Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Trois fiches de lecture sur le "génie" lesbien et haineux d’Alice Coffin et Pauline Harmange

Virginie Vota :

 

Mos Majorum :

 

Lettres it be :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

68 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ceci n’est pas "un Nouveau féminisme", "un féminisme extrême" ," Un féminisme 3eme vague" ou toute autre euphémisme pour, comme toujours, déculpabiliser les femmes, c’est tout simplement la logique féministe, calqué sur celle du marché, qui s’étend jusqu’à l’absurde. Le féminisme d’il y a 50 ans et celui la est le même, ce dernier étant juste avancé dans le temps ; le nier serais semblable à découpler la plantation de la graine et la fleur dans sa phase avancé : Malhonnête.
    Bienvenue dans le monde de demain.

     

    • @Juah
      Je partage complétement votre analyse sur l’évolution de ces mouvement idiotes utiles au capital.
      J’ajouterai une chose, ces dinguettes prolifèrent par notre faute, nous les hommes, nous devrions soutenir et promouvoir les femmes qui ne demandent rien à ces hyènes masquées en droit de ceci ou de celà.
      Soutenir la femme qui désire rester chez elle et s’occuper de sa famille au sein de son foyer, ne plus mépriser la musulmane avec un foulard sur la tête, ces dernières n’adhèrent jamais à ces idéologies anti Dieu, écouter celles qui sont mal traitées dans leur travail, tout en étant des épouses fabuleuses et des mamans aimantes.
      Il existe un tas de sujet ou l’on pourrait en nous unissant à toutes le femmes, les vraies, celles qui ont materné et élever des enfants, dont le père n’est pas un ennemi mais un soutien indispensable autant moralement que matériellement, celle pour qui notre épaule d’homme est une protection et non le signe d’une domination dite patriarcale. Bref, en laissant le terrain à ces gens vils, femmes ou hommes d’ailleurs, nous leurs laissons un type de société dont on commence à connaitre les ravages pour l’avenir de nos gosses


  • On sent l’influence de Dieudonné sur ce monsieur dans sa façon de s’exprimer. On dirait même carrément une imitation.

     

  • Elles pensent à nous tout le temps, c’est les pire gonzesses ces lesbiennes :D


  • Moi ,le hommes je les déteste

    Oups !Sacrée Pauline ! alors pourquoi tu tentes de leur ressembler ?Mais bon, encore un effort, il va falloir prendre des vitamines quand même. Mais avant, il faudra faire une petite greffe entre les jambes

     

    • Il y a, de fait, une profonde dichotomie à prétendre détester les hommes tout en passant son temps à ne parler que de cela, à en vivre aussi, à tout faire pour leur ressembler, en particulier dans leurs travers les moins glorieux finalement.
      Comme dirait Jean-Claude Duce (de Paris), "Au revoir msieu’dames" !


  • Mon père, ce vieux berbère, m’a toujours dit : "C’est l’homme qui fait la femme". Il a toujours eu raison. Sans l’homme, la femme n’est rien. L’homme, dans la nature, peut survire. La femme, non. Désolé, mais c’est ainsi. Cela n’empêche pas que la femme soit un "bien" pour l’homme. Un bien dans tous les sens du terme, même s’il peut se passer d’elle dans son combat contre la nature. En vérité, plus je vieillis, plus je deviens conscient que les progressistes essaient d’éliminer la nature de notre logos ... pour nous forcer à accepter leur "culture". Nature contre culture, tel était mon sujet de philo au Bac. Je le traiterai bien différemment aujourd’hui, mais j’aurais sans doute une bien pire note !

     

  • Virginie Vota passe à côté de l’essentiel : Alice Coffin aurait voulu être belle et avoir du succès en amour, elle aurait voulu être heureuse comme les femmes plus belles peuvent l’être, son lesbianisme est une construction mythique pour surmonter sa frustration, il est alimenté par son seul ressentiment. L’enjeu pour Alice Coffin, c’est son incapacité à séduire un bel homme et l’horreur de voir une femme plus belle réussir, elle, à le séduire. Elle est humiliée par son échec amoureux. C’est le fondement.

    L’idéologie LGBT offre le confort d’accompagner la frustration, le ressentiment et le désir de vengeance, elle est secondaire, elle n’est qu’une conséquence et une construction. Les homosexuels courageux le reconnaissent, eux, ils sont des perdants de l’évolution, vaincus par d’autres mieux équipés par la Nature pour la séduction et la reproduction.

    Rémy a raison de revenir sur les origines sociales d’Alice Coffin : bourgeoisie très éduquée, obsédée par l’excellence et la réussite dans les études, obsédée la performance sociale... C’est dans ce contexte que l’échec amoureux prend une signification démesurée, voire délirante...

    Les hommes sont haïs par Alice Coffin parce qu’ils n’ont pas répondu à son désir. Et toute son idéologie ne sert qu’à masquer cette réponse absente et justifier sa rage d’avoir été ignorée.

    Alice et Pauline souffrent de ne pas pouvoir s’emparer de l’objet de leur désir, mais on connaît la fable depuis quelques millénaires...

    Poussé par la faim, un renard convoitait les raisins
    d’une vigne haute, sautant de toutes ses forces.
    Mais il ne put les atteindre, et dit en s’éloignant :
    "Ils ne sont pas encore mûrs, je ne veux pas manger des raisins acides".
    Ceux qui rabaissent en paroles ce qu’ils ne peuvent faire
    devront prendre note de cet exemple.

    Ce texte est vieux de 2000 ans, et nos lesbiennes n’ont rien de progressistes, elles sont vieilles comme le monde...

     

    • En résumé, frustration et sans orgasmes, le diable est une pulsion anal refoulée.


    • Bof ! Dire qu’à l’origine de l’homosexualité il y a une frustration hétérosexuelle, c’est discutable.

      Combien de moches des deux sexes ne sont pourtant pas homos !


    • @ Jérôme

      Il faut juste traduire « je ne veux pas » par « je ne veux pas » et « je hais les hommes » par « je n’arrive pas à séduire les hommes »...

      Les valeurs bourgeoises d’excellence dans les études et de réussite professionnelle aggravent l’humiliation de la femmes échouant dans le domaine du désir, mais le contexte général de la consommation, c’est-à-dire de l’assouvissement du désir, est peut-être encore plus décisif car ici l’humiliation est exposée aux yeux du monde... La famille a des attentes de réussite et la fille échouant en amour doit supporter le regard de ce cercle restreint, c’est déjà pénible, mais quand c’est la société tout entière qui affiche partout assouvissements, orgasmes, corps triomphants, etc. là ça devient ingérable...


    • @ Mario



      Dire qu’à l’origine de l’homosexualité il y a une frustration hétérosexuelle, c’est discutable.




      Il y a une frustration de l’objet du désir et une défaite face aux rivales. Mais, c’est vrai que la frustration est la conséquence de la rivalité malheureuse : c’est parce que d’autres filles réussissent mieux dans la séduction des hommes qu’Alice en est privée. La logique du désir est que la rivalité grandisse et que l’objet passe au second plan. Le problème d’une femme candidate au lesbianisme c’est moins les hommes qu’elle ne peut avoir que les femmes qui font obstacle à l’assouvissement de son désir. Quand cet obstacle est érotisé, elle devient lesbienne. Mais son lesbianisme reste circonstanciel malgré les couches mythiques ajoutées pour justifier l’échec sexuel : si elle avait été un peu plus belle, un peu plus heureuse en amour, si sa soeur n’avait pas été si séduisante, si sa meilleure amie n’était pas sortie avec le garçon qu’elle aimait... Alice aurait peut-être été une femme heureuse...

      Le point remarquable avec Alice Coffin, c’est qu’elle reste braquée sur l’objet du désir, elle n’a pas digéré l’échec avec les hommes... On ne peut comprendre sa haine explicite des hommes que comme un désir contrarié. Elle lutte de toutes ses forces pour ne plus souffrir d’être ignorée par eux mais rien n’y fait, elle revient toujours à son désir et à son assouvissement impossible.

