Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Yémen : Sanaa sous contrôle rebelle, le président dénonce un complot

La capitale yéménite Sanaa était mardi sous le contrôle quasi-total des rebelles chiites d’Ansarullah tandis que le président Abd Rabbo Mansour Hadi dénonçait un complot.

Les rebelles chiites, appelés Houthis, ont dressé des barrages de contrôle sur les principales artères de la ville et y effectuaient des patrouilles.

« Ce qui se passe à Sanaa est un complot de nature à provoquer une guerre civile » a dénoncé le président Hadi devant la presse, promettant de s’employer à rétablir l’autorité de l’État.

L’émissaire de l’ONU, Jamal Benomar, qui a parrainé l’accord ayant mis fin aux combats de ces derniers jours dans le nord de Sanaa entre les rebelles chiites et leurs adversaires du parti sunnite Al-Islah, épaulés par l’armée, a évoqué dès lundi soir, un effondrement des forces armées yéménites face à la pression des combattants d’Ansarullah.

« Ce qui s’est passé ces derniers jours pourrait entraîner l’effondrement de l’État yéménite et la fin du processus de transition politique » a prévenu M. Benomar sans une interview à la télévision Al-Arabiya, basée à Dubaï.

« C’est un complot qui a été préparé de longue date et dont les ramifications dépassent les limites de la nation » a-t-il affirmé.

Selon des correspondants de l’AFP, les principaux barrages rebelles ont été dressés sur la route de l’aéroport, dans le nord de la capitale, sur l’Avenue Zoubeïri qui traverse la ville d’est en ouest, sur la grande artère de Hatta (sud) et sur l’Avenue Ziraa.

D’autres combattants, aussi lourdement armés, sillonnaient les rues de la capitale à bord de véhicules tout-terrain tandis que de petites unités rebelles montaient la garde, avec quelques éléments de la police militaire, devant les ministères et les sièges des institutions de l’État.

Par ailleurs, de nombreux témoins ont indiqué que des combattants rebelles pillaient les résidences de responsables d’Al-Islah à Sanaa et des baraquements de l’armée, emportant tout sur leur passage.

La résidence de Tawakkol Karman, