Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Roumanie : le Pentagone organise des PsyOps pour tester les capacités de la Russie

Début février 2017, d’importantes manifestations secouaient la Roumanie. Pourtant, alors que les médias internationaux annonçaient la chute imminente du gouvernement de Sorin Grindeanu, rien ne se produisit. Pour Valentin Vasilescu, qui est à la fois un expert militaire et un militant d’opposition, ces événements auraient été organisés par les « PsyOps » de l’armée roumaine et du Pentagone pour tester la pénétration de leurs homologues russes dans le pays. Cette affaire met en lumière le développement des PsyOps russes, désormais capables, sur ce plan aussi, de rivaliser avec l’OTAN.

 

Qu’est-ce-que les PsyOps ?

La CIA (division des Opérations secrètes) et le Pentagone (direction des Opérations et de Commandement des Forces spéciales) ont adapté les nouvelles technologies au combat. Ce qui a étendu la confrontation militaire à des environnements non-conventionnels (informationnel, psychologique, etc.), et a conduit à l’émergence de nouveaux modes d’action propres à ces environnements aussi bien qu’à la création de forces non-conventionnelles.

Les campagnes du XXIème siècle ont dépassé le stade où les soldats s’entretuent les uns les autres. En ce qui concerne les opérations d’information, il n’y a pas de destruction physique de l’adversaire, mais une recherche d’influence et de contrôle de son esprit. Les dommages causés par les PsyOps se reflètent par des changements au plan cognitif, mental. Les opérations d’information ne visent pas des individus, mais plus largement des populations dans des zones géographiques définies. Les plus élaborées des agressions informationnelles sont dites de « deuxième génération » : l’armée surveille longuement l’infrastructure d’information de l’État-cible pour le déstabiliser au bon moment et le bloquer. Même si l’État applique des mesures de protection psychologique, elles ne sont généralement inefficaces pour contrer ce type d’agression.

 

Les PsyOps comme instrument pour déclencher des bouleversements sociaux

Au cours de la manifestation contre Nicolae Ceaușescu ordonnée le 21 décembre 1989 par le Comité central et qui a précédé le coup d’État en Roumanie, des structures de l’armée roumaine spécialisées dans la guerre psychologique ont réussi à briser le rassemblement en induisant au sein de la foule un état d’agitation et de panique créé avec de puissants haut-parleurs. La sonorisation du meeting a été assurée par l’armée, avec 10 véhicules disposés de manière à ne pas être visibles, mais selon un certain angle pour que l’écho sur la place produise le son voulu. Ces véhicules de transport blindés et des camions de l’armée ont été équipés d’un matériel émettant un forte vibration à basse fréquence. La structure de l’armée roumaine à laquelle ils appartenaient a été appelée « Section technique PsyOps pour la propagande spéciale ».

Pendant ce temps, de plus en plus de microprocesseurs à faible coût ont fait avancer la technologie de l’information, en particulier dans ses applications telles que la télévision par câble, la téléphonie mobile et les réseaux Internet. Ce type de technologie a été accompagné par la mise en place et l’organisation de nombreux groupes, prétendument spontanés et festifs, dont les membres peuvent être dispersés dans des lieux différents.

Le phénomène lui-même s’est développé dans les pays occidentaux et a été nommé Smart Mobs (communauté intelligente). On a utilisé ces groupes pour réaliser des actions rapides et ponctuelles, les Flash Mobs (mobilisation éclair) ; une communauté intelligente peut ainsi se rassembler rapidement dans un lieu public pour y tenir une brève manifestation et se disperser tout aussi rapidement.

Internet, Twitter ou Facebook sont des canaux publics pour la transmission de données, rien de plus. Les publicitaires ont déjà acquis une expérience quant à l’utilisation de Twitter et de Facebook. Mais les armées ont également pris en compte la possibilité de brouiller et, pire, de tromper.

 

 

Mise en œuvre des PsyOps à la place de la Victoire ?

Certaines sources affirment que les manifestations en Roumanie en 2017 avaient été suscitées par les PsyOps nationales. Toute l’opération s’est effectuée via les réseaux sociaux et par contagion. Elle a réussi à rassembler plus de 600 000 Roumains dans dix grandes villes du pays.

Lire la suite de l’article sur voltairenet.org

En lien, sur E&R :

Sur les nouvelles formes d’affrontement entre grandes puissances,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Va falloir être plus clair pour expliquer ces psyops et leur vrai but ? J’ai lu l’article de voltaire mais je n’ai rien compris dans le fond, la forme oui, mais le fond que dalle ? Soit je suis bête soit cet article est vide de toute explication rationnelle si qqun pouvait éclairer ma lanterne ? Et donner des exemples concrets et mesurables ?

     

    • Idem, rien compris ...
      Doit on louer les efforts de la Russie pour avoir développé des départements PsyOPS aussi efficaces que ceux des Etats-Unis ?
      Quel peut bien être le but de tester l’efficacité de PsyOps par un Etat comme la Roumanie sur sa propre population ?
      En quoi des PsyOps offensifs vont ils changer l’avenir de la guerre de 5ème génération ....

      Sur ce thème, le bouquin "Choc et Simulacre" disponible dans la boutique est beaucoup plus complet et digeste que cet article, bien que nettement plus long à lire !


    • De ce que j’ai déjà compris je dirais que l’armée qui sers les intérêt des puissances capitaliste n’as plus besoin d’aller sur le front pour tuer des gens.
      C’est moins chère et plus simple de jouer sur le tableau de la dialectique pour trouver des failles dans l’esprit des gens et induire chez eux des comportement spécifique.

      C’est une guerre invisible et sans frontière, on crée des "entités" sociale autonome qui se manifesteront sous la forme d’un courant de pensée et qui se transmettras parmi les gens.

      Un pays est un organisme avec un noyau et une pellicule de protection (frontière) et chaque habitant est une cellule qui composes différents organes. Physiquement il y à des artères (les routes) pour véhiculer la matière et l’organisme prends une forme spécifique via le flux d’information. Donc si le parasite injecte sont venin dans le flux d’information alors les cellules suivront les ordres.

      Pour se protéger de tout ça il faudrait développer un genre d’anti virus qui aurait une existence conceptuelle et qu’on apprendraient aux enfants, quelque chose qui coulerait de soit. Celui qui trouveras une petites phrase simple et facile pour introduire directement dans l’esprit des gens une fonction qui leur permettras d’identifier la propagande auras trouvé la clef de la défense psychologique.