Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Tueurs de Charlie Hebdo : la BBC invite ses journalistes à ne pas les appeler "terroristes"

Les islamistes, auteurs du massacre à Charlie Hebdo à Paris, ne doivent pas être qualifiés de « terroristes » selon la BBC. Tarif Kafala, responsable de la BBC en langue arabe du groupe britannique – BBC World Service – qui compte 36 millions d’auditeurs et de téléspectateurs pense que le terme est « trop chargé » pour décrire les actions du groupe qui a tué douze personnes au siège du magazine satirique.

 

La déontologie de la BBC et l’emploi du mot « terroriste »

« Nous essayons, dit-il, de ne pas qualifier quelqu’un de terroriste ou un acte de terroriste. Nous essayons de dire que “deux hommes ont tué 12 personnes dans un attentat dans les locaux d’un journal satirique”. Cela suffit, car tout le monde sait ce que c’est et ce que cela veut dire. [...] Terrorisme est un mot trop chargé. Les Nations unies ont débattu pendant une dizaine d’années pour définir ce mot et ont échoué vu la difficulté. Nous savons ce que sont la violence politique, le meurtre, les bombes et les fusillades. Nous croyons que ces mots parlent plus que le mot terrorisme et que les gens peuvent considérer comme chargé politiquement. »

Ne pas semer le doute sur l’impartialité des journalistes

Ces propos peuvent surprendre mais ils correspondent à la charte de la BBC en matière de reportages sur le terrorisme :

« La (BBC) n’interdit pas le mot mais demande à reconsidérer avec soin son emploi lors des reportages de la chaîne. Il existe des moyens de faire partager l’horreur et les conséquences humaines d’actes de terreur sans recourir aux mots “terrorisme” ou “groupe terroriste” pour en décrire les auteurs. Le jugement inhérent à leur utilisation peut amener à des contradictions ou, au sein du public, à semer le doute sur notre impartialité. Il est préférable de parler d’un acte apparent de terreur ou terroriste au lieu d’étiqueter des individus ou un groupe. »

Lors d’un attentat, la charte de la BBC conseille d’utiliser les mots « assaillant », « tireur », « kidnappeur » ou « militant » pour décrire plus spécifiquement la personne.

 

Source : independent.co.uk

Traduction et synthèse : Xavière Jardez

Voir aussi, sur E&R :

Pour un journalisme rigoureux, rendez-vous chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La BBC aurait pu utiliser "défenseurs du Prophète" dans la tuerie de Charlie Hebdo et de ... "semi-antisémites" pour le Super Kasher, vu qu’ils n’ont assassiné que 4 sémites !
    Non, la vérité est ailleurs : tout le monde sait que le terrorisme est une invention étatique et un gros mensonge. Or le mensonge finit toujours par éclore et c’est à ce moment-là qu’il ne faut plus mentir au peuple.


  • terrorist : “someone who uses violent action, or threats of violent action, for political purposes”
    (Cambridge)

    La violence ou sa menace à des fins politiques. On peut comprendre que la Beeb ne veuille pas abuser de ce terme, vu la quantité d’humanité qu’elle recouvre. Il y aurait du beau linge dans de beaux draps.


  • Je ne sais même plus si c’est du politiquement correct gerbant ou de la saine prudence ?


  • Toutes les Résistances ont eu recours au terrorisme pour terroriser les Occupants et les Collabos .

     

    • Et tous les occupants, collabos et gouvernements en place ont eu recours au terme de ’"terroristes" pour qualifier les résistants.

      En vérité il n’existe que deux typologies de terroristes :
      - les premiers sont des résistants à un Empire, ou à un autre, qualifiés comme tels dans un but de décrédibilisation,
      - les seconds sont recrutés, entraînés, armés et subventionnés par les Empires et leurs alliés pour justifier les opérations militaires, renforcer la répression, faire taire les opposants, et décrédibiliser les premiers.


    • Si vous n’êtes pas en mesure de différencier le mode opératoire de la résistance Française et celui des Kouachis/Coulibaly, ou de distinguer le civil du combattant :

      Alors je ne peux rien pour vous et ne me sens même pas de vous éclairer...


  • Dans le meme esprit,a la BBC,on ne dit pas pedophile,on dit membre de la famille Royale.


  • Le mot terrorisme et un invention de la Knesset. Il sert à ôter à une partie de la population des droits élémentaires. Avec "terroriste" nous avons aussi tout l’arsenal juridique arbitraire qui permet de supprimer les droits de lamdba sans procès.

    Le mot terroriste est une invention sémantique de ceux qui sont "Charlie", cad qui pensent que le credo judéo-maconnique " la fin justifie les moyens" est légitime pour defendre la liberté ou la pax americana.

    Est terroriste celui qui s’oppose désormais au projet politique de l’Empire.

    Le terroriste dechu de ses droits élémentaires peut désormais être parqué dans des camps de concentration (guantanamo, Abou ghraib, ..). N’ayant plus de naitonalité le terroriste est désormais un damné de la Terre sans citoyenneté et donc sans droits.

    Tandis que nos civilisé célébrent la nouvelle religion : la shoa et la dénonciation des camps nazis qui persécutaient les sans-droits d’hier.

    On n’est plus à une contradiction près.


  • Du vraie journalisme si on peut dire ! Effectivement le terme terroriste vise a faire peur aux gens, c’est une instrumentalisation politique de tueries ! Exemple, a chaque fois qu’un type tuent des gens aux États-Unis dans des centre commerciaux ou écoles, ils ne le qualifient jamais de terroriste mais bien de tireur ou de tueur alors que le but des tireurs est bien de terroriser la population ! Vous remarquerez que le mot terroriste est une exclusivité aux tueurs/tireurs musulmans ! Le double jeu des médias mainstream ne fait plus aucun doute et je crois que des millions de gens en Occident s’en sont rendus compte et gardent sa pour eux ! La masse silencieuse n’est pas aussi stupide qu’on le croit !


  • En fait. chez nous, on appelle çà un règlement de comptes.......


  • Le terrorisme c’ est Israel.


  • beh non bien sur ce n’est pas du terrorisme il ne sait rien passé, il n’y a rien de politique dans cette attaque :) C’est un fait divers malheureux !!! Bienvenue a ouiouiland !


  • Je me rappelle une interview d’Alain Soral par la BBC, en pleine affaire Dieudonné, qui m’avait prouvé qu’en Angleterre il existait encore de vrais journalistes...


  • Il y a deux semaines, un Britannique m’expliquait qu’il ne comprenait pas que l’on parle de terrorisme pour l’affaire de Charlie Hebdo vu qu’il s’agissait d’assassinats ciblés en représailles aux actions passées des victimes et d’assassinats de policiers qui étaient intervenus.

    On pourrait rétorquer que c’est bien du terrorisme car cette action intimiderait et dissuaderait d’autres personnes d’adopter le comportement qui coûta la vie aux victimes.

    Cependant, on constate que lorsqu’une personne appartenant à la pègre tue une personne innocente parce que cette dernière refusait de se soumettre à un commerce d’extortion, on ne parle pas de terrorisme alors que le but principal de ce crime est de faire un exemple pour que les autres personnes qui subissent le même racket ne soient pas tentées de résister.

    Il s’agit donc bien aussi de violences commises pour intimider et dissuader. La différence réside dans la motivation de ces actes : dans le deuxième cas, elle est vénale et dans le premier, elle est idéologique.

    Si on insiste pour dire que l’affaire de Charlie Hebdo est une affaire de terrorisme, cela veut dire que la définition officielle du terrorisme, c’est le recours à la violence dans le but d’intimider et de dissuader des personnes ou des institutions perçues par les auteurs comme portant atteinte à leur idéologie.

    On peut donc déduire que :

    - Dieudonné et Soral ainsi que des personnes présentes lors d’interventions publiques de ceux-ci ont officiellement été victimes d’actes de terrorisme.
    - La Ligue de Défense Juive a à plusieurs reprises utilisé des méthodes violentes envers des personnes afin de les intimider et de les dissuader, ce qui en fait officiellement une organisation terroriste.

    Pour conclure, on peut également se demander si Marine Le Pen fait une apologie de la violence lorsqu’elle justifie par ses déclaration l’existence de la Ligue de Défense Juive.

    En tous les cas, je suggère fortement que la statégie juridique de Dieudonné et de Soral abandonne la réaction pour se dédier a des techniques actives.


  • L’utilisation univoque du vocable "terroriste,terrorisme" permet d’une part de décrédibiliser et délégitimer et d’autre part de faire l’impasse sur les motivations et les projets politiques sous-jacents. Car le terrorisme n’est qu’un moyen coercitif d’arriver à des fins souvent politiques,comment appelle-ton les interventions armées occidentales pour maintenir ou changer le cours des évènements ? Des guerres ? Du terrorisme étatique ? L’utilisation ad nauseam du terme "terroriste" est avant tout politique il sert dans les états totalitaires ( mais pas que) à oppresser les opposants et les dissidents .La reprise de cet antienne par la masse prouve comme le dit si bien l’adage qu’un " mensonge répéta mille fois devient vérité".
    Pour en revenir à l’utilisation parcimonieuse tel que proposé par le responsable de la BBC de ce terme tant décrié ,il obeit à la volonté de ne pas être partie prenante à une guerre sémantique qui veut qu’une des parties essaie de s’attacher le consentement de sa population.


  • Encore des « massages » des merdia.. dans la stratégie de la tension ?
    Encore du flan qui sert à l’adversaire.. Les attentats on eu des victimes civiles, des innocents dans le but d’exercer une pression.. et pourquoi pas dire « terroriser » ? Attention au subterfuge du qui perds gagne (quand on perd pour gagner autre chose)..

    C’est aussi la BBC qui s’était soumis au lobby sioniste et refusait il y a des années de dire que l’armée de Tshal commettait des assassinats mais avait remplacé ça par « des opérations militaires blablabal ».. Pareil pour l’existence même de la palestine :
    http://blogs.independent.co.uk/2011...


Afficher les commentaires suivants