Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi le sommet de Téhéran entre la Russie, l’Iran et la Turquie est un succès

Le sommet de Téhéran sur la Syrie tenu par la Russie, l’Iran et la Turquie revêt une très grande importance, car, grâce à leurs efforts, « les hostilités se sont quelque peu apaisées » et leurs actions communes « contribueront à la sécurité dans la région et à l’établissement de la paix en Syrie », ont indiqué deux experts iraniens à Sputnik.

 

Deux spécialistes iraniens ont évoqué pour Sputnik le sommet de Téhéran sur la Syrie qui a rassemblé, le 7 septembre dans la capitale iranienne, la Russie, l’Iran et la Turquie.

« J’estime que le sommet de Téhéran a été un succès. Il s’est déroulé au moment opportun et ses participants [l’Iran, la Russie et la Turquie, ndlr] ont réussi, sur la base de l’analyse de la situation, à s’entendre sur des actions communes qui contribueront à la sécurité dans la région et à l’établissement de la paix en Syrie », a déclaré dans une interview à Sputnik Seyed Rasoul Mousavi, conseiller du ministre iranien des Affaires étrangères.

Il a rappelé que chaque succès de l’armée syrienne provoquait une réaction chez les pays occidentaux et leurs alliés dans la région qui cherchent à frapper l’armée syrienne en cas d’avancée.

« C’est ce qui arrivera sans doute cette fois-ci encore, mais ces frappes n’ont jamais rien donné et ne donneront rien ! Du point de vue militaire, le conflit syrien touche à sa fin et rien n’y fera. Cela ne signifie pas une complète éradication du terrorisme [en Syrie, ndlr] mais à l’avenir, il sera question d’opérations de maintien de la sécurité et non de conflit militaire », a-t-il affirmé.

La coalition occidentale ne peut pas entrer à Idlib pour défendre les terroristes du Front al-Nosra ou d’Al-Qaïda, mais ce qui inquiète toute le monde, notamment l’Iran et la Russie, c’est le grand nombre de civils à Idlib dont les terroristes pourraient se servir comme de boucliers humains, a poursuivi Seyed Rasoul Mousavi, ajoutant qu’il importait de tout faire pour prévenir des victimes humaines.

Pour Mahmoud Shouri, de l’Institut des études eurasiennes d’Iran (IRAS), il sera impossible de vaincre le terrorisme en Syrie sans des actions conjointes de la Russie, de l’Iran et de la Turquie.

« Le sommet tripartite de Téhéran est un évènement d’une grande importance, étant donné que ses participants pourraient jouer un rôle clé dans le règlement de la crise syrienne. L’Iran, la Russie et la Turquie sont trois pays qui, par leurs ententes et leurs actions communes, pourraient influer tant sur la situation militaire que sur le processus politique en Syrie », a-t-il affirmé.

Depuis que les trois pays ont entamé des négociations et ont lancé le processus d’Astana, la tension a baissé d’un cran en Syrie, a-t-il constaté.

« Le pays a vu la création de zones de désescalade et les hostilités se sont quelque peu apaisées, alors que de nombreux groupes terroristes ont été démantelés ou sont en train d’essuyer de cuisantes défaites. Tout cela grâce aux actions conjointes de l’Iran, de la Russie et de la Turquie. Si chacun des trois pays avait agi seul, ce résultat n’aurait jamais pu être obtenu. Mais par des efforts communs, nos pays peuvent non seulement faire progresser le règlement, mais encore neutraliser les actions d’autres pays en Syrie », a dit Mahmoud Shouri.

Le problème de la Syrie a été au cœur du sommet de Téhéran dans une situation où le gouvernement syrien tente de rétablir son contrôle sur tous les territoires et de démanteler les groupes terroristes à Idlib, a-t-il noté.

« Mais il importe que les opérations de libération des territoires fassent le moins de victimes humaines possibles. De ce point de vue-là, il est difficile de surestimer l’importance du sommet du Téhéran et des accords qui y ont été signés entre les dirigeants des trois pays », a indiqué Mahmoud Shouri.

Le problème syrien reste à l’ordre du jour et les négociations dans ce format seront poursuivies, a-t-il ajouté.

Évoquant la présence militaire de l’Iran en Syrie, il a déclaré que la question ne figurait pas à l’ordre du jour du sommet, vu que c’est une affaire bilatérale de l’Iran et de la Syrie.

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Un succès ? Pour le dire attendez que l’armée turque aie évacué le nord de la Syrie .

     

    Répondre à ce message

  • C’est également une réussite car :
    - Ceux qui ont voulu et financé la destruction de la Syrie (France, Angleterre, Etats-Unis et Israel) sont exclus des pourparlers. Si je ne cite pas les pseudo-monarchies du golfe, ce n’est pas un oubli, eux ne l’ont pas "voulu" mais seulement "financé" parce que leurs 4 maîtres cités précédemment ne leur ont pas laissé le choix.
    - Parce que le basculement géopolitique vers l’Est se confirme, les "grandes puissances" ne peuvent plus imposer au monde l’hypocrisie des "accords de paix à Genève" qui n’ont "d’accord" que le nom puisqu’ils ne servent qu’à entériner la fin d’un conflit qui va dans le sens de leurs seuls intérêts.
    - Parce que malgré des divergences profondes, notamment entre Turcs et Iraniens, ils arrivent à se mettre autour d’une table et faire une sorte "d’union sacrée" face à la voracité des grandes puissances Occidentales dont ils sont, sans exception, les cibles.
    Pour finir en répondant à Pépé, si la présence de l’armée Turque dans le Nord Syrien était un problème pour l’Iran et la Russie (ou même encore pour le président Assad), ils auraient émis leur retrait comme préalable à une invitation à ce sommet. La présence Turque en Syrie vise un seul but, éviter un accès à la mer des "Forces Démocratiques Syriennes" qui sont aussi Démocratiques qu’elles sont Syriennes...
    S’ils accèdent à la mer, plus qu’un pas pour la création d’un 2ème Israel (là encore, je ne dis pas "Kurdistan" car le destin qui attend les Kurdes en cas d’autonomie, c’est le même triste sort que le "Kosovo", servir de "pièces de rechange" pour le "peuple élu"...).
    La présence Turque oblige donc les Etats-Unis à composer puisque, en théorie, la Turquie est un "allié".
    A plus ou moins long terme, ce genre de sommet va sceller le glissement vers l’Est de la géopolitique mondiale, deux réactions occidentales seront possibles, soit la guerre, la vraie, pour tenter à tout prix de conserver leur hégémonie ou l’acceptation de l’émergence de ces puissances et discuter avec elles d’égales à égales...
    J’espère que ce sera le second cas de figure.
    Bonsoir la France

     

    Répondre à ce message

  • #2039195

    Après avoir visionné la vidéo de Stéphane Blet, j’ai bien l’impression que ce sommet était destiné à gagner du temps, en mettant en avant un désaccord apparent sur la manière de jouer cette dernière pièce dans l’échiquier de la région. Le fait que les terroristes se soient retranchés dans ce côté du pays laisse entrevoir une stratégie de long terme. Il semblerait bien que la Syrie ne soit qu’une étape vers la conquête de la Turquie, qui joue un rôle central dans le dogme qui pousse les sionistes à agir dans toute la région.

    Une question demeure pour moi un mystère, c’est le fait que les Kurdes soient toujours un pied dans le bourbier et qu’ils finissent toujours par payer le pot cassé. De mémoire, je me souviens d’images de Saddam ayant "gazé" des kurdes au nord de l’Irak (je me rappelle d’une image publiée dans "Science et Vie" où il y avait un homme tenant dans ses bras un bébé, les deux morts dans un décor en ruines. Je n’avais pas compris à l’époque et déjà le fait qu’une tel article soit publié dans une revue pareille m’a choqué). Maintenant, Israël prend le parti de cette population, après l’épisode du referendum qu’on a vite fait d’enterrer dans les médias.

    Quel est leur réel rôle dans ce conflit et pourquoi les turcs sont tenus en respect par leur présence au nord de la Syrie ? C’est peut-être une des questions que ce sommet a justement évité d’aborder en détail et en public.

     

    Répondre à ce message