Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Tandis que l’économie ralentit, Wall Street profite d’un boum

La semaine dernière, la Réserve fédérale a abaissé ses prévisions pour la croissance de l’économie américaine en 2014 en faisant passer à 2 % son estimation de croissance annuelle à long terme, bien en deçà de la moyenne de l’après-Deuxième Guerre mondiale de 3,3 %. Cette perspective signifie que la vaste majorité de la population n’aura aucun répit, elle qui a souffert de six années de chômage, de baisses de salaire et de coupes dans l’éducation, la santé et d’autres programmes sociaux vitaux.

L’évaluation de la Fed est l’admission que le marasme économique et le déclin du niveau de vie pour des masses de gens sont là pour rester.

Cette sombre évaluation concordait avec deux autres rapports économiques divulgués récemment. Il y a deux semaines, la Banque mondiale a abaissé ses prévisions pour la croissance de l’économie mondiale cette année de 3,2 à 2,8 % et a abaissé les prévisions de croissance pour l’économie américaine de 2,8 à 2,1 %. Le 16 juin, le Fonds monétaire international a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour l’économie américaine de 2,8 à 2 %.

Le FMI a dit que le chômage aux États-Unis ne reviendrait pas à son niveau normal avant la fin de 2017, au plus tôt.

Wall Street a réagi à l’évaluation et à la déclaration de politiques de la Fed la semaine dernière par une hausse. L’indice boursier Standard & Poor’s 500 a atteint un nouveau sommet et le Dow a grimpé de 98 points. Ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi.

Lire la suite de l’article sur wsws.org

Comprendre le pouvoir bancaire avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La monnaie fondante ou le bucher. C’est les deux seules punitions possibles pour ces gens.


  • #876751
    le 29/06/2014 par Jean Mineur balzac 00.01
    Tandis que l’économie ralentit, Wall Street profite d’un boum

    Tous comptes faits , la Dépression à laquelle nous assistons est dévastatrice pour les populations , mais engraisse paradoxalement les financiers ( à qui l’on prête du papier quand même ! )et ceux ci accroissent leur revenus ,mieux qu’avant : mais si ils ne transforment pas ce papier en or ? Ou en terres ? ...Ils sont marrons , où .ça me dépasse ?

     

    • #877346
      le 30/06/2014 par ·٭·щargueri†e·٭·
      Tandis que l’économie ralentit, Wall Street profite d’un boum

      mais c’est ce qu’ils font !
      une fois utilisé autant d’argent que possible dans les investissements divers, dont et y compris les places en système éducatif pour les successeurs, en réseaux sociaux concrets.... après mille participations en affaire, et en soudoyements corruptifs à toutes fins utiles, y a encore de la place pour :
      1 - acquisitions immobilières à foison, un peu partout dans le monde en zones protégées
      2 - remplissage des-dits immeubles en mobilier de valeur ( + automobiles, etc. )
      3 - stockage d’or, bijoux, pierres, etc. ( commerce florissant )
      4 - le reste dans ce qui est jugé éternel : oeuvres d’art, choses de luxe, ...

      Souvenez-vous : au début des années 80, était annoncée la mort définitive des industries du luxe, de la haute couture par exemple. Depuis... cette industrie-artisanat du luxe et du grand luxe n’en finit pas de s’envoler...
      biz :) M/


    • #879176
      le 01/07/2014 par Jean Mineur balzac 00.01
      Tandis que l’économie ralentit, Wall Street profite d’un boum

      @ marguerite

      Ah....mais oui, mais c’est bien sûr ! Je me disais bien , ils ont fait le même coup au siècle dernier , un peu partout en Europe ,aux states , ...ils amassèrent des terres , des usines , des boutiques en tous genres , des titres importants ,des bijoux , des tableaux , des quartiers entiers , des banques , et j’en passe ; tout ça avec de l’argent qui leur " tombait " du ciel , et pendant ce temps les peuples crevaient la dalle , le chômage faisait des ravages , leurs maigres soldes ne valaient plus rien ...Inévitable parallèle avec notre époque ! ...A croire que la suite du " 1er numéro " en Europe , ne leur a vraiment pas suffi ... Ou ...c’est dans leurs gènes ...ils ne peuvent y échapper !


  • Article illustré avec le taureau de Wall Street,

    Avez-vous remarqué que le bâtiment de Bercy, la partie qui est dans l’eau, ressemble à un avant de taureau ?

    La tête avec les cornes en haut :

    http://www.undernews.fr/wp-content/...

    Vue plongeante montrant bien l’animal :

    http://www.paris-en-photos.com/phot...

    En tous cas les proportions y sont, tête, poitrail etc...



  • "Les livres racontent que des types ont sauté par les fenêtres. Mais ils ne disent pas que GM a fait des profits fantastiques pendant toutes ces années. Les manuels racontent que tout le monde a souffert. Ce n’est pas vrai. Beaucoup de types, Joe Kennedy, par exemple, ont fait des profits absolument énormes pendant cette période. La vaste majorité s’est fait arnaquer par les mecs de la haute. C’est une arnaque, ces manuels.

    "



    Scott Farwell, riche fils de famille cité dans « Hard Times, Histoires orales de la Grande Dépression », p187.

    http://fortune.fdesouche.com/20231-...

    http://fortune.fdesouche.com/20427-...



    « En 1929, le pays était un casino avec un des dés pipés. Quelques requins plumaient la masse des pigeons. On échangeait des chiens contre des chats, très cher. Une frénésie financière à côté de laquelle Ponzi faisait figure d’amateur. Tout s’achetait sur l’espoir. »



    http://fortune.fdesouche.com/20432-...


  • Les sorciers de Wall Street ont un don : ils transforment la misere en Or. Ils sont donc la les alchimistes.


  • L’économie ralentit, mais pas le progrès scientifique et technologique, ce qui rend la vie toujours plus facile, et qui représente une croissance réelle bien qu’invisible .

     

    • Sauf que la technologie dépend du capital pour fonctionner.

      Essayez donc de fabriquer des machines à précision nanométrique sans scientifiques et ouvriers extrêmement compétents (qui ne travailleront certainement pas pour vos beaux yeux), ainsi que sans un accès abondant à des minéraux rares, chers à extraire et recycler.
      J’en sais quelque chose : informaticien idéaliste, j’ai travaillé dans une start-up qui ambitionnait d’utiliser la technologie pour l’éducation dans les pays pauvres. Ca n’a pas fonctionné à cause des questions de marché et d’argent, et je suis maintenant au chômage. Pire : ça ne pouvait pas fonctionner, même avec de la chance, car au final, c’est les multinationales qui contrôlent toute la technologie.

      C’est un commentaire donc je ne vais pas faire une dissertation pour expliquer les moindres détails de pourquoi et comment, mais en gros ce qu’il faut retenir, c’est que la technologie est en réalité totalement dépendante et sous contrôle des grandes entreprises. Il est dans l’intérêt de ces entreprises de faire croire que ces technologies offrent de la liberté et rendent la vie plus simple. En réalité, c’est un peu plus complexe que ça...

      Les ordinateurs et Internet ont donné aux gens l’illusion que la technologie peut se passer du capital, mais il n’y a rien de plus faux. Sans Wall Street et la bourse, pas de Apple, pas de Microsoft, pas de Facebook, ni de Twitter.
      Sans magouilles financières, ces sociétés seraient déficitaires. C’est en particulier vrai pour Twitter (déficitaire de plusieurs millions au dernier trimestre 2013, problème ensuite résolu par introduction en bourse), mais ca l’est aussi pour les autres. Sans subventions indirectes de Wall Street et du quantitative easing, un iPhone ou un ordinateur devrait être revendu plus cher pour être rentable.

      Si les gens réalisaient cela, ils feraient un grand pas vers la vérité... et ce n’est finalement que la forme extrême de ce que décrivait déjà Karl Marx : la technologie et le capital sont des forces qui marchent main dans la main, au détriment au final de l’ouvrier.


  • Effectivement, ce serait bien que ça fasse BOUM à Wall Street…..