Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Tombes profanées à Fontainebleau : quand Audrey Pulvar se prend les pieds dans l’antisémitisme

Régulièrement, des cimetières sont dégradés, profanés ou vandalisés en France. C’est le plus souvent le fait de jeunes qui s’ennuient et qui veulent agir, mais depuis l’affaire Carpentras en 1990, la profanation est devenue un outil politique.

 

D’abord, revenons sur les mots, le droit, et leur définition politique. Le sociologue Arnaud Esquerre répond au Point :

À partir du XIXe siècle, et tout au long du XXe jusqu’aux années 1990, on n’utilisait plus le terme de profanation dans le domaine juridique. L’expression employée était la « violation de sépulture ». Elle désignait une dégradation par définition matérielle et volontaire, soulignant l’intention dans le geste. Mais, dans les années 1990, la profanation du cimetière juif de Carpentras a déclenché un vif débat. Cet événement a beaucoup mobilisé la population : le Front national et plus généralement l’extrême droite ont été accusés d’avoir créé un climat propice à ces profanations. Le caractère antisémite de cette dégradation ne faisait aucun doute. C’est après cette affaire qu’apparaît le terme de profanation dans le Code pénal. Donc, aujourd’hui, nous disposons de deux qualifications : d’une part la violation de sépulture (dégradation de matériel) et d’autre part la profanation. La profanation est un acte expressif, et peut être commise sur un monument où le mort n’est physiquement pas présent (comme une stèle, un monument aux morts…). La violation de sépulture implique la présence d’un corps mort et désigne une destruction matérielle.

Pour information, la profanation du cimetière juif de Carpentras a probablement été un coup des services ou du pouvoir profond au profit du pouvoir visible. Il s’agissait pour le Parti socialiste, alors en chute libre dans l’opinion après sa trahison de la gauche sociale, de s’appuyer sur l’antilepénisme pour remonter dans les sondages. Pour la première fois en France, le président de la République participera à une manifestation. Poussé par le lobby sioniste ou pas, François Mitterrand récupérera l’émotion populaire à son compte. On citera, pour montrer l’ambiance de l’époque, l’agent sioniste international Serge Klarsfeld :

« Le Pen a dit hier soir qu’il y avait trop de Juifs dans la presse. Certains à sa droite ont traduit qu’il y a trop de Juifs dans les cimetières. »

Jean-Marie Le Pen répliquera à cet assaut massif du pouvoir visible et du pouvoir profond contre le Front national par la mise en cause du SAC (Service d’action civique, malgré sa dissolution officielle) et de Pierre Joxe, alors ministre de l’Intérieur, mais surtout à la croisée de tous les réseaux occultes. Pour la petite histoire, quatre militants « néonazis » seront condamnés. L’opération ne profitera pas longtemps au PS mais sera la rampe de lancement des opérations de manipulation de masse en France.
Voici la conclusion de l’enquête et les condamnations, résumées par Wikipédia :

Le 30 juillet 1996, un certain Yannick Garnier, 26 ans, se présente de lui-même au siège des Renseignements généraux d’Avignon, et avoue être l’un des profanateurs, donnant des détails que seuls les enquêteurs connaissent. Cet agent de sécurité à Nîmes dit ressentir le besoin de se libérer de ce secret pour changer de vie alors qu’il est au bout du rouleau, au chômage et sur le point d’être expulsé, croyant sans doute avec ses aveux obtenir l’aide des RG, service disposant de précieuses relations, dans sa recherche d’emploi. Ses aveux confirment qu’il s’agissait bien d’un acte antisémite scrupuleusement préparé par des néonazis. Il dénonce ses quatre complices et ceux-ci sont arrêtés aussitôt, sauf l’un d’entre eux, le meneur, Jean-Claude Gos — qui avait été interpellé dès le 11 mai 199027 et relâché après 24 heures —, skinhead originaire de Denain (1966-1993) et membre du PNFE. Jean-Claude Gos a été tué le 23 décembre 1993 à moto sur une route de la grande banlieue d’Avignon, par une voiture dont le conducteur (Rachid Belkir, 36 ans) sera retrouvé mort en 1995, tué de deux balles dans le torse et plongé dans le Rhône (probablement victime d’un règlement de comptes, l’homme étant connu des services de police pour ses liens supposés avec des trafiquants de drogue), deux lourdes pierres attachées aux pieds.

Aucun lien n’a été établi entre les coupables et le Front national. Les dirigeants locaux du FN, Guy Macary et Fernand Teboul, faisaient eux-mêmes partie de la communauté juive, ce qui ne pouvait que déplaire aux néonazis.

Le procès débute huit mois plus tard à Marseille, dure une semaine, et le verdict est rendu le 24 avril 1997. Patrick Laonegro, le « cerveau » du commando de profanateurs, et Olivier Fimbry, un ancien militaire, sont condamnés à deux ans de prison ferme, tandis que les deux autres profanateurs, qui ont « admis et intégré le caractère odieux de leurs actes », sont condamnés à vingt mois de prison ferme.

