Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Simon Epstein : "En 1942, les ministres de Vichy sont philosémites"

 

Voir la conférence en intégralité :

Sur la Seconde Guerre mondiale, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La solution finale ? Ce n’était pas l’extermination des juifs Mr Epstein. Mais bien le déplacement des juifs en dehors du reich. Vers la Palestine par exemple.
    Les mensonges se répètent inlassablement.

     

    • moi j’aimerais qu’on m’explique : les Allemands avaient une pénurie de main d’oeuvre pour pour leurs usines stragégiques, pourquoi donc auraient-ils chercher à massacrer une main d’oeuvre précieuse car très qualifiée et en plus gratuite et facile à se faire livrer sans obliger les pays à sacrifier leurs compatriotes. livrer des juifs d’Europe de l’est pour pour sauver des Français . Pourquoi pas puisque les juifs sont désignés comme l’ ennemi à abattre.


    • Les Anglais n’ont pas exterminé ceux qu’ils considéraient comme des parasites (prostituées, bagnards, etc) mais les ont envoyés aux USA et en Australie. La Palestine et Madagascar devaient avoir les mêmes fonctions pour les Allemands avec les Juifs, ce que l’on nomme la solution finale. Le reste n’est que belle littérature !


    • En effet c’est à partir de la présentation du « Protocole de Wannsee », un document très contesté par beaucoup d’ailleurs, mais qui néanmoins a servi d’unique base aux historiens officiels d’affirmer que la solution finale était bel et bien le plan d’extermination des Juifs déjà élaboré par les Nazis, et que les camps de concentrations étaient des camps de la mort.

      « Arbeid macht frei » le travail rend libre en Français, est un slogan Nazi et qui ornait les portails des camps de « Travaux forcées » destiné à encourager les détenus venus de tout bords, dont la plus grande proportion était juive. La vie dans ses camps a été beaucoup documentée à travers photos, récits et films, et ne révèlent aucune preuve sérieuse que ces camps avaient une double utilité, faire bosser des esclaves, et les gazer une fois qu’ils aient terminé leur service, cela n’a aucun sens.

      Autre chose qui n’a aucun sens ; une solution de grande envergure pour rassembler méthodiquement le plus grand nombre possible de juifs, et avoir à sa disposition toute une logistique aussi efficace pour les transporter de tous les coins d’Europe sur des milliers de kilomètres, afin de les faire converger sur la Pologne où il seront tous gazés ou incinéré vifs, alors que de les exécuter à la source, si je puis dire, aurait beaucoup plus rationnel et plus efficace, si telle était véritablement l’intention des Nazis.


    • Australie, Etats Unis, Nelle Zelande, Nelle Calédonie... ont été "fondés" par toue les parias, bagnards, racailles, mystiques... que les anglais, puis tous les pays d’Europe ne voulaient plus... on voit le résultat... surtout aux U.S !


    • @ paramesh : Chercher à comprendre mène à l’ antisémitisme nazi ! Ils n’ y a pas à comprendre !
      Ils était tous possédé par le diable lui-même ainsi que par une profonde haiiiinee nauséabonde du peuple des lumières, seul explication logique pour être contre les anges de Yahvé.

      Quel folie satanique d’ avoir osé remplacé l’ usure bancaire par le travail menant à une vie meilleur !


  • Merci à E&R d’avoir publié cette vidéo de Simon Epstein, mais pourquoi n’avoir retenu - en titre - que l’idée : “en 1942, les ministres de Vichy sont philosémites”, et non pas aussi les autres affirmations de cet historien sur “les camps d’extermination” et “les chambres à gaz” ?

    Au moins auriez-vous dû accompagner cette vidéo d’un texte d’E&R quant à ces points essentiels ne correspondant pas à votre ligne historico-politique... : pourquoi à vos yeux son autorité vaut-elle pour le premier sujet mais pas envers les deux autres ?

     

  • Conférence salutaire. C’est dommage qu’il n’y ait que chez les juifs qu’on ait le droit de parler raisonnablement, objectivement, de la déportation.


  • Quand on dit que l’une des vraies qualité du judaïsme est l’honnêteté ; voir un vrai juif comme Simon Epstein (vrai car confirmant cet adage) cela change des BHL & autre Jacques Attila...et ça fait plaisir aussi.


  • Dire que " En 1942, les ministres de Vichy étaient antisémites " c’est peut-être un peu excessif ; ils l’étaient sans doute dans les années Trente, mais le bellicisme des Juifs, qui était évident dès 1933, a sans doute douché leur philosémitisme , d’autant plus que la propagande allemande ne cessait de seriner aux oreilles des Français que "Les Juifs sont votre malheur", ce qui était vrai ; les seuls à s’etre réjouis de la déclaration de guerre en 1939, ce furent les Juifs .


  • A quand une conférence de M. Epstein sur Bir Hakeim dont nos gouvernants n’ont
    pas commémoré le 70 anniversaire, contrairement à la rafle du Vél d’Hiv.

    C’est fou c’est trous dans l’Histoire et cette mémoire sélective... quand même !

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Batail...


  • Encore du judéo centrisme, toutes ces informations existent depuis la fin de la guerre de 1939/45.

    Nous savons tous ici, a quoi nous en tenir sur l’amalgame volontaire fait entre antisémitisme et antisionisme.

    Il serait bon de changer d’air en cette fin d’année et qui plus est en ce jour de Noël.

     

  • Je commence a en avoir marre de ce peuple qui suce la seve du peuple de France .Comparez donc les differences de traitements avec un goy comme le professeur Faurisson !!!

     

  • “Touche pas à mon froc !”

     

  • Concernant la 2em vidéo. C’est la fin qui compte . Simon Epstein dédouane l’extrème droite qui à l’époque est écarté du pouvoir, incriminant la mouvance Gaucho centrite. En d’autres termes Soral avait encore raison de dire que les socialos sont l’origine du mal républicain. Simon répète lui que ces raffles sont l’oeuvre des fonctionnaires de la fonction publique de la République française pressés par les Fridolins. Fonctionnaires collabos qui comme les journaleux actuels sont des putes qui se recycleront dans l’époque suivante. D’ailleurs un fonctionnaire d’état n’a pas vocation à critiquer les ordres, c’est un soldat .... Simon Epstein dit bien : ce n’est pas si simple !! Alors, il est temps que la clique sioniste qui occupe la France le reconnaisse. Les socialos, c’est des menteurs !!! Question : Pourquoi est-ce que c’est sur Notre Site E&R que ces vidéos apparaissent, pourquoi ne les montre-t-on pas au grand-public !! Eh, Simon ... C’est à toi que je pose la question !! Pourquoi tes potes socialos, Zionos et crifouillards laissent-ils déborder la gamelle en incriminant Soral et Dieudo et en tapant sur la tronche à Faurisson. Combien de temps allez-vous confisquer la mémoire en nous obligeant à ruer dans les brancards ... Pourquoi la LDJ continue-t-elle à ne pas être dénoncer ? Il manque des pièces au puzzle là !!!


  • Cette conférence de Simon Epstein contient une phrase extraordinaire : "Les Allemands ont toute une série de moyens de pression : l’un serait de remplacer le régime de vichy et de le remplacer par un régime collaborationniste."

     

    • Oui, c’est juste.
      Les historiens sérieux savent très bien que Vichy n’a jamais collaboré, à l’exception du petit milieu parisien qui faisait des gueuletons avec les autorités allemandes...
      On prend à tort les propos du Maréchal après Montoire comme une preuve alors qu’il s’agit d’une manœuvre de très haute politique à l’adresse des britanniques qui négocient dans l’ombre avec Hitler. Il a dit quelque chose, mais il a fait rigoureusement le contraire... c’est bien français d’ailleurs !
      Et comme disait l’affiche de propagande, "êtes-vous plus Français que lui ?" Non, bien entendu...


  • Tu ne mentiras point... (A qui !? A qd ce genre de déclaration à la télé ?)

    Ok, et j’aimerais savoir d’où est sorti le mot "extermination" sur la période 40-45 !?

    Puisqu’elle n’a pas eu lieu (cf. l’excellent Vincent Renouard). Il y eu certes déportations, camps de concentration et camps de travail, conditions de traitements et d’hygiène désastreuses... De nombreux morts, oui, probablement (encore que : chiffres trafiqués). Mais si extermination il y avait eu, on aurait su, sans trop de difficultés construire des démonstrations bétons sur l’histoire racontée (sur bases d’éléments tangibles et de documents authentiques). On se serait efforcé de tirer tout ça au clair... d’examiner encore et encore, pour comprendre. Du moins aurait-on permis à ceux qui voulaient le faire, de le faire. La réalité est que : Ceux qui creusent gênent. Et quand on arrive finalement, malgré tout, à réunir assez d’éléments, documents, ... et à les mettre bout-à-bout : On a droit à des démonstrations indémontables du contraire !

    Déjà étant petit, j’ai tjs trouvé étrange qu’on nous parle d’extermination et qu’à la question qui me venait naturellement à la bouche face à de telles déclarations d’horreurs : Comment ? On n’ai jamais su rien faire d’autre que de me raconter des histoires ayant à peine l’air de tenir debout... Que quand nous demandions à voir, j’ai toujours eu l’impression qu’(avec un air grave) on se foutait de nous en ne nous montrant rien "de lourd" démontrant ce comment. Rien que des images évoquant un désastre : des corps, des charniers, images passées en boucle, donnant la nausée au début, finissant par lasser à la fin. Images qui, là aussi, s’avéreraient correspondre à d’autres morts de guerre que ceux des camps (cf. Renouard tjs, travaux à priori indémontables, vu la méthodologie appliquée) ! Enfin, on n’est plus à ça près.

    Alors, d’où auraient bien pu sortir ce mot ? De personnes apeurées imaginant le pire !? Peut-être... et repris par les mêmes qui parlent de "négationnisme" pour les révisionnistes, faisant des lois pr interdire de parler de faits historiques, quand ils sont à court d’arguments pour expliquer l’existence de tel ou tel document, et qui toujours dans le même état d’esprit malsain, vont maintenant ns parler d’ "Israélophobie" qd on osera critiquer la politique d’Israël.

    Le peuple élu aurait-il oublié Moïse et l’histoire du Vaux d’or,
    dieu de ses maîtres corrompus !?

     

    • Peut être que je me trompe, mais ses propos me démontrent davantage qu’il s’agissait bien de déportation dans des camps de travail, plutôt que de camps d’exterminations. Pourquoi ? Parce qu’ils ne déportaient pas les enfants et que, s’ils avaient vraiment l’intention de les exterminer, ils auraient déportés tous les Juifs sans distinctions.


  • Moi ce qui me révulse là-dedans, c’est ces "experts" de cette période qui nous donnent des détails aussi précis sur cette période comme s’ils y avaient été avec des phrases du genre "on sait très bien que...", alors qu’à côté de cela il nous est justement interdit d’investiguer, d’enquêter sur cette période de l’Histoire si on n’est pas juif.

    Moi je ne croirai un historien que lorrsque tous les goys pourront à nouveau étudier cette partie de l’Histoire et verifier par les faits ce qu’on nous raconte.
    Que Simon Epstein nous aide à faire saute cette loi Gayssot !


  • J’adore le bonhomme
    Il se rappelle de tous les noms,"des méchants" mais il ne se rappelle pas du nom du commissaire qui a sauvė la vie de son père !


  • Le quota a été fixé.
    Alors les frappes chirurgicales ne devaient concerner que des hommes entre 22 et 50 ans.
    De nationalité étrangère.
    Mais pas des Espagnols, ni des Suisses, ni des Portugais.
    Les ouvriers, en habitant avec leurs familles, prenaient par surprise, n’étant pas avertis.
    Ils se servaient donc des enfants, des femmes et des vieillards comme boucliers humains.
    Mais les soutes étaient déjà ouvertes et les chapelets lâchés.
    Puis ensuite le phosphore a pris des initiatives non planifiées.


  • Les Français n’étaient pas philojudaïques pour la simple raison que, certes de manière moins violente que les Allemands durant la crise des années trente, ils étaient régulièrement spoliés de leurs biens par diverses actions néfastes sur la finance, les emprunts, la politique, les postes aux gouvernements, les postes clefs de décision, les commerces, la communication.
    Mais les Français n’étaient pas à dire qu’il fallait exterminer les Juifs.
    Encore moins la Police.
    Les rafles pour déportation présentaient l’avantage de réduire la communauté, notamment celle des nouveaux arrivants réfugiés étrangers qui ne plaisaient pas non plus à la communauté déjà résidente en France dite des Juifs français car possédant des documents d’identité français.
    Les déportés étaient censés aller ailleurs, sur autant de destinations qu’il y en avait en Europe de l’Est et en Afrique.
    Où ? Tout le monde s’en foutait.
    Les sujets de préoccupation étaient autres, de ceux qui concernaient les subsistances.
    De ceux que la communauté avait exacerbés et continuait encore à exacerber.
    Cette conférence est faite pour ceux qui n’acceptent pas les images d’Epinal et les contes simples.
    Mais pour ceux pour qui il faut quelques effets spéciaux, quelques trucages, qui fassent paraître vrai.
    Avec des personnages à double facettes, des logiques de contraintes environnementales, contextuelles, à multiple centres de décision, à phrases complexes.
    Pour rendre réaliste le fond du conte, la volonté pure et simple d’extermination.
    Le personnage méchant reste et est bien souligné.
    Les autres ne sont que des complices, voyous plus ou moins engagés, plus ou moins contraints.
    Conseillons encore une fois la lecture Des Beaux Draps de Céline.


  • On peut sans problème aimer les juifs autant qu’on veut dès lors qu’ils ont été mis hors d’état de nuire, c’est-à-dire dès lors que leur influence est restreinte, limitée par un État de droit fort, une culture libre et indépendante et une économie sociale et fraternelle. C’est ce que certains ont qualifié de "solution byzantine". Plus précisément, quelle fut donc cette ’solution byzantine’ adoptée par Hitler et la France de Vichy ? Michael Collins Piper (2009) explique : "Gabriel Malglaive, dont le livre ’Juif ou Français ?’ publié en 1942, décrit les mesures prises dans la France de Vichy afin de limiter le pouvoir juif. Il rapporte que ces mesures visaient quatre objectifs principaux :

    “ 1. Résolument exclure les Juifs du gouvernement. . . . Ce fut la première tâche et relativement la plus simple, car cela ne concernait seulement qu’un petit nombre. . . ;
    2. Combattre leur influence intellectuelle, et tout soutien et l’extension de leur intrusion dans l’État, et les exclure à cette fin des professions libérales, de l’enseignement, de la presse, etc ;
    3. Éliminer leur suprématie "économique et financière", leur prépondérance dans tous les domaines de l’industrie, du commerce, du marché boursier et des banques, c’est-à-dire déjudaïser ce domaine qui avait été le leur. Agir de telle manière à ce qu’ils ne tiennent plus le pouvoir de l’argent, le plus redoutable, car s’ils l’avaient gardé, ils auraient conservé en pratique tous les autres pouvoirs ;
    4. Éliminer finalement leur pouvoir occulte en les tenant éloignés des corporations et sociétés, en purgeant. . . la presse et les agences à travers lesquelles ils ont établi une propagande rusée et [leur] censure de facto. . ."”


  • FILKENKRAUT, le Jesus de la Shoa !
    Il y l’histoire avant FILKENKRAUT ( universelle) et l’histoire après FILKENKRAUT ( pas touche à mon histoire sinon la prisson)


Afficher les commentaires suivants