Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Reconnu coupable de non-dénonciation d’abus sexuel, le cardinal Barbarin démissionne

Le primat des Gaules a annoncé sa démission lors d’une courte allocution à Lyon ce jeudi à 13 heures. Il a été reconnu coupable de non-dénonciation d’abus sexuel dans son diocèse et condamné à six mois de prison avec sursis un peu plus tôt dans la matinée. Ses avocats ont déjà annoncé leur intention de faire appel.

 

Séisme dans l’Église de France. Le cardinal Barbarin a annoncé sa démission ce jeudi à 13 heures lors d’une déclaration. « J’ai décidé d’aller voir le Saint-Père pour lui remettre ma démission », a annoncé le prélat depuis la maison diocésaine de Lyon. Cette annonce intervient quelques heures après sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les agressions pédophiles dans son diocèse. En avril 2016, aux débuts de l’affaire, l’archevêque avait déjà proposé sa démission mais celle-ci avait été refusée par le Pape.

Absent lors du jugement, le cardinal Barbarin a été « déclaré coupable de non-dénonciation de mauvais traitements envers un mineur entre 2014 et 2015 », selon les mots de la présidente du tribunal correctionnel de Lyon, Brigitte Verney. L’archevêque de Lyon continue de clamer son innocence, et ses avocats ont d’ores et déjà annoncé leur volonté de faire appel. C’est la troisième fois qu’un évêque est condamné en France pour des faits similaires, après deux autres cas en 2001 et en 2018. Les faits concernent les agressions supposées du père Preynat - il n’a pas encore été jugé – à l’encontre de jeunes scouts dans les années 1980 et 1990. « Je prends acte de la décision du tribunal. Indépendamment de mon sort personnel, je tiens à redire toute ma compassion pour les victimes », a déclaré Mgr Barbarin.

Le jugement pointe la responsabilité du cardinal et ses mauvaises décisions.

« Philippe Barbarin a fait le choix en conscience, pour préserver l’institution à laquelle il appartient, de ne pas les transmettre à la justice. [...] En voulant éviter le scandale, causé par les faits d’abus sexuels multiples commis par un prêtre, mais sans doute aussi par la mise à jour de décisions bien peu adéquates prises par les évêques qui le précédaient, Philippe Barbarin a préféré prendre le risque d’empêcher la découverte de très nombreuses victimes d’abus sexuels par la justice, et d’interdire l’expression de leur douleur. »

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents