Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Venezuela : Nicolas Maduro annonce la multiplication par 34 du salaire minimum

Face à la crise traversant son pays, le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé la multiplication par 34 du salaire minimum dans le pays à compter du 20 août.

 

Nicolas Maduro a annoncé le 17 août son intention d’augmenter considérablement le revenu minimum des Vénézuéliens dès le 20 août. Au cours de l’actuel bolivar, la monnaie du Venezuela, le revenu minimum passera de 5,2 millions (moins d’un dollar au taux de change du marché noir, qui domine l’économie) à 180 millions (environ 28 dollars), ce qui correspond à une multiplication par 34.

D’après lui, le SMIC sera « indexé » sur la valeur du petro, la cryptomonnaie créée par le gouvernement vénézuélien au mois de février de cette année, et avec laquelle il entend contourner le manque de liquidités et les sanctions financières américaines.

« J’ai fixé le salaire minimum, les pensions de retraite et la base des salaires sur la base du petro moyen, 1 800 bolivars (la nouvelle monnaie, le "bolivar souverain", qui entre en vigueur lundi avec cinq zéros en moins que l’actuelle, ndlr.) », a déclaré Nicolas Maduro dans une allocution radio-télévisée le 17 août.

Un pétro coûte 3 600 bolivars souverains ou 60 dollars, sur la base du prix du baril de pétrole vénézuélien. Pour le moment, un dollar sur le marché noir équivaut à 5,9 millions de bolivars.

De plus, la taxe sur la valeur ajoutée augmentera de 12 % à 16 % dans le pays.

Pendant ce temps, le taux d’inflation annuel au Venezuela a atteint 82.77 % en juillet, a écrit Rafael Guzman, de la Commission des Finances du Parlement vénézuélien, Twitter.

Comprendre la situation au Venezuela avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Question aux "anciens" et aux connaisseurs : peut-on faire une analogie de cette évènement vénézuélien avec le passage de l’ancien au nouveau franc ? Et pourquoi ?
    Oui elle est naïve, stupide peut-être, mais sincère.
    Merci d’avance !


  • Quenelle de 34.


  • Le plus tragique dans cette histoire, ça reste les commentateurs français (ici même) qui vont lui faire la morale alors qu’ils sont membres d’un pays dirigé par Macron ce qui devrait suffire à faire taire toute critique de notre part.

    La honte de la dissidence ça reste cette idée de traquer le gauchiste partout, jusqu’au Venezuela. Soit, LE pays devant lequel tout le monde en France devrait baisser les yeux. Parce que pendant que nous, pendant que nous jouissons comme des porcs dans notre état de dominés et d’esclaves, eux se prennent tous les jours dans les dents les coups de l’impérialisme américain, qui, contrairement au bolivarisme, est bien le seul vrai fautif de la situation actuelle du Venezuela.

     

    • Ils sont attaqués parce qu’ils sont faibles, c’est un tout.


    • « Ils sont attaqués parce qu’ils sont faibles, c’est un tout. »
      On peut tout aussi bien dire qu’ils sont faibles parce qu’attaqués, ou dit autrement qu’on les attaque pour les affaiblir. La notion de fort-faible est relative. Ça élargit la notion de « tout ».


    • Il.faut vivre au venezuela pour avoir une idée clair des choses.
      J y habite et je peux vous dire que la plus grande responsabilité de cette situation en incombe le gouvernement par sa corruption et sa gestion désastreuse.
      Si le venezuela importe tout (ce qui rend la vie imposible au venezuela ) c est parce que se pays ne produit plus rien et importe.tout. tout ca en raison des expropriations.

      De toute manière qu il augmente ou non les salaires qu il enlève des zeros ou non ça ne changera rien. Il n’y a plus aucun contrôle dans ce pays.
      Le marché noir domine les polices et militaires racquettes et le gouvernement oblige ses fonctionnaires a défilés dans la rue pour faire croire que des gens soutiennent le gouvernement.
      De toute manière ça en est fini de ce président et du chavisme, la population dans son plus grand ensemble les plus pauvres compris vomissent tout cela.


    • "la population" tu veux dire les venezueliens gringos ou les venezueliens de souche (indios métis) ? quelque chose me dit dans mon oreille de cerveau malade qu’il y a une séparation entre ces deux populations...


    • ’’..l’impérialisme américain, qui, contrairement au bolivarisme, est bien le seul vrai fautif de la situation actuelle du Venezuela.’’

      Il faut ouvrir les yeux mon ami, il est trop facile de mettre tout les problèmes du monde sur le dos des ’américains’. La situation actuelle au Venezuela comme dans beaucoup de pays du tiers monde est avant tout la faute aux peuples eux mêmes et à leurs dirigeants : corruption, mal gestion, oubli des valeurs du travail et du mérite et surtout culture de la victimisation....

      ’’ S’il n’y a pas d’ennemi à l’intérieur, l’ennemi extérieur ne peut nous faire aucun mal ’’.

      Je suis africain et j’ai vécu au Venezuela, de ma petite expérience personnelle je peux vous dire qu’il y a un monde entre le discours salvateur de Chavez et ses zbirs et la réalité des pratiques qu’ils ont établi : dictature, corruption, ’erreurs’ économiques flagrantes ... en gros du populisme pure et dure.

      Pour finir et avant de recevoir toutes les insultes des ’chavistas’ parisiens confortablement installés derrière leurs écrans : la fille de Chavez vit à New York comme ’représentante à l’ONU’ et le reste de sa famille est encore aujourd’hui confortablement installé dans la villa présidentielle et jouit de tous les avantages que l’on peut imaginer....ironique pour un homme qui prônait le :
      ’’ser rico es malo’’.

      peace .


    • minsandov@gmail.com
      Ce que vous dîtes est confirmé par mon collègue de travail qui est Vénézuélien de mère française.
      Ils ont tout perdu et essaient de se reconstruire en France.
      Bien que Chavez a fait certaines bonnes choses, le résultat est finalement catastrophique.
      Le communisme cela ne vaut rien.


    • @ S.A

      Commentaire intéressant, mais comment expliquer alors le fait que le peuple ait réélu Maduro plusieurs fois ?


    • Au Venezuela contrairement aux autres pays d’amerique latine la fracture n est pas vraiment existante en fonction des origines. Les vénézuéliens blancs ne se considèrent pas plus vénézuéliens que les populations indigènes (très peu nombreuses) et vice versa. Le vénézuéla c est un métissage complet avec une présence très importantes de descendant d Européens, espagnols, italiens portugais.
      Ici tous le monde adore sa patrie,et cet amour est sincère peut importe son origine ou sa classe sociale.


    • Comment expliquer que le peuple ait réélu maduro ?
      Je ne pouvais pas croire avant a cela, mais je pense et par observation qu il y a plusieurs facteurs. Une fraude concernant le nombre de votant car vraiment dans les bureaux de votes campagnes ou ville il y avait personne.
      Aucune présence dans cette élection d’opposants serieux (car tous intelligibles...pour certains incriminés de corruption ce qui est soit dit en passant la pratique de tous mais des ministres, maires et autres politicards chavistes).
      On gagne des bons (de qq milions de bolivar) au Venezuela si on vote bien (il faut se présenter dans les.tentes rouges a la sorties des bureaux de votes). Contre la preuve que l’on ait voté on reçoit qq jours après un texto nous informants d’un virement sur le compte. (Les opposants ne se soumettent pas a aller pointer dans les tentes rouges pour qq milions de bolivars).
      Le soir de l élection dans les barrios, le bruit des casseroles ont retenti, et il n’était pas rare de voir des parents et grands parents pleurés comprenant que leurs enfants ou petits enfants allaient devoir émigrer.
      Il est difficile au Venezuela de rencontrer des chavistes.... c est le constat que je fais après plusieurs mois passés la bas.


