Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quand Bismarck soulignait le désastre de la Troisième République française

Dans cette vidéo réalisée par SACRvideos, la mise en évidence d’une lettre rédigée par l’homme politique prussien Otto von Bismarck souligne la conscience stratégique des grandes puissances européennes quant à la nature du régime à l’œuvre en France à l’époque de la Troisième République. En l’occurrence, Bismarck précise bien qu’un retour à la monarchie en France représentait un grand danger pour le futur Empire allemand, et que le caractère antifrançais et antipatriotique de la République affaiblissait profondément la nation française.

 

 

Sur la royauté et l’histoire de France, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bazaine... Celui qui refusa de bouger ses troupes sur Sedan par petits calculs politiques.
    "La partie de billard" (Les contes du Lundi ) d’Alphonse Daudet souligne la malfaisance
    de ce triste personnage...


  • Première erreur de Bismarck : il prétend que la France ne pourra pas payer l’indemnité de 5 milliards-or demandé par l’Empire Allemand au traité de Francfort : erreur, la France paiera rapidement au point que Bismarck confessera que, s’il avait su que la France était si riche, il aurait demandé 50 milliards .


  • La Troisième était peut-être nulle mais elle a réussi à conclure l’Alliance Franco-Russe en 1892, alliance qui encerclait l’Allemagne et qui était, à juste titre, le cauchemar de Bismarck, débarqué en 1890 par Guillaume II . C’est grâce à cette alliance que l’armée allemande dû dégarnir son front ouest en 1914 pour parer à l’attaque russe à l’est, ce qui permis la victoire de la Marne et qui sans doute sauva la France .

     

  • On oublie fréquemment que le premier Président de la République fut un Empereur !
    Ca valait le coup de se débarrasser d’un Roy pour se fader un Empereur... ou plutôt " des Empereurs".
    Car l’histoire ne s’arrête pas là. Le premier Président ayant été Empereur, tous ceux qui ont suivi en sont les héritiers (tout comme les Roys furent héritiers de Clovis).
    Pourquoi ne serait-ils pas les héritiers de Napoléon III ?
    Puisqu’ils ont même hérité de Titre de l’Ancien Régime comme "Coprince d’Andorre".

     

  • Un des grands responsable de la guerre de 70, de la guerre de 14 et même de la guerre de 39 c’est... Louis XIV . Qu’avait-il besoin de conquérir l’Alsace, vieille terre germanique comme en témoigne presque tous ses toponymes et le nom de ses villages ? Etait-il assez naïf pour croire que les Allemands y renonceraient à jamais ? On comprend qu’il aie été détesté en Allemagne et que l’empire allemand aie été proclamé en 1871 dans le château de Versailles... Une des première chose que fit Hitler après sa victoire de 1940 ce fut de réannexer l’Alsace et la Moselle germanophones . Si la construction européenne se poursuit il n’est pas impossible que l’Allemagne y trouve l’occasion de remettre la main sur ses deux "provinces perdues" .

     

    • Vous ne maitrisez pas le sujet... Le Saint-Empire Romain Germanique n’avait rien d’un empire unifié mais était une fédération d’états quasiment indépendants. Bien avant Louis XIV, la France exerçait un protectorat sur l’Alsace.

      Cette région était peut être germanique mais pas allemande. L’allemagne née en 1870...


    • Effectivement, cependant, à chaque fois que la France a donner le choix par les urnes aux Alsaciens Et aux lorrains de choisir ou non la France plutôt que le Reich, les Alsaciens et les Lorrains choisirent la France. Ce qui en fait comme les savoyards ou les Bretons, historiquement les plus patriotes des français.


    • La réunification allemande est la tentative prussienne de regrouper tous les territoires de culture et de langue allemandes. L’Alsace Moselle correspond à cette définition et la revendication allemande sur la région est historiquement plus légitime que l’appropriation française.


    • Le "patois lorrain" est le francique, langue parlée par Clovis.


    • @max Pas sûr que vous maîtrisiez d’avantage le sujet. L’Allemagne de Otton Ier à Friedrich Barbarossa était unifiée et fût même la première puissance militaire d’Europe. Ce n’est pas parceque le pouvoir fût progressivement décentralisé et dominé par les Habsburg que cet état n’existait plus. Rien que le nom de l’Allemagne dont vous faites références est appelée deuxième Reich devrait vous mettre la puce à l’oreil. L’Allemagne est née en 962 et non pas en 1871 (où vous avez écrit 1870).
      @ Marionnette Pourtant quand je regarde l’Histoire, j’y vois l’opposé de ce que vous affirmez : En 1444, les Strasbourgeois ont rejeté l’union avec la France d’un cinglant "Niemals". En 1789, les Alsaciens accueillent à bras ouverts les...révolutionnaires et non les Français. C’est comme si on disait que les Ukrainiens souhaitaient devenir allemand en 1941... Sous le IIe Reich, les urnes démontrent également qu’il n’y avait pas de volonté à devenir Français puisque le vote protestataire n’a duré que durant le Kulturkampf. A la démission du chancelier, ce vote s’est effondré et a même disparu jusqu’à l’affaire Saverne.


  • Parlant du second empire Bismarck disait : " De loin c’est quelque chose, de près ce n’est rien " . Quant à la France il jugeait - après 1871 ! - que c’était "Une nation de zéros" . Qu’aurait-il dit s’il avait vécu jusqu’en 1918 ?

     

  • Natifs des Flandres, mes grands pères poilus de 14/18 ne nous racontaient que peu la guerre qu’ils avaient faite dans son intégralité et dont un était revenu gazé, chemin des dames, Verdun...ils ne voulaient pas désillusionner, blesser, inquiéter, peser sur notre enfance, ils avaient fait leur devoir, comme leurs camarades de tranchées, perdant des frères, des cousins , des copains d’enfance.
    0n est loin, très loin du devoir de mémoire obligatoire, de la shoatisation quotidienne, de la repentance répétitive, des réparations colossales, des fils et petits fils de, des procès licracrifsosras, des dénonciation dilcrasseusses...


  • N’est ce pas un peu "osé" de brandir comme vérité d’évangile les déclarations de celui qui avait été l’ennemi d’hier et qui s’est manifestement lourdement trompé, pour tenter d’accréditer votre thèse (je précise que je n’ai aucun amour particulier pour ladite 3ème république) , alors que vos affirmations constituent une contrevérité historique grossière. Bismarck s’est lourdement trompé en effet, vous indiquez que Bismarck considérait, qu’avec la République, la France ne pourrait pas dans l’avenir conclure des alliances dangereuses pour l’Allemagne : or, il y a eu à la fois l’entente cordiale avec l’Angleterre et l’alliance avec le Tsar de telle façon qu’avant le début de la guerre de 14 l’Allemagne était prise en tenaille : soit exactement ce que Bismarck prédisait, dans le texte par vous cité, comme impossible tant que la République continuerait à être le régime politique en France. Quant à la monarchie qui serait l’antithèse de la troisième république, il y a de quoi mourir de rire : le parlement français élu à l’aube de cette troisième république (février 1871) comptait 550 monarchistes pour un total d’environ 750 députés ! Je vous invite à écouter la conférence de M GUILLEMIN sur tout cela
    https://www.youtube.com/watch?v=P3o...
    Et Thiers disait aux monarchistes pour les persuader que la République c’était mieux qu’un rétablissement de la monarchie : regardez ce qu’il s’est passé, chaque fois qu’il y a eu dans le passé des élections : nous n’avons jamais eu autant le pouvoir mais avec en plus la "légitimité démocratique" car le peuple ignorant vote pour ses maîtres. Ce cynique avait mis dans le mille puisque précisément, comme indiqué ci-dessus : la première élection après 1870 a placé au palais Bourbon une majorité écrasante de monarchistes. C’est à dire de possédants qui avait torpillé la guerre de 70 pour sauver leurs fortunes : M GUILLEMIN explique cela de façon implacable, preuves à l’appui. C’était donc une république à majorité écrasante de monarchistes que cette troisième république que vous dénoncez. Paradoxal non ? A mon avis il faut chercher ailleurs les raisons de cette abomination qu’a été la guerre de 14/18. Votre raisonnement n’en n’est pas un. Vous ne démontrez rien, vous prêchez une vérité qui repose sur des erreurs historiques grossières. C’est regrettable ce, d’autant plus que vous prenez le ton de celui qui grave dans le marbre une vérité absolue. Vérité absolue prétendue et en réalité erronée.

     

    • Milton, vous n’avez pas tout saisi... Dans cette vidéo il n’a jamais été mentionné que le point de vu de Bismarck sur le déroulement politique et diplomatique des relations de la France avec d’autres puissances étrangères était chose avérée, ou devait être considéré comme vérité historique absolu. Le but de ces extraits et de montrer comment justement un ennemi de la France considérait la république pour notre pays. En règle général, un ennemi ne vous souhaite que du mal, c’est pour cela que Bismarck nous a souhaité la république ! Pour ce qui est des monarchistes, oui c’est vrai que les monarchistes n’ont pas été à la hauteur durant cette période, nous étions loin de l’éthique des Guerres de Vendée, mais en dehors de ces monarchistes-là les discours et écrits politiques du Comte de Chambord étaient d’une autre trempe. Et Bismarck le craignait. Les Royalistes avaient encore beaucoup à apprendre de la perfidie des républicains et Maurras lui-même tombera dans le panneau du piège tendu de l’Union Sacrée...


  • La république c’est la guerre !


  • Sans oublier les gueules cassées qui ont été enfermées aux Invalides comme en prison où elles ne pouvaient plus sortir du fait de leur graves blessures au visage. Apparemment, les victimes avaient interdiction de sortir car on pensait que leur handicap ferait peur aux gens. Le film La chambre des officiers nous montre une gueule cassée qui peut librement circuler dans Paris mais en réalité, il n’en était rien. Après avoir combattu pour la république, la république les a humilié.

    Le livre de Jean de Vigerie, Les deux Patrie, parle de la France et de la république et de ce qui les opposent. Un livre à lire.


  • 1ere république : dictature franc maçonne, bourgeoise et laïcarde, massacres de masse pour convertir les peuples récalcitrants, catastrophe monétaire, jacobinisme centralisateur pour détruire les spécificités locales, interdiction des représentations de corps de métiers (corporatisme), paupérisation des classes laborieuses, se termine par l’empire ... échec total.
    2eme république : née d’une (autre) révolution bourgeoise et libérale, qui élit un Bonaparte, lequel 3 ans après abolit la république et fonde l’empire pour rétablir l’ordre... échec total.
    3eme république : la laïcarde franc-maçonne par excellence, viscéralement anticléricale, remplaçant la religion catholique par la religion laïque, dogme intouchable qui fait perdre à la France ses racines identitaires (dont se sert encore aujourd’hui la FM et ses acolytes droit-de-l’hommistes comme base idéologique du mondialisme). Également république racialiste, justifiant la colonisation accélérée par un "devoir de civiliser les races inférieures" (Ferry, socialiste...). République anti-peuple qui fait tirer sur les ouvriers (Clemenceau, 1908) sur les foules (1934), qui refuse de faire une paix séparée avec l’Autriche-Hongrie en 1917 sous prétexte qu’elle est monarchiste et catholique et donc qu’il faut la détruire, donc continuer la guerre et envoyer les fils de France se faire massacrer. République qui dogmatise le roman national républicain, pour mieux "éduquer" le peuple... et pour finir, qui accouche de Vichy (les radicaux socialistes)... Échec total.
    4eme république : le chaos parlementaire, l’intrigue partisane, l’incapacité à gérer les évènements et la destinée de la France. République qui finalement se suicide en appelant le seul homme d’État français digne de ce nom au XXe siècle, pour rétablir l’ordre et donner une vision. Échec total.
    5eme république : faite par un homme providentiel, un patriote qui avait profondément compris le sens de l’Histoire de la Nation française. Sorte de monarchie républicaine, assez salvatrice au début, mais qui, une fois le monarque disparu, s’est donnée à toutes les forces de l’étranger, aux puissances d’argent, a organisé la perte de sa souveraineté comme jamais ou presque en 1500 ans (monétaire, territoriale, diplomatique, législative...). République déracinée, hors-sol, prête à faire élire un banquier libertaire, agent d’un empire oligarchique mondialiste qui veut asservir la France et ses peuples. Échec absolu !

    Combien de temps encore allez-vous y croire ??

     

  • Le comte de Chambord ne voulait pas régner car il savait qu’on lui imposerait une revanche immédiate...son histoire de drapeau n’a pas d’autres explications !

    Et savoir qu’un descendant de Louis Philippe lui succéderait n’avait rien d’enthousiasmant... !!!

    La république bourgeoise s’est imposé par défaut,donc !


  • Arrêtons de nous quereller : depuis Alésia cela fait le jeu de nos ennemis.

    La Monarchie a tué la Royauté.
    La République a tué la Monarchie.
    La France pour restaurer Sa Royauté tuera la république.

    La Destinée historique de la France passe par cette distinction préalable trop souvent escamotée : Royauté, Monarchie, République.

    La Royauté ( 496-1793) dit que le Roi est le Christ ; Le gouvernant, est lieu tenant du Roi par la grâce de Dieu, et les Français, égaux en Dignité dans la dignité la plus haute celle de Fils de Dieu, Frères du Roi, Tsarevitchs du Ciel : et Jeanne discute avec Charles VII et Martin déjeune tous les jours avec le roi Louis XIV. le pouvoir est "collégial" , le roi ne gouvernant qu’en ses conseils, et les contre pouvoirs sont partout. C’est un gouvernement à trois en osmose : Dieu, les gouvernants, le peuple.

    La Monarchie
    (1814-1830) et par extension L’Empire (1804-1815,1851-1870) Le Christ n’est plus Roi de France : la France n’a pas de "Roi" et le Christ n’est pas "Roi". Le roi est roi des Français (et non plus de France) .Son pouvoir ne vient pas de la Foi mais de la Raison. Les Français ne sont pas Fils de Dieu mais Citoyens de la Raison, seul dieu. Le pouvoir est celui d’un seul mais "assisté". les contre pouvoirs n’existent pas. La Monarchie est une pré ou post république "pseudo humaniste". C’est un pouvoir à deux, ou un et demi : les gouvernants et la France censitaire (la classe moyenne) . Dieu et la masse son exclus. Et les contre pouvoirs n’existent que dans le pré carré. C’est authentiquement un régime aristocratique

    La République (1871-2017) : Le Christ n’existe pas. Seul l’Homme est dieu et Dieu de lui-même.A cause de ce postulat ( l’Homme est Dieu ou l’égal de Dieu donc Dieu est notre ennemi), c’est un régime de l’inversion : celui qui porte la couronne n’est pas celui qui exerce le pouvoir. Le pouvoir y est toujours occulte, contre et non pas au service de son objet (le peuple, la patrie). La République française a pour raison d’être de ....tuer la France et les Français....au bénéfice exclusif de ses gouvernants occultes.....tout sauf français.......qui ont pour seul point commun ce qui les unit : la haine du Christ.

    Et donc de la France et des Français depuis qu’en 496 nous avons conclu avec Lui la Nouvelle Alliance.

    la France vit donc Sa Passion ? Oui, ce pourquoi nous ressusciterons !


  • Dans la lettre complète, Bismarck, précise qu’il ne souhaite pas un retour à la monarchie légitime, celle des Bourbons représentée aujourd’hui par Louis de Bourbon, duc d’Anjou, le roi de France Louis XX... et qu’il compte sur les Orléans pour y arriver, qui ont toujours été les alliés francs-maçons de la république pour combattre le retour de la monarchie légitime des Bourbons, actuellement Louis XX.

    "La France est partagée en Bonapartistes, en Orléanistes, en Légitimistes, et en Républicains. C’est, pour nous, comme si elle était divisée en quatre Etats indépendants et mêmes rivaux. Leur rivalité fait notre force et garantit notre sécurité. Il faut bien, il est vrai, qu’un parti finisse par l’emporter sur les autres. Heureusement pour nous, cela parait devoir être le parti Républicain.

    Par contre, travaillez de toutes vos forces à empêcher le rétablissement de la monarchie.

    Celle de Napoléon, passe encore. Elle a, elle-même, une origine et des antécédents révolutionnaires, des engagements avec les révolutionnaires de France et d’Italie ; elle est forcée de continuer à leur donner des gages, de pactiser avec eux comme par le passé.[...]

    Il n’en est pas de même des Bourbons.

    Combattez surtout la fusion entre les deux branches de cette maison. Les Orléanistes, seuls, ne seraient qu’un moyen terme. Ils auraient encore pour adversaires les trois autres partis, et laisseraient la France divisée. Ce qu’il faut surtout empêcher, c’est leur fusion avec Henri V, c’est l’avènement de la légitimité.
    " Mais d’abord j’espère que les princes d’Orléans ne se prêteront pas à la fusion. L’intérêt évident de leur patrie, leur devoir de bon Français seraient qu’ils se ralliassent ouvertement, loyalement à Henri V.
    Mais une telle conduite demanderait un grand coeur, du courage, du désintéressement, une vertu rare ; elle est trop contraire aux traditions de leur maison. L’ambition est dans leur sang.
    La lettre complète :

    http://beaudricourt.hautetfort.com/...


  • Je crois que j’ai fondu en larmes quand j’ai lu "Vive le Roi !"..


  • intéressant.


  • Une vidéo, -encore-, incroyable du SACR. À nous de la diffuser. Il y a tout, plus accessible au grand nombre qu´une belle conférence de Marion Sigaut sur la naissance e la République. J´en suis tout retourné.
    On peut rajouter que Léon Gambetta, qui proclame la République la IIIè n´est pas un notable breton.
    Également, que la FED est créée le 23 Décembre 1913, permettant le prêt á intêrèt, et une durée tout aussi folle qu´inutile de cette, première, guerre mondiale.

    Je sais enfin que Marcel Sembat est autres chose qu´une station de métro, pas un traître républicain.

    Il faut diffuser cette vidéo.


  • Vive la seule et unique véritable république, une et indivisible. Vive la la vertu, mort aux corrompus et aux traîtres alliés de l’Angleterre, de la Prusse et de l’Autriche.
    Vive Robespierre.

    La France est morte le 28 juillet 1794.

     

    • Les principaux acteurs de la révolution française émargeait auprès des puissances étrangères ! Danton était l’agent des anglais et Mirabeau celui de l’Autriche....la république maçonnique étaient bien née !

      L’argent coulait à flot au Palais Royal, rendez-vous de tous les agitateurs patentés !...lieu de débauches alcoolisées et de rencontres féminines tarifées...peu échappèrent à cet avilissement dans la luxure. Robespierre semble faire parti de ceux-là.


  • Tout ça est bien beau mais il faut pas oublier que par trois fois c’est la France qui a déclaré la guerre à l’Allemagne et non pas l’inverse comme on nous le matraque !

    Autant dire que par 3 fois, les politricards assoiffés de sang et les marchands de canons on fait massacrer le peuple français pour des raisons qui ne le concernaient pas ...

    Voir à ce sujet les cours d’histoire de M. Guillemin sur les archives de la RTS ...


Commentaires suivants