Maintenant, passons à la profanation de la semaine. C’est le maire de Fontainebleau qui a diffusé les photos du délit :

 

 

Aussitôt, l’AJC (la version française de l’American jewish committee) réagit :

« Une soixantaine de tombes taguées de croix gammées dans le cimetière de #Fontainebleau, la marque sinistre du #nazisme, de l’#antisemitisme. L’enquête en cours doit permettre de qualifier les actes et de juger leurs auteurs en conséquence, au plus vite. #zerotolerance »

Rien que de très naturel, quand on connaît la nature de l’AJC et des associations communautaires juives, qui réagissent au moindre mouvement prétendument antisémite, ou qui relient le moindre fait divers (qui touche un Français de confession juive) à l’antisémitisme. Mais là où le drame de cette profanation verse dans la farce, c’est quand l’agent socialo-sioniste antiraciste et féministe Audrey Pulvar se mêle à la mécanique indignatoire :

 

 

 

La bien-pensante est justement reprise de volée par le national-sioniste Goldnadel, qui sait à merveille exploiter les failles du camp adverse. Idem pour Valeurs actuelles, le vecteur du changement de paradigme politique dominant (du socialo-sionisme au national-sionisme) :

Comme souvent sur les réseaux sociaux, les internautes s’en sont donnés à cœur joie pour lui répondre la qualifiant « d’hypocrite », de « déjantée qui a perdu son âme identitaire » ou soulignant sa « nullité ». Une femme s’emporte : « Ce sont des tombes chrétiennes mais ce n’est pas grave, on a l’habitude de compter moins que toutes les autres minorités ». D’autres ironisent : « Elle a fait un copier/coller depuis son lit », remettant en cause par ailleurs son niveau de compétence. « Ça condamne, ça commente mais ça ne sait même pas de quoi ça parle ». Un internaute lui fait remarquer qu’elle est devenue une « journaliste mal informée ». Dans un autre registre, un soutien de Jean-Luc Mélenchon lui demande même « d’arrêter de faire de la récupération politique de bas étage ».

 

Madame Pulvar, qui coche pourtant toutes les bonnes cases (elle joue la carte Hidalgo aux prochaines présidentielles), a voulu être plus philosémite que le roi des juifs. Mal lui en a pris. Dans cette affaire, ce qu’il faut retenir, c’est l’automaticité de la dénonciation et de l’indignation, une mécanique qui mène souvent à des erreurs, surtout dans un monde politique miné par les manipulations en tout genre.

 

La question

JPEG - 90.9 ko
Est-ce son invitation au dîner du CRIF qui a tourneboulé la tête d’Audrey ?

 

Pulvar pulvérisée sur Twitter

« Une chose est certaine, le bon sens et l’esprit critique de Audrey Pulvar ont été profanés...
Et toujours ce signe distinctif de la photo de l’avatar portant le masque ou autre subterfuge pour se donner bonne conscience. »

« Son idéologie est tellement imprégnée qu’elle ne voit pas que ce sont des tombes chrétiennes qui ont été vandalisées...
Alors que les tombes juives à côté ne l’ont pas été
Même le plus mauvais journaliste s’interrogerait...
Seulement elle est en campagne à la pêche aux voix »

« Il s’agit d’anticatholicisme ! Ca vous choque autant, A.#Pulvar ?! Toutes les églises détruites, vandalisées, brûlées l’an dernier aussi ! »

« L’article précise que le cimetière juif situé à côté n’a lui pas été vandalisé. Il est vrai que la rigueur n’a jamais été le fort d’Audrey Pulvar qui écrit comme elle parle, à tort et à travers. Toujours se méfier du réflexe conditionné.., »

« Ou alors, sans réfléchir, ils se sont dirigés vers le cimetière à l’extrême droite. »

« Elle est déjantée, perdue dans son problème identitaire. »

Pulvar, sur E&R :

 






Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2629550

    Audrey Pulvar elle me fait penser à Laurence Haïm. Même idéologie, même conneries. Audrey stp, ferme là.

     

    Répondre à ce message

  • #2629571

    Mme Pulvar doit être le genre de personne à hurler à l’antiséééémmiiiitiiiissmmeee !! Dès qu’elle voit une croix gammée. Il ne faut surtout pas qu’elle voyage en Asie ou en Inde... Ou qu’elle voit la Grande Vadrouille, elle pourrait avoir une attaque !
    Pour le coup, dans cette affaire, les auteurs pourraient très bien être des sionistes radicaux et vindicatifs (pléonasme ?) reprochant aux goys leur collaboration durant l’occupation ?! C’est une piste plausible parmi d’autres.

     

    Répondre à ce message

  • #2629623

    Les croix gammées étant roses, j’y vois un coup de la communauté néo-nazie LGBT+

     

    Répondre à ce message

  • Les bonnes femmes, les plus crasses dans leur être, montrent toujours leurs seins et leur cul. Autant qu’elles ne portent rien, cela serait plus honnête dans leur démarche de séduction d’une telle vulgarité, qu’elles en sont laides de fait.

     

    Répondre à ce message

  • #2629972
    Le 30 décembre 2020 à 20:18 par Robespierre le Petit
    Tombes profanées à Fontainebleau : quand Audrey Pulvar se prend les pieds (...)

    J’ai une question depuis des années : quand une femme met un decolleté poussé, quel est le message ?

    Moi je n’aimerais pas me transformer en gibier.
    Ou alors peut-être que le gibier n’est pas celui qu’on croit.

     

    Répondre à ce message


  • Régulièrement, des cimetières sont dégradés, profanés ou vandalisés en France. C’est le plus souvent le fait de jeunes qui s’ennuient et qui veulent agir, mais depuis l’affaire Carpentras en 1990, la profanation est devenue un outil politique.




    1000 fois d’accord avec ça !!! J’ajouterais qu’il y a en France 36 000 communes et tout autant d’Églises souvent aux portes ouvertes à toutes heures, cimetières, et autres patrimoines chrétiens. Donc attention aux opportunistes politiques qui transforment les faits divers en fait de sociétés..

    Il y a en moyenne entre deux et trois homicides par jour en France, trois femmes par semaine qui se font assassiner par leur conjoint. Tout ce qui fait l’actualité dans les média est basé sur un choix éditoriale.

    C’est une chose importante à comprendre puisqu’en démocratie c’est big brother qui vous donne une image de ce qu’est la société..

    Et demain à voir la réaction des personnes sur les réseaux asociaux, ils peuvent faire réagir les gens dans le sens qu’ils veulent en nourrissant un storytelleing plus qu’un autre.

    Hier, c’était un survivaliste qui a fait tout de même trois morts chez des gendarmes. Mais si l’envie prenait aux média sous contrôle, ils pourraient trouver des plus ou moins survivalistes (ou cousins éloignés de survivalistes) impliqués dans des homicides une fois par semaine...

    On a jamais connus une force de frappe propagandiste de ce niveau dans l’histoire humaine..

    Rien n’est plus important de nos jours que les exercises de self-défense intellectuel...

     

    Répondre à ce message

    • #2630237

      Tu veux dire que la cathédrale ND, l’église de Saint Sulpice, les graffiti sur la chapelle du Feretra, le curé égorgé de Saint Étienne du Rouvray c’est juste des actes d’incivisme, de la petite délinquance
      Ouai ça se tient venant de toi

       
    • #2630501
      Le Décembre 2020 à 17:04 par Dallas ton univers impitoyable
      Tombes profanées à Fontainebleau : quand Audrey Pulvar se prend les pieds (...)

      Survivaliste d’extrême droite, catholique intégriste, d’après les méRdias
      Et qui croyait à la fin du monde, qui se suicide, après avoir tué plusieurs gendarmes
      Il y a comme un problème dans l’énoncé
      Tu as raison, propagande de dingue
      Ils vendraient des frigos à des inuits

       
  • Pulvar, on le sait depuis son mandat "diversité féministe" chez l’inénarrable Ruquier, est une "synthèse"...

     

    Répondre à ce message

  • #2630738

    Messieurs les journalistes pour accompagner de si belles photos vous n’auriez pas plutôt dans vos articles quelque chose sur le rapport au corps et au sexe en « Occident » à comparer avec l’ « Orient » ?
    la culpabilité, la honte, le tabou quand on parle de sexe, masturbation, VIH etc...
    le rôle des religions dans cette histoire...
    L’importance du toucher, du contact, des massages chez les nouveaux nés mais aussi tout au long de la vie...
    peut être aller jusqu’à parler du « tantra » et de Marie-Madeleine, de la première épouse de Mahomet...
    N’y a t’il pas un rapport avec ce qui se trame ?
    les gestes « barrières », la distance, la culpabilité, la mise à l’écart de ceux qui sont contaminés...
    il doit y avoir des recherches sur ce sujet en sociologie/psychologie/anthropologie

     

    Répondre à ce message

  • Pour les hommes « traumatisés » par leurs salopes d’ex et leur maman castratrice et qui pensent que les femmes sont responsables de tous leurs malheurs
    je conseille d’étudier le triangle de karpmann ( victime bourreau sauveur) et de travailler à accepter leur part féminine. Yin et yang.
    signé une femme libre qui aime beaucoup les hommes sans être une salope, nymphomane etc (oui oui ça existe...)

     

    Répondre à ce message

  • Je n’ai pas bien compris cet article.
    Qu’a dit de si répréhensible cette dame Pulvar ?
    Si elle a dit "Ce sont des tombes chrétiennes. J’y verrais donc a priori davantage de l’anti christianisme", cela parait plutot sensé.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents