Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Rencontre Trump-Poutine : quel bilan ?

Les comptes-rendus divergent

Que faut-il retenir du face-à face de deux heures et quart entre Donald Trump et Vladimir Poutine, vendredi 7 juillet, en marge du sommet du G20, à Hambourg, qualifié, samedi 8 juillet, de « formidable » par le président américain ?

 

1. L’interférence russe dans l’élection présidentielle américaine

[...]

Rex Tillerson a qualifié la réunion de « très constructive ».

« Les deux leaders ont très rapidement établi le contact. Il y avait une alchimie positive très claire entre les deux » a déclaré le secrétaire d’État.

Donald Trump a commencé la discussion avec Vladimir Poutine en affirmant que les Américains étaient préoccupés par l’ingérence de la Russie. « Ils ont eu un échange très robuste et long sur le sujet. Le président a pressé plus d’une fois le président Poutine sur l’implication russe. Le président russe a nié cette implication comme il l’a, je crois, déjà fait dans le passé en demandant qu’on lui fournisse la preuve. » [...]

Sergueï Lavrov a fourni un compte rendu alternatif, affirmant que Donald Trump avait accepté les assurances en forme de démenti de Vladimir Poutine sur l’ingérence dans l’élection américaine et avait même déclaré que certains aux États-Unis « exagéraient » le rôle de Moscou sans en avoir la preuve.

[...]

2. Un groupe de travail sur la cybersécurité

Selon Rex Tillerson, les deux parties « ont convenu d’explorer la création d’un cadre autour duquel les deux pays peuvent travailler ensemble pour mieux comprendre comment faire face à ces menaces cybernétiques ». [...]

 

3. Une hostilité commune envers la presse

« Ce sont ceux qui vous ont insulté ? » a lancé Vladimir Poutine avant le début de leur discussion en désignant les journalistes, sous le regard approbateur de Donald Trump.

 

4. Un cessez-le-feu au sud de la Syrie

Les États-Unis et la Russie se sont mis d’accord (avant la rencontre des deux présidents) sur un cessez-le-feu dans le sud-ouest de la Syrie, qui devrait entrer en vigueur, dimanche 9 juillet, à la mi-journée.

Lire l’intégralité de l’article sur monde.blogs.la-croix.com

 


 

Syrie : accord américano-russe sur un cessez-le-feu dans le sud du pays

 

En marge du G20, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a annoncé que Russes et Américains sont convenus d’un cessez-le-feu à partir de dimanche midi, heure de Damas (9 heures GMT), dans le sud-ouest de la Syrie.

« Aujourd’hui, dans la capitale jordanienne, Amman, des experts russes, américains et jordaniens (...) se sont mis d’accord sur un mémorandum pour la création d’une zone de désescalade » dans les régions de Deraa, Qouneitra et Soueida, a indiqué Sergueï Lavrov. « Dans cette zone, il y aura un cessez-le-feu à partir de midi, heure de Damas, à partir du 9 juillet », a-t-il ajouté.

Dans un premier temps, « la sécurité autour de cette zone sera assurée par des forces et moyens de la police militaire russe en coordination avec les Jordaniens et les Américains », a précisé Sergueï Lavrov. Son homologue américain Rex Tillerson a salué de son côté l’accord conclu entre les deux pays. « Il s’agit d’une première indication montrant que les États-Unis et la Russie sont capables de travailler de concert sur la Syrie », a-t-il dit.

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Donald Trump et Vladimir Poutine, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article