Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Société Générale : le fonds souverain libyen réclame un milliard d’euros

Le fonds souverain libyen a déposé une plainte auprès de la Haute Cour de Londres contre la Société Générale, qu’il accuse d’avoir versé des pots-de-vin à un des proches d’un fils du colonel Kadhafi, des "allégations" jugées infondées par la banque française, a-t-on appris lundi.

La Libyan Investment Authority (LIA), qui poursuit la Société Générale, trois de ses filiales et Walid Giahmi, un proche de Seïf al-islam Khadafi, réclame 1,5 milliard de dollars (1,09 milliard d’euros) de compensations.

"Les investissements et les transactions effectués pour le compte de la LIA ont généré de lourdes pertes en raison de malversations et d ?actes de corruption", affirme la LIA dans un communiqué.

Selon la plainte déposée mercredi dernier à Londres, et dont l’AFP a obtenu une copie, la Société Générale a versé au moins 58 millions de dollars à Leinada, une structure basée au Panama et dirigée par Walid Giahmi.

"Les paiements s’effectuaient en contrepartie de supposés services de conseil" portant sur l’investissement par la LIA de 2,1 milliards de dollars (1,5 milliards d’euros) dans des obligations émises par la Société Générale et plusieurs de ses filiales entre fin 2007 et mi-2009, dénonce le fonds libyen.

Mais "il n’existe aucune indication prouvant que la société Leinada a effectivement produit de services légitimes en relation avec les transactions incriminées", assure-t-il.

"D’autant plus que la Société Générale n’avait nul besoin d’aide, concernant le montage des transactions et les solutions d’investissement, surtout venant de la part d’une personne ne possédant pas d’expertise dans les montages financiers et les transactions sur les produits dérivés", poursuit-il.

"Société Générale conteste les allégations infondées de la plainte de la LIA", a indiqué à l’AFP la banque française après le dépôt officiel de la plainte par le fonds libyen.

La LIA avait déjà lancé fin janvier une procédure judiciaire contre Goldman Sachs, accusé d’avoir "délibérément mis à profit" l’inexpérience de ses responsables pour empocher 350 millions de dollars de profit sur un milliard de dollars de transaction.

La Société Générale est également mise en cause dans une enquête ouverte en parallèle par le département américain de la Justice (DOJ). Outre SocGen, elle porte sur la possibilité que des banques américaines comme Goldman Sachs et JPMorgan Chase, helvète comme Crédit Suisse et des fonds tels Blackstone et Och-Ziff Capital Management, aient violé les lois anti-corruption existant aux États-Unis dans leurs opérations avec le fonds souverain libyen.

 

Voir aussi, sur E&R : L’affaire du pétrolier en Libye : présage du démembrement du pays

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "Moi j’aime ma banque"

    Enfin plutôt la jeune et jolie "guichetière" derrière son pupitre quand j’ai l’occasion de rentrer dans cet établissement.

    Par contre en remontant pas à pas la hiérarchie, je trouve déjà bien moins délicat son chef quand il vient lui jeter un dossier à potasser devant les clients en attente d’être servi.
    La directrice de cette agence ressemble à tout ces homologues :
    difficile d’avoir un rendez-vous quand votre compte fleurte avec le zéro la plupart du temps.
    Mais si vous venez vous plaindre pour une raison X (tout en ayant un solde coquet sur votre compte, une profession qui "rapporte", des actions à droite à gauche, 3 cartes bleues et 4 carnets de chèques…) alors là le tapis rouge se déroule tout seul et la horde d’employés, du plus bas hiérarchiquement jusqu’à la direction arrive le dos courbé pour gémir des plates excuses et inviter le "bon client" à entrer dans un bureau où il aura l’occasion, en toute discrétion bien évidemment, d’exprimer son courroux.
    Ce genre de scènes nous le vivons tous les jours (pour ceux qui ont la chance d’avoir un compte bancaire).
    Je ne monterai pas plus ces escaliers qui mènent inévitablement à des trusts financiers mondiaux.

    La seule arme concrète que nous avons, me semble t-il, pour s’attaquer à ces intermédiaires et leurs commanditaires se résume ainsi :
    L’argent qui sert à monnayer des transactions plus où moins honnêtes n’est que fictif (même si sa représentation matérielle se fait par des billets, des chèques ou autres cartes bancaires).
    Comme l’ont déjà proposé moultes personnes avant moi, il "suffirait" d’une réflexion commune pour se mettre d’accord ensemble et au même moment afin de retirer l’argent que nous avons sur notre compte bancaire et ainsi voir concrètement l’embarras de ces établissements quand à l’impossibilité d’honorer ces retraits.
    J’ai conscience de l’utopie de cette proposition car cela dérangerait "les bons clients" qui continuent à spéculer sur des actions et à faire de bons placements sans aucun scrupule pour les petites gens qui travaillent durement pour arriver à la fin du mois dans l’espoir de ne pas se retrouver à découvert.
    J’ai la chance de faire parti de cette dernière catégorie et je ne m’en plains pas.
    Il y a trop de gens qui se retrouvent du jour au lendemain sans emploi avec tout les problèmes découlants de cette politique de nivellement par le bas.
    J’arrête là mon commentaire pour ne pas sombrer dans un vocabulaire bien plus agressif….

     

    • Réponse bien plus simple et plus efficace:un directeur de banque ,une balle ,une agence bancaire,un feu de joie !!
      Il n’y a que ce langage que comprennent ces pourris ;comment croyiez-vous que les yakusas ont fait il y a 10 ans quand le Japon était en faillite et que les banquiers ont refusé de les rembourser ??
      Ils sont allé chez le troisième banquier du pays,lui ont coupé la tête,l’ont mise dans un colis et l’ont envoyé au premier banquier du pays avec juste un mot :"you turn next" ??
      Et comme par hasard les banquiers corrompus ont craché le pognon,il ya un seul langage que ces pourris reconnaissent,c’est celui de la force...


  • Et ensuite on nous harcèle pour 300e de découvert et on fait condamner Kerviel... De la pourriture.


  • je pense que les gens n’ont toujours pas compris les ravages que l’on a provoqué en libye et donc en afrique .

    la solutions c’est de faire un film dramatique ,émouvant comme Hollywood c’est le faire pour que les gens comprennent .

    pour que la vérité sur l’assassinat de khadafi soit faite ,pour venir en aide aux peuple libyens,pour ne pas donner raisons a bhl et ses amis les sanguinaires .

     

    • Le problème, c’est que la LYBIE n’est que le dernier en date des pays ravagés par les voleurs : depuis 25ans , l’assassinat de CEAUCESCU et la Roumanie, le Koweit, l’Irak, la RFY, l’Afgha, la Somalie, le Mali....L’Ukraine !


    • Voronine vous mélangez les torchons et les serviettes.

      Quand à la critique de fond sur l’article : à mon avis, le fond libyen est passé entre les mains d’une petites bandes d’escroc qui tentent de se faire du pognon en exploitant les archives de la banque, ils portent plainte contre toutes les sociétés qui ont fait affaire avec le fond en espérant qu’on leur filera du blé si par hasard la transaction était louche, on le voit en apprenant qu’ils ont osé sans prendre à la Goldman, quelle honte, ils ne savent donc pas à qui appartient leur pays maintenant ?