Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Stérilisation de masse au Kenya et en Inde sous couvert de vaccination

En quelques semaines, deux affaires de stérilisations massives présumées ont jeté un éclairage cru sur ces pratiques méconnues.

En Inde, une campagne initiée par le gouvernement et encouragée par une indemnisation a causé treize décès. Au Kenya, les médecins catholiques dénoncent la présence d’un agent qui rendrait stérile dans les vaccins contre le tétanos. Mais les autorités démentent.

Campagne meurtrière en Inde

Le 8 novembre, une campagne de stérilisation de masse a tourné au drame dans l’État de Chhattisgarh dans le centre-est de l’Inde. 80 femmes ont été stérilisées - par voie laparoscopique - en moins de cinq heures. Peu après l’opération, plusieurs d’entre elles ont commencé à se sentir faibles et à être prises de vomissements.

13 femmes sont décédées des suites de leur stérilisation, 14 sont toujours hospitalisées dans un état critique. Le docteur en charge des opérations, R.K. Gupta, a été arrêté le 12 novembre et a été présenté devant un tribunal. Le 14 novembre, le patron d’une société pharmaceutique et son fils, soupçonnés d’avoir voulu détruire des preuves après l’opération de stérilisation de masse ont aussi été arrêtés. Les enquêteurs s’intéressent à la qualité des médicaments administrés.

En Inde, les campagnes de stérilisation représentent la forme première de contraception, bien loin devant la vasectomie (stérilisation des hommes) ou les campagnes de prévention. Elle est d’ailleurs fortement encouragée par le gouvernement qui indemnise les femmes volontaires, en l’occurrence les victimes devaient recevoir 1 400 roupies soit une vingtaine d’euros. En 2012, la stérilisation représente 70% des cas de contraception dans le pays, selon les chiffres du Monde.

Kenya : des vaccins visés par des médecins catholiques

L’affaire qui agite le Kenya est bien moins claire que le scandale indien. Mais il touche aussi à la question de la stérilisation. Début octobre, le gouvernement kenyan lançait une nouvelle campagne de vaccination contre le tétanos, notamment pour les populations les plus reculées. Le tétanos néo-natal, encore important au Kenya, est l’une des priorités du gouvernement. Mais depuis novembre, cette campagne de vaccination est vivement critiquée par l’association des médecins catholiques kenyans.

Dans une lettre publiée le 4 novembre, les médecins catholiques dénoncent la présence d’HCG (hormone chorionique gonadotrope) dans les vaccins anti-tétanos, une hormone qui, selon eux, rend les femmes stériles. L’association, représentée par le docteur Wahome Ngare, justifie cette thèse en s’appuyant sur les tests effectués sur les vaccins : les six échantillons du vaccin - administrés depuis mars sur une une grande partie de la population par l’ONU - contiendraient tous l’antigène HCG.

De plus, le docteur kenyan accuse l’Unicef et l’ONU d’avoir déjà exercé des campagnes anti-tétanos tout en injectant ces mêmes hormones de grossesse dans d’autres pays (Philippines, Nicaragua, Mexique). Ce qui, par la suite, aurait été avéré, toujours selon les dires du médecin.

Depuis le début de la polémique, le gouvernement nie toutes les accusations faites par l’association et dénonce l’opération. Le ministre de la Santé, James Macharia, a déclaré à la BBC : "Je recommanderais ce vaccin à ma propre femme, à ma fille, je l’accepte à 100% et suis sûr qu’il n’a aucun effet indésirable". Les autorités sanitaires ont néanmoins diligenté une enquête indépendante pour faire la lumière sur la composition du vaccin.

À voir également sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Question difficile
    Franchement je ne sais pas quoi en penser
    Parfois je me dis : la Stérilisation pour tous, pourquoi pas ?
    Vaccinés ou pas, quel est nôtre intérêt personnel à « faire » puis « avoir » des enfants ? Le financement des retraites, du chômage, de la dépendance, de la santé ? Qu’est-ce qu’on en a à faire, en réalité ?
    Et quel intérêt pour ces futurs adultes que seront nos enfants ?

     

    • La même choses en France, tu serais scandalisé...
      Bref sans commentaire....


    • Heureusement que tu ne te suicides pas à chaque fois que tu as ce genre de pensées.


    • En gros tu veux l’extinction de l’espèce humaine ?! Pour parler comme ça tu dois tu dois être très dépressif et pas avoir d’enfants, ou bien si t’en a je les pleins, car je serais pas étonné d’entendre dans les journaux qu’un père de famille a butté tous ses enfants...


    • Céder à la désespérance est ce qui peut nous arriver de pire. La stérilisation contrainte est un acte de barbarie. Les enfants sont l’espoir du monde.


    • Ba oui XYZ, la terre serait bien plus jolie sans humain, moi même je regrette d’être née, j’ai surtout pas envie de faire des enfants qui pense la même chose.
      Vous êtes les premiers a dire qu’on ne peut pas être dans une croissance infini dans un monde fini, mais n’ agissez pas en conséquence.


    • Bonjour Souch39

      Imaginez un instant que votre père ait eu le même raisonnement, ou, votre grand père ou son père ! ....

      La terre regorge d’abondantes richesses plus que suffisantes pour toute l’humanité. Arrêtons de faire le jeu des satanistes malthusiens qui veulent remplacer l’humanité par des machines.


    • Tu ne veux pas avoir des gosses c’est ton choix personnel mais ne vient pas emmerder les autres avec ton état d’esprit mortifère.
      Je comprends où tu veux en venir, je tenais exactement le même discours il y a quelques années. C’est typique des gens qui sont dans un état dépressif chronique...et puis j’ai surmonté ma dépression et maintenant je souhaite avoir des gosses mais il est un peu tard...
      Je vais te dire ce qui m’a décidé : D’abord le besoin d’aimer autre chose que soi. Ensuite pouvoir transmettre un patrimoine génétique mais aussi culturelle, de valeurs...et en quelque sorte survivre au travers de ses enfants. Motivation peut être égoïste, cela se discute...Enfin la réalisation de l’importance capitale pour un être humain d’être aimer et important au yeux d’un autre. Quand on est jeune on s’en branle mais quand on commence à vieillir on se rend compte à quel point il est pitoyable et atroce de vieillir seul, d’être important pour personne à par son chien ! Certains diront on est important pour pour son époux...certes jusqu’à ce que l’un des deux meurt avant l’autre ! Et là c’est l’enfer sur terre pour le survivant ! Quand on est vieux on a tout perdu : la vigueur de la jeunesse, la capacité de séduire...la seule chose qui peut subsister c’est l’amour que l’on peut prodiguer et que l’on peut recevoir. L’amour d’un enfant qui sera là pour vous jusqu’au dernier moment mais lorsque vous vous chiez dessus. D’ailleurs la perversité du monde moderne c’est d’avoir coupé les parents de leurs enfants ! Maintenant avoir des gosses n’est plus une garantie d’être aimé quand on est vieux ! Bien souvent la chair de votre chair, le sang de votre sang vous fait enfermer dans ces ignobles hospices dont la vocation est de vous faire crever le plus vite possible !


    • @Jojo69 - 2 enfants par couple c’est pas la croissance infinie... c’est juste la survie. Pareil pour les entreprises, une entreprise qui fait un profit stable pendant 5 ans ça n’est pas la croissance infinie, c’est la durabilité. Mais les investisseurs cherchent les entreprises à forte croissance pour spéculer sur le capital investi, les dividendes d’une entreprise stable ça les intéresse pas.


    • L’article en lui-même ne m’a pas autant choqué que certains commentaires....C’est très grave quand l’homme se prend pour Dieu, et que derrière il est soutenu par ses semblables mais aussi par les personnes mêmes qu’il est en train d’exterminer ! Comment en est-on arrivé là ! Je reste sans voix...Un grand homme a dit un jour : "Il y a deux choses d’infini au monde : l’univers et la bêtise humaine....mais pour l’univers j’en suis pas très sûr"
      Amicalement.


    • C’était la propagande bourgeoise mortifère des années 60-70-80 qui accompagnait celle pour la pilule et l’« émancipation de la femme », avec toute la haine anti-maternelle qui en découle, propagande qui a bien préparé le « grand remplacement ».

      L’arnaque dans ces pays dont il est question est qu’ils font des gosses pour que ces moutards s’occupent de leurs parents devenus vieux. Ce sont des gros cons, tout simplement.

      Deux idéologies dont on voit le résultat aujourd’hui.


    • @goy pride
      - je parle de Muray, mais lui-même "n’invente rien"
      - il s’appuie notamment, et simplement, sur la Bible :
      - il parle de la Chute biblique, chute du Paradis...
      . la femme engendrera dans la souffrance
      . l’homme travaillera sans relâche
      - celui qui croit (au moins lui) est donc susceptible de se poser la question


  • Dans le même genre, regardez la série britannique Utopia.

     

  • 47. Si les injustes possédaient tout ce qui se trouve sur la terre, - et autant encore, - ils l’offriraient comme rançon pour échapper au pire châtiment le Jour de la Résurrection ; et leur apparaîtra, de la part d’Allah, ce qu’ils n’avaient jamais imaginé ;
    48. et leur apparaîtront les méfaits qu’ils ont commis, et ce dont ils se raillaient les enveloppera.

    Saint Coran, S39, V47-48

     

  • on ne stérilise pas les bonnes populations....et je dis cela sans haine.

     

    • Oh p.... ! Oh le c... ! Une Shoah par stérilisation ...
      messas, arrête de penser, tu dérives là ... reprends-toi. Allume la télé.
      Et la stérilisation des femmes noires en israel, me diras-tu ? ça c’est un autre registre, c’est William Gode-Laden qui l’a dit : "On peut faire ce qu’on veut nous, de toute façon ce ne sera jamais pire que ce que l’on nous a fait à nous, juifs, pendant la 2ème guerre mondiale".


  • La vaccination outre être un moyen de faire du pognon c’est avant tout une arme de destruction massive de la santé humaine. Des centaines de millions de gens à travers le monde ont été irrémédiablement abîmé par cette saloperies. Allergies, maladies auto-immune, pathologie du système nerveux (trouble du déficit de l’attention, hyperactivité, autisme...)
    Le génie de la vaccination c’est notamment sa capacité de faire s’exprimer plein pot des maladies génétiques en latence. C’est à dire que la vaccination ne sera pas responsable du profil génétique asthmatique d’un individu mais permettra à cette asthme de s’exprimer...Rien qu’autour de nous fourmille des gens accablé par divers troubles alors que le propres parents grands-parents et arrière grands-parents étaient en parfaite santé...
    Quant à l’argument de la régulation des populations il est bidon. Quiconque ayant un minimum de notion en écologie, dynamique des populations sait parfaitement qu’une population s’auto-régule ! Quand les ressources ne suffisent plus à subvenir aux besoins d’une population donnée cette dernière s’affaiblie, la mortalité augmente, maladie et épidémies apparaissent et en quelques années ou décennies les choses reviennent à la normale. Nul besoin d’avoir recours à des abominations tel que la stérilisation, l’euthanasie...si on ne fait rien de toute manière le système tout seul va s’effondrer entraînant tout naturellement une baisse de la population. Si l’on veut faire quelque chose pour le bien de l’humanité ce n’est pas en dictant qui a le droit ou non de faire des gosses, combien on a le droit d’en faire...ni en imposant l’euthanasie et la stérilisation...mais en abrogeant la société de consommation, en renouant avec une société dont la base de l’économie sera l’agriculture...


  • Y a trop de monde, on pourra pas enseigner à tous la Shoah
    A un moment donné faut faire des choix

    Voila pour le slogan marketing


  • Que l’ONU crève de sa décadence et sa mythomanie !



  • Alors, la création humaine, — d’ailleurs, toujours contenue — dans certaines limites, — s’insérait harmonieusement dans le milieu naturel. Elle ne l’abîmait pas ; ne le désécrait pas. Il ne pouvait en être autrement, étant donné qu’alors, n’était tenu pour "art" que ce que René Guenon appelle "l’art objectif’, c’est-à-dire l’œuvre dont les normes sont directement liées à la connaissance que l’artiste possède des normes de l’Univers visible et invisible, humain et non-humain. Ainsi sont nés les colosses de Tiahuanaco, les pyramides d’Egypte et d’Amérique, les temples grecs, hindous ou japonais, les peintures préhistoriques ou relativement récentes, au fond des grottes : — Altamira, Lascaux, Ajanta, — les cathédrales byzantines, romanes ou gothiques, les grandes mosquées du monde ; et toute la musique sacrée ou initiatique, de l’Antiquité à Bach et à Wagner ; et les danses sacrées des Indes et du monde entier. Rien de tout cela n’enlève au milieu natal son âme, — au contraire ; tout l’exprime, le traduit dans le langage de l’éternel ; le complète en l’y rattachant.

    Mais tout cela, c’était hier ; c’était surtout autrefois. Cela date d’avant, — et, en général, de longtemps avant — l’apparition de l’ homme-insecte et d’avant sa soudaine multiplication en propression non plus arithmétique mais géométrique, résultat des techniques de protection des faibles.

    Je le répète : qualité et quantité s’excluent mutuellement.





  • Les gens dont le nombre s’accroît en progression géométrique, — doublant, et dans certains pays, triplant, tous les trente ans, — ne peuvent que ruiner la terre, le paysage, et le sol lui-même, auquel ils s’agrippent comme des sangsues. Il leur faut absolument des habitations : n’importe lesquelles ; des habitations vite construites, et coûtant le moins possible ; laides, — cela n’entre pas en ligne de compte, pourvu que, dans les pays techniquement avancés, elles présentent de plus en plus de confort ; qu’elles permettent une vie de plus en plus automatique. Dans les autres pays, il suffira qu’elles s’alignent, toute semblables, bâties en série, sur l’emplacement des forêts déracinées. La tôle ondulée, brûlante, y remplacera le chaume frais. Et des fragments de bidons rouilles, grossièrement fixés ensemble, en formeront les parois, au lieu des feuilles de palmiers, devenues plus rares. Ainsi ces repaires au rabais ne valent,certes, ni les plus primitives cases africaines ou océaniennes, ni les antiques cavernes. Mais ils présentent l’avantage que leur fabrication peut aller de pair avec la cadence du pullulement humain.





    Il n’y a, toutes les fois qu’on passe à travers une campagne surpeuplée, où des maisons vite bâties et des champs destinés à nourrir la multitude humaine, s’étendent indéfiniment à la place des forêts abattues, qu’à essayer de se mettre en contact avec le Principe impassible et caché de l’action et de la réaction, et à prier intensément : "Rendez, ô patient Seigneur, la terre à la jungle, et à ses anciens rois ! Traitez l’homme, individuellement et collectivement, comme il les a traités et les traite encore !"