Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Soudan : le président Omar el-Béchir destitué par l’armée

Rappel : Béchir est le premier dirigeant de la Ligue arabe à avoir rencontré Bachar el-Assad

Au pouvoir depuis 1989, le président soudanais a quitté le pouvoir. Des milliers de manifestants sont rassemblés depuis six jours devant le siège de l’armée, qui abrite également la résidence officielle du chef de l’État.

 

[...]

Depuis trois mois maintenant, les Soudanais se révoltent contre le régime du président Béchir. La contestation a démarré après la décision du gouvernement de tripler le prix du pain le 19 décembre. La mobilisation s’est ensuite muée en mouvement de protestation contre le régime lui-même, des milliers de Soudanais réclamant le départ du président. Omar el-Béchir a tenté de réprimer la contestation par la force, puis instauré le 22 février l’état d’urgence à l’échelle nationale. 49 personnes sont mortes dans des violences liées aux manifestations, de sources officielles.

Depuis samedi et l’organisation du sit-in devant le siège de l’armée, les manifestants ont essuyé à plusieurs reprises les assauts du puissant service de renseignement NISS, qui a tenté en vain de les disperser à coups de gaz lacrymogène, selon les organisateurs du rassemblement. Mardi, 11 personnes dont six membres des forces de sécurité ont été tuées lors de manifestations à Khartoum, a rapporté mercredi le porte-parole du gouvernement Hassan Ismail, sans préciser les circonstances de leur mort, selon l’agence officielle Suna.

Mardi, des capitales occidentales ont appelé les autorités à répondre aux revendications « d’une façon sérieuse ». Le pouvoir doit proposer « un plan de transition politique crédible », ont écrit les ambassades des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Norvège dans un communiqué conjoint à Khartoum. Mercredi, Washington a exhorté le pouvoir à respecter le droit de manifester.

Omar el-Béchir, militaire de formation, s’est auto-proclamé président de la République en 1993, après avoir renversé le pouvoir en place en 1989. Il s’est fait réélire en 1996 et en 2010 puis en 2015. Il est visé par deux mandats d’arrêt internationaux émis par la CPI en 2009 et 2010 pour génocide, pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis au Darfour, province de l’ouest du Soudan en proie à une guerre civile depuis 2003. Le conflit a fait environ 300 000 morts selon l’ONU.

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2175590

    On pense aussi au match de play-off, des éliminatoires combinées de la can & coupe du monde 2010, Algérie Égypte le 17 novembre 2009 à oum dorman.

     

    Répondre à ce message

  • #2175592

    Il avait la particularité d’être soutenu à la fois par Turquie, Qatar, Iran, Syrie, Egypte, Arabie Saoudite et Emirats Arabes Unis. Et bien sûr par la Russie et la Chine, mais c’était aussi beaucoup rapproché des USA et France.

     

    Répondre à ce message

    • #2175920
      Le 12 avril à 00:52 par Jvidanzunedémokrassi
      Soudan : le président Omar el-Béchir destitué par l’armée

      @Zuzu, de cette liste il faut enlever l’Arabie Saoudite, l’Égypte (de Sissi) et les Emirats-Arabes complèment inféodés à l’Atlanto-Sionisme. Pour les autres pays vous avez raison.
      Omar El Béchir a toujours été opposé au Sionisme, il avait rejoint les rangs de l’armée Égyptienne alors qu’elle était en guerre contre Israël.
      Il se savait menacé et avait demandé la protection de Poutine qui avait accepté la création d’une base Russe sur l’île de Suakin ainsi qu’une aide pour des forages pétroliers.
      L’Atlanto-Sionisme a sorti les crocs pour garder la main en généralisant le chaos en Méditerranée (Soudan donc, Lybie, Syrie, Algérie ou la France veut reprendre les robinets du gaz et du pétrole...)
      L’Atlanto-Sionisme peut, c’est ma crainte, allumer l’étincelle pour un nouveau conflit mondial pour tenter d’empêcher le monde de redevenir multi-polaire avec une domination qui lui échapperait au profit du bloc Eurasien...
      Voir la chronologie, le message fort de l’arrestation d’Assange pour rappeler aux "journalistes" de rester dans les clous, le Venezuela etc...

       
    • #2176149

      Sur vos conclusions c’est pas dit car on pourrait dire :
      L’arrestation d’Assange fait suite au changement de President,
      la situation en Algerie fait suite a celle en France,
      la situation en Soudan fait suite a celle en Algerie...

       
  • #2175602

    Le pouvoir doit proposer « un plan de transition politique crédible », ont écrit les ambassades des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Norvège dans un communiqué conjoint à Khartoum.



    L’union européenne à certainement négocié avec ce pays pour freiner le flux et refouler les migrants.

     

    Répondre à ce message

    • #2175697

      l’UE fait absolument tout pour faire entrer le maximum possible d’immigrants, pas le contraire. Ça n’est pas pour rien qu’ils condamnent les gouvernements qui s’y opposent (orban, italie …)

       
  • #2175618
    Le 11 avril à 16:37 par On ira tous !
    Soudan : le président Omar el-Béchir destitué par l’armée

    Le nouvel ordre mondial en marche...

     

    Répondre à ce message

  • #2175619

    J’ai eu une fausse joie, j’ai cru que c’était en France !

     

    Répondre à ce message

  • #2175649

    Hahaha, ne serait-ce pas celui qui avait autorisé "l’enlèvement" de Carlos par la DST et sa livraison pieds et poings liés à Pasqua ? J’espère qu’il connaîtra le même sort...

     

    Répondre à ce message

    • #2175959

      Et vous savez contre quoi ? Contre l’expertise de Total pour mettre en exploitation les champs pétrolifères du sud-soudan ! Vu les antécédents de son régime et sa diplomatie pro-charia pro-al-qaïda personne ne se pressait pour y aller (crainte des sanctions américaines déjà).
      Ces derniers temps le mec avait rompu son alliance avec l’Iran et s’était rapproché des Saoudiens et des amis des Saoudiens parce qu’il n’appréciait pas trop ce qui se passe au Yémen.
      C’est marrant mais véridique les émeutes et le chaos chez lui à Khartoum centre lui sont tombés dessus après qu’il s’éloigne de ses alliés traditionnels avec un début de retournement d’alliance.
      J’ai lu des gens qui suspectent la Chine pour l’instrumentalisation de la population et les émeutes. Après il faut voir la ligne des médias occidentaux, voir Saoudien : est-ce qu’ils se félicitent d’un nouveau putsch militaire contre un gars qu’ils ont tenté de trainer au TPI pendant des années ou pas ? On est-ce qu’on s’inquiète surtout de la gestion de la transition ? On ne peut pas dire que nos médias aient fait tout un foin sur les émeutes et la façon dont la chose a été géré.
      La Chine avait besoin du Soudan pour continuer son joli travail dans l’ancienne province du sud. Bizarrement la famine et la crise humanitaire là-bas n’atteint pas l’intensité du Yemen... le black-out sur ce qui s’y passe est total !

       
  • #2175658

    Les sanctions US, ont amené ce pays vers un coup d’état, leur bonne méthode pour faire des révolutions et renverser des régimes qui gênent. Ce pays qui s’était rapproché de la Russie pour l’extraction de son or et de son pétrole, avait signé un contrat en Décembre pour la construction d’une raffinerie à Port-Soudan, mais avant ce contrat le pays avait demandé à la Russie d’installer une base militaire sur son territoire en 2017 pour contrer la menace des USA, et en Janvier 2019 le premier ministre russe avait récemment approuvé un projet d’accord avec le Soudan pour assouplir les règles de visite portuaire pour les deux marines.
    La Russie sentait la menace de l’armée contre son président, a préféré attendre pour voir comment se déroulera les choses, avant de signer des accords et d’investir.
    Un joli coup monté par des officiers soutenus par les USA contre son président qui cherchait refuge depuis quelques années vers la Russie.

     

    Répondre à ce message

  • #2175909
    Le 12 avril à 00:19 par Julien L’Apostat
    Soudan : le président Omar el-Béchir destitué par l’armée

    les manifestants ont essuyé à plusieurs reprises les assauts du puissant service de renseignement NISS, qui a tenté en vain de les disperser à coups de gaz lacrymogène
    Eh oui, rien de tel que quelques LBDs pour ramener le peuple à la raison.

     

    Répondre à ce message

  • #2175967

    "on" a dû lui dire et lui faire comprendre qu’il aller finir sa vie comme Khadafi.

     

    Répondre à ce message