


  • Ray Ventura , son complice Paul Misraki et Henri Salvador (au passage) n’ont pas vraiment souffert de l’occupation... de là à dire qu’il en ont profité.. il n’y a qu’un tout petit pas...


  • #983745

    Pour moi la culture ne veut plus rien dire et cela à cause de la gauche bobo par contre l’art est souvent là ou on ne l’attend pas que ce soit dans la peinture, photo, et tout un tas d’événement.
    L’art je préfère parler d’expression artistique,il se trouve aussi dans la contestation comme l’humour corrosif de Dieudo, le dessin de Zéon !!
    Bref, le fait d’être de gauche pour moi empêche d’être un artiste l’art est une revendication et souvent on muselle les artistes .C’est le cas de Dieudo de Zéon mais pas de Noah, ni de Piss Christ ou de Benjamin Biolay !
    Chiez sur une photo de Poutine, torchez vous le cul avec le drapeau français, et, on vous proclame, on vous couronne artiste, pire artiste engagé...
    Il est simple aujourd’hui d’être un artiste (enfin un artiste PS....)
    Golgotah Picnic, Piss Christ, Grand corps malade, Noah, Joey Starr ,que sont devenu les Mozart, De la fontaine, Molière, Schubert, Léonard de Vinci, les cathédrales, les châteaux, les abbaye,les monastères ,les grands opéras, les classiques et ces costumières, ces chapelières, ces brodeuses, ces orchestres,cela avaient une autre touche,une autre gueule, que Golgotah Picnic ou qu’un concert de NTM avec la présence de monsieur Jack Lang, l’Avé Maria de Schubert et l’Avé Maria de Marianne James ce sont deux chose différentes Michel-Ange la création d’Adam Louis Ferdinant Celine ,le Colisé,la corida,l’Art roman, l’Art gothique et l’Art byzantin. !
    La Chapelle Sixtine (c’est pas la chapelle fist-in) voilà la grande différence (du niveau excrément pipi caca) et elle est grande il n’y a que ceux qui prétendent ne pas la voir qui se mentent !
    La culture, l’art, l’église vit une mutation destructrice tout comme la famille,dite traditionnelle....
    On habitue les enfants, les ados à écouter de la merde, à regarder du laid (Hollywood,même actuellement le cinéma français)la vie d’Adèle,Nymphomaniac ,Ma cité va cracker,le rap de racaille vulgaire (BOOBA ROHFFetc..) violent, malsain, l’apologie de la violence, du viol ,de l’argent facile ,de la drogue,des gangs, la mode des bandes,le graffitis vandales, l’homosexualité la pornographie !
    Et tout ça ne peut que les tirer vers le bas, le mauvais, les perdre ,plus rien ne les élèvent, ne les transcendent, ne les tirent vers les cieux le grandiose le merveilleux, le beau..
    Cela les habitue à une petite vie, la misère, les problèmes, les addictions, l’homosexualité,le divorce,le suicide,la maladie..
    Pourquoi quel but ?
    Plus rien de sacré de Divin ?


  • Faudrait poser la question au Dr. Destouches..........


  • Ok, le milieu culturel mondialiste maçonné mange dans la soupe du maitre avec la main gauche.
    A à la potentielle annulation du festival d’Avignon, pourquoi ne pas prendre le contre pied de ce le Galou présente come le monopole de la gauche à savoir censure ringardisation en montant un concert de musique berbères pour casser ce monopole en démontrant qu’ on peut faire sans cette "gauche" avec non pas de la censure mais de l’ouverture ni de la ringardisation mais de la sophistication.

    Un sacrée quenelle, bon faut prendre le pouvoir avant.


  • Il n’y a pas que le èfène qui s´oppose à ces blaireaux.