  • Une inflation à l’Allemande, perte totale du contrôle d’une monnaie problématique depuis longtemps avec le dollar comme ’’adversaire’’ et une situation de pénurie généralisée comme moteur. Le VNZA ne produit quasiment rien d’autre que du pétrole et importe donc beaucoup, ce qui fait exploser les prix quand l’offre se tarie faute de moyens ou qu’une volonté délibérée des fournisseurs organise la pénurie. De plus le problème de la vie sous le tropique c’est qu’elle peut se limiter à peu de choses, ce qui est antinomique avec une économie capitaliste et ses structures monétaires classiques. La corruption endémique ne facilite pas les choses. En fait ils vont droit au prochain putch militaire que leur prépare la USA (comme d’hab...)...


  • Bien que je sois favorable aux cryptos, je trouve que c’est encore un peu tôt pour l’adoption a l’échelle d’un pays


  • Il peut multiplier par 100, ça ne changera rien. Instaurer un salaire minimum est, et sera toujours une calamité pour les salariés.

     

  • ’’Pour le moment, un dollar sur le marché noir équivaut à 5,9 millions de bolivars.’’

    La République de Weimar du Venezuela... ils se font saignés à mort par les maîtres de l’usure bancaire qui contrôle l’Empire ricain.


  • C’est ce qui attend la France si jamais elle quitte l’Euro, nos ’’alliés’’ d’outre-atlantique vont saigner à mort la nouvelle monnaie nationale comme ils le font déjà massivement au Venezuela et commence à le faire en Iran et en Turquie....
    Le dollar sera toujours le plus fort et invincible tant que le pétrodollar dominera le marché de l’énergie et que les ricains maintiendront leurs puissance militaire pour protégé le système ’’pétrodollar’’.
    Si la Chine du jour au lendemain abandonne le dollar, les ricains vont fermer les voies commerciales maritimes autour de la Chine avec leurs portes-avions , leurs destroyers et leurs sous-marins ainsi la Chine devra plier d’où la course à l’armement de haute technologie qui à actuellement cours en Asie.

     

  • Excellent.


  • Si il ne fait aucun doute qu’une telle augmentation est très certainement supportable par les très grandes entreprises, qu’en est-il pour les artisans et les petites et moyennes entreprises dont l’essentiel des activités économiques est centré sur le marché intérieur ?
    Par exemple une multinationales pétrolières au Venezuela est en mesure d’assumer une telle augmentation du salaire minimum...mais la petite entreprise locale de plomberie, le petit paysan qui a un ouvrier agricole pour l’aider...ne pourra pas assumer une telle augmentation ! Car leurs revenus sont indexés et proportionnels au pouvoir d’achat moyen (faible) sur le marché intérieur. Donc si les agriculteurs, plombiers, électriciens, maçons... se voient contraint de multiplier par 34 le salaire minimum de leurs ouvriers, il y aura forcément une répercussion sur le prix des denrées et services vendues. Ceux parmi nous qui sont petits entrepreneurs avec des employés, pouvez-vous imaginez de juste multiplier par 3 leur salaire ? Vous pourriez probablement assumer une augmentation de 25 à 50% en sacrifiant un chouïa sur vos propres revenus...mais 300% ?
    Ou alors ce salaire minimum vénézuélien fixé si bas à la base ne s’applique que pour une infime minorité de la population et que les faits la plupart des salariés gagnent beaucoup plus ? Il y a des choses qui m’échappent...

     

    • Ce qui vous échappe c’est l’hyper-inflation qui frappe le pays. Actuellement les ouvriers sont payés moins d’1$ par mois !!! Et après la multiplication par 34, il seront payés 28$ soit moins d’1$ par jour. Quand on regarde en dollar, ça relativise beaucoup l’augmentation pas vrai ?
      La mesure va alimenter encore plus l’hyper-inflation, mais pour le moment, avec leur salaire, les ouvriers, et surtout les fonctionnaires (la plupart des autres doivent se faire payer en dollar), ne peuvent tout simplement plus s’alimenter.
      Il ne faut pas analyser la mesure à l’aune de la situation Française. Cela n’a juste rien à voir. Les fonctionnaires Vénézuéliens doivent actuellement faire la manche après le travail pour pouvoir manger et c’est le genre de situation qui mène à une révolution.
      Il n’y a pas à dire, la guerre économique peut faire plus de dégât qu’une guerre conventionnelle.


    • 300% d’augmentation revient à une multiplication par 3 du salaire, là on parle d’une augmentation 3400%.
      Depuis le début de la crise du bolivar, l’inflation a été beaucoup plus forte que ça. La mesure est donc loin de compenser la perte de pouvoir d’achat des habitants.
      Les commerçants locaux pour beaucoup refuse désormais d’être payé en bolivar : vous vendez une paire de chaussure 34 000 000 de bolivars et le lendemain elle en vaut 40 000 000, ce qui vous empêche de refaire un stock et vous mène à la faillite.


    • Les fonctionnaires venezueliens ne font pas la manche a la sortie du travail. Ce sont les mieux lotis. Ils recoivent des bons de l etat et recoivent le double de carton alimentaire.


  • La criminalité n’a jamais été combattue sérieusement par les gouvernements chavistes.
    Or le Venezuela aurait pu s’appuyer sur Cuba qui est exemplaire en ce domaine.
    Cette criminalité généralisée sur tout le Venezuela l’a empêcher de développer une industrie touristique génératrice de devises étrangères
    Gouverner c’est prévoir. Les gouvernements chavistes n’ont jamais envisager d’autres revenus que le pétrole... funeste aveuglement

     

    • Tu ne peux pas comparer le Venezuela avec Cuba ! Il n’y a pas eu de révolution à proprement parlé au Venezuela, des pans entiers du pays sont encore entre les mains de la haute bourgeoisie, il y a d’énorme tension entre les chavistes et la bourgeoisie...
      En ce qui concerne Cuba quand Castro et son équipe sont arrivés au pouvoir la quasi totalité de la bourgeoisie cubaine a fuit d’elle même ou a été embarquée dans des navires pour être exilée en Floride. Les castristes avaient le champ entièrement libre pour faire tout ce qu’ils voulaient. De plus ils avaient hérité d’une société essentiellement agricole et donc par définition peu sujette à la criminalité. Les paysans du tiers-monde aussi pauvres soient-ils ne volent pas, ne tuent pas...courbent l’échine et bossent. En revanche les chavistes ont pris le pouvoir dans un pays déjà moderne et clivé entre une riche bourgeoisie, une classe moyenne et un lumpenprolétariat à la brésilienne vivotant de diverses magouilles...or la criminalité inhérente au lumpenprolétariat ne se règle pas à coup de matraque, les Brésiliens ont essayé sans résultat (escadrons de la mort, envoie de l’armée dans le favelas...)...il faut une économie solide pour absorber ces masses de crevards dans le monde du travail...tout ceci ne se fait pas du jour au lendemain.


  • Une initiative salutaire que l’on devrait copier,
    pour stopper l’infernal compteur de la dette "publique" par exemple.
    On ne peut pas compter en millions en vivant dans la misère...
    Encouragements à Maduro !

     

  • Le Chavisme est là pour nous rappeler à quel point le communisme c’est économiquement une aberration.
    Le rôle de l’état n’est pas d’organiser la production de A à Z de l’économie d’un pays, c’est là qu’il faut laisser la liberté d’entreprendre aux individus en GARANTISSANT la propriété privée car les gens veulent bosser pr eux même, pas pr le kolkhoz...

    Le rôle de l’état c’est de garantir par la loi l’équité économique, point barre, sinon on tombe chez les coco, et on sait où sa mène depuis au moins 1917.

     

    • Il n’y a pas de kolkhoz au Venezuela : Chavez n’a pas nationalisé toute l’économie, seulement l’industrie pétrolière. En conséquence de quoi, on ne peut pas considérer son régime comme du communisme stricto-senso. Le terrorisme intellectuel n’est pas l’apanage exclusif de la gauche pas vrai ?


    • Chavez n’a pas nationalisé que l’industrie pétrolière mais tous les différents pan de l’économie. Agriculture, fabrique diverses et variées, transports etc.... c’est pour cette raison que les vénézuéliens le rendent responsable de cette situation, car selon leurs dires toutes ces entreprises nationalisés ne produisent plus ou de très mauvaises qualités.


Commentaires suivants