Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

#StopMensongisme, pour mettre fin au baratin politicien

Voir aussi, sur E&R :

La politique sans mensonge, c’est possible :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • je vous invite à essayer de limiter les fautes d’orthographe...histoire de ne pas rogner sur la crédibilité... ( élisez moi et je mettrais en application : mettrais est un conditionnel, le futur est mettrai).

    Je dis ca car nous sommes en pleine guerre des mots ( cf " je me sens charlie coulibaly") ...les mots ont un sens, la façon dont on les accorde aussi.
    Apres je dis ca...

     

    • C’est bien le conditionnel qui est à utiliser. C’est l’élection qui est la condition nécessaire ici.


    • Exact. On ne dit pas (pour répondre à celui qui dit que le conditionnel est de mise) : « Venez chez moi, je vous accueillerais », mais bien « accueillerai »­. C’est d’office, si vous m’élisez. Pour le conditionnel, il faudrait un imparfait (plus-que-parfait) dans l’autre proposition (si vous veniez...). C’est une question de concordance de temps plus que d’équivalence logique (les deux phrases veulent dire la même chose : « si vous veniez » ou « venez », mais les temps/modes sont différents).
      Bon, beaucoup de Français parisiens et méridionaux n’entendent plus la distinction entre ai/ais, mais ce n’est pas le cas de tous.
      _


    • @ je crois

      C’est bel et bien le futur "mettrai", et pour l’exemple, mets la phrase à la deuxième ou troisième personne du singulier et tu constateras qu’au conditionnel ça sonne faux.


    • @JE CROIS

      ....Je ne crois pas .Pour utiliser le conditionnel , il faudrait que la phrase soit ainsi rédigée : " si vous m’élisiez, je mettrais...ma culotte à l’envers " ! Avec un impératif présent , la concordance des temps impose le futur de l’indicatif . Mais, peut etre ai je tort , le français n’étant pas ma langue maternelle !


    • #1112799

      Si vous avez un doute, remplacez par la deuxième personne du singulier.


    • Vous avez tout à fait raison ! Mea Culpa ...


  • ’Fallait y penser !


  • #1112648

    C’est surtout cette manière de vous faire les poches et la morale en même temps qui va finir par un peu plus qu’agacer le populo.
    J’ai jamais compris qu’on puisse désirer vouloir incarner une présidence de simulacre, avec pour tout bagage des valeurs à deux balles. Car s’il ne reste plus que Charlie pour être de gauche, autant élire Toto, on écoutera ses bonnes blagues toute l’année.


  • La dissidence sur internet ou la Révolution 2.0 pour les nuls.
    C’est sympa l’idée, mais c’est pas avec 10 likes et 5 tweets que l’on va changer la face du monde.

    Le concret, c’est le terrain, le maquis comme dirait Michel DRAC.


  • #1112897

    Enfin une très bonne idée à venir pour toutes les élections !!!!