Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Steve Bannon quitte le Conseil de sécurité de la Maison-Blanche

Après y avoir accompli sa mission, en accord avec Donald Trump

Donald Trump a remanié son Conseil national de sécurité (NSC), en excluant son conseiller Steve Bannon, a-t-on appris mercredi auprès de la Maison-Blanche.

 

Le président américain revient ainsi sur sa décision controversée d’accorder à son conseiller politique un rôle sans précédent dans les discussions portant sur la sécurité des États-Unis.

[...]

Le vice-président américain, Mike Pence, a assuré mercredi que Bannon continuerait de jouer un rôle important et a présenté le remaniement comme une mesure de routine.

« Il s’agit seulement d’une évolution naturelle pour garantir que le Conseil national de sécurité est organisé de façon à servir au mieux le président, pour (...) prendre ces décisions difficiles », a-t-il déclaré à la chaîne Fox News.

Dans un communiqué, Steve Bannon a expliqué qu’il avait réussi à rendre au Conseil son rôle premier de coordination de la politique étrangère. Le conseil était selon lui devenu un organe exécutif sous l’administration Obama, et la conseillère à la sécurité nationale Susan Rice.

« Susan Rice a rendu le NSC opérationnel (...) aussi j’ai été nommé au NSC pour assurer qu’il ne soit plus opérationnel. Le général McMaster dispose d’un NSC rendu à sa fonction première », a déclaré Bannon.

[...]

Plusieurs responsables républicains et d’anciens hauts responsables du renseignement s’étaient inquiétés de la présence d’un « idéologue » susceptible de « politiser » cette instance créée après la Deuxième Guerre mondiale pour conseiller le Président sur les questions liées à la sécurité et à la politique étrangère.

Selon un proche du président, l’influence de Steve Bannon reste forte. « Il est toujours impliqué dans tout et il garde la pleine confiance du Président, mais, pour être honnête, il ne peut pas tout faire », a-t-il déclaré sous le sceau de l’anonymat.

Lire l’intégralité de l’article sur boursorama.com

Trump face aux pressions de l’Empire, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On commence à voir le vrai visage de Trump.

    Si l’on regarde les nominations de Trump, c’est à dire ses actions, plutôt que son discours, on voit que rien n’a changé aux USA.

    Les américains se sont fait baisés, comme à toutes les élections.

     

    • Le problème n’est pas Trump mais les infrastructures du pouvoir profond qui sont encore présente. Trump ne contrôle pratiquement rien, il rencontre d’énorme résistance au sein de l’Otan, de la CIA et de l’armée. Par ailleurs cette présidence de Trump démontre de manière flagrante que le pouvoir réel n’est pas entre les mains des gens qui sont mis au devant de la scène mais entre celles d’un réseau d’individus actifs dans le coulisses.
      La grande question est de savoir si le réseau conservateur patriote dont Trump est le représentant sera capable ou non de remporter ce bras de fer.


    • Mon petit Michel, essaie de garder tes commentaires d’ado gauchiste pour d’autres sites plus de ton niveau.
      Trump, cerné de partout, fait ce qu’il peut, c’est tout.


  • Il n’a pas quitte le Conseil de Securite mais le "NSC principals committee" qui est l’equivalent du Conseil des Ministres. Bannon n’est pas un membre du gouvernement.


  • #1695855

    Michael Flynn et maintenant Banon, je commence à perdre espoir surtout après le volte-face de Trump ces dernières heure en rapport à la Syrie.
    Trump est en train de perdre le pouvoir peu à peu face au deep state.
    Les prochains jours vont être cruciaux.


  • Quand on voit la dernière intervention de l’ambassadrice US sur l’attaque au gaz en Syrie, on peut se dire que Trump c’est fini. Les néocons semblent avoir repris la main.

     

  • Bannon n’est pas le premier venu , il est l’artisan de la victoire de Trump ....


  • dans le même genre de plantage total ER n’est pas seule !

    Meyssan le 4 avril http://www.voltairenet.org/article1...

    "Un pas considérable vient d’être franchi par l’administration Trump : ses principaux diplomates ont annoncé reconnaître le droit des Syriens à la démocratie. Ils admettent qu’ils ont souverainement choisi Bachar el-Assad comme président. C’en est fini de la rhétorique de « démocratisation » forcée qui a accompagné toutes les aventures militaires des administrations précédentes."


  • Le conseiller spécial Kushner gendre de Trump n’est surement pas étranger à cette éviction. On constate en même temps un changement radical de position sur la Syrie et on semble revenir à la ligne Obama mais ... en plus dur !
    Quand est ce que l’on ouvrira les yeux sur Trump, il ne peux absolument rien faire. AU USA, depuis bien longtemps ce sont les conseillers et lobbies qui gouvernent.
    En France, Mitterrand s’en est malheureusement rendu compte un peu tard.

     

  • La gars a fait un film juste pour salir et démolir le mouvement Occupy Wall Street et défendre le capitalisme contre les anti-capitalistes... Et on prend ce gars pour un héros néo-populiste. Plutôt un chantre du Tea Party !