Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Qui souhaite opposer l’Inde et le Pakistan ?

Derrière le terrorisme, l’ombre de l’empire

Le Pakistan a été accusé de la récente attaque contre la base militaire de Pathānkot et de précédentes attaques en Inde. Bien qu’il reste à établir si des terroristes agissaient ou non avec le soutien d’Islamabad, ces événements pourraient entraver la normalisation des relations entre les deux voisins. Toutefois, comme l’indique Shelley Kasli il n’existe aucune preuve que les terroristes ont effectivement franchi la frontière...

 

JPEG - 34 ko
Lorsque les Britanniques décidèrent de décoloniser le sous-continent indien, ils choisirent Mohandas K. Gandhi comme interlocuteur. Cela leur permit tout d’abord d’utiliser les tabous religieux contre la violence pour gagner du temps, et deuxièmement, d’opposer les populations hindoues et musulmanes. Depuis lors, le pays a été scindé en deux États, l’Inde et le Pakistan, qui se craignent mutuellement. Le nouveau Premier ministre indien, Narendra Modi, répondit à la visite de son homologue pakistanais Nawaz Sharif pour son investiture en mai 2014, et se rendit ensuite à Lahore, le 25 décembre 2015, pour l’anniversaire de Sharif. Une normalisation des relations entre les deux États fut considérée. Mais sans plus attendre, ceux qui craignent un retour à l’unité ont organisé l’attaque de la base aérienne à Pathānkot.

 

Le 1er janvier 2016, Gurdaspur SP Salwinder Singh a été kidnappé et sa voiture braquée à l’arme de poing sur l’autoroute nationale reliant Jammu à Pathānkot sur son chemin du retour aux alentours de 16Heures par des individus en uniforme très lourdement armés. Une alerte rouge a dès lors été donnée et une vaste opération de recherche a été lancée pour attraper les coupables [1].

Plus tard, utilisant le même véhicule volé, les terroristes sont entrés dans la base aérienne, située à 50 kilomètres de la frontière avec le Pakistan et 200km de l’État du Pendjab et de la capitale de l’Haryana, Chandiragh, portant des uniformes militaires. Pathānkot est important car il s’agit de la première ligne aérienne de défense contre toute attaque de la part du Pakistan. C’est une base aérienne de MIG 21 qui possède aussi une division de l’armée.

Les medias ont déjà commencé à poser des questions en rapportant l’attaque aux relations indo-pakistanaises, qui semblaient s’améliorer récemment. The Hindu rapporta :

« L’attaque est une première confrontation face à la réalité concernant le rapprochement vers le Pakistan pour le Premier ministre Modi, et la communauté internationale devrait regarder de près comment le gouvernement à l’ADN masculin de New Delhi va réagir face à cette attaque. Des preuves selon lesquelles les terroristes viendraient du Pakistan ne devraient pas être difficiles à trouver. Mais cela serait-il suffisant pour accuser l’establishment du Pakistan et mettre ainsi un terme aux efforts de paix ? Le modèle des terroristes opérant du Pakistan et lançant des attaques sur des cibles importantes en quelques heures est le nouveau modèle de ces deux dernières années. En juillet dernier, une attaque similaire avait été lancée à Gurudaspur par des terroristes qui venaient de l’autre cote de la frontière. [2] »

Néanmoins, contrairement à ce qu’a à dire Josy Joseph du Hindu, qui faisait écho aux dires de la police du Pendjab, selon laquelle les terroristes venaient du côté Pakistanais de la frontière, la force de sécurité aux frontières (BSF) a réfuté de telles affirmations.

La BSF a affirmé avoir physiquement contrôlée la totalité de la zone frontalière du Pendjab, et qu’il n’y a aucune preuve pouvant établir que les terroristes ont utilisé les frontières du Pendjab pour entrer sur le territoire indien. Les affirmations du BSF sont en contradiction avec celles de la police du Pendjab [3].

L’inspecteur général de police de la BSF (de la frontière du Pendjab) Anil Paliwal a dit :

« La BSF a physiquement contrôlé toute la zone frontalière du Pendjab, mais il n’y a aucune preuve que les terroristes aient utilisé la frontière avec le Pendjab pour entrer sur le territoire indien en provenance du côte pakistanais [4]. »

La police du Pendjab a affirmé à la suite de son enquête initiale que la zone de la rivière bordant la frontière indo-pakistanaise a été utilisée par les terroristes pour pénétrer en Inde. Selon les derniers rapports, le dossier est sur le point d’être transféré à l’Agence nationale d’enquête (l’agence de contre-terrorisme indien) malgré les réserves de la police de l’État.

Lorsque le rapport de l’enquête des magistrats, conduite par le juge sous-fractionnaire de Gurdaspur (SDM) Manmohan Singh Kang, au sujet de l’attaque terroriste au poste de police de Dinanagar le 27 juillet, a été remis au magistrat du district de Gurdapsur, Abhinav Trikham, ce dernier l’a rejeté sur-le-champ parce qu’il ne concluait rien et qu’il s’agissait d’un amas de déclarations. Il a retourné le rapport au SDM afin de le replonger dans l’accident, y révélant tous les éléments. Il a été soumis de nouveau en novembre [5].

Il y eut ensuite la controverse au sujet de l’étiquette Made in Pakistan et les GPS qui furent retrouvés. Après la découverte des deux GPS des terroristes, l’enquête s’orienta vers l’endroit d’où les terroristes venaient et comment ils étaient parvenus à pénétrer sur le territoire. Une enquête a été ouverte pour établir la route qu’ils auraient pu prendre depuis le Pakistan [6].

Trois jours plus tard, la police affirma que les médecins légistes ont trouvé un gant appartenant à un des terroristes. Il portait l’inscription Made in Pakistan. Cette affirmation fit augmenter la pression. Il fut demandé pourquoi la police n’avait pas trouvé le gant le premier jour de l’enquête lorsqu’elle observait le corps.

L’inscription Made In Pakistan et les coordonnées des GPS constituaient assez de preuves pour que le gouvernement indien joue l’escalade avec le Pakistan sur les mobiles et la manière dont les trois terroristes sont arrivés en Inde. Quoi qu’il en soit, les services de sécurité ne sont pas parvenus à rassembler ces éléments et à rédiger un rapport final sur la route prise par les terroristes qui soit cohérent avec les données des deux GPS.

Semblable à l’attaque de Gurdaspur [7] et aux attaques de Mumbai de 2008 [8], il y a toujours des questions sans réponses par rapport aux GPS (oubliés par les terroristes dans le bateau) et la route qu’ils ont empruntée. Les enquêtes ont généré de nombreuses questions concernant le dernier voyage du Kuber, le chalutier indien que les terroristes pakistanais ont utilisé pour rejoindre Mumbai.

Le juge en charge du procès dans le cas du 26 Novembre a retenu que le ministère public n’était pas en mesure de prouver que le trajet du chalutier indien MV Kuber n’avait pas été falsifié et a posé des questions au sujet du GPS et des téléphones satellites retrouvés à bord. « Ils sont liés au complot principal (avec des complices au Pakistan) », a-t-il dit.

Vient ensuite le cas sérieux du seul témoin qui a vu les terroristes descendre du canot pneumatique à Badhwar Parc et a pu leur parler, Anita Uddaiya. Bien qu’elle ait prouvé sa fiabilité en identifiant chacun des six corps à la morgue, elle n’a pas été appelée en qualité de témoin mais plutôt accusée d’« induire en erreur » les enquêteurs, en guise de punition pour avoir refusé de changer sa version sous la pression après qu’elle fut discrètement envoyée aux USA dans des circonstances douteuses, sans qu’aucun officiel indien ne soit informé.

En fait, il s’agit d’une pêcheuse qui ne parlait pas l’anglais correctement et ne possédait même pas de passeport. Elle a été évacuée rapidement aux USA dans des circonstances douteuses, puis portée disparue durant 4 jours, et après son retour, son témoignage fut rejeté pour instabilité mentale.

Comment a-t-elle rejoint les USA ? Qui l’a emmenée la bas ? S’agit-il d’une sanction officielle ? Sinon pourquoi cet aspect n’a-t-il pas été approfondi ? Plus important encore, qu’est-il advenu d’elle aux USA ?

Comment se fait-il qu’à chaque fois que les relations entre l’Inde et le Pakistan commencent à s’améliorer et que des initiatives sont mises en œuvre pour normaliser les tensions entre les deux pays, une attaque terroriste soit essuyée par un des deux pays avec pour conséquence la détérioration de relations déjà délicates ?

Quelles forces sont derrière cela ? Qui ne veut pas que les relations entre l’Inde et le Pakistan s’améliorent ? Pourquoi n’avons-nous pas été en mesure d’identifier ces forces depuis des décennies ? Cela n’indique-t-il pas que la sécurité extérieure et les services de Renseignement ne sont plus équipés pour faire face au défi que représente cette nouvelle forme de terreur et ont besoin d’une nouvelle orientation, plus adaptée, dans le monde globalisé de la déréglementation et de la privatisation ? [9]

Bien sûr, un partenariat avec une solide stratégie entre les deux voisins signifierait un sous-continent fort et stable. Plus important : qui bénéficie d’un sous-continent asiatique plus faible et continuellement en conflit ?

Shelley Kasli

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1371471

    Pour les Pakistanais, et depuis 1947, le Cachemire c’est ce que fut l’Alsace-Lorraine pour les Français à partir de 1871 . Tant que l’Inde refusera le referendum d’autodétermination demandé par l’ONU, et qui donnera la majeure partie du Cachemire au Pakistan musulman, il y aura de nouveaux affrontements entre les deux pays .

     

    • #1371854

      Je doute très franchement que les Ladakhis bouddhistes et tibétains (les Anglais dans leur infinie stupidité ayant donné des territoires traditionnellement chinois ou birmans à l’Inde...) du Cashemire soient hyper enchantés à l’idée d’intégrer un faux "pays" dont la seule raison d’être et le seul critère identitaire est l’islam et de rejoindre ainsi ces pauvres peuples que les Musulmans appellent avec mépris les "kafir kalash" (les infidèles habillés en noir, tout un programme...). La seule solution c’est que ce pays factice créé par les Brittaniques et soutenu par les Américains cesse d’exister et que la partie indienne revienne à l’Inde, et la partie afghane à l’Afghanistan... au passage la partition n’a pas seulement divisé l’Inde mais aussi certaines de ses provinces historiques comme le Bengale et le Penjab !
      L’ironie c’est que si le Cashemire a rejoint l’Union Indienne, c’est précisément parce que le Pakistan a envahie le Cashemire.... (l’Union Indienne ayant dit qu’elle ne défendrait le Cashemire que s’il intégrait l’union, tandis que le raja était au départ hésitant car ses sujets étaient majoritairement musulmans, mais lui non).

      Et comme le disait Sri Aurobindo à propos de la partition de l’Inde : les Indiens musulmans ne doivent jamais oublier qu’en tant qu’Indiens ils ont un jour été des Hindous ou des Bouddhistes.

      p.s. : les Français n’ont jamais voulu de l’Alsace-Lorraine (sauf pour le charbon à la limite), c’était juste un prétexte pour ne pas avouer que si elle a fait la guerre à l’Allemagne, c’était pour être le petit toutou de ses maîtres brittaniques. La vérité c’est que l’Alsace-Lorraine a été donnée à l’Empire allemand suite à un vote à l’UNANIMITÉ.


    • #1372166

      @ Dupont, tout le monde se contrefout des résolutions de l’ONU, le Cashmere est un des berceaux du shivaïsme, donc de l’hindouïsme. Sa population bien que majoritairement musulmane de nos jours et ce depuis le XVIIIème siècle (suite à des invasions diverses) est toujours opposée à un rattachement au Pakistan, une autonomie réelle au sein de l’union indienne leur suffit amplement (l’indépendance pure et simple étant reconnue unanimement par tous les cashmiris comme un facteur de destabilisation ultra dangereux pour la région.
      Il ne faut pas prendre les cashmiris pour des arriérés ou des fanatiques, ce sont avant tous des musulmans indiens avec un islam paisible et conciliant.il y a quand même plus de deux cent millions de musulmans en Inde qui ne font pas la une des médias.
      Cela dit, je rejoins entièrement le commentaire précédent, le Pakistan est historiquement appelé à disparaître tout comme Israel ou l’arabie saoudite et ce pour la même raison : leur seule justification est purement idéologique, ce sont d’ailleurs les seuls états totalement théocratiques de la planète (et une création Anglaise).
      cet attentat rejoint ceux d’Indonésie, et peu avant de Chine et de Thailande, en Asie on sait très bien qui est réellement derrière tout ça.


  • #1371481
    le 14/01/2016 par stephanedu49
    Qui souhaite opposer l’Inde et le Pakistan ?

    Panique générale chez les américains ? L’état américain ne chercherait-il pas à déclancher une guerre (comme pour la 1ière&2ième GM) sachant que l’effondrement du dollar (PQ dollar) et l’arnaque bancaire américano-sionistes (dettes éternelles) sera dévoilée au grand jour...


  • #1371512
    le 14/01/2016 par Pierre-Albert Espénel
    Qui souhaite opposer l’Inde et le Pakistan ?

    Qui tient le traffic de drogue au Kashmir ? Suivez mon regard.
    Pas besoin d’incursion de l’extèrieur quand l’ennemi est déjà sur les lieux.

     

  • #1371777

    Pour estimer le crédit qu’on peut accorder à un tel article (et l’utilité de passer du temps à vérifier les informations qu’il contient, la manière dont il les présente, et les thèses vers lesquelles il nous conduit), il faudrait tout d’abord en savoir plus sur son auteur que ce qu’on trouve immédiatement sur Internet (Inner Voice of Bharat ?, Great Game India ??) et surtout posséder une culture historique sur les relations de l’Inde et du Pakistan, des "Hindous" et des "Musulmans" en Inde, le rôle de l’ISI et sa proximité des services américains... qui, à ma connaissance, ne court pas les rues en France, ni même en occident.

    Chauprade disait des choses intéressantes sur l’ISI à une époque, ça ne l’a pas mené bien loin.

    Franchement, on peut pousser loin les analyses sur des réalités qu’on connaît, ne serait-ce qu’au quotidien. Mais là...


  • #1371933

    "La vérité c’est que l’Alsace-Lorraine a été donnée à l’Empire allemand" à qui de droit !

    L’ Alsace-Lorraine fut historiquement tjs partie de l’Allemagne.

     

    • #1372414
      le 15/01/2016 par Was-is-das ?
      Qui souhaite opposer l’Inde et le Pakistan ?

      Le duché d’Alsace et de Lorraine s’appelait la Lotharingie, car elle fût donnée à Lothaire après la mort de Charlemagne.
      C’est Louis XIV qui annexa ces territoires qui faisaient partie de l’Empire des Habsbourg.
      et il a eu raison. Province riche, peuple travailleur et patriote, les lorrains et les alsaciens sont de grands français, mais ils sont aussi des germains, ce qui ne les a pas empêchés de toujours préférer la France à l’Allemagne quand on leur a donné le choix par élections.
      Ce sont aussi des lorrains et des alsaciens, qui, fuyant l’annexion du 2ème Reich, en 1871, partirent peupler l’Algérie nouvellement française.


    • #1376189
      le 19/01/2016 par jojo l’affreux
      Qui souhaite opposer l’Inde et le Pakistan ?

      Et Lothaire était Français ! Il n’y a pas de race des seigneurs il n’y a que des tribus préhistoriques que les Français ont mal civilisé (l’Histoire de l’Allemagne commence avec Pépin le Bref). Quant à l’Empire Carolingien, il ne se justifiait que le temps de repousser les invasions islamiques, pas de raison de le maintenir ensuite surtout si c’était pour ne pas sauver l’Empire Byzantin.