Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Stéphane Édouard – Le coût de la virilité vu par une féministe

La virilité aurait un coût égal au déficit de l’État. Déviriliser la société – et donc les hommes qui la composent – pourrait dès lors mettre à l’équilibre l’économie nationale. Pas moins. C’est en résumé ce que dit la féministe Lucile Peytavin dont le titre ronflant « historienne, membre du Laboratoire de l’Égalité » donne la tonalité de la tirade qu’elle va nous infliger. Entre chiffres inexacts, biais de confirmation et un léger oubli, celui de tous les apports des hommes dans la société actuelle (soit peut-être 95 % de ce qui la compose), Stéphane Édouard s’amuse avec notre activiste.

 

Stéphane Édouard sur E&R :

 






Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2711940

    Mais quand allons-nous sortir de cette époque débile ?!

     

    Répondre à ce message

  • #2711975

    Je trouve à Stéphane Edouard un côté délicieusement horripilant et j’aime bien l’écouter.
    Par contre la Lucile porte sur elle sa connerie.

     

    Répondre à ce message

  • #2712103

    J’ai retrouvé des vieilles statistiques datant de 90 000 ans avant Jésus Christ. 99% des hommes étaient responsables de l’assassinat du gibier ! Et 100% des femmes étaient responsables de l’éducation des enfants !
    Encore une, plus récente : 100% des femmes sont responsables des avortements !

     

    Répondre à ce message

  • C’est surtout le coût de la castration la question, et qu’on va payer !

     

    Répondre à ce message

  • Comme le souligne Stéphane Édouard, les techniques employées par cette gourde qui respecte parfaitement les biais idéologiques qu’on lui a enseigné à l’université, sont issue des travaux de l’école de Francfort, de l’institut Tavistock ou encore de la French Theory.
    Tous les poncifs sont d’ailleurs présent dans le discours développé tout au long de cette vidéo scopie : construction - déconstruction, pathologie de la virilité, genre, violence, menace etc... !
    Elle tente de faire coller des faits à un postulat de départ qui ne tient pas la route mais qui par la magie d’une rhétorique habile et en apparence cohérente finit par aboutir à une conclusion partiel justifiant une thèse partiale.
    Bien sûr que la virilité s’exprime par nature dans la vigueur qui lorsqu’elle est mal dirigée devient pathologique.
    Mais la violence n’est pas l’expression de la virilité puisque par définition c’est l’utilisation de force ou de pouvoir, physique ou psychique, pour contraindre, dominer, tuer, détruire ou endommager.
    Dans la forme elle est plus ou moins visible et spectaculaire selon qu’elle soit physique, psychique, verbale.... ! Selon le contexte elle sera utilisée par les hommes comme les femmes mais de manière différente en nature comme en acte. Lorsque l’on ne possède pas la force brute, l’option de la force de l’esprit ou d’une intelligence perverse s’impose et s’avère souvent plus efficace et féconde.
    La culture s’est construite de manière générale à travers la recherche d’une stabilité propice à l’harmonisation des relations sociales par l’acquisition de repères subtils lui permettant de se canaliser elle même pour justement ne pas sombrer dans le chaos dans lequel l’esprit peut potentiellement s’égarer.
    La tradition étant l’expression d’une culture transmissible dont les modifications (revivifications) n’ont jamais eu pour but de contribuer à corrompre l’essence du message (destruction) qu’elle contient, au risque de la déstabiliser à tel point que le groupe qui la partage ne soit plus en mesure de lui survivre (Ragnarock).
    C’est cette crainte inscrite dans toutes civilisations qui s’inscrit dans les mythes évoquant la fin du monde. Lorsque ce genre de théorie commence à se répandre c’est presque toujours le signe avant coureur d’une dégénérescence, généralement véhiculé par des femmes (transmettant le savoir ou le nouveau savoir) et même maintenant par des hybrides au genre plastique et fluide (LGBTQ).

     

    Répondre à ce message

  • Que je sache, c’est grâce à la virilité d’un homme que cette perruche (très certainement lesbienne) a pu pousser ses premiers cris...

     

    Répondre à ce message

  • Le nom, la gueule de cette personne Peytavin, suffisent pour que je ne regarde même pas la vidéo.
    Pourquoi invite-ton ce genre de personnes sur les plateaux ?
    Pourquoi les gens intelligents ne peuvent-ils que très rarement s’exprimer ?
    Pour se moquer des Français.
    Quarante ans que d’intolérables sangsues bavardes traitent la France avec la plus odieuse des vulgarités.

     

    Répondre à ce message

  • #2712469

    Moi aussi, je vous en sors des statistiques à "la louche".
    99% des femmes achètent chaque années : un nouveau maillot de bain, de nouvelles lunettes de soleil, de nouvelles chaussures, de nouvelles fringues (hiver, mi-saison, été). 99% des femmes achètent 99% des produits cosmétiques. 99% des femmes vont au moins 1 fois par mois chez le coiffeur. 99% des femmes fréquentent 99% des institut de beauté. 99% des femmes achètent 99% des bijoux. L’expression pavlovienne de 99% des femmes est "je n’ai plus rien à me mettre !" etc... etc. 99% des femmes surpassent sans problème tous les hommes en tant qu’Homo Consumerus.
    Et pour finir, histoire de rigoler !
    " La femme est une surface qui mime la profondeur".
    " Les femmes mentent tellement qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce qu’elles disent, d’autant qu’elles changent d’avis comme de chemise". (Courteline)

     

    Répondre à ce message

  • Pour avoir vécu avec une connasse émasculatrice (cherchez l’erreur) je ne peux que constater combien le message de cette intellectuelle a la petite semaine est consternant. Messieurs, préparer vous lorsque vous vous réjouirez de la paternité d’un garçon aux reproches que l’on vous fera si par malheur vous dites a votre gamin qu’un garçon ça ne pleure pas ou si vous souhaitez qu’il pratique un sport de combat. On tentera de vous vendre qu’il faut préserver la sensibilité de l’enfant en psychologisant un narratif tout aussi lénifiant. Les pires sont celles qui ont étudié la psychologie, elles prennent leur diplôme d’une manière dogmatique et tout argumentaire opposé est voué aux gémonies.

     

    Répondre à ce message

  • Comprendre (de qui ils font) les poches
    Le mondialisme, déficient de nature, se penche sur l’efficience. L’anormal normalisé par les handicapés de la pensée déconstruisant dans le vide pour expliquer le chaos. Cher, pas chère, Casher. Trouvez l’intrus. La route de la banque, mène à la banqueroute.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents