Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Réédition Kontre Kulture : La Mission divine de la France, du marquis de la Franquerie

« Depuis longtemps déjà, mais plus spécialement depuis la Guerre, nous assistons à un spectacle effrayant d’anarchie dans tous les domaines : religieux, international, politique, intellectuel, artistique, social, économique, financier, etc., et enfin familial. Si la famille elle-même est atteinte, c’est la preuve que le mal est très profond ; quand le père n’est plus respecté, la société court aux abîmes, car la famille est à la base de tout l’édifice. »

Prononcés en 1925 lors d’un discours, ces mots du marquis de la Franquerie sonnent plus vrai encore aujourd’hui, presque un siècle plus tard. Un an après cette allocution, il publie La Mission divine de la France pour tenter de répondre à la question : « Pourquoi la France se meurt-elle ? », et pour lui montrer le chemin de la rédemption. La France a une mission et « ne peut cesser d’être catholique et monarchique sans cesser d’être la France ».

 

S’appuyant sur de nombreux penseurs, écrivains, philosophes, de l’abbé Vial à Tocqueville ou Mgr Delassus, mais aussi sur des prophéties et les témoignages d’« âmes privilégiées », l’auteur éclaire l’histoire de France à la lumière de cette mission qui lui fut donnée : être le porte-flambeau de la Vérité catholique, le royaume de la religion universelle, d’où doit rayonner la « royauté universelle du Christ ». Mais ce rayonnement ne peut se faire sans celui du roi, lieutenant de Dieu et père de la nation, souverain par la grâce divine. Rayonnement extérieur, mais aussi force intérieure, cohésion du peuple, symbole de l’autorité et de l’amour : « Le jour où la Révolution a coupé la tête de Louis XVI, elle l’a coupée à tous les pères de famille. » Citant Clemenceau, pour qui « depuis la Révolution, nous sommes en révolte contre l’autorité divine et humaine », le marquis de la Franquerie, constate que « les droits de l’homme sont la négation de ceux de Dieu » et met en garde la France : « Tant que la France ne reprendra pas sa place de fille aînée de l’Église, nous la verrons […] rouler d’abîme en abîme »...

 

André Lesage (1901-1992), dit marquis de la Franquerie, diplômé de l’École des sciences politiques et de l’École du Louvre, fut rédacteur en chef de la Revue internationale des sociétés secrètes et collabora à plusieurs journaux catholiques, antirévolutionnaires et anti-maçonniques. En 1939, il reçut le titre honorifique de camérier secret de cape et d’épée de Sa Sainteté.

 

 

C’est Noël chez Kontre Kulture !

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture :

À ne pas manquer sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Excellente nouvelle !

    Merci KK.


  • Rééditer la Franquerie c’est une Oeuvre de Charité dans l’ordre spirituel et une oeuvre patriotique dans l’ordre terrestre.

    C’est en politique, l’oeuvre synthétique et de vulgarisation la plus importante de la pensée française du XX siècle.

    Avec Vaquié, (que j’espère voir publier un jour chez KK)

    Avec ces auteurs, on est dans le Saint des Saints.

    Pour les anciens "gauchistes libéraux LGBT républicains bobos sectaires racistes antiblancs repentis", ça va leur déchirer le cerveau de comprendre pourquoi et en quoi on leur a menti depuis qu’ ils savent lire.

    Gauchistes ou pas, pour ceux qui ne connaissent pas, vous allez être émus en apprenant que :

    - France = adoration du Dieu "Roi des rois et Roi de France"
    - vs République = adoration de l’Homme dieu contre Dieu et contre l’homme fait à Son image.

    Définitivement, vous saurez pourquoi vous êtes la nouvelle tribu de Judas, et depuis le Golgotha, en plus du peuple anciennement Elu, vous êtes tsarévitch du Ciel : vous avez été fait homme pour devenir dieu avec Dieu et Français pour libérer le monde par les grâces que votre nation et vous mêmes avez reçues.

    Rien de moins : absolument.

    Ça fait toujours plaisir d’apprendre que la Reine Elizabeth est une honnête bonniche à côté de vous et Attali un vendeur de foire itinérant.Enfin que votre supérieur hiérarchique a un cerveau de bulot, une culture de ver de terre et une mentalité de pousse mégots.

    Que vous vous appelez Zorro , que vous allez apprendre à reconnaître et foutre à poil les sergents Garcia.

    Et merci mille fois à KK et Soral de l’avoir réédité : maintenant, il sera lu, cru, donc notre Roi aimé et nos ennemis (qui sont ennemis du genre humain) défaits.

    C’est important maintenant que nous rentrons dans le temps de la Passion de l’Eglise et de la France de rappeler que celui qui combat la France combat le Christ et celui qui nie le Christ est l’Ennemi de la France.

    La République qui nie le Christ, Dieu et Roi de France , combat donc la France.

    MERCI

     

    • Votre commentaire me fait penser au scud de l’abbé Henry Bolo en 1893 sobrement intitulé " LES GAULOISES ET LES GAULOIS A LA PASSION DE JÉSUS ". On y apprend que de Claudia Procula, à Sainte Véronique en passant par les soldats qui exécutèrent Notre Seigneur, beaucoup étaient Gaulois. En effet, Claudia serait née à Narbonne et la seule à intervenir en faveur du divin accusé.
      D’un autre côté, ce sont les soldats de Pilate qui le crucifièrent. Un manuscrit nous montre leur chef, Longin, en face du gouverneur de Cappadoce, Octavius, qui lui demande : De quel pays es-tu ? Et Longin lui répond : d’Isaurie.
      Or, il n’est douteux pour personne que l’Isaurie fût, à cette époque, peuplée par les Gaulois.
      Et Saint Augustin, dont la parole est grave, a dit : "La cohorte qui arrêta Jésus
      n’était pas juive, elle était composée des soldats du prêteur". Comme aujourd’hui, ils aiment que la sale besogne soit faite par d’autres. Les soldats gaulois réputés brutaux, grossiers, mais ils n’étaient pas lâches ( et de pareils faits sont bien dans le tempérament ironique et plaisant de notre race), profitent de l’absence prolongée du gouverneur pour bafouer leur victime. Ce " roi des Juifs ", ils vont lui donner Son investiture et procéder à Son couronnement. Ils tressent une couronne d’épines et l’enfoncent sur Sa tête, ils prennent un haillon rouge et le jettent sur Ses épaules, ils ramassent un roseau et le placent entre Ses mains.
      Au dernier souffle, NSJC laisse échapper de Sa gorge brûlante cette parole plaintive : "J’ai soif !" ( De par sa double nature, tout a donc un double sens, naturel et surnaturel, humain et divin, on sait que cela voulait aussi dire, j’ai soif d’âmes ) Et voilà le soldat qui n’y tient plus. Saint Jean, l’apôtre des cœurs émus, a noté l’empressement de ce bourreau devenu tout à coup secourable. Il court, il s’ingénie pour arriver jusqu’à la bouche enfiévrée, il prend une éponge, il l’imbibe de la boisson acidulée que les soldats avaient apportée pour eux, il la met au bout d’un roseau, et il donne à NSJC, le dernier adoucissement qu’Il ait reçu ici-bas sur cette terre maudite, au sein de cette ingrate humanité.
      Et le "Vraiment celui-là était le fils de Dieu !" de Saint Matthieu, XXVII, 54. La divinité du Christ est proclamée pour la première fois aussi par l’un de ces soldats. On peut comprendre aussi les chevaliers francs, les immortels croisés, qui allèrent quelques siècles plus tard, restituer leur propre sang, en échange du sang rédempteur.


  • Peut on atteindre l universel avec un dieu tribal ? Ou faut il d abord comprendre l universalité divine ?

     

  • Il y a ici beaucoup d’idée qui sont né chez Yves d’Alveydre !
    quelqu un peut me dire ce que pense l aile catholique sur des auteurs comme d’Alveydre et pire Fabre d’Olivet.
    rejeté étrangement et par les cathos ( mais pas tous) et par les protestants mais pas tous
    merci d avance

     

    • Nous pensons que le catholique n’est jamais "une aile" mais le corps du Christ et que seul un républicain de nationalité française (comme tel l’avant garde des damnés) peut oser cet écart de langage : nous ne sommes pas une "aile", nous sommes la FRANCE.

      Pourquoi pas catholique nuggets ?

      D’Alveydre, enfant turbulent et violent, conscient des bobos que provoquent les discussions et controverses, suggérait la réconciliation entre juifs, catholiques et musulmans....dans l’Empire ottoman (ouf !).

      Nous pensons donc que d’Alveydre est un utopiste hérétique bien intentionné : il est utopiste de croire que les trois monothéismes pourraient se réconcilier sans se renier ; il est hérétique de suggèrer que la Vérité (le Catholicisme) se marie avec l’erreur (l’Islam)(le talmudisme) ; mais il est bien intentionné (et obligatoire que chez les chrétiens) de faire la distinction entre la Doctrine et les adeptes. ie entre ce qui doit être condamné et ceux qui méritent notre miséricorde.

      D’olivet est proto talmudiste, panthéiste et syncrétique : l’horreur. C’est Gargamel dans la philosophie. je l’ ai lu y a très longtemps et je me suis endormi alors que je n’avais mangé que des cerises. C’est un vers dans le fruit de la pensée française. Si KK l’édite, ça nous tirerait vers le bas, la confusion et l’erreur, et ça déclencherait immédiatement la WWIII.

      Je vais vous proposer un authentique génie (donc français donc anti talmudo-républicain) pour le remplacer : l’abbé Augustin Michel, le Tableau synchronique universel de la vie de tous les peuples d’Adam à aujourd’hui (1873).

      Là vous serez d’accord avec nous : catholique n’est pas une aile.
      Français non plus : les aigles que vous êtes n’ont pas une destinée de basse cour au service de l’hérésie.


    • À Francois Descignes
      s’endormir devant D’Olivet ?
      La messe est dites .
      rencontrer Jésus Christ après la mort sans l’avoir rencontré ici bas , c est là une erreur et un grand mal que j’ai vu sous le soleil.
      Va , rencontre le et après parke.
      les juifs comme les musulmans comme tous ceux qui parle seulement par acquis, parle faux.
      tu est arrivé , comme dirait Mr Cousin.
      vois tu , j’ai parlé d’ailes, car je scrute toute les pensées, humblement et avec un seul but : Connaitre davantage Jésus.
      j’aimerai l’avis de quelqu un qui connait le catholicisme et qui est aussi en dehors dans la pensée afin de pouvoir en parler librement


    • "D’olivet est proto talmudiste, panthéiste et syncrétique". Je peux savoir ce que tu as lu de lui pour affirmer cela ?
      Le travail d’Olivet peut très bien se concilier avec la pensée catholique a condition de prendre en compte le caractère protestant de son oeuvre. Il affirme d’ailleurs que l’autorité des conciles contredit l’autorité des père dans l’introduction de la Langue Hébraïque. Un Catholique sait que l’autorité du Concile est bien supérieure à l’autorité des pères de l’Eglise.
      Son travail sur l’hébreu, sur la musique, sur l’occitan et sur Pythagore est très bien construit, et à part quelque erreurs de parcours propres au protestantisme, cet auteur est parfaitement conciliable avec la doctrine catholique.


  • "La mission divine de la France" c’est sa langue qui la remplie, une langue "impériale" disait Céline .

     

  • Parler aux gens de religion chrétienne dans la ploutocratie actuelle, c’est comme aller parler aux femmes en Arabie Saoudite d’émancipation.

    En revanche, parler de la Shoah c’est mieux. Un auteur KK devrait éditer un livre qui s’appelle « La mission Shoahtique de la France » qui vise à éduquer et bien laver le cerveau du peuple français, s’il n’est pas déjà assez lavé ?


  • Bonsoir,
    Qu’est ce que "Dieu" ?
    Et la France est elle le centre de l’univers ?

     

    • Dieu est le créateur de la matière de l’énergie, du temps et de la vie.

      La France peut avoir une mission divine sans être le centre de l’univers.

      NB : univers = uni-vers (latin) = une parole = la parole de Dieu. Donc le nom même d’« univers » sous entend qu’il est une création de Dieu en parlant, ce qui est conforme au récit de la Genèse où Dieu crée en parlant.


    • En réponse à Titus,
      Vous avez la Bible et la Genèse comme références.
      Oui, c’est une référence.
      Il y en a d’autres, de par le Monde et moins religieuses.
      Que pensez vous de écrits sumériens (antérieurs à la Bible) ?


    • @ Titus
      La métiere est energie.
      Peux tu expliquer ce qu’est le temps ?
      Et la vie !......


    • Bonjour,
      Dieu c’est Tout. C’est à dire l’univers dans son ensemble et chaque partie qui compose l’univers, parties qui sont chacunes un reflet de l’univers dans son ensemble. Le tout ne forme qu’un. Une seule entité vivante. Et cette entité a une histoire. Cette histoire se lit à tous les niveaux, il y a l’histoire de l’univers et l’histoire de chacune des parties qui la composent, dont chacune est un reflet de la grande Histoire. On retrouve le Tout dans sa plus petite partie et inversement. Prenons plutôt ta journée d’aujourd’hui. Dieu c’est cette sensation de fatigue que tu as eu au réveil. C’est ce que tu as mangé le matin, c’est la texture d’un mur que tu as touché à un moment précis et ce monsieur a qui tu as dit bonjour, avec un pull rouge, ou qui boitait, ou la brise que tu sentis au visage au moment précis où tu pensas à quelque chose de particulier, ou le temps qu’il faisait aujourd’hui, le tout dans une histoire cohérente dont tu n’as pas saisit le quart de dixième du sens, que tu saisis à certains moment... ou pas.
      Tout ça c’est Dieu.
      C’est une représentation que nous nous faisons de cette cohérence globale de chaque chose, observant également que chaque chose est un miroir d’une autre, si ce n’est de toutes les autres et même qu’elle est elle même le croisement du rayonnement de toutes les autres choses... Chaque partie est une entité à part entière et une partie du Tout en même temps, et cette petite part entière est une forme du Tout. Une représentation que tout n’est qu’Un. Et dans la nature l’Homme est le sommet de la création, la plus complète petite part du Tout, car il se retrouve dans chaque histoire qui compose l’univers. L’Homme peut être considérer comme étant au centre de l’Histoire. Tout dépend qu’elle largeur vous accordez à ce centre aussi.
      Et l’Homme, comme chaque partie de l’univers a une histoire, l’Histoire de l’Homme. Et dans cette histoire il y a un chapitre qui s’appelle la France. Et je ne vais pas m’étendre sur les raisons qui me font penser cela mais je crois en effet que la France est un grand chapitre de l’Histoire de l’Homme, passé comme futur. Elle a un rôle a joué.


  • Je suis entièrement d’accord avec François Desvignes. Etienne Chouard, qui veut que des millions de gauchistes soient souverains, se trompe lourdement.


  • Mince, Dieu a besoin de nous...

     

    • Très bon Léon


    • Dieu n’a nul besoin, que celui de nous voir tendre à être conforme aux paroles de son fils... La France à toujours été dotée de cette mission. Voir les conférence de Claire Colombi. Nul besoin de sarcasmes. L’état du pays ne s’y prête pas des masses, même si je suis gros client d’humour. Si on veut savoir où aller, regardons d’où nous venons. Sinon allez me chercher une bière, j’ai bosser toute la journée avec des gens de cet acabit. Instruisez-vous sur l’histoire de France, vous y verrez des splendeurs et hélas l’état dans lequel on trouve aujourd’hui. Aller, une bière et c’est pardonner.


  • Je ne sais pas quoi penser d´un livre que je n´ai pas lu mais le fait que Wikipédia commence son André de La Franquerie par " Cet article est une ébauche concernant la théorie du complot. " est le signe presque infaillible de qualité.


  • Une destinée qui pousse les enfants de France à être des chevaliers blancs à la rose Croix.
    Une chevalerie se doit de répondre à un code, un dogme de compassion, de chasteté, de force et de tempérance. Une élite comme un flambeau de Vérité qui porte, en vérité, un fardeau. Est-ce que la vanité peut naître du contentement, ou de l’orgueil, de celui qui sait la Vérité et la porte aux yeux du monde ?

    Je l’écris sans savoir, manquant de repères dans ce domaine.


  • « Jésus a dit
    Je me suis tenu au milieu du monde
    et je me suis manifesté à eux dans la chair.
    Je les ai trouvés tous ivres ;
    je n’ai trouvé parmi eux personne qui eût soif,
    et mon âme a souffert pour les fils des hommes
    parce qu’ils sont aveugles dans leur coeur
    et ne voient pas
    qu’ils sont venus au monde vides
    et en sont même à tenter de repartir vides.
    Mais, voilà maintenant ils sont ivres.
    Quand ils auront rejeté leur vin,
    alors ils changeront de mentalité.
     »

    Log. 28 (1 à 13) - L’Évangile selon Thomas

    Imbus d’eux-mêmes par l’ego : ennemi de la Parole. Il veut tout contrôler et obstrue, pollue le chemin menant au coeur.
    Il y a une différence grandiose entre le Vin de l’Esprit qui entre dans l’Homme et ce qui en ressort généralement d’une grande pauvreté parce que l’Homme filtre et ne garde que ce qui l’intéresse ou ce qu’il croit comprendre.
    Avoir soif, c’est être dans l’attitude du nourrisson qui attend que sa maman lui donne la tétée et se réjouit de son lait. Ainsi, le Vin de l’Esprit que chacun reçoit, en éprouve le besoin et discerne la bonne nourriture spirituelle. La prière et la méditation nous offrent l’attitude la plus juste. La Grâce, la Providence trouve dès lors un endroit pour se manifester, se poser.
    Quand nous aurons rejeté le faux vin mondain altéré à savoir toutes nos idées, nos philosophies, nos systèmes de pensées, nos constructions mentales alors le changement de mentalité s’opérera à savoir la manière de penser, inaccessible à l’entropie du Temps et aux prédateurs ; bonimenteurs de tous poils y compris Saint Paul mais là je vais pas me faire que des amis :)

    Les savoirs auront été des échafaudages transitoires, périssables.

    Jésus a été crucifié par incompréhension totale de son Message. Il a eu le courage (coeur) et la témérité de ne rien transiger sur ses Paroles dont ses ennemis se faisaient malin plaisir de les reprendre pour le pousser dans ses retranchements. Ils les a tout de même dites avec une force extraordinaire. Il sait qu’il aura servi de bouc émissaire à toutes nos lâchetés par Ignorance car tel est le véritable sens du péché.
    Ignorance = privé de la gnose = connaissance du feu intérieur. Même étymologie ignis = feu.

    Vides de l’intérieur pleins des apparences extérieures, non-encore-conscients de leur Lumière intérieure qui n’est pas le moi-je = usurpateur

    Que chacun retrouve le chemin du Royaume des Cieux d’où le Royaume de France est issu.


Commentaires suivants