Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sous pression, le Labour adopte la définition de l’antisémitisme de l’International Holocaust Remembrance Alliance

La direction du parti travailliste espère par ce vote éteindre une polémique qui l’empoisonne depuis des mois.

 

La réunion était prévue pour durer une demi-heure. Mais il aura fallu pas moins de quatre heures de débats tendus mardi pour arriver à un accord et mettre fin, peut-être, à une polémique qui empoisonne violemment le parti travailliste britannique depuis des mois. Le National Executive Committee (NEC) du Labour, son instance dirigeante, a finalement adopté la définition complète de l’antisémitisme – avec les onze exemples qui l’accompagnent – telle que définie par l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA). L’adoption s’accompagne d’un communiqué indiquant que cette décision ne « diminuera d’aucune façon la liberté d’expression sur Israël ou les droits des Palestiniens ». L’aile gauche du parti s’opposait depuis des mois à l’adoption complète du texte par crainte de ne plus pouvoir critiquer la politique d’Israël, notamment vis-à-vis des Palestiniens, sans être taxé d’antisémitisme.

Dans un communiqué, le NEC a annoncé avoir « aujourd’hui adopté l’ensemble des exemples d’antisémitisme de l’IHRA, à côté de la définition adoptée par le Labour en 2016 et avec un communiqué qui assure que cela ne diminuera en aucune façon la liberté d’expression vis-à-vis d’Israël ou les droits des Palestiniens ».

Ce vote suffira-t-il à restaurer la confiance de la communauté juive travailliste mais aussi celle de nombre de membres du Labour ? Depuis des mois, le leader du parti Jeremy Corbyn et son entourage proche sont accusés de complaisance face à une recrudescence des actes antisémites au sein du parti. Plusieurs députées juives ont été l’objet ces derniers mois d’une avalanche d’attaques antisémites sur les réseaux sociaux. Mardi, la commissaire en chef de la police métropolitaine (Scotland Yard), Cressida Dick, a annoncé que ses services allaient enquêter sur un dossier du Labour obtenu par la station de radio londonienne LBC détaillant quarante-cinq cas suspects d’antisémitisme. Or, d’après la commissaire, au moins dix-sept de ces allégations auraient déjà dû être transmises à la police. Les autorités du Labour n’ont toujours pas traité ces accusations. Dimanche, devant le congrès annuel de la Labour Jewish Mouvement, Jon Lansman, fondateur du mouvement d’activistes Momentum – qui a porté au pouvoir Jeremy Corbyn – avait justifié la lenteur des procédures par un « manque de personnel ».

Lire la suite de l’article sur liberation.fr

Voir aussi, sur E&R :

Aller plus loin avec Kontre Kulture :

 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article