      Et elle fait aussi des hommes le bouc émissaire de sa frustration... Et vous avez raison, il y a des femmes laides qui ne sont pas homosexuelles, et qui ont des enfants, car elles se contentent des hommes qui veulent bien d’elles. Mais Alice Coffin, avec ses origines sociales, c’est certain qu’elle n’acceptait pas moins qu’un Nicolas Bedos pour amant... il lui fallait du Vincent Gallo, du Daniel Day-Lewis sinon rien... En tout cas, toujours les hommes qu’elle ne peut pas avoir.


  • Au Bon Dieu vous les accordez bcp d’attention à ces freak. On se demande pourquoi.Sans vous j’aurais jamais entendu parlé de ces freaks.


  • Alice Coffin est aussi une victime de la disparition de patriarcat car, il y a quelques siècles, son père aurait offert une somme d’argent, une dot, à l’homme qui aurait bien voulu épouser sa fille... Aujourd’hui, sans argent offert par son père, personne ne veut d’Alice Coffin... trop laide et sans doute aussi trop pénible à vivre...

    Le livre en question est un immense effort et un immense appel : je voudrais être désirée, je ne sais plus quoi trouver comme stratégie pour être regardée et désirée...


  • Mein kampf féministe


  • La haine et la niaiserie se lisent sur leurs visages...
    Elles sont utilisées par les Mondialistes pour détruire la Famille...
    Avec de pareilles engeances, l’avenir du genre humain est en danger...
    Résistons, restons attachés à nos valeurs...


  • Parasites à faible QI employées par un capital en fin de vie, elles haïssent les hommes surtout blancs, il y a moins de risques hein schwartzy*. Ah mais font tout pour qu’on les confonde (comprenne qui pourra).
    Venez dans mon quartier avec ou sans escorte, vous subirez de lourdes pertes éh éh...

    * = surnom affectueux de György éh 90 piges quand même hein pourquoi je pense à lui là maintenant ?!


  • Tu détestes les hommes ? P... ça doit leur faire une belle jambe ....

     

  • Pourquoi y a-t-il une photo d’Hitler en haut à droite, au début de cet article ?

    Toutatis

     

  • Ce qui est hilarant avec ces gouinasses fanatisées c’est leur tendance à exhiber leurs dessous de bras poilus comme un signe de victoire et de rébellion. Tu veux un bombe de déo ma chérie ? Un dépilatoire hypoallergique ? Vivre les bras en l’air c’est certain, c’est un véritable esclavage.


  • on nous propose de lire, et bien lisons
    chouard proposait d’écrire, contribuant ainsi au bonheur des marchands de feuilles et de stylos
    le pays s’avachit dans une dictature, je n’est plus envie de lire, maintenant je guette le brigadier dudu


  • Le féminisme est pratiqué, semble t-il, lorsque ces "princesses" évoluent dans un monde épuré de tout problème matériel majeur (sécurité, prospérité, juridique, services) et que tout peut s’acheter. Ce monde leur a été offert par les hommes principalement. Leur imagination et leur instinct de femelle ne connaît plus aucune limite, signe de leur immaturité et parfois leur hystérie. Or, l’évolution chaotique de l’humanité depuis 270.000 ans avait bridé naturellement ces débordements grotesques et dangereux pour la survie de l’espèce. Lorsqu’elles s’en affranchissaient, elles brûlaient sur un bûcher, semble t-il.
    Dans un monde moins sûr, nous retrouverons les mêmes en larmes, tremblantes et recroquevillées derrière une étagère au fonds de la cave. Or, ce monde est entrain d’arriver...
    Heureusement que le nombre de féministes se limite à quelques sociopathes qui n’ont pas compris leur rôle dans la société humaine...


  • Ces broute-touffes dégénérées me filent la gerbe !!!.....beuargh !!!...


  • Détester les hommes ? Et aussi leurs inventions ? La machine à laver, le téléphone, la voiture, l’électricité ? La blague,,,


  • A part ça, Virginie, il va falloir s’accrocher à une liste et ne pas se retrouver dans celle des « tortilleurs ».
    (Affaire RYSSEN).


  • Mme Coffin, au nom bien mérité pour les anglophones, est apparue voire devenue quelqu’un dans le microcosme parisien en raison de son agressivité contre un membre de l’équipe de Mme Hidalgo à la mairie de Paris. Bon début. Auparavant, comme c’est curieux, elle était passée par les Etats-Unis...inutile de chercher plus loin.
    Tout le monde sait qu’ aujourd’hui essentiellement les hommes de plus de 50 ans ont pu bénéficier d’une éducation à peu près correcte donc dans l’univers liquide de la dame Coffin ils sont le danger qui pourrait s’opposer à la merveilleuse société mondialiste à laquelle, qu’elle s’en rende compte ou non, elle collabore.


  • N’empêche, en tant qu’homme blanc cisgenre de plus de 50 ans et tout, je me sens plutôt rassuré que ces monstres soient lesbiennes. La nature est bien faite finalement.

     

  • Pauline Harmange est en mission pour dégoûter les femmes des hommes ; il s’agit de les priver de protection. Une tartuffette, cette femme, compagne d’un homme et qui veut en priver les autres.
    L’autre, la virago, fait un peu pitié. Elle est utilisée, mais sait se servir quand même. Qui la nourrit à causer les yeux exorbités ? De vrais hommes, de vraies femmes.
    Si ces deux femmes-là s’occupaient utilement, ça nous ferait de l’air et elles chanteraient plutôt qu’éructer.
    Leurs sentiments leur appartiennent. Pour les femmes qui n’apprécient pas la compagnie masculine, il était prévu des couvents, des pensionnats. Jadis elles eussent été l’une et l’autre institutrices en Angleterre, enseignant à des filles exclusivement ; et se défoulant sur ou se dévouant à leurs élèves plutôt qu’à des bonshommes.
    Qui s’en fichent, ils ne les ont pas à la maison.
    Mais il reste qu’elles coûtent à la société. Alice, qui fait l’épouvantail, qui manifeste des troubles psychologiques, ne causera pas grand mal. Mais la Pauline terre à terre milite, peut-être payée par un Soros, et peut influencer des adolescentes indécises.
    Je note aussi que les lesbiennes ont une prose très narcissique et compliquée, fatigante. Il faut dire que ces jeunes femmes se trouvent confrontées à des hommes de leur génération typés Hanouna, qui ne leur correspondent en rien et pour lesquels elles n’éprouvent aucune estime. Plutôt que de se mésallier, elles restent entre elles.


  • Je dois certainement vivre dans une grotte ,je n’ai jamais entendu le terme sororité..


  • Putain c’est vrai qu’elles sont laides !

     

  • Ce que j’ai du mal a comprendre avec l’homosexualisme, c’est que si ces créatures détestent les hommes, pourquoi veulent-elles ressembler a un homme, parler comme un homme et agir comme un homme.
    Meme questions pour leurs contreparties masculines, s’ils ont les femmes en horreur, pourquoi veulent-ils se comporter comme des femmes.
    S’il y a des gays dans la salle, merci d’avance pour votre éclairage.


  • "Lesbienne : Hommasse névrosée qui passe son temps à reprocher aux hommes le peu de féminité qu’il lui reste"

    Rappelez-moi le nom du génie qui a écrit ça


  • Quand on voit la masculinisation de ces lesbiennes ultra féministes, on peut se dire qu’elle ne cherchent pas seulement à éliminer les hommes mais à les remplacer. Serait-ce de la jalousie ?...

     

  • Ah mince !
    On me dit dans l’oreillette que chaque bâtiment, pont, route, chaque véhicule, chaque objet est de conception/fabrication majoritairement masculine.

    Il me tarde de voir ces féministes misandres créer leur joli petit monde à elles.

    Les idéologies progressistes (qui sont une critique du monde construit par le "mâle blanc hétéro cis-genre") ne sont uniquement viables que dans la paix et le confort de notre société occidentale (construite par... ce même mâle blanc hétéro cis-genre).


  • les troubles de la personnalité se soignent (difficilement), mais ne donnent pas de droits particuliers, sinon chaques pathologies mentales bénéficieraient de son code civil (en pratique, c’ est ce que le système fait croire au patients trop souvent).
    le fait d’ être une homo-autentique et d’ être acceptée comme telle n’ a rien de scandaleux, ni d’ irréalisable tant qu’ on a conscience de la réalité du monde, tel qu’il est et sera toujours !
    arnold Schwarzenegger a réussi à se faire accepter (au meilleur niveau) dans toutes les catégories sociales que SA nature lui interdisait à priori (voir son cv)..et en parlant très mal la langue adoptée....donc je suis sûr qu’ alice et pauline trouveront avec leurs qualités propres le moyen d’ être reconnus pour ce qu’elles sont ; sans avoir à s’ aliéner l’ autre sexe par des méthodes indignes et malhonnètes importées d’ on sait ou.


  • pacsons nick conrad et ces 2 féministes 2020 pour qu’ils pratiquent leurs idéaux


  • Mais qu’en pensent Laurent Nœudmann et Emmanuel Lechibre de RMChiotte ?


  • "3 hommes et un Coffin" la dernière production Jacquie et Michel !! LOL ! Doit pas y avoir beaucoup de soleil dans la tête de ces gros thons frustrés.

     

  • Expression malheureuse de Virginie créant l’hysterie lesbianique : "elle a été introduite par 70 membres"


  • Je ne comprend pas comment ces deux femmes , qui ont dû être si peu approchées par des hommes, puissent autant les haïr.

     

  • Elles « détestent » et veulent « éliminer » quoi, une partie du genre ... humain, la population ♂, toute la population ♂ ? Y compris la minorité gay ? Les hommes de la communauté innommable ? ça craint pour « elles » :)

    Puis après, elles passeront à quoi ? Aux femmes hétéro ? Aux ados ♂ & ♀ hétéro ?

    Les animaux y passeront-ils ? Car c’est chiants les animaux, faut s’en occuper ...

    Restera plus grand monde.

    On me souffle dans l’oreillette que c’est le but, la solution ... finale !

    Ah, oui ça y’est j’ai pigé !

    Elles veulent figurer sur la liste des 500 millions d’individus sélectionnés des Georgia Guidestones, pour être en perpétuel équilibre avec la nature [sauf la nature humaine, ça va de soi ] et participer au monde d’après ...

    À voir déjà, les tronches, le délire verbal, ça sera d’un chiant mais d’un chiant leur « Meilleur des Mondes » avec ses caricatures de créatures, je vous dis pas, le cauchemar avec des voix synthétiques partout, y compris dans les chiottes publiques : tu auras 3’38" pour pisser pas plus sinon repéré ... Évidemment, si t’as osé pisser contre un arbre synthétique, te dis pas la sanction ...

    Là où y’a d’la hyène, y’a pas de plaisir, y’aura pas d’amour, même à minima, ni d’estime, rien ! Des sourires de convenances. Leur enfer ne sera pas chaud brûlant, car sans passion mais glacé, froid, lisse à l’image de ce monde qu’ils tentent de bousiller, de ces profils écolos gauchistes décervelés voire catho bon chic bon genre et bourgeois avant tout avec un gros zeste de narcisse dans le fion ! Des coincées !

    - allez, Jeannot on s’reprend un p’tit Pastis ! On s’la termine notre partie de dominos, on va casser une graine avant de reprendre le taf en musique dans l’orchestre avec les copains.


  • Cela ne peut exister...elles détestent ce qu’elles revent d’etre ...leurs physiques trahissent leurs pensees...
    Elles sont vraiment déglinguées


  • Franchement rien de nouveau sous le soleil. Les gouines et le moches, elles sont jalouses des jolies femmes qui font ce qu’elles veulent (si elles ne sont pas trop connes et qu’elles les choisissent friqués et généreux) avec les mecs !


  • Chez les lesbiennes , les dominantes du style camionneur , il y a deux raisons a leur haine contre les hommes : 1) Elles n’ont pas pu exercer sur eux le pouvoir de la femme : La séduction . A cause de leur physique ingrat .
    2) Elles voient les hommes comme des concurrents qui pourraient séduire leurs copines, généralement féminines et mignonnes et qui ne sont pas, elles, dans le rejet de l’homme .


  • Hier j’ai regardé un documentaire sur les femmes pilotes dans l’Armée de l’air, dont une chez la Patrouille de France.
    Alors bien sûr elles ont témoigné dans leur place ultra marginale dans les flottes de chasseurs, bombardiers, reco.
    Mais jamais elles n’avaient ce sentiment de plainte, de nécessité de faire plus que les hommes ou de "masculinisme" oppressif, en tout cas elles n’en faisaient pas état.

    Elles étaient dignes, bosseuses, intelligentes et très féminines et jolies femmes. Avec plus de "H" que la moyenne sauf une qui paraissait plus fragile et a d’ailleurs échoué à l’affectation pilote sur Mirage F1, 2000 ou Rafale.

    Coffin et Harmange représentent une pensée résiduelle, de l’ordre de 300 à 500 foldinguottes urbaines.
    Déjà que dans mon entourage, les femmes (pas une seule) ne veulent même pas entendre parler des féministes "classiques" vivant sur la rente de l’oppression masculine et de la victimisation.
    Je crois qu’il ne faut même pas calculer Coffin et Harmange malgré leur présence répétée dans les médias subventionnés.


  • La dégénérescence en direct...


  • Je pense que l’exposition de ces énergumènes ne fait pas du tout l’affaire et le jeu des féministes sincères et ancienne formule. En fait, leur exposition est totalement contreproductive et n’a qu’un résultat, celui de déconsidérer un peu plus le mouvement "féministe".
    Tout le monde, et les femmes en particulier, peut se rendre compte que la lutte féministe a été totalement hackée par le lobby lesbien et que s’accélère son autodestruction.


  • Se trouvant moche et étant superficiel elle s’imagine que tout les hommes sont pareil que elle. Ne pouvant imaginer, se projeter dans une image narcissiue d’elle meme avec un homme car elleest injuste et ses sachant/trouvant laide elle pense qu’elle sera laide à travers les yeux de tous les hommes, elle s’imagine qu’ils sont aussi vil qu’elle aussi malade. Alors que non, là elle à trouvé un filon de bassesse ou elle trouve sa posture de "superiorité" meme si c’est pas crédible, elle sait qu’elle à le système criminel avec elle. Elle l’a sa posture narcissique et sa fausse virilité, sauf que tout est faux procède par la bassesse la névrose et la manipulation. Elle divise, elle est juste un larbin du Diable. Elle sait qu’elle est fausse d’ou sa tete peine de vice et de névrose inutile et nuisisble. Elle est ridicule c’est un dingue, une impuissante. Tout ça pour se faire des femmes à qui elle détruit la vie, tout ça pour du sexe de la haine de la névrose pour tordre le monde selon sa déviance et sa bassesse. Qui se permet d’etre aussi visiblement faux et pervers ? Oui elle a franchit un cap dans la bassesse ridicule et elle continue parce que on lui permet parce qu’elle fait pitié mais elle elle nous hait. Elle est juste folle. etc etc


  • mon avis personnel c,est que la plupart des commentateurs qui donnent une raison psychologique a la haine de ces femmes pour l,homme dite la misandrie veulent se rassurer et deja sont sur la voie du feminisme !! ils les trouvent sans importance non leur ideologie est train de ravager les universite francaises et tot ou tard comme d,autres combats societales se repandras dans la masse des jeunes francaises d,ici peu ! plus le systeme seras neo-liberale plus la gauche seras societale et l,article ne l,indique pas mais ces deux femmes extremistes sont des militantes ELLV et jadot ne l,est as pas vires !!


  • il me tarde de voir ces "braves femmes" face à face avec la "vague" qui s’apprête à envahir définitivement l’europe ! elle leurs expliqueront leurs grands concepts des rapports hommes, femmes ! et c’est pas le petit blanc complètement efféminé qui pourras faire quoi que ce soit !

     

Commentaires suivants