    " Depuis que l’art est mort on sait qu’il est devenu extrêmement facile de déguiser des policiers en artistes. Quand les dernières imitations d’un néo-dadaïsme retourné sont autorisées à pontifier glorieusement dans le médiatique, et donc aussi bien à modifier un peu le décor des palais officiels, comme les fous des rois de pacotille, on voit que d’un même mouvement une couverture culturelle se trouve garantie à tous les agents ou supplétifs des réseaux d’influence de l’Etat. On ouvre des pseudo-musées vides, ou des pseudo-centres de recherche sur l’oeuvre complète d’un personnage inexistant, aussi vite que l’on fait la réputation de journalistes-policiers, ou d’historiens-policiers, ou de romanciers-policiers. Arthur Cravan voyait sans doute venir ce monde quand il écrivait dans Maintenant : « Dans la rue on ne verra bientôt plus que des artistes, et on aura toutes les peines du monde à y découvrir un homme. » Tel est bien le sens de cette forme rajeunie d’une ancienne boutade des voyous de Paris : « Salut, les artistes ! Tant pis si je me trompe. » "

    Debord, commentaires sur la société du spectacle.

    Déjà en 1988, étonnant, non ?

    Je connais bien ce milieu, ayant obtenu une license d’art (et sans baisser le pantalon). Je n’ai pas poussé jusqu´au master ayant compris à temps que la seule chose qui pouvait y être gagné était un réseau péri-pathétique ; d’ailleurs, si par hasard un aspirant aux beaux-arts lisait ces lignes, contactez plutôt des artistes que vous appreciez pour faire des stages en leur compagnie, vous économiserez trois longues années à attendre un enseignement qui ne viendra pas et une potentielle dépression.

    Par ailleurs, étant toujours en "convalescence" je ne peux que conseiller entre autres à tout curieux et/ou ennemis de ces vicieux incapables le pamphlet de Jean Clair nommé " l´hiver de la culture". Tout y est, et bien que je doute que l´homme le souhaite et ai le courage à cause de son statut et des réseaux que celui-ci implique, le contenu de ce bouquin aurait tout à fait sa place dans les rayons virtuels de Kontre Kulture.

    Enfin, ça me fait plaisir de voir que certains ici comprennent que le pouvoir n’en aura presque plus si son arme la plus mortificatrice se fait progressivement dégonfler par du savoir reel. Retour à la technique, aux livres et aux choix de vie les amis, commençons par nettoyer nos vies de leur influence et Hasta la victoria siempre !

     

    • Et bien je suis entièrement d’accord avec vous,

      ayant moi aussi obtenu une licence d’art universitaire, je confirme tous vos dires.
      3 ans à manger des sandwich à la merde et à passer pour un ringard car incapable de comprendre les concepts des escargots en chewing gum, des tubes d’isolants en mousse cramés au briquet, ou encore les sacs poubelles pressés formant des ecailles de tortue... (mes peintures fantastiques font pale figure à coté de ces "merveilles d’avant garde" vous comprenez...)

      Quand à "L’hiver de la culture" de Jean Clair, tous mes professeurs exécraient cet auteur... C’est pourtant le seul qui se rapprochait le plus de ma façon de penser. L’hiver de la culture pourrait avoir sa place sur Kontre Kulture.

      Et enfin grand +1 avec vous, à la fin de cette licence c’est le vide complet, l’impression de n’avoir rien appris, et une déprime en complément.
      Et ne comptez pas sur les autres étudiants pour vous remonter le moral, mais bon j’arrête la car c’est un autre sujet... :D


  • On pourrait presque définir étymologiquement la culture actuelle comme la science du cul, ou encore le culte du cul, pris dans ses deux sens communs.

    L’obsession de la sexualité d’une part, à savoir l’impossibilité de penser la vie, l’oeuvre, la création autrement que par le biais de la fornication. Ce qui explique la surreprésentation des homosexuels dont l’acte et la préférence sexuels sont constitutifs de leur personnalité, de leur psyché et de leur revendications.

    L’obsession de la scatologie d’autre part, à savoir l’incapacité de penser le beau, le bien, le vrai, la complexité d’une oeuvre, l’humilité et l’effort produit par son créateur. Il s’agit donc de passer par des modes opératoires blasphématoires, de dėtruire et de salir tout ce qui peut s’opposer à la marchandise. En bref, faire du pipi-caca.

     

    • Absolument d’accord. Une des explications, c’est que l’inspiration principale, de tout temps, depuis la préhistoire, c’est le fait religieux. Cette relation qu"on peut avoir avec l’infini, l’éternité, le Créateur, stimule notre imagination. Malheureusement , dans notre société basée sur le culte de Marianne et de la confrérie de la truelle, Dieu est devenu tabou.

      Cependant, beaucoup de grand astrophysiciens, au fur et à mesure des progrès de cette sciences, sont en extase devant tant de précision ou le hasard, désormais n’a plus sa place. L’hypothèse Dieu est désormais scientifiquement plausible.
      Vous et moi, on n’est pas là par hasard, on était dans les desseins de Dieu, depuis toujours, bien avant le Big Bang. Puisque maintenant, certains disent qu’avant la matière, il y eut l’Information. Et nous somme chacun un bout d’information dans le grand Logiciel de Dieu.

      L’art véritable, c’est s’interroger sur ce qui n’est pas palpable, c’est tenter de faire communion avec son Créateur. On en est bien loin.
      La soit disant culture officielle, est elle de l’art ou du cochon ?
      J’ai bien peur que c’est surtout de l’art porc-no-graphique, tout l’outillage pour précipiter notre civilisation vers une totale perte des valeurs et pire vers une inversion des valeurs.


    • @chaton et @convergence : bien dit :)


  • Il faudrait rappeler à ces immondes cultureux qu’un Grand cinéaste du nom de Claude Autant Lara défendait la culture française, le cinéma français aux cotés du Front National.


  • La gauche s’accapare la culture parce qu’il n’y a que les trois premières lettres qui les intéressent !


  • Putain, la FEMEN dans l’église avec son morceau de foie c’était de l’art !!!!!


  • « La Beauté sauvera le monde »

    Dostoïevski

     

  • Texte de Pierre LANCE (2007) :
    Depuis que le prince des ténèbres Pablo Pique-à-sots a répandu sur le monde les infects barbouillis de son impuissance artistique, bientôt suivi par tous les cafouilleux de la cour des miracles où les muses se prostituent, on a vu défiler dans tous les musées du monde l’invraisemblable capharnaüm produit par les ratés, déjantés et allumés de toute espèce portés aux nues par les snobs.

    On croyait avoir tout vu et tout vomi. Erreur ! Sans cesse repoussant les limites de l’aberration, les stars miteuses de la déglingue se torturent les méninges pour accoucher du toujours plus laid, toujours plus inintelligible, toujours plus effarant ! Et le record absolu du non-sens monumental vient d’être battu derechef, dans la nef du Grand Palais, par un énergumène dont je ne prononcerai le nom à aucun prix.

    Bien sûr, on pourrait se contenter de hausser les épaules en disant : « Laissons les aveugles conduire des aveugles ; ils tomberont tous dans une fosse. » Eh bien non ! Car ces eunuques de l’art prospèrent et prolifèrent, et c’est la civilisation elle-même qui va s’effondrer dans une fosse si nous n’avons pas le courage de mettre un terme à la plus gigantesque escroquerie intellectuelle de tous les temps. Nous avions pourtant été prévenus de ce genre de forfait par le grand fabuliste danois Hans Christian Andersen (1805-1875) qui, dans le conte intitulé « Les habits neufs de l’empereur », publié en 1835, met en scène deux escrocs qui réussissent à persuader le souverain qu’ils savent tisser une étoffe extraordinaire ayant la particularité de n’être visible que des personnes intelligentes.

