Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Rigueur : la hausse de la CSG rapportera trois fois plus que la taxe sur les hauts revenus

Tous les points du plan de rigueur annoncé par François Fillon mercredi ont été très largement étayés dans les médias. Tous, sauf un, relevé par le journal économique La Tribune. Il concerne pourtant tous les salariés et rapportera 550 millions d’euros, nettement plus que la taxe sur les super-riches : la CSG (contribution sociale généralisée) subira une augmentation déguisée.

La CSG n’est pas calculée sur la totalité du revenu brut mais sur 97% afin de « tenir compte des frais professionnels à la charge des salariés », comme l’explique le gouvernement dans sa fiche explicative des mesures pour la réduction des déficits publics. Le taux d’abattement est donc de 3% actuellement.

La proposition du gouvernement est de rapporter ce taux à 2% et donc de calculer la CSG sur 98% du salaire au lieu de 97%. Résultat : cela « améliorera de 550 millions les recettes de la sécurité sociale ». En comparaison, la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus rapportera 200 millions d’euros, soit presque trois fois moins.

Actuellement, le taux de la CSG est fixé à 7,50 % des revenus d’activité, 6,20 % des allocations chômage et 6,60 % des pensions de retraites.

Avec la réforme proposée par le gouvernement, ces taux resteront inchangés mais le fait de calculer la CSG sur 98%, au lieu de 97% des revenus bruts, déguise l’augmentation. Cette modification, a priori anodine, est suffisante pour faire rentrer dans les caisses 550 millions d’euros.

Cette augmentation concernera l’intégralité des salariés, car cet impôt ne progresse pas en fonction du niveau de revenu.

La CSG a été mis en place en 1991. Elle est aujourd’hui affectée à la branche famille et maladie de la sécurité sociale, au fond de solidarité vieillesse et à la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

La mesure proposée dans le cadre du plan de réduction des déficits publics est passée jusqu’alors inaperçue. Pourtant, le dossier de presse du gouvernement, accessible à tous sur le site de Matignon, présente de la même façon la hausse de la CSG et les 18 autres mesures. La Tribune, repris par le site Arrêt sur image ont toutefois relevé cette information.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je me disais aussi ... tout ces hauts revenus & patrimoines qui appelait à être taxé ... c’était du trop lourd pour être vrai, une couverture, un braquage ou chacun à sa place, certains dans le rôle du guet.

    Je me disais aussi, en cette période de vache maigre, la première niche fiscale à raboter ou annuler, c’est la première de tout, celle de 73 et des prêts avec intérêt pour l’Etat !
    - > voila un slogan politique dont je fais don au FN pour qu’il le reprenne :)
    histoire de placer un "quenelle de der" dans les débats politique


  • Tout simplement scandaleux,j’ai des petites économies ,mais à chaque fois que je retire ,ils m’enlèvent bientôt 10% sur la somme ,une augmentation effrénée ,du paquet de café,beurre ,les fruits ??une part de flan 2 euros c’est à dire 18 francs ,combien d’articles j’achetais à même pas 5 francs aujourd’hui 20 francs ,
    Comment sortir de ce système ,réduire les 3/4 des Députés ,plus de Sénateurs combien touchent un salaire sans mettre les pieds au Sénat ?où à l’ Assemblée ,c’est Europe qui dicte tous les obligations,les Normes ,les Amendes ext ,,
    Comme en Suisse les Référendums ,pour toutes les grandes,dépenses Nationale ,ainsi que les Ventes de notre Patrimoine ,il EST AU PEUPLE ,
    Il est inadmissible ;que nous payons l’Agression ;contre un Peuple Souverain ,pour défendre des Rebelles,des Insurgés,des Barbouzes ,des Mercenaires voila nos Alliés ,sachez qu’ils défendront les jeunes insurgés ;rebelles de nos Banlieues ,nos Gouvernants Députés tous voté pour la continuité de cette barbarie ,QUE nous allons PAYER


  • Le gouvernement américain a récemment obtenu l’autorisation pour que la dette fédérale dépasse sa limite officielle pour gagner du temps. Ceci aurait dû entraîner par une douloureuse saignée du dollar américain. Sans surprise, les « investisseurs » ont une fois de plus attaqué le « PIIGS » (Portugal, Italie, Irlande, Grèce et Espagne) pour limiter leurs pertes.
    Le temps apparaît comme un élément central dans la bataille économique que nous subissons. Mais il est aussi une illusion trompeuse. Le gouvernement français cherche à en gagner, élection présidentielle oblige, en misant sur l’hypothétique redémarrage de l’économie des Etats-Unis.
    Face à ces attaques, la seule réponse efficace aurait consisté à mettre en place des règles équitables qui rétablissent le contrôle des changes et l’émission de monnaie. La déréglementation dans ce domaine, saluée par de nombreux think-tanks aveugles, peut être comparée à un réseau routier sans code de la route. C’est de cette manière dont le système financier mondial fonctionne aujourd’hui.
    Si très vite, rien de concret n’est fait à une échelle mondiale en continuant à laisser la presque totalité des flux financiers dans les mains des lobbies protestants ou sionistes alors le chaos planétaire nous attend. Limitations, interdictions, restrictions, par des lois internationales strictes sont une nécessité absolue pour le bénéfice de tous.
    Après le crack de 2008, nos médiocres dirigeants politiques européens auraient dû imposer une séparation des activités commerciales (dépôts) des activités d’investissements (spéculation) aux banques contre les aides publiques pour les sauver. L’idée qui a prévalu à l’époque et qui prévaut encore aujourd’hui est de gagner du temps, dans l’espoir insensé de voir ces sociétés financières en convalescence se refaire et ensuite contribuer à une plus large reprise économique.
    La conséquence a été le transfert de la dette privée en dette publique utilisée par nos misérables gouvernants comme diversion, en adoptant un discours sur les mesures d’austérité pour certains, tout en exemptant les autres. Les conséquences sont à présent que l’économie occidentale plonge dans une récession généralisée. Les mensonges du G7 qui affirmaient qu’ils étaient « prêts à prendre des mesures pour assurer la stabilité et la liquidité des marchés financiers" ont juste consisté à offrir des milliards d’euros à la BCE pour acheter la dette espagnole et italienne. Le serpent dévore sa propre queue. Jusqu’à quand ?


  • Ils ont jusqu’aux Présidentielles de 2012 pour nous camoufler leurs magouilles ou leurs crimes d’Etat à l’étranger , comment vont-ils faire jusqu’à cette échéance capitale ? Une chose est sûre c’est que les grandes entreprises vont attendre le résultat final des élections Présidentielles de 2012 pour licencier en masse , on a déja vu ça lors de l’élection de Chirac (Michelin et d’autres sociétés avaient patiement attendu...) , moi ça m’avait choqué .