Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un rapport de l’ONU dévoile l’intox médiatique autour de "l’exode massif des Vénézuéliens"

La presse internationale a rendu compte, en août 2018, d’un exode massif des Vénézuéliens, fuyant la famine et la dictature du chaviste Nicolás Maduro. Ils étaient 18 000 à franchir la frontière chaque jour. À l’époque l’ONU prévoyait qu’ils seraient 5,3 millions de migrants et de réfugiés vénézuéliens dans toute l’Amérique latine à la fin 2019. On dénonçait une crise majeure.

 

Las ! Ces chiffres étaient de pure propagande : le Haut-Commissariat aux réfugiés vient de publier ses statistiques officielles au 31 décembre 2018.

- 57 % des réfugiés dans le monde provenaient de Syrie (6,7 millions), d’Afghanistan (2,7 millions) et du Soudan du Sud (2,3 millions) ;

- Les réfugiés vénézuéliens n’ont représenté que 341 800 personnes (dont un grand nombre sont retournés depuis dans leur pays).

La campagne d’intoxication médiatique, relayée dans tous les États alliés du Pentagone, était initiée en préparation de l’opération de déstabilisation de l’État vénézuélien qui débuta en décembre 2018. Elle visait à convaincre les nationaux qu’ils n’avaient plus d’avenir chez eux et les étrangers que le président Maduro était illégitime.

Il s’agit d’une claire application de la théorie des « migrations comme armes de guerre ».

Le Venezuela face à l’Empire, sur E&R :

 






Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Dommage que l’article ne propose pas le lien du rapport mentionné du UNHCR.
    Mes recherches, suite à cet article, sur le site officiel de cette organisation me donnent le chiffre de plus de 4 millions de réfugiés vénézuéliens !

     

    Répondre à ce message

  • https://www.unhcr.org/fr-fr/news/pr...

    Je ne retrouve pas ces chiffres sur le site officiel de l’UNHCR....

     

    Répondre à ce message

  • 341 800 c’est seulement le nombre de nouveaux demandeurs d’asile en 2018.
    https://www.unhcr.org/fr/apercu-sta...

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour, je ne suis pas d’accord avec les chiffres donnés dans l’article. Tout d’abord il semble que ce soit un cumulé du HCR de fin 2018. Rappelons aussi que le HCR donne les chiffres des réfugiés (qui est un statut juridique) mais c’est l’OIM (organisation internationale des migrations) qui a les chiffres les plus complet.
    Le chiffre de 5,3 millions est une estimation UN pour fin 2019. Il semble que l’on va y arriver. Je travaille dans cette région du monde et les chiffres avancés par le système des Nations Unis sont en fait un croisement entre ONG, Croix Rouge et surtout les gouvernements (qui n’ont pas du tout tous les mêmes intérêts stratégiques dans la région) cette méthode est la DTM (Displacement Tracking management). Je pense qu’elle est fiable.
    Ne nions pas les manipulations diverses sur cette crise bien entendu mais si vous déambulez dans les rues de Bogota, Quito, Santiago du Chili ou Buenos Aires aujourd’hui vous croiserez des milliers de vénézuéliens qui je vous assure ne font pas du tourisme. Ils s’intègrent d’ailleurs assez bien dans les pays voisins pour de bonnes raisons : ils parlent la même langue, même religion, culture semblable et surtout ils sont très travailleurs.

     

    Répondre à ce message

    • Moi aussi je vis dans ce coin.
      Tout à fait d’accord, il faut dire que les réfugiés venezueliens se comptent par millions, s’ajoutant à l’immense pauvreté de la zone. Le Venezuela est en train de devenir par certains endroits, une zone fantôme, toutes les villes de Colombie possèdent leur Calle Caracas, les nouveaux arrivant sont le lumpen prolétariat des villes, à la limite de l’humain, rien à voir avec ceux qui partaient avant.
      Les gens partent, laissent leur maison à l’abandon, il faut le voir pour le croire. Certaines estimations disent que le pays est passé de 30 à 10 millions d’habitants. C’est une crise migratoire donc une arme de guerre de l’ONU.
      Un bémol à ton commentaire, les derniers arrivant ne s’intègrent pas bien, la violence endémique de ces pays s’accroît.
      Personne ne sait comment va évoluer la situation.

       
    • Contrairement à mes camarades de dessus, je n’y vis pas, mais je me suis rendu deux fois en AmSud pendant un mois.

      - J’étais hébergé chez l’habitant au Brésil, en même temps qu’un Venezuelien qui avait quitté le pays pour gagner un peu d’argent à Rio de Janeiro pour pouvoir envoyer de l’argent à sa mère qui était sous traitement et qui était restée là-bas.

      Il était plutôt élogieux au sujet de Chavez, mais il m’a confirmé que les gens commençaient tous à se barrer. Vidéos ( filmées par lui-même) à l’appui.

      - J’étais aussi en Colombie, pas loin de la frontière, j’ai vu les flics vider un car entier de Venezueliens en situation irrégulière. Leur foutre la tête sur le trottoir et les embarquer pour les reconduire à la frontière. Les locaux sûr place ne semblaient pas étonnés outre-mesure, ce qui me laisse à penser que c’était plutôt fréquent.

      Je ne sais pas dans quelle mesure ces chiffres sont justes, je ne me suis pas rendu directement au Venezuela, mais ma modeste expérience me laisse plutôt penser qu’il y a un vrai phénomène migratoire.

       
  • Fondamentalement, outre les ingérences indirectes étrangères au VNZA (un vieux refrain local avec Bolivar mis à toutes les sauces) il faut bien constater la domination d’un régime qui est incapable de protéger sa population et de gérer l’intérêt général, malgré la rente pétrolière, une situation géographique plutôt favorable, une superficie confortable, des ressources naturelles conséquentes. Il y a clairement un problème de gouvernance, d’accaparement de la ressource et de corruption, par une partie de la population au détriment de la grande majorité de l’autre. Il est naturel que des gens fatigués d’être phagocytés fuient leur pays.

     

    Répondre à ce message

  • Le chiffre de 341 800 personnes correspond uniquement aux demandeurs d’asile en 2018 et non pas au nombre total de migrants qui est, selon l’ONU de 4 millions fin 2018.

    L’ONU avait annoncé effectivement 5,3 millions de migrants SUR LA PÉRIODE 2015-2019, mais pas pour 2019... En 2019, l’ONU reprend ses chiffres et indique 4 millions (soit 1,3 million de moins certes). La différence que vous mettez en évidence entre 5,3 millions et 341 800 est juste totalement incohérente et trompe les lecteurs non avisés.

     

    Répondre à ce message