    Les deux charlatans font mine de déployer devant le roi des métrages d’un tissu purement imaginaire. Le roi ne voit rien mais ne dit mot, de crainte de passer pour un sot, et s’extasie devant le prodige. Puis il envoie ses ministres contempler le tissu. Tous, bien entendu, le jugent splendide. Enfin, on habille le roi du costume prétendument taillé dans l’étoffe inexistante et Sa Majesté, accompagnée de ses ministres, défile devant le peuple. Le bruit s’étant répandu que le tissu était invisible aux idiots, tous les badauds poussent des cris admiratifs. Seul un petit garçon s’exclame candidement « Mais le roi est nu ! », expression devenue proverbiale pour désigner toute valeur factice, et qui convient si parfaitement aux histrions de l’art-comptant-pour-rien.
    A suivre


  • Texte de Pierre LANCE (2007) : suite...
    Hélas, il n’existe plus aujourd’hui d’enfant assez candide pour révéler la supercherie, car on les traîne au musée dès l’école maternelle pour infecter leur esprit avec les horreurs du jour, commentées par des guides extatiques eux-mêmes hypnotisés.

    Je reviens donc au Grand Palais, dont l’admirable travail de réfection commencé en 2001 vient de se terminer et a coûté aux contribuables plus de 101 millions d’euros. Je pense aux architectes, ingénieurs, artisans, ouvriers, véritables artistes d’immense talent qui ont investi toute leur conscience professionnelle afin de remettre en honneur la nef, ce gigantesque écrin de 13,500 m2 de surface au sol.

    Or, ils le voient envahi par d’énormes et informes étrons de fer et de béton jaillis tout armés d’un cerveau décrépit qui exploite cyniquement la veulerie institutionnalisée des esprits décadents. On nous montre un chantier de démolition, et on ose appeler cela une œuvre d’art.
    J’enrage !

    D’autant plus que cet édifice a été construit à l’origine au profit des sociétés d’artistes français qui bénéficiaient d’une concession gratuite de presque trois mois chaque année. Ils n’ont plus droit maintenant qu’à une quinzaine de jours chèrement payée. Sur le fronton du Palais de la Découverte sont encore gravés ces mots : « Ce monument a été consacré par la République à la gloire de l’Art Français. »

    Pourtant, on le voit aujourd’hui destiné à recevoir les immondices apatrides des escrocs de l’art bidon. Le Président Sarkozy et la nouvelle ministre de la Culture Christine Albanel doivent faire cesser ce scandale ! Depuis 1988, le Comité de Défense des Artistes du Grand-Palais bataille pour que l’État omnipotent cesse de les étouffer. Amis lecteurs, soutenez leur combat !


  • Ne vous inquiétez pas. Dès que la probabilité d’une victoire du fn apparaitra assez forte, ils vous tous rallier le nouveau camp du bien en jurant grand dieu qu’ils ont toujours été ébaubi par l’éloquence du président d’honneur et la justesse du programme de sa fille.


  • Parfois, chez le boucher on voit une tête de veau avec des branches de persil dans le museau, cet agencement constituerait-il un art conceptuel consommé ? Le prix d’une œuvre au kilo !

     

  • L’art devenu lard.


  • Tout ce qui sort du cerveau d’un franc-mac est soit sexuel, soit scato. C’est gens sont dépravés.


  • C’est surtout que l’art se mord la queue !
    Après s’être révélé incapable de s’opposer efficacement à aucune des saloperies du pouvoir depuis 40 ans,subvention oblige...
    Ils sont incapables de proposer une idée nouvelle, ils ne font qu’emboiter le pas du politique.

    Donc ils sont bien content de faire de l’opposition qui ne coute rien,se refaire une virginité à peu de frais !!
    Le FN etant minoritaire,et ses electeurs peu amateur de Qulture (plutot provinciaux, sortent peu).Tout ca est entrain de changer.
    Mais c’etait vraiment de l’engagement gratuit, pourquoi s’en priver ?

    De l’autre côté vu que les structures ne subventionnent et ne mettent en avant que ce qui est politiquement correct, c’est bien normal que les artistes non soumis à la pensée unique ne passe pas le filtre...
    En bout de chaine, la création est fatalement soumise à l’idéologie dominante.
    On peut quand même esperer le retour d’une vraie culture dans les prochaines années, puisque la gauche vient de décéder =)


  • Les artistes sont pour 99 % issus de la communauté organisée. Donc, forcément ils ont peur ... de ne plus pouvoir pratiquer leurs rites sataniques !


Commentaires suivants