Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Vincent Peillon détaille son plan pour l’école numérique

Le ministre de l’Éducation Vincent Peillon a présenté le détail de son plan pour l’école numérique, qui débutera dès la rentrée 2013, avec une série d’objectifs à horizon 2017. Le premier service public de soutien scolaire en ligne sera proposé en septembre.

[...] Outre le renforcement de l’équipement informatique et réseau des établissements scolaires, le plan Peillon (.pdf) prévoit toute une série de mesures et de dispositifs pour optimiser l’utilisation pédagogique du numérique. À commencer par la formation et l’implication des enseignants, qui seront incités à utiliser des ressources numériques mises à leur disposition par le ministère, et à partager leurs propres supports pédagogiques avec les autres enseignants. Un réseau social dédié sera ainsi préparé en concertation avec eux à partir de l’année 2014, avec pour objectif de permettre aux professionnels de l’éducation de « co-élaborer et partager des contenus et services pédagogiques numériques ».

Le ministère prévient même que l’investissement des fonctionnaires dans l’accompagnement du déploiement de l’école numérique sera « pris en compte dans les promotions et évolutions de carrière ».

Un service public de soutien scolaire en ligne

Dès la rentrée 2013, un premier service public de soutien scolaire en ligne sera proposé pour les élèves de 6ème en établissements d’éducation prioritaire, pour les cours de français, mathématiques et anglais. Une mesure qui concernera environ 30 000 élèves en difficulté, qui seront amenés à utiliser ce service depuis le collège, en la présence d’un référent de l’établissement scolaire. Un dispositif en ligne sera également accessible à domicile, avec « un ensemble de parcours personnalisés interactifs, adaptés au niveau, aux difficultés et aux besoins de chaque élève » (mais malheureusement, il semble que seuls les élèves présélectionnés pourront y avoir accès).

Lire le reste de l’article sur numerama.com

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "Vincent Peillon est issu du côté maternel d’une famille alsacienne. Sa mère Françoise Blum, née en 1930, fut directrice de recherche à l’INSERM, spécialiste en physiopathologie de l’hypophyse et de la prolactine, son grand-père était le professeur Léon Blum (1878-1930), grand spécialiste de la physiopathologie rénale à Strasbourg, initiateur de l’insulinothérapie en France, fils aîné du rabbin Félix Blum (1847-1925) et de Jeannette Lederman, et sa grand-mère Thérèse Lion (1894-1985), née à Caen, fille d’un assureur de Moselle, avocate et féministe, dont le militantisme marqua particulièrement le jeune Vincent."

    Un CV pour le moins salé.

     

  • Professeur d’histoire-géographie, je bénéficie d’un ordinateur portable en salle avec vidéo-projecteur.

    C’est tout ce dont on a besoin et à 99% les enseignants autour de moi en ont rien à péter du numérique et veulent surtout la fin du collège unique qui a fait tant de mal au niveau globale des élèves et mis un coup d’arrêt à l’élitisme "méritocratique". Vous savez, à l’époque où un certificat d’études, brevet et autre baccalauréat avaient une réelle reconnaissance sociale et professionnelle.


  • Mariage pour tous ---> destruction du mariage.
    Ecole numérique pour tous ---> destruction de l’école.
    A compléter.

     

  • Il est a craindre que l’école" numérique", ce devienne alors un peu Big Brother : il sera dès lors facile à nos Maitres sionistes de controler étroitement notre enseignement, surtout en ce qui concerne l’Histoire et l’instruction civique, les deux matières les plus "politiques". Jusqu’a présent les profs d’Histoire, qui ne sont pas tous des robots politiquement corrects, ou plus exactement sionistement corrects , pouvaient risquer des propos anti-conformistes, afin de mettre la" puce a l’oreille" a leurs élèves, leur permettre de résister à la propagande du gros média pro-israelien : ce ne sera plus possible avec ce "mouchard" informatique. N’oublions pas que Peillon est juif par sa maman (Florence Blum), par sa chère épouse, Esther, et par ses enfants ( Bar Mitzva ) ; il aurait bien voulu que la jeunesse Française se détruise encore davantage par la drogue en demandant que le cannabis soit dépénalisé mais on lui a signifié que la demande était sans doute un peu prématurée...

     

    • #308384
      le 21/01/2013 par arcadia,grand marabou
      Vincent Peillon détaille son plan pour l’école numérique

      bien vrai votre analyse,un prof de d’histoire nous avait expliquer les symboles des drapeaux.

      je me souviens toujours,pour celui des USA,les étoiles pour territoires

      (il reste de la place)et les bandes rouges et blanches,le sang OU la paix !


  • Cela fait des années que chacun y va de sa réforme..
    Est-ce que le numérique va alléger les cartables ?(c’est tellement pratique de trimballer tous les jours une partie de ses livres de l’année alors que seulement quelques pages sont utilisées à chaque cours ,et tellement bon pour le dos de jeunes en pleine croissance)
    Ou est la notion d’apprentissage du plaisir d’apprendre ?
    Je plains les profs dans leur mission de performers du passage "du programme" à qui on tend une carotte :"fais ce que je te dis faire ,c’est cela être un bon prof,et ton salaire suivra"Avec évaluation par un(e) inspecteur/trice "bac + 5" qui n’a jamais eu d’élèves en face de lui/elle...
    Je constate en tout cas une chose:l’école n’encourage que très peu l’éveil de vocations(ça commence timidement avec les stages de 2/3 jours en milieu professionnel)et ne prépare en rien aux choses pratiques de la vie.
    Tout au mieux transmet-elle des pistes pour se cultiver par soi-même et ne sert que de passeport pour ce qu’un jeune souhaite réellement faire,sans lien pour autant avec ce qu’on aura tenté de lui mettre dans la tête au préalable.


  • Faudra aussi mettre un tablier peut être ?Ministre de mes deux...

     

    • Nous voyons l’idiotie de nos républicains. Le soutien scolaire est là pour pallier l’éducation nationale. Au lieu de réformer, l’école, les programmes, la formation... afin de faire disparaître le soutien scolaire, ils vont créer un service public du soutien scolaire. Si c’est avec les mêmes, ils vont encore se plante et cela va coûter tard.

      C’est toujours le même problème, au lieu de s’en prendre aux causes, on préfère en faire un service public.


  • traduction de la déclaration en effaçant la "surcouche" politiquement correcte ; " on sait bien que tous les professeurs on déjà de quoi produire des documents éducatifs chez eux , mais leurs ordinateurs personnels peuvent être configurés pour bloquer les flux entrants/sortants , ce n’est donc pas ce qui nous intéresse , ce qui nous intéresse c’est de pouvoir fliquer les élèves et les contenus des cours avec toutes ces jolies webcams et le réseau intranet du lycée qui ne sera bien sur pas configurable a volonté par le professeur , histoire qu’une vague remarque de professeur de mathématique concernant l’incohérence entre la quantité de shit fumée par an en France et la méthode propagandisée de passage de ces substances a la frontière ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd comme ce put être le cas , de façon a ce que la "malchance" frappe cet élément prompt aux intelligentes élucubrations qui pourraient contaminer les esprits de notre précieuse jeunesse .... Jeunesse qui si elle vient du mauvais milieu , ou a de mauvaises idées pourra elle aussi , planter des examens entiers a cause de bien sélectifs "malfonctionnements informatiques " , car oui l’étape suivante ( après avoir versé des millions a microsoft en équipements ) , sera bien l’étape des examens sur ordinateurs ( auxquels on prêtera bien entendu moultes vertus , facilité de correction des qcms etc .. que sais-je ...) .... comme le vote électronique en somme ... beaucoup plus facile a trafiquer ^^ , en effet reléguer les masses dans des quartiers insalubres avec des salaires si misérables qu’ils n’ont pas accès a la culture marche plutôt bien pour barrer l’accès aux hautes fonctions des petites gens , mais l’informatique permettrais de rendre cela encore beaucoup plus systématique et précis " ... cordialement ... votre ministre