Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quand le monde peul s’éveillera, le Sahel s’embrasera…

Tel était le titre d’un article, hélas peut-être prémonitoire de l’Afrique Réelle datant d’août 2016.

 

Comme les Kurdes, les Peul forment un peuple dispersé et sans État. Zébré par les frontières post-coloniales, l’espace peul s’étend sur tout l’ouest africain, courant de l’Atlantique sénégalais jusqu’à la région tchadienne et à la RCA.

La question est de savoir si l’actuel cycle de massacres-représailles qui se déroule au Mali et au Burkina Faso, ne va pas finir par provoquer leur union, phénomène qui pourrait être soutenu à l’étranger par une diaspora dynamique, riche et instruite.

Hommes de la vache et de la lance, les Peul vont-ils, à l’image des Tutsi du Rwanda, tenter de briser par les armes le système de l’ethno-mathématique électorale qui les soumet politiquement aux hommes de la houe et qui en fait les victimes de leurs armées ?

Si tel était le cas, les conflits sahéliens prendraient alors une toute autre dimension. A l’image des cataclysmes du XIXe siècle, quand l’impérialisme peul s’abrita derrière le paravent du jihad.

Une simplification extrême permet de distinguer les Peul sahéliens nomades et les Peul soudaniens vivant en noyaux semi sédentaires ou sédentaires parmi les peuples agriculteurs. Certains ont fondé des sociétés très structurées et hiérarchisées comme dans le Fouta Djalon guinéen, au Macina malien, dans le nord du Nigeria et au Cameroun.

Aujourd’hui, les Peul se trouvent placés au cœur de plusieurs conflits hérités de l’histoire. Rallumés par le jihadisme et par la suicidaire démographie sahélienne dont la conséquence est la lutte pour les terres et les pâturages, ces affrontements font peser une menace supplémentaire sur la stabilité déjà fragile d’une vaste partie de l’Afrique.

Dans le Mali central et dans le nord du Burkina Faso, les actuels évènements opposant Peul et Dogon ne sont pas une nouveauté. Ils sont tout au contraire la résurgence des conflits liés aux conquêtes peul de la fin de la période précoloniale. Or, les principales résistances à cette expansion furent celles des Bambara et des Dogon. Mise entre parenthèses durant la période coloniale, l’opposition entre ces peuples ressurgit avec force aujourd’hui.

Le 26 mars dernier, les journalistes de France 24, qui est, rappelons-le, la chaîne officielle française émettant vers l’Afrique, ont osé produire une émission dont le titre est « Massacre de Peul au Mali : les exactions n’ont pas une origine ethnique » !!! Que sont-ils donc alors ? Des vengeances de maris cocus ou des querelles de supporters de football ? L’on ne peut qu’être atterré par l’aveuglement doublé d’incompétence de ces journalistes qui, paralysés par leur idéologie universaliste niant les identités et les enracinements, s’interdisent de nommer la réalité.

En plus du Macina, la situation sécuritaire est de plus en plus préoccupante dans le nord du Mali où les routes sont minées par les GAT (Groupes armés terroristes) et où les garnisons sont attaquées. Ces dernières constituent des cibles d’autant plus tentantes que les soldats maliens se débandent devant des assaillants inférieurs en nombre, avant de leur abandonner l’armement flambant neuf généreusement offert par la « communauté internationale »...

Bernard Lugan

De Bernard Lugan, lire sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Un vieux rêve en filigrane de cet article : organiser, renforcer et en définitive manipuler des minorités ethniques pour atomiser les états soumis à la pression impérialiste.

     

    • Je n’arrive pas à voir où vous voulez en venir ... !!


    • #2171939

      Ce que veut essayer de te faire comprendre Lugan, c’est qu’un Etat ça ne se décrète pas.
      C’est le fruit d’un long processus historique... qui n’a pas existé en Afrique, sinon décrété par les décolonisateurs à la suite des colonisateurs.
      Et un jour, fatalement, c’est l’histoire véritable de l’Afrique - africaine et pas post-coloniale, tribale et pas nationale - qui finit par se réveiller.
      Pigé ?
      AS.


    • Il y avait des états en Afrique avant même qu’il y en ait en Europe. Exemple l’Égypte antique, plus de 10 000 ans avant JC.

      Il y avait des états en Afrique en même temps qu’en Europe. Exemple : l’empire mandingue, l’empire shongai, le royaume du Bénin, etc. Les explorateurs portugais en ont fait des descriptions, Louis XVI recevait des ambassadeurs d’états africains à sa cours.

      Pour combler sa curiosité, avoir une vraie connaissance de l’Afrique, maîtriser son sujet et contrecarrer l’ignorance historique instituée au XIX ème pour soutenir un projet de domination systématique, il y a la collection "Histoire générale de l’Afrique" publiée par l’UNESCO. http://www.unesco.org/new/fr/social...

      L’UNESCO a lancé en 1964 l’élaboration de l’Histoire générale de l’Afrique pour remédier à l’ignorance généralisée sur le passé de l’Afrique. Pour relever ce défi qui consistait à reconstruire une histoire de l’Afrique libérée des préjugés raciaux hérités de la traite négrière et de la colonisation et favoriser une perspective africaine, l’UNESCO a fait appel aux plus grands spécialistes africains et internationaux de l’époque.

      Supervisée par un Comité scientifique international dont deux tiers étaient africains, l’élaboration des huit volumes de l’Histoire générale de l’Afrique a mobilisé plus de 230 historiens et autres spécialistes pendant plus de 35 années. Achevé en 1999, ce travail colossal qui eut un grand retentissement en Afrique et, au-delà, dans les milieux scientifiques et universitaires, est considéré comme une contribution majeure à la connaissance de l’histoire et de l’historiographie africaines.

      Étant donné son importance pour l’humanité, l’Histoire générale de l’Afrique a été traduite en 13 langues notamment en anglais, en français et en arabe, mais aussi dans trois langues africaines. Poursuivant son action en faveur de l’Afrique, l’UNESCO vient de lancer la seconde phase de ce projet : l’utilisation pédagogique de l’Histoire générale de l’Afrique.

      Friedrich Engels a expliqué l’origine historique de l’état dans son livre L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État. Quant à l’état moderne tel qu’il est aujourd’hui partout, y compris en France, il trouve son modèle d’organisation en Turquie.

      Bonne lecture à tous !


  • Mon grand père était colon au sénégal, et d’autres grands oncles aussi, en guinée, au mali, etc, ils m’ont souvent parlé des bambaras, peuls, et autres "races".

    Il y a 2 choses :

    - soit il fallait le colonialisme pour qu’il n’y ait aucune guerre
    - soit il fallait un découpage ethnique des territoires, lors des indépendances

    Il n’y a aujourd’hui ni l’un, ni l’autre, donc il risque fort d’y avoir des guerres genre rwanda dans le futur, c’est même étonnant qu’il n’y en ait pas plus. Je pense que la misère croissante va attiser les tensions.
    Donc, bien sûr que les problèmes sont ethniques à fond la caisse, même si l’islamisme terroriste est un emmerdement de plus.

    Lugan a une fois de plus raison, et quant aux "journalistes" de Rance24.... bon, on dira rien, hein... c’est comme d’hab...


  • #2171957

    Mr Lugan, Que pensez vous de l’anéantissement de la Libye par la France et de la présence de Barkhane (armée française) dans cette Zone ?
    C’est pour la démocratie et les droits de l’homme ?

     

  • Les 30 millions de Peuls qui vivent dans une dizaine de pays sont musulmans. Ils ont été les meilleurs défenseurs de l’islam en Afrique noire. Les Peuls ont des gens fiers et libres, contrairement aux Dogons par exemple ! En Mauritanie, ce sont les "Arabes" qui les ostracisent, certainement parce qu’ils sont meilleurs musulmans qu’eux ! Lugan a raison, les guerres ethniques surgiront tôt ou tard en Afrique ... sous l’impulsion et au bon vouloir des anciens colons. Au Mali, la France joue avec le feu.

     

  • Lugan à la défense !!!

     

  • Autre son de cloche, et par un concerné cette fois : https://www.infochretienne.com/peul...


  • #2172716

    C’est marrant, pour Soral que les historiens africains "se posent la question de l’"Egypto-nubien ? (ancien entretien de 2013 je crois avec Lugan), une zone très circonscrite de l’Afrique est problématique selon lui et les Africains n’ont jamais connu d’organisation étatique ?, mais il ne se pose pas la même question pour la Grèce antique. Lui qui aime se dire un "homme du nord" ne voit pas de problème à se réclamer de cet héritage, de même que d’un héritage chrétien dont on sait qu’il n’a pas vu le jour dans sa chère Savoie. Cela étant dit, il est très utile de s’intéresser au discours de Lugan et autres africanistes. C’est très informatif sur leur manière de fonctionner, de distiller leurs idées. Il sont le bout de la chaîne d’une longue tradition de propagandistes qui se sont échinés à nous disqualifier et à nier un quelconque apport de notre part à l’humanité, et utilisent toujours les mêmes trucs. C’est simplement fascinant


  • Monsieur Lugan a le mérite de remettre la question ethnique a sa juste place ,c’est une position très courageuse et respectable ,cependant a force de lutter pour imposer des véritées il a énormément perdue en subtilité .
    Les peules sont certe nomade ,mais se n’est pas une société aristocratique comme les tutsis qui ont créé un état et qui se sont imposé aux paysans locaux ,cette nature aristocratique leur a donner un esprit de corp et une discipline a toute épreuve ,en plus leur fierté ethnique revendiqué leur donne une assurance et un leadership indiscutable .
    Les peuls sont des nomades par nécessité ,ils nomadisent dans les zones sèches ou ils vivent sans imposer leur loi aux voisins ,ils n’ont construit de structures étatiques complexe ni développé une culture guerrière ,ils sont semblables aux somaliens au toubous et aux bédouins arabes d’Irak et de Syrie .
    Les sociétés nomades sont doublement pénalisées dans le monde d’aujourd’hui :
    1-Ils atomisé :
    vivant dans les plaines ,les tribus n’ont jamais eu de frontière naturelles ,les plus forts ont toujours mangés les plus faibles ,les vengeances tribales sont nombreuses et a la moindre occasion ils se massacrent entre eux .
    Ça explique le chaos somalien .
    2-Ils sont lâche :
    Pendant longtemps leurs guerres se limitait a ravagé les territoires ennemis et a fuir avec le troupeaux en cas d’attaque ,la fuite était aussi importante que l’attaque et elle n’a jamais été considéré comme une honte ,aujourd’hui encore ils se comportent comme ça a la guerre .
    Ça explique les flots incompréhensibles de réfugiés palestiniens et syriens qui fuient au moindre coup de feu .
    Ça explique aussi l’inefficacité pathétique des armés arabes ,aujourd’hui il y a une bataille pour Tripoli ,elle dure depuis un mois et elle n’a fait que 200 morts ,ça montre le manque flagrant de combativité des nomades .

    En conclusion le nomadisme des peules est plus un handicap qu’un atout ,ils finiront progressivement par devenir les roms du sahel .