Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Poutine annonce l’arrivée des premiers missiles hypersoniques Zircon dans la Marine russe

Vladimir Poutine a annoncé dimanche que la Marine russe allait recevoir dans les prochains mois des missiles de croisière hypersoniques Zircon. Cette arme fait partie d’une série d’autres missiles présentés en 2018 comme « invincibles » par Vladimir Poutine. Lire ci-dessous une description de ces nouvelles armes.

 

Vladimir Poutine a annoncé dimanche que la marine russe allait recevoir dans les prochains mois des missiles de croisière hypersoniques Zircon et ajouté, sans mentionner l’Ukraine, que leur zone de déploiement dépendrait des intérêts de la Russie. S’exprimant lors d’une parade organisée à Saint-Pétersbourg à l’occasion du Jour de la Marine, le président russe a dit avoir signé une nouvelle doctrine navale, dont les détails n’ont pas été précisés.

Le premier tir officiel du missile hypersonique Zircon (du nom d’un minéral utilisé en joaillerie) date d’octobre 2020. Il vole à Mach 9 pour atteindre des cibles maritimes comme terrestres. Fin décembre 2021, Vladimir Poutine a annoncé un premier tir d’essai réussi d’une salve de Zircon. D’autres essais ont eu lieu depuis octobre 2020 dans l’Arctique russe, notamment à partir de la frégate Amiral Gorchkov et d’un sous-marin immergé.

 

Livraison des Zircon dans les prochains mois

Qualifiant les missiles Zircon d’uniques au monde, Vladimir Poutine a déclaré ce dimanche que leur livraison aux forces armées russes commencerait dans les prochains mois.

« La frégate Amiral Gorchkov sera la première à mener ses missions de combat avec ces redoutables armes à bord », a dit le chef du Kremlin.

« L’essentiel est (...) que la marine russe soit capable de répondre à une vitesse foudroyante à quiconque décider d’enfreindre notre souveraineté et notre liberté », a-t-il ajouté.

 

Les missiles Sarmat déployés cet automne

Par ailleurs, fin mai, le directeur de Roscosmos, l’agence spatiale russe, avait indiqué que la Russie déploierait à l’automne au plus tard son nouveau missile balistique intercontinental Sarmat. Ce premier déploiement se situera à dans la région de Krasnoïarsk, à environ 3 000 km à l’est de Moscou, avait-il ajouté, peu de temps après l’annonce par Moscou d’un nouveau test réussi de ce nouveau missile que Vladimir Poutine présente comme unique au monde et susceptible de faire réfléchir tous ceux qui seraient tentés de menacer son pays. Le missile lourd balistique intercontinental de cinquième génération Sarmat est en effet censé échapper aux défenses antimissiles. D’un poids dépassant 200 tonnes, il est plus performant que son prédécesseur - le missile Voïevoda d’une portée de 11.000 km - et « n’a pratiquement pas de limites en matière de portée », selon Vladimir Poutine, qui l’a jugé à même de « viser des cibles en traversant le pôle Nord comme le pôle Sud ». En mars, Moscou a affirmé avoir utilisé pour la première fois le Kinjal contre des cibles en Ukraine.

Ces armes font partie d’une série d’autres missiles présentés en 2018 comme « invincibles » par Vladimir Poutine. On y trouve notamment les missiles hypersoniques Kinjal et Avangard. Voici ci-dessous, une description de ces différentes armes réalisée.

 

Avangard, missile « invincible »

Les missiles hypersoniques russes Avangard (« avant-garde » en russe) sont capables de changer de cap et d’altitude à très haute vitesse, les rendant « pratiquement invincibles » selon Vladimir Poutine, qui compare la percée scientifique et militaire de leur développement « à la création du premier satellite artificiel de la Terre », le fameux Spoutnik.

Testés avec succès en décembre 2018, leur vitesse a alors atteint Mach 27 (soit 27 fois la vitesse du son) et touché une cible située à environ 6 000 km, selon le ministère russe de la Défense. Ils ont été mis en service en décembre 2019.

 

Kinjal, « poignard » hypersonique

Utilisés pour la première fois par l’armée russe, en Ukraine en avril, les missiles hypersoniques Kinjal (« poignard » en russe) ont permis selon Moscou la destruction d’un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine.

Lire l’article entier sur latribune.fr

Lire aussi, sur E&R :

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Alors vive Poutine, pas le choix. Et je demanderais à notre président surtout de bien fermer sa gueule.

     

    Répondre à ce message

  • On va peut-être commencer à voir le bout du tunnel ?

     

    Répondre à ce message

  • Mach 27 soit env 27000 km/h et 1H30 pour parcourir la circonférence du globe, ou encore Moscou/New York en 30 mn...Moscou/Paris et Moscou/Londres en 10 mn. Prenez en mangez en tous.. ! Ceci dit, ce qui impressionne est juste la température atteinte par ce genre projectile à cette vitesse dans l’atmosphère et quel matériaux résistent à de telles contraintes (.. ?) Des réponses à cela ?

     

    Répondre à ce message

    • Il faudrait poser la question à Jean Pierre Petit.
      Mais je suppose que c’est secret défense...

       
    • Oui, réponse : il n’existe AUCUN matériau qui résiste au frottement de l’atmosphère au delà de 5000km/h (Mach 5)
      Même le tungstène fond, le vol est court et il faut changer le nez de l’appareil à chaque vol.
      Alors comment ? ces missiles ne sont pas poussés dans l’air par un moteur-fusé. Ces missiles utilisent la force de Laplace (F=qV^B) pour aspirer l’air ionisé devant eux. L’énorme quantité d’électricité pour faire ça est prise à l’arrière avec le même procédé, inversé, le gaz ionisé induit le courant envoyé à l’avant par le champ magnétique B crée en surface, et la force de Laplace.
      Ça fonctionne dans l’eau, éventuellement, en plus il n’y a pas de limite au temps de vol si c’est alimenté par un mini réacteur nucléaire (comme dans l’espace, technologie au point…) et le vol à très basse altitude (sous les radars…) est possible, avec changement brusque de trajectoire, bref, un cauchemar militaire.
      Physique de très bon niveau, irrattrapable par l’Occident, il faudra 25 ans.

       
    • Cette vidéo que Jean-Pierre Petit a publiée en 2018 peu de temps après la présentation par Poutine de ces nouvelles armes propose une explication par la propulsion magnétohydrodynamique.

      https://www.youtube.com/watch?v=_tE...

       
    • Mach 27, c’est plutôt environ 33000km/h et comment c’est possible, grâce à la MHD.
      regardez à Jean Pierre Petit.

       
    • Questions pertinente.

      Enfaîte l’aire ne touche pas et donc ne chauffe pas à l’extrême le matériau. Pour comprendre regarde les travaux de Jean-Pierre Petit.

      https://www.jp-petit.org/science/mh...

      Le Raoult d’une autre époque..

       
    • Jean-Pierre Petit parle de MHD (une technologie qui annule les frottements de l’air) tandis que Poutine a quant à lui parlé d’un "missile qui fondait à mesure de son avancée".
      Nous n’en saurons rien avant 30 bonnes années.
      Je vous rappelle que les Russes ont développé des torpilles qui affichent une vitesse de plusieurs centaines de km/h sous l’eau, une techno si commune pour eux qu’ils l’ont refourguée aux Iraniens voici quelques années (torpille shkval).

       
    • Magnéto-hydro-dynamie

       
    • D’après le peu que j’ai difficilement pigé, le missile en lui même émet une sorte de "champ" (peut être magnétique) qui crée comme un vide d’air devant, voire autour, de lui. Du coup, n’importe quel matériau peut traverser le vide à des vitesses faramineuses sans échauffement.
      Il me semble que ce sont initialement des ingénieurs français qui y avaient pensé. Les génies Gamelin de chez nous n’y ont pas cru, les russes si...

       
    • @abel,
      Cette technologie s’appelle la MHD, (voir vidéos à ce sujet de Jean-Pierre Petit), JPP était très en avance dans les années 75 concernant cette technologie, la suite de cette "histoire" est égal au chaos...en France !
      https://youtu.be/_tEABSuLjNc

       
    • C’est grosso-modo la vitesse d’entrée atmosphérique, ou de dé-satellisation des engins spaciaux à leur retour sur terre. Donc des matérieux réfractaires "classiques" existent qui peuvent supporter ça un court temps. Après, la question de l’angle d’entrée joue bcp, s’il est raide on arrive vite à des densités de puissance et décélérations démentes.
      J’ignore pour ces lanceurs quelles sont leurs vitesses en atmosphère et altitude de vol etc. Mach 27 est à priori la vitesse dans l’espace, du vol "orbital", sans air, sans échauffement, c’est une vitesse classique d’orbite basse.
      Par contre, changer de cap et d’altitude brutalement, ça évoque peut-être la MHD, qui serait maîtrisée déjà bien selon certains. Ca lève qd même pour moi des questions coriaces sur la source d’énergie et son mode de conversion..

       
    • Et Mach 27 c’est 33339,6 km/h pour être précis (Mach 1 = 1234,8 km/h). Oui, moi aussi je trouve que c’est affolant.

       
    • La MHD ou magneto-hydrodynamique, conçue en France par Jean-Pierre Petit à son époque au CNRS, et perfectionnée par des armées "indépendantes" et davantage motivées par la souveraineté de leur nation que par la déstabilisation de l’Afrique.

       
    • #3002036
      Le 31 juillet à 20:40 par Tortue géniale participative
      Poutine annonce l’arrivée des premiers missiles hypersoniques Zircon dans la (...)

      Mach 27 = 27 fois la vitesse du son = 33.000 km/h

       
    • Aucun. Ces missiles enlèvent littéralement l’air à l’avant grâce à une technologie à base de plasma. Il n’y a pratiquement plus d’air pour freiner sa pénétration. Si je ne fais erreur c’est une technologie basée sur les travaux d’un français spécialiste des plasmas.

       
    • @ Abel

      La solution :
      La MHD, soit la magnéto-hydrodynamique.
      Voir Jean-Pierre Petit, le patron français en matière de MHD, sur YouTeub.

       
    • Bonsoir, si tu avais suivi les vidéos de JP Petit, même sans être physicien, tu saurais que la MHD utilise le plasma évitant les frottements avec l’air et permettant des vitesses hypersoniques.

       
    • @ abel

      [ 1/4 ]

      I) L’approximation Mach 1 = 1000 km/h est valide particulièrement entre 11 et 20 km d’altitude. Cependant, attention, avec une température de l’air de 15°C (ce qui peut être une température de basse altitude), Mach 1 correspond à 1224 km/h — à cette même température, Mach 27 correspond à environ 33.000 km/h (pas 27.000 km/h) — et ça change en fonction de la température du gaz (considéré comme parfait), qui dépend en particulier de l’altitude. Je renvoie à l’article Wikpédia intitulé Nombre de Mach.

      Supposons que les vitesses des vecteurs, annoncées par les russes en nombre de Mach, soient valides à toutes les altitudes, cela implique que les vitesses correspondantes en km/h dépendent de l’altitude.

      Ci-dessous, je donne des explications pédagogiques (et je démontre mes affirmations ci-dessus), à partir d’une analyse des informations de l’article précité. Je montre notamment qu’en atmosphère ISA (une atmosphère normalisée, cf. plus bas), à 9 km d’altitude, Mach 1 correspond à environ 1080 km/h, et entre 11 et 20 km d’altitude, Mach 1 correspond à 1062 km/h (la plus basse vitesse).

      Pour comprendre le changement avec l’altitude, on peut partir de l’équation qui définit le nombre de Mach : Ma = V / a
      Dans cette équation, "Ma" est le nombre de Mach, "V" est la vitesse de l’objet par rapport à son environnement, et "a" est la vitesse de propagation (ou célérité) du son dans l’environnement considéré.

      Or, on remarque que la vitesse de propagation du son dépend de la température du gaz (considéré comme gaz parfait). C’est ce qui apparaît dans les équations présentées dans l’article précité.

      L’atmosphère dite ISA — pour International Standard Atmosphere, en français Atmosphère standard internationale — est une atmosphère normalisée qui définit des températures et pressions normales (au sens de normalisées), permettant de s’affranchir des variations de ces deux paramètres (température et pression) selon le lieu et le temps considérés. En atmosphère ISA, on a 15 °C au niveau de la mer, et en gros -56,5 °C entre 11 et 20 km d’altitude.

      Ainsi, en atmosphère ISA, la vitesse de propagation du son dépend de l’altitude (puisqu’elle dépend de la température).

      ../..

       
    • [ 2/4 ]

      Pour voir des exemples de valeur chiffrée de vitesse du son dans l’air en fonction de l’altitude, je renvoie au tableau titré « Exemple : valeur de la vitesse du son dans l’air en fonction de l’altitude en atmosphère ISA » figurant à la fin de la section intitulée Définition du nombre de Mach, au sein de l’article Wikipédia intitulé Nombre de Mach.

      A partir du tableau précité, on peut extrapoler que la vitesse du son vers 9 km d’altitude est d’environ 300 m/s (plutôt que les quelques 340 m/s à basse altitude), soit 1080 km/h (démonstration : sachant qu’une heure vaut 3600 s, on a 300 m/s = 300 * 3600 m/h = 1080000 m/h = 1080 km/h).

      On aurait 280 m/s qui égalerait environ 1000 km/h, mais la plus basse vitesse de propagation du son, dans le tableau, est de 295,1 m/s (entre 11 et 20 km d’altitude), soit environ 1062 km/h.

      II) Estimation des durées de vol de missiles hypersoniques pour faire Moscou-Paris.

      II.A) Tu annonces 10 minutes pour Moscou-Paris à Mach 27. Pourquoi pas, en départ arrêté depuis le sol, avec un vecteur emportant sa charge utile — comme le planeur hypersonique Avangard — et commençant par monter jusqu’au delà de l’atmosphère terrestre. Cependant, si tu considères un départ théorique à la vitesse de croisière, à Mach 27 c’est plutôt 4:21 (4 minutes et 21 secondes), si on considère que le vol se fait dans une atmosphère à 15°C.

      Je détaille un peu ci-dessous en donnant des sources et les calculs.

      Moscou-Paris, à vol d’oiseau, c’est un peu plus de 2400 km (cf. le site web MapsDirections.info pour mesurer les distances à vol d’oiseau sur une carte).

      Supposons un vecteur à Mach 20, soit 24.480 km/h à 15°C (basse altitude en atmosphère ISA), que j’arrondis grossièrement à 25.000 km/h. Pour parcourir la distance Paris-Moscou, il faut environ 346 secondes (démonstration : on cherche X dans l’équation 25.000 [km] / 3600 [s] = 2.400 [km] / X [s] ; autrement dit, 3600 [s] / 25.000 [km] = X [s] / 2.400 [km] ; autrement dit X = 2,4 / 25 * 3600 = env. 346 secondes).

      ../..

       
    • [ 3/4 ]

      Supposons un vecteur à Mach 27, soit environ 33.000 km/h à 15°c (basse altitude en atmosphère ISA). Pour parcourir la distance Paris-Moscou, il faut environ 261 secondes, soit 4 minutes et 21 secondes.

      II.B) Un tir depuis un avion supersonique à basse altitude à l’ouest de la Biélorussie prendrait un peu plus de 3 minutes pour atteindre Paris.

      Notons que Moscou est à environ 400 km de la frontière ouest de la Russie. l’armée russe peut se rapprocher de la frontière ouest de la Russie, voire tirer depuis la frontière ouest de la Biélorussie.

      Supposons un tir depuis un avion en vol en régime supersonique (Mach 2) à 9 km d’altitude, vers l’ouest de la Biélorussie, disons à environ à 1700 km de Paris (cf. le site précité permettant des mesures de distances à vol d’oiseau pour se convaincre que ça pourrait descendre à 1600 km en s’approchant près de la frontière ouest de la Biélorussie), et supposons que le projectile atteigne assez rapidement une vitesse de croisière de Mach 27.

      A 9 km d’altitude, Mach 1 équivaut à 1080 km/h (cf. la section I)) et Mach 27 équivaut à 27 * 1080 km/h = 29.160 km/h que j’arrondis à 29.000 km/h.

      En première approximation, supposons que le projectile démarre directement à la vitesse de Mach 27 (en réalité, il doit accélérer depuis Mach 2 à Mach 27), alors il franchit les 1700 km en environ 3 minutes et 30 secondes (démonstration : on cherche X dans l’équation 29.000 [km] / 3600 [s] = 1.700 [km] / X [s] ; autrement dit, 3600 [s] / 29.000 [km] = X [s] / 1.700 [km] ; autrement dit X = 1,7 / 29 * 3600 = env. 211 secondes).

      Supposons les même paramètres à la différence que le tir se fasse à basse altitude (avec une température de 15°C, en atmosphère ISA), alors Mach 1 correspond à 1224 km/h, du coup Mach 27 correspond à environ 33.000 km/h. A cette vitesse là, franchir les 1700 km se fait en 3 minutes et 5 secondes (démonstration : on cherche X dans l’équation 33.000 [km] / 3600 [s] = 1.700 [km] / X [s] ; autrement dit, 3600 [s] / 33.000 [km] = X [s] / 1.700 [km] ; autrement dit X = 1,7 / 33 * 3600 = env. 211 secondes).

      ../..

       
    • [ 4/4 ]

      III) Pour atteindre les plus hautes vitesses hypersoniques, le principe de la MHD — pour MagnétoHydroDynamique, cf. l’article Wikipédia du même nom, dans lequel la police de la pensée a soigneusement supprimé toute référence à Jean-Pierre Petit — est exploité, avec en particulier un fort champ magnétique faisant passer l’air environnant en phase plasma, qui a en particulier pour conséquence qu’il est beaucoup moins résistif à l’avancement du projectile, du coup la température de celui-ci reste modeste.

      Notons qu’une autre conséquence est qu’il est indétectable au radar (au moins dans l’état de l’art des technologies radar), du fait que le plasma tend à absorber les rayonnements électro-magnétiques (qui sont exploités par les radars qui envoient des ondes EM et observent les éventuels rebonds de ces ondes sur les objets en vol).

      Si tu veux des explications détaillées sur la MHD exploitée sur les vecteurs hypersoniques, je te renvoie aux vidéos du physicien Jean-Pierre Petit (publiées sur sa chaîne Youtube Jean-Pierre PETIT), à savoir, dans l’ordre chronologique de publication :

      - la vidéo (durée 41:18) titrée « Poutine dévoile les nouvelles armes stratégiques MHD russes », publiée le 17 avril 2018 ;
      - la vidéo (durée 1:03:30) titrée « Les nouvelles armes MHD de Poutine, version longue (une heure) », publiée le 29 avril 2018 ;
      - la vidéo (durée 49:49) titrée « Les nouvelles armes MHD de Poutine (FR) », publiée le 22 mai 2018.

      Tu peux aussi consulter le document PDF dédié (en français) qu’il a mis à disposition sur son site web jp-petit.org.

      En passant, si tu veux comprendre La Faillite de la MHD française telle que l’explique Jean-Pierre Petit — un pionnier de la MHD à l’échelle mondiale — tu peux considérer la série de 4 vidéos qu’il a faites sur le sujet :

      - 1/4 (durée 1:03:11 ; publiée le 9 août 2019)
      - 2/4 (durée 30:54 ; publiée le 14 août 2019)
      - 3/4 (durée 27:21 ; publiée le 24 août 2019)
      - 4/4 (durée 1:23:05 ; publiée le 31 mars 2020)

       
    • Ça me fait penser a une histoire que j’ai lu a ma fille, avec différents animaux de la foret qui se succèdent, jusqu’à l’ours, pour aller confronter ce dangereux animal qu’ils entendent dans la grotte. Ils entendaient des rugissements provenant de la grotte, ça résonnait et donnait ainsi encore plus de puissance au rugissement. Tous ces animaux avaient très peur. A la fin de l’histoire, la grenouille sort en riant de la grotte, et se moque d’eux.

      Y’a peut être une part de bluff. Le gagnant d’un conflit n’est pas forcément celui qui a les plus gros muscles. Les ricains avec tous leurs hélicos, tous leurs porte-avions, toutes leurs bombes et mitrailleuses, ont échoué au vietnam, en afghanistan.

      Peu importe si les missiles de Poutine voyagent a mach 1 ou mach 50, ce qui importe c’est qu’il puisse nous éviter un gros conflit armé.

       
    • L’inventeur de cette technologie explique comment ça marche.

       
    • Bonjour à tous
      Moi je lis Mach 7 et je ne comprends pas cet emballement sur mach 27 et les températures et matériaux associés.
      Dois-je comprendre que l’encart avec les performances du Zircon sont fausses ?

       
    • MHD, allez écouter JP Petit sur le sujet !

       
    • [ Erratum ]

      Réf : mon commentaire 3/4 ci-avant (commentaire numéroté #3002114)

      Les deux derniers mots du commentaire (la fin d’une démonstration) devraient être « 185 secondes » (soit 3 minutes et 5 secondes, comme je l’annonce juste avant), et non pas « 211 secondes » (ce que j’ai écrit par erreur). L’équation (corrigée ici) est celle-ci : « X = 1,7 / 33 * 3600 = env. 185 secondes ».

