Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La génétique éclaire le débat sur l’origine des juifs d’Europe

Les Juifs d’Europe trouvent leur origine dans un mélange d’ascendances, dont de nombreuses proviennent de tribus du Caucase qui se sont converties au judaïsme, selon une étude de génomes publiée jeudi.

Cette enquête, selon son auteur, devrait régler un débat de plus de deux siècles.

Les juifs d’origine européenne, les Ashkénazes, représentent environ 90 % des plus de 13 millions de juifs dans le monde aujourd’hui.

Selon l’hypothèse dite « rhénane », les Ashkénazes descendent des juifs qui ont fui la Palestine après la conquête musulmane en 638 après J.C.

Toujours selon cette hypothèse, ils se sont installés dans le sud de l’Europe, puis, à la fin du Moyen Âge, environ 50.000 d’entre eux se sont déplacés de la Rhénanie, en Allemagne, vers l’Europe de l’Est.

Certains estiment cependant cette hypothèse invraisemblable, car le scénario est impossible en termes démographiques.

Cela supposerait un bond de la population des juifs d’Europe orientale de 50 000 individus au 15e siècle à environ huit millions au début du 20e siècle.

Le taux de natalité aurait été ainsi 10 fois supérieur à celui de la population locale non-juive. Et cela malgré les difficultés économiques, les maladies, les guerres et les pogroms qui ont ravagé les communautés juives.

Pour tenter d’y voir plus clair, une étude publiée dans la revue britannique Genome Biology and Evolution a comparé les génomes (qui forment le patrimoine génétique) de 1287 individus non apparentés descendants de huit groupes de population juifs et de 74 non juifs.

Le généticien Eran Elhaik (Ecole de Santé publique Johns Hopkins, Baltimore, États-Unis) a passé au crible ces données, à la recherche de mutations dans le code ADN liées à l’origine géographique d’un groupe.

Ces indicateurs ont déjà été utilisés dans le passé pour faire la lumière sur les origines des Basques ou des Pygmées d’Afrique australe.

Parmi les juifs d’Europe, le généticien a trouvé des signatures ancestrales qui pointaient clairement vers le Caucase et aussi, mais dans une moindre mesure, vers le Moyen-Orient.

Ces résultats, a déclaré Eran Elhaik, viennent appuyer la théorie rivale de l’hypothèse rhénane, connue sous le nom d’« hypothèse Khazare ».

Selon cette théorie, les juifs d’Europe orientale descendent des Khazars, un mélange de clans turcs qui se sont installés dans le Caucase dans les premiers siècles de notre ère et, influencé par les juifs de Palestine, se sont convertis au judaïsme au 8e siècle.

Les juifs khazars ont construit un empire florissant, attirant des juifs de Mésopotamie et de l’Empire byzantin.

Ils ont tellement prospéré qu’ils ont essaimé en Hongrie et en Roumanie, plantant les graines d’une vaste diaspora.

Mais l’empire khazar s’est effondré au 13e siècle, attaqué par les Mongols et affaibli par des épidémies de peste noire.

Les juifs khazars ont alors fui vers l’ouest, s’installant dans le royaume polonais et en Hongrie, où leurs compétences en finances, en économie et en politique étaient très appréciées. Selon l’hypothèse khazare, ils se sont finalement répandus en Europe centrale et occidentale.

« Nous concluons que le génome des juifs d’Europe est une mosaïque de populations anciennes, incluant des Khazars judaïsés, des juifs gréco-romains, des juifs de Mésopotamie et de Palestine », a expliqué Eran Elhaik.

« La structure de leur population a été formée dans le Caucase et sur les rives de la Volga, avec des racines qui s’étendent à la région de Canaan et aux rives du Jourdain », a-t-il poursuivi.

Selon Eran Elhaik, l’histoire esquissée dans les gènes est étayée par les découvertes archéologiques, par la littérature juive qui décrit la conversion des Khazars au judaïsme, ainsi que par la langue.

L’histoire des Juifs en Europe et dans le monde, avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • si vous lisez l’histoire des khans mongols c’est n’est pas etonnant qu’un tel rouleau-compresseur fait disparaitre l’empire khazar de l’histoire. les gars des caucauses sont corriaces. N’oubliez pas que les mamelukes, les janissaires, quelques dirigeants turcs, iraniens sont les precurseurs a Josef Stalin. En plus les georgiens ont un alphabet unique au monde.

     

    • Staline s’ppelait en fait Djougachvili ce qui veut dire en georgien " fils" (vili)de " Juif " (Djouga). A la Libération, toutes les vitrines des boutiques du sentier et de la rue des Rosiers exposaient une photo de "Staline"... Les pauvres professeurs d’histoire de l’éducation "nationale" n’ont évidemment pas le droit de le dire a leurs élèves... sous peine de renvoi dans les 24 heures...avec menaces afférentes.


    • C’est quoi ces conneries tarzan ? Staline était anti-sémite. Alors fils de juif ou pas, ça change quoi ?


    • Arrêtons avec la désinformation paranoïaque...

      http://www.voxnr.com/cc/d_pays_est/...

      "Signification de Djugachvili

      Concernant le nom « Djugachvili » lui-même, signifiant soi-disant « fils d’un juif », d’une évidence accablante, Jacob Djugachvili écrit :

      « J’espère que vous avez vu l’arbre généalogique sur mon site web, de sorte que je n’aie pas besoin d’expliquer mes origines.

      Je commencerai par la fin de votre message. Avant tout, vous devez savoir que dans l’alphabet géorgien il y a deux consonnes ‘G’, un qui se prononce comme la première lettre de ‘Great’ et un autre ‘G’ qui se prononce comme le ‘R’ français, donc notre nom se prononce ‘Dju’ ‘r’ ‘achvili’. D’habitude notre nom s’écrit Dzhugashvili, parce qu’il n’y a pas de ‘J’ dans l’alphabet russe, donc les Russes utilisent deux lettres, ‘D’ et ‘ZH’ … J’ai donc décidé de l’écrire JUGASHVILI parce que l’alphabet anglais me permet d’utiliser un ‘J’ à la place des trois lettres ‘D’, ‘Z’ et ‘H’… Maintenant, la chose principale concernant l’origine du nom : il y a un village dans l’est de la Géorgie (la Kakhetia – une région vinicole, vous en avez probablement entendu parler) appelé Ju ‘r’ aani… »

      Jacob Djugachvili ajoute :

      « …Il n’existe pas de mot JUIF pour désigner les Juifs en langue géorgienne… Juif en géorgien se dit ‘EBRAELI’, donc la théorie du ‘fils de juif’ (qui est très tentante si l’on examine notre nom à la lumière de sa prononciation anglaise) est simplement erronée… »


    • A mon VDD :
      Juif en géorgien se dit "ebraeli" -ებრაელი (vérifiez vous même dans google translate par exemple)
      Djouga vient plutôt d’un village.

      Staline a sauvé la Russie de la mainmise d’une certaine élite -Trotsky, Zinoviev, Kamenev pour ne citer qu’eux.
      Je crois sérieusement qu’il a été un agent de l’Okhrana à un moment de sa vie, et a su préserver la nation comme l’a fait jadis Napoléon. Le modèle stalinien est celui du socialisme national et d’une certaine décence commune. Ne pas oublier qu’il a été assassiné pendant le Pourim alors qu’il protestait contre le cosmopolitisme apatride qui avait réussi à reprendre des forces en URSS suite aux épurations des années 30’.
      Je n’excuse pas cet homme, mais imaginez s’il avait pas été là, placé par la Providence... Qui aurait pris le pouvoir de la Sainte Russie ? Trotsky évidemment...


    • Oui,Staline est le surnom de Joseph Dougatchvili.....MAIS,il est fort possible que son père ne soit pas Vissarion mais un prince géorgien que sa mère avait connu quand elle faisait des ménages !!
      à vrai dire,la vie bien libre de celle-ci était connu dans toute la géorgie !!!!
      Mais Staline n’a jamais voulu savoir la vérité quoique le portrait de son vrai père existe encore (avec une ressemblance frappante !) et n’a pas assister aux obsèques de sa mère !
      Il est aussi possible que le "charmant géorgien",si cher à Lenine,ne l’a été que sur un malentendu avec son vrai nom !


    • Il ne faut pas oublier que Staline était entré dans un séminaire pour devenir un prêtre orthodoxe, avant de changer de cap. A ce que je sais son nom pourrait être d’origine ossète mais géorgienisé, certains disent qu’il était demi-ossète, demi-géorgien, ce qui expliquerait qu’il ait renommé la région de samachablo en ossétie du sud pour faire cadeau aux ossètes.
      Le mot Djouga pour juif est faux ami anglophone, juif en géorgien c’est ebraeli comme indiqué par d’autres http://translate.google.com/#en/ka/jew.


  • Je pense que se sont les gog et magog d’aujourd’hui peut être en tout cas beaucoup doivent avoir des ancêtres de ces deux communautés on sait que beaucoup de juifs se réclament juif alors qu’ils n’ont pas un seul ancêtre palestinien.


  • Imaginez que dans quelques années chacun possède un boitier portatif qui lui permette d’identifier le code gé nétique de son interlocuteur, sa composition raciale si je puis dire, qu’adviendra-t-il de la liberté ?...

     

  • "Les juifs d’origine européenne, les Ashkénazes, représentent environ 90 % des plus de 13 millions de juifs dans le monde aujourd’hui."

    C’est donc bel et bien une ineptie lorsque les Juifs sionistes osent prétendre - ceci justifiant cela et servant de prétexte - que la colonisation en Palestine est synonyme de "retour sur la terre des ancêtres". La plupart n’ont pas une goutte de sang sémite et n’ont rien à voir avec les Hébreux (contrairement à bon nombre de Palestiniens descendants d’Hébreux convertis à l’Islam). L’Etat d’Israël est une véritable anomalie chimérique. Et le mensonge continue comme si de rien n’était, avec le soutien de nos "élites".

     

    • "avec le soutien de nos "élites"."

      Nos élites laïques ... petite contradiction quand on soutient un projet biblique...


    • Selon Reed, ce chiffre de 90% est totalement fallacieux. C’est une invention de ces ostjuden visant à s’accaparer LA légitimité de pouvoir parler au nom d’une communauté juive massivement assimilée à l’ouest. Le putch aurait eu lieu à Bâle lors du congrès sioniste de 1897, devant les yeux médusés de pantin Herzl...


    • Terre promise par dieu (qu’ils ont finalement acheté par la suite, ce qui constitue un blaspheme ), et non pas "terre des ancêtres"

      Les juifs ne parlent jamais de "terre des ancetres", ils savent et le disent (voir rav ron chaya), en dehors de la raison Torah, ils n’ont aucune légitimité en Palestine.

      Parler de "terre des ancetres" n’a donc aucun sens


    • C’est surtout ce que les ashkénazes veulent faire croire depuis longtemps : voir Douglas Reed "La controverse de Sion". Les antisionistes reprenant cette statistique avec empressement bien sûr. Mais ce chiffre est vraiment douteux.


    • 90%, 50%, ... ? Je serais déjà curieux de connaître la proportion de Juifs d’origine sémite ne serait-ce qu’en Israël. Et cela arrive fréquemment que des Juifs sionistes se réclament de leurs soi-disant "ancêtres en terre d’Israël" (entre autres prétextes) pour justifier la colonisation en Palestine. Certains ne doivent même pas le faire exprès si c’est ce qu’on leur martèle dans le crâne depuis l’enfance. D’autres croient bien dur comme fer que Moïse avec l’aide de Yahvé a ouvert la Mer Rouge en deux. Alors un peu plus un peu moins.


  • Enfin la preuve de l’imposture par la science ! Il est désormais avéré que ces gens sont aussi sémites que je suis amérindien !

    Mort de rire !... ^_^

     

    • En fait les juifs n’ont jamais vraiment dit qu’ils étaient sémites. A l’origine ce terme leur a été accolé au 19è siècle par ceux qui se définissaient comme étant de "race aryenne" et se disaient "anti-sémites" par opposition aux juifs qu’ils considéraient comme une race distincte, de "race sémite" justement.


  • juste une rectification :

    les juifs n’ont pas quitté la Palestine au moment de la conquête musulmane de celle ci, ils l’ont quittée bien avant, au temps des guerres contre les Romains, en 70 et 132 après JC .. et la destruction du temple de Jérusalem.

    et d’ailleurs si les Juifs étaient encore restés majoritaires après cette guerre, ils auraient sans doute reconstruit le temple.

    la réalité c’est que cette guerre a provoqué un exil massif des Juifs de Palestine vers l’Italie, l’Espagne et le Maghreb.

    et ceux qui sont restés se sont convertis au christianisme.

    au moment de la conquête musulmane de la Palestine (en 641, et pas en 638) la Palestine était peuplée de chrétiens .. et non pas de Juifs.

    et d’ailleurs une bonne partie des Palestiniens d’aujourd’hui sont toujours chrétiens.

     

    • rectification de la rectification :
      il n’y a pas eu d’exode juif (ni spontané ni sous forme de dispersion opérée par le pouvoir romain) après la révolte de 66/70 et la destruction du temple.

      Que l’on parle de 70 ou de la période circa 650, la population de la Palestine, les échanges démographiques en Palestine n’ont pas été autres que ceux advenant "habituellement" : quelques nouveaux arrivants probables (difficilement chiffrables, l’immigration n’étant pas une caractéristique de ces temps), des départs d’ordre individuels (voyages, familles partant s’établir ailleurs). Pas de phénomène d’exode quantitatif (contrairement à ce qui s’est produit pour les populations poussées par les Huns par exemple).

      Donc un judéen juif hors de Judée après le 1er siècle, ça s’appelle une rareté et aujourd’hui, on peut considérer que ça n’existe pas. (à savoir, tous les judéens n’étaient pas juifs, et de plus "juif" à cette époque ça ne veut pas du tout dire ce que ça veut dire aujourd’hui... le temps passe pour eux comme pour les autres).


    • Petite erreur cher ami E/R (sauf si Douglas Reed lui même s est trompé ce qui m etonerais) Les juifs ont bien ete "chassé" de la Palestine mais il y a 2500 ans et ils sont ete chassé par les isrealites (palestinien aujourd hui) de l epoque. Il faut savoir que le nom juifs vient du fait qu a l origine ils vivaient dans la province de jada au ud de la Palestine et etait sous la coupe des pretres leviites


    • "la réalité c’est que cette guerre a provoqué un exil massif des Juifs de Palestine vers l’Italie, l’Espagne et le Maghreb."

      Il n’y a pas eu de trace d’exil massif. Les seuls exilés, sont les plus riches... qui on pu allé dans les pays alentours et peut être plus loin. La quasi totalité des autochtones (qui sont ARABISES et pas ARABES) sont des convertis de force


    • "Donc un judéen juif hors de Judée après le 1er siècle, ça s’appelle une rareté et aujourd’hui, on peut considérer que ça n’existe pas."

      L’empire romain a été un canal de dispersion du peuple juif.
      Ils allaient de partout dans l’empire pour faire les affaires,
      ils bénéficiaient d’avantages au vu des apports à l’empire et suivant ce qui était imposé de par leur religion.
      Ajoutez à cela que certains leurs témoignaient de la sympathie.

      Y en avait plein !

      Quand ça sentait chocolat les judéens bougeaient :
      cf Jésus / Hérode qui passe un temps en Égypte avant que ça se calme.


    • @ damien

      eh non, l’empire n’a pas été un canal de dispersion, pour qui que ce soit d’ailleurs. Tout au plus peut-on dire que l’empire a ouvert certaines routes marchandes. Les marchands circulaient, les marchandises circulaient. Cette circulation humaine ne concerne pas une part étendue de la population de judée de l’époque.

      La seule circulation humaine que l’on puisse considérer comme "massive " est la circulation des armées (et encore faut-il la rapporter au volume de population de l’époque). Le phénomène d’exode barbare fait exception, sous la poussée des Huns.

      Ce qui caractérise la politique romaine, c’est la stabilisation des populations des contrées agrégées à l’Empire. Les Romains savaient très bien que disperser une population, cela revenait à déstabiliser la ou les zones dans lesquelles cette population aurait versé. De plus, la faible densité humaine à cette époque rend le concept de "dispersion" ou d’exode très peu pertinent. En fait, le seul phénomène d’exode concernera les populations barbares (ie : non pas une, mais plusieurs types de populations) poussées par les Huns.


  • Comme dirait l’autre : c’est un conglomérat sans patrie qui donne comme résultat que aujourd’hui des juifs sont blonds aux yeux bleu comme des ariens comme le fils d’un ancien président ou bruns aux yeux noir comme des arabes .

     

    • Ceci rejoint l’analyse de Imran Hossein quand il fait le lien avec l’Israël actuel avec l’ensemble de "foules mélangées" prédit dans l’eschatologie islamique. Dans une des conférences il fait d’ailleurs part de son opinion selon laquelle les juifs d’Europe sont originellement, pour la plupart d’entre eux des Khazars !


  • Ils auraient dû entreprendre cette étude plus tôt...


  • Ça fait déjà un moment ..

    Benjamin Harrison Freedman lui même juif mais qui s’est converti au Christianisme par la suite, avait écrit un livre à ce sujet dans les années 60 "L’histoire occultée des faux Hébreux : les Khazars - Les juifs modernes ne descendent pas d’Israel."


  • Les juifs ont été chassés de Jérusalem sous Hadrien mais non pas de Judée, lors de la deuxième révolte des juifs sous la direction de simon bar Kokhba. Guerre des plus dure qu’a du mener l’empire romain, et 60 ans après la 1ére révolte. La destruction d’une légion romaine entière et de ses auxiliaires a amené l’expédition par Rome de pas moins de 12 légions ( la moitié de l’armée romaine) pour reconquérir difficilement la Judée. Jérusalem fut rasée et une nouvelle ville fut reconstruite su le site, Aelia Capitolina. (135 après J.C)Les juifs se regroupèrent prnicipalement sur les villes côtières.
    Toue l’histoire juive est conditionnée au non-paiement de l’impôt. Tous les peuples ont été dominés, dominants, asservis, libérés, mais ce qui fera la spécificité du peuple juif, sera son refus récurrent de payer l’impôt. Ce qui donne son sens particulier à la diaspora.


  • Cette étude établie que la plupart des juifs ont un jour été convertis donc...
    "Peuple élu mes burnes"


  • D. Reed dans son bouquin, épingle l’épisode khazar comme étant le pivot de la conquête "judaiste" en Occident. Par judaiste, il n’entend pas "juif" de race ou d’origine mais une doctrine, une tribu à l’intérieur des tribus. La "tribu de juda", celle des "prêtres lévites", les gardiens de la Loi, s’accaparait et réécrivait à sa convenance les règles dictées par "Jeovah". Ces faussaires ne juraient que par leur élection "divine" (l’auteur parle de Moloch voir du Diable) qui leur conférait - par pactes réciproques d’allégeances - une obligation de "destruction" de l’autre et de soumission des juifs. Cette tribu et sa doctrine auraient survécu et collaborés de manière flottante (cosmopolite) et pesante (lobbying et maîtrise des coulisses du pouvoir) avec Rome, Babylone, la Perse puis se serait déplacée vers Alexandrie... Pendant qu’ils se dispersaient à travers l’Afrique du nord - accompagnant en cela les arabes conquérants et les secondant même en Espagne, un foyer nouveau fut crée dans le royaume khazar. Ce serait la seule conversion d’étrangers en masse dans l’histoire juive. Et pendant ce temps, les juifs d’afrique du nord et d’espagne - par un déficit de main-mise judaiste (pas de ghettoïsation forcée) - s’assimilaient et se dissolvaient dans les populations locales. Les origines palestiniennes de ces populations qu’on appellera séfarades, vont petit à petit se perdre...
    Le nouveau foyer judaiste devint alors le point de départ de l’expansion du talmudisme. Ils s’exporteront en Pologne, en Russie ou en Lituanie et recréeront ces ghettos fermés qui leur permettaient de contrôler leur population et de les endoctriner par la peur. Ils deviendront peu à peu les maîtres et seuls représentants de "la communauté juive", évinceront (dans les stats démographiques !) les séfarades et finiront par faire oublier l’épisode du Sanhédrin de Napoléon... L’assimilation des juifs est pour eux comparable à la peste. Ils seraient les ancêtres et instigateurs du sionisme et du communisme.

    Bon, lisez le bouquin quoi... ça éclaire pas mal de choses. Je subodore que Soral est en désaccord avec son interprétation sur le communisme... Ce serait bien qu’il nous éclaire sur ce point. Car Reed fait bien la différence entre un Bakhounine et un Marx par ex... ou entre les influences illluministo-subversives des uns, vétéro-testamentaires des autres, tous manipulés par la secte en sous-main...


  • Merci de parler de cette étude.

    Il y a quelques semaines,le journal israelien Haaretz publiait un article concernant cette même étude,et interrogeait le professeur(juif) à l’origine de celle-ci.

    C’était drôle de lire les commentaires(en anglais)en bas de l’article.

    PS:cette étude confirme bien la thèse de Shlomo Sand(et d’autres avant lui)de l’origine khazar des Ashkénazes.


  • Il faut lire le livre de Hervé Drumont, La France juive. Très instructif.
    Quant aux Juifs qui n’auraient pû avoir 10 enfants, je dois dire que rien qu’à Venise, les seuls hlm qui poussaient étaient dans leur quartier, jusqu’à 7 / 8 étages. Du jamais vu depuis la tour de Babel. Tout simplement parce que la moyenne d’enfants était de 8. C’était le quartier le plus insalubre de la ville, pas de travaux d’embellissement, ils n’étaient pas chez eux, donc ils n’entretenaient pas.
    Et ne pas croire qu’ils étaient enfermés dans ce "ghetto", seulement la nuit, on fermait les portes, sinon ils auraient trafiqué 24h/24. L’usure, vous savez, celle qui continue de nous ruiner aujourd’hui.
    Une vénitienne.

     

    • L’artile ne parle pas de 10 enfants mais d’un taux de natalité 10 fois supérieur, or en Europe à cette époque (du 15ème au 20 ème siècle) le taux de natalité devait être entre 3 ou 4 enfants par femme minimum, sinon 5 ou 6 ou plus. Donc il aurait fallu que les femmes juives mettent au monde 40 enfants chacunes, ce qui paraît peu probable, encore que le peuple élu est capable de toutes les prouesses possibles et imaginables.


  • Il y a aussi eu des etudes genetiques faites a New York, il y a quelques annees peu après
    la sortie du livre de Shlomo Sand pour confirmer que ce dernier se trompait sur l’origine Khazar des ashkenazes. j’ai toujours pense que ces etudes avaient ete paye par des Juifs sionistes pour legitimer leurs actions aux yeux de publique.


  • Et cela sans parlé des israélites convertis au christianisme et à l’Islam. Il ne faut surtout pas confondre les israelites, qui sont les palestiniens d’aujourd’hui, et les israeliens qui sont majoritairement des juifs non-sémites.
    Les ashkénazes sont des juifs non-sémites. Et si un ashkénaze ose vous dire le contraire, vous lui montrez Genèse 10 pour lui fermer la gueule.
    En tout cas, il n y aucun doute que les Gog et Magog sont ces juifs convertis et tous ceux qui les aident à conquérir la Palestine. Le prophète de l’islam avait dit que se peuple assèchera le Lac Tibériade. Et ce n’est pas le Burkina Faso qui est entrain d’exploiter ce lac à ce que je sache.
    Le rêve du prophète au début du 7ème siècle sur l’ouverture d’un trou dans le Mur de Zul-Qarnayn n’est que le début de la fondation du Royaume des Khazars qui a eu lieu au début du 7ème siècle.
    Gog et Magog sont invincibles et ce n’est que vers la fin des temps qu’ils seront vaincus par...Dieu.
    Les arabes ne vont jamais vaincre Israel !


  • Il faudrait ensuite approfondir l’étude des racines lexicales turques du Yiddish

    pour commencer à s’intéresser à la question http://hebreux.free.fr/modne/001.HTM

     

    • sur la page d’accueil (http://hebreux.free.fr/modne/index.HTM), on nous explique que la linguistique est un passe temps de gros racistes génocidaires antisémites (évidemment), et que le site va donc faire de la linguistique, MAIS attention hein, surtout sans se mêler d’aucune des disciplines qui entrent dans le champ linguistique. En gros, le mec annonce qu’il a retrouvé "un terroir commun à notre langue" (commun mais on se demande bien avec quoi), avec pour méthode de ne se mêler sous aucun prétexte d’étymologie, "sans tenter de résoudre ou même comprendre les questions qui se présentent".

      A part les africains avec Anta Diop ("les grecs antiques étaient des noirs, les noirs ont découvert l’Amérique du Nord en y allant à la pirogue, et si vous dites le contraire c’est que vous êtes racistes"), je ne connais qu’une seule communauté pour débiter de la connerie avec une telle intensité.

      Bref.
      Comme référence linguistique, laisse tomber.


    • @henri2

      je n’ai jamais prétendu que le site http://hebreux.free.fr était sur la ligne e&r

      mais si on lit où il faut, on apprend l’étonnement du rédacteur à avoir trouvé des racines turques en yiddish, ce que dénie la doxa, et il écrit aussi qu’il ne faut pas les ignorer. C’est déjà pas mal pour argumenter contre la thèse rhénane qui se valide par une prétendue absence du turc dans le yiddish. Il dit aussi qu’il ne faut pas faire semblant d’ignorer une strate celtique que certains ne veulent pas voir.


    • Je pense que le Yiddish ne doit vraiment pas avoir beaucoup de "racines lexicales turques " pour les raisons que j’explique ici :

      #308447


    • @ prof crasseux

      Et d’où l’auteur de ce site sort-il tout ça ?
      C’est un peu comme si un mec clamant ne pas savoir compter et déclarant que l’ensemble des entiers naturels est le domaine des racistes et des fascistes t’expliquait qu’il a trouvé des origines ceci ou cela au calcul différentiel.

      Ce qui me dérange ce n’est pas que le site soit ou pas sur la ligne ER ou machin ou chose (d’ailleurs moi-même je ne suis pas sur la ligne ER, alors...) : c’est qu’on a là quelqu’un qui prend ses dogmes psychologiques pour des bases tenables.


  • le sheikh Imram Hossein avait vu juste sur l’origine des ashkénazes.


  • C’est intéressant, mais il y a des dizaines et des dizaines d’études génétiques sur les Juifs, dont les résultats peuvent être très différents :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89...
    Donc cette dernière étude ne constitue pas une "preuve". Et puis franchement, depuis la publication de la pathétique vidéo intitulée "Arabes, Sémites et Juifs" ou je sais plus quoi, dans laquelle on pouvait entendre une ineptie quasiment toutes les deux secondes, je ne fais plus trop confiance aux articles ayant trait à la génétique postés sur E&R.

    Pour revenir au sujet, quand bien même 100% des Juifs actuels descendraient des Hébreux antiques, cela ne justifierait pas le vol de la terre des Palestiniens (d’un point de vue humanisto-universel bien entendu).

     

    • Pathétique pour toi "mansur" le bédouin haineux. Beaucoup ici, et sur YouTube (des milliers), et moi le premier ; avons apprécié cette vidéo "juifs, arabes et sémites". Pas la peine de déverser ta haine en te focalisant sur le faite que l’auteur a appuyé (1min sur 15) l’origine et la culture amazighes des Marocains et des Algériens, qui ne sont, que tu le veuille ou pas, pas des arabes, ni d’origine, ni de physique, ni de culture. Le MAROC a bien effacé pays arabe de sa constitution et officialisé la langue Amazighe. Donc stp, passe sur ce sujet, qui ne prête pas au débat, et concentre toi sur les juifs et le sémitisme qui est notre sujet


  • Ils peuvent bien venir d’ou ils veulent...je m’en fous, à vrai dire.Mais ce que je ne peux croire c’est qu’il s’agit de populations autochtones judaisées .Quand on les voit on ne peut pas les confondre avec des slaves ou des germains ,et c’est là l’essentiel !


  • "Parmi les juifs d’Europe, le généticien a trouvé des signatures ancestrales qui pointaient clairement vers le Caucase et aussi, mais dans une moindre mesure, vers le Moyen-Orient."
    je ne sais pas si certains ont bien lu ce passage mais cela prouve que les Ashkénazes ont bien quelques origines sémites, mais qui ne justifient EN AUCUN CAS la création d’Israël bien sûr.

     

    • bonjour, bonsoir,
      lire l’excellent ouvrage de schlomo sand : c’est un peu comme un remède à la connerie et surtout à la mauvais fois sioniste, façon bottin de téléphone (les ripoux, le premier film) - j’ai aussi lu un livre de génétique : techniquement, bien que je sois belge à 100% jusqu’au 16ème siècle, on pourrait retrouver "des signatures ancestrales" maghrébines ou polonaises dans mon sang...Parce que notre code génétique est ainsi fait (plusieurs races, une seule espèce)
      ce qui compte ici, cher glen_74, c’est que les askhénazes ne sont pas des sémites, que leurs pleurnicheries à l’anti-sémitisme ne va plus prendre, et que le "retour" à la terre promise est une imposture infâme
      amen pour cette étude irréfragable
      valdo le communiste


  • C’est très bien de rappeler tout cela !


  • Si je comprends bien des Khazars convertis au judaïsme vers l’an 1000, n’ayant donc avec la Palestine qu’un lien religieux, la colonisent au nom de la religion.
    Si ce n’est pas du fanatisme et de l’extrémisme religieux ça, qu’est-ce que c’est ?


  • J’ai un doute sur la profondeur de l’analyse issue de cette étude : si les populations d’où proviennent ces juifs étaient vraiment issues de tribus turques, on trouverait chez elles des gênes turciques, d’Asie centrale.

    Or on ne trouve que des gênes du Caucase. Les Turcs ne viennent pas du Caucase.

    Donc les populations du Caucase que l’on nomme "Kazhars" étaient manifestement originaires du Caucase, peut-être turcisées par une minorité conquérante, mais pas d’origine turque.

    Caucasiens (au sens géographique) me semble plus proche de la réalité que turc.

    Pour finir une question que je me pose : l’utilisation de cette étude est bizarre car c’est finalement un argument racialiste, biologiste. non ? Les gens comme Altzmon affirment lutter contre une forme d’extrémisme israélien qu’ils qualifient de racisme, mais pour lutter contre cela ils utilisent cet argument de l’origine khazar, qui est un argument non pas culturel, mais racialiste fondé sur la biologie, les gênes, donc l’animalité et non pas la culture.

    N’y a-t-il pas une contradiction à utiliser de tels arguments ?

    Merci pour ceux qui me répondront.

     

    • Effectivement c’est étrange. Et puis il est aussi marqué que l’empire khazar s’effondre au XIIIe siècle sous la poussée mongole. Or la plupart des autres sources indiquent que le dernier état khazar s’effondra au XIe siècle.


    • fondé sur les gênes mais pas racialiste au contraire, puisque ça démonte l’idée d’une "race juive"


    • à foma

      Avant les délires racialistes de la fin du 19e siècle et de la 1ère moitié du 20e siècle le mot race désignait simplement le lien de filiation qui transmet l’identités par delà les mémoires.

      Un peu comme on dit famille aujourd’hui.

      Or j’ai l’impression qu’avec cette étude on essaie aussi d’attaquer ce lien ; c’est en ce sens qu’il me semble que derrière une façade de type ""démonter l’existence d’une race" on cherche en réalité à attaquer le lien identitaire humain, qui existe entre des juifs d’où qu’ils viennent. En ce sens je trouve que ça ressemble à du racialisme à l’envers qui ne dit pas son nom. SImple avis.



    • Donc les populations du Caucase que l’on nomme "Kazhars" étaient manifestement originaires du Caucase, peut-être turcisées par une minorité conquérante, mais pas d’origine turque.



      Pas forcément "turcisées". Il est fréquemment arrivé dans l’histoire qu’un peuple conquérant se fasse assimiler par le peuple plus nombreux sur lequel il règnait. Par exemple les Francs n’ont pas francisés les Gallo-romains, mais ils se sont fait romaniser par ceux-ci. La langue francique des Francs a disparu, et est apparu le roman, une forme dégradée du latin. Même chose en Bulgarie où les conquérants bulgares se sont fondu dans le peuple slave qu’ils dominaient, y ont perdu leur langue et ont été slavisés, la Bulgarie ne conservant de bulgare que le nom. Idem pour les Russ (les Varègues ou Vikings) qui régnaient sur les peuples slaves de Russie, ils ont été slavisés et assimilés et ont laissé leur nom aux salves, qui s’appellent maintenant les Russes.

      Les conquérants khazars étaient turcs, mais le vaste territoire qu’ils ont conquis était déjà peuplé, et ils n’ont pas forcément massacré ou chassé tous les anciens habitants. Ce territoire était auparavant celui des Scythes, que les anciens persans nommaient déjà Ashkouza (Ashkénaz en hébreu). Il y eut aussi les Sarmates un peu plus à l’ouest, autre peuple scythe, dont une partie fut soumise aux Goths jusqu’en 300.

      Il est tout à fait possible que les Khazars turcs (proches des Huns) aient été lentement assimilés par les peuples sur lesquels ils régnèrent, les descendants des Scythes, Sarmates et même Goths à l’ouest, que leur langue soit devenue celles des vaincus, et que leurs gènes turcs se soient fondus dans la masse dominante des peuples autochtones. Ceci expliquerait la dominance de gènes caucasiens.

      D’après Benjamin Freedman les Khazars régnaient sur près d’une trentaine de peuples. Leur état fondé vers 650 a duré sur près de quatre siècles, mais c’est seulement en 838 que leur roi Bulan fit du judaïsme la religion officielle. L’Etat khazar fut définitivement détruit par les Russes au début du XIème siècle.

      Il est possible que la langue Yiddish soit issue de la langue des Khazars, elle-même issue de l’ancienne langue des Scythes, avec des apports turcs, goths et hébreux, puis fortement enrichie de vocabulaire germanique tout au long du moyen-âge, après la migration des descendants des Khazars judaïsés (les Ashkénazim) vers l’ouest, et notamment la Pologne, puis l’Allemagne.


  • Les Ashkénazes sont d’origines Turco-Mongoles et viennent de l’extrémité orientale de l’Europe, entre le Caucase et la Volga (et Russie Oriental). Ce peuple se nommait auparavant les Khazars et leurs langue était le Yiddish et NON l’Hébreu-Araméen que parlaient les Sépharades.

    Les Ashkénazes (Khasars) ne sont pas des Hébreux et n’ont aucune racine Hébraïque, ce peuple c’est converti au Judaïsme (Pharisianisme) au 7ème Siècle après JC et a été détruit au 11ème Siècle par les Russes Blancs.
    N’ ayant aucune accointance avec les supposés 12 Tribus d’ Israël des Séfarades, les Ashkénazes (Khasars) se sont autoproclamé 13ème Tribus d’Israël.

    Par conséquent le terme Juif est impropre et vague car cette religion que l’on nomme Judaïsme est en réalité du Pharisianisme-Talmudique.

    Donc l’ ADN des Juifs Ashkénazes et Séfarades sont différents et ne peuvent en aucun cas faire parti du même groupe ethnique ou racial.

    Pour en savoir plus sur le Judaïsme ( Pharisianisme-Talmudique) je vous conseil "LE" Site de référence qui ce nomme Kabbale. Vous y découvrirez la Véritable origine du "Judaïsme" dans toute son HORREUR !

    Car cette religion est sans conteste la plus intolérante , la plus raciste , la plus violente et la plus dangereuse contre ceux qui n’en font pas parti.

    http://moissondeselus.org/kabbale.htm


  • Les juifs ne descendent pas de Moshé mais de Mozaïc. Ils peuvent revendiquer : "We are the 90%". Wikimerdia le confirme "Le yiddish, une langue germanique, était parlé par les deux tiers des Juifs du monde, soit onze millions de personnes à la veille de la Seconde Guerre mondiale." Ces juifs seront alors transformés, modernisés pour intégrer le tissu socio-économique des pays européens grâce au mouvement Askala, issu des lumières.
    Peuvent-ils réclamer leurs terres caucasiennes ancestrales ? On a pas fini d’entendre pleurer. Ceci dit, il y a beaucoup de place et de magnifiques paysages pour s’installer. Allez, yallah pour la alya au Turkménistan (futur sionistan).


  • Je m’en doutais un peu... mais il y a une légère distorsion dans le compte-rendu, et sans doute pas par hasard... dans l’arbre des langues dites "ouralo-altaïques", les Khazars ne sont pas proches des Turcs, mais... des Huns !!!

    Ce qui veut dire en gros que ce que Attila n’a pas réussi avec ses cavaliers, les Khazars armés de la Torah et du Talmud l’ont fait !

    Et on retrouve évidemment chez les Juifs ex-Khazars les traits principaux de ces tribus : le nomadisme, l’avidité pour l’or et les valeurs mobilières qu’on peut transporter, et le goût du pillage et du viol...

    Et le comble (ou la signature), c’est que ces descendants de proches cousins des Huns ont toujours produit des propagandes haineuses contre les Allemands, à l’occasion des deux guerres mondiales, en les décrivant comme des Huns cruels et sauvages - et prétendant, eux, être "la civilisation". On ne pourrait mieux pratiquer l’inversion accusatoire...


Afficher les commentaires suivants