       
    • @cielbleutlj

      A des vitesses telles que mach 27, avec les frottements de l’air, la température des matériaux atteint des niveaux extrêmes (plusieurs milliers de degrés), au delà du point de fusion.

      Par exemple, pour l’étain, c’est 232 degrés. C’est relativement bas, c’est pour ça qu’on utilise ça pour les soudures. Pour l’acier c’est dans les 1500 degrés. Si la température de surface dépasse 1500 degrés, ça signifie qu’il faut trouver un autre matériau, ou une autre technique (apparemment la MHD ici).

      Pour le zircon, l’ancien pilote de rafale "ate chuet" en a parlé sur une vidéo youtube. Il y a toute une logistique a mettre en place pour tirer un seul zircon, c’est compliqué. On ne tire pas des zircon en batteries comme pour des missiles conventionnels, comme on voit sur les vidéos sensationnelles.

      L’avangard atteint de telles vitesses car il sort au préalable de l’atmosphère. Il plonge ensuite vers sa cible et atteint une telle vitesse avec l’entrée en atmosphère. J’imagine qu’il est complexe a mettre en œuvre aussi dans la réalité, et qu’il ne réussit pas dans 100% des cas. Un projectile qui plonge a mach 27 sur une ville doit faire énormément de dégâts, sans charge explosive. C’est le principe d’une météorite qui s’écraserait sur Terre. Sans explosif, même de petite taille, ça peut détruire une ville entière. Ici en l’occurrence, l’avangard est equippé d’une charge nucléaire. Alors un tir de ce truc et la guerre est terminée je pense, car y’a plus d’ennemi. Ce truc est sensé rester une arme de dissuasion, comme les armes nucléaires des SNLE Francais.

       
  • Ce ne sont pas les marionnettes à viser en premier, mais ceux qui les manipulent, ceux qui veulent diriger le monde. . .

     

    Répondre à ce message

  • ZIRCON ?
    ca rime avec un truc mais je me souviens plus !

     

    Répondre à ce message

  • Ca va lui faire tout drôle à Blinken quand il va se prendre un missile Avangard en plein dans le fondement.
    Enfin, il arrêtera de raconter des conneries. Poutine, vite !

     

    Répondre à ce message

  • Face aux terrosionistes occidentaux , la patience de l’ours à des limites , limites que les lgbto-cocainés des Rotshilds , n’ont pas encore imprimés dans leur cerveau de dégénérés !

     

    Répondre à ce message

  • Annonces puériles . Imaginez vous Adolf Hitler annonçant à l’avance la mise en action des V2 ou du Messerschmidt 262, premier chasseur bombardier à réaction ? Les US eux aussi doivent posséder des armes "invincibles" mais ils ne le crient pas sur les toits .

     

    Répondre à ce message

    • Si les imperialo-sionistes possédaient des armes équivalentes , ils auraient poussé leurs nazisionistes Ukrainiens à frapper la Russie en envahissant les Républiques auto-proclamées en 2014 dans la foulée du coup d’état du Maïdan !
      Depuis leur création les USA ne s’en sont pris qu’à des nations plus faibles et ils sont les seuls à avoir " nucléarisés " deux villes peuplées de civils !
      Durant la seconde guerre mondiale, ils ont attendu que l’armée nazi soit exengue sur le front EST pour débarquer en France et que la Russie entre en guerre contre le Japon, qui à ce moment était prêt à déposer les armes, pour lancer leurs bombes atomiques !

       
    • T’inquiète pas, si Poutine dit que des missiles hypersoniques vont équiper sa marine c’est qu’en réalité ils y sont probablement déjà.

       
    • Il est vrai que Puéril est l’adjectif qui défini le mieux Poutine...

      Ne vous vient pas à l’idée qu’il a de bonnes raisons de dire ça ?

      Allez, encore un petit thé fort de votre part, vous devriez en trouver au moins une.

       
  • N’est-ce pas de la technologie française développée déjà dans les années 70 par J-P Petit puis jamais prise au sérieux par les incompétents au pouvoir de l’époque ?

     

    Répondre à ce message

  • Les Américains maitrisent également la MHD et depuis belle lurette, JPP parlait déja du bombardier B-2 (version MHD) au début des années 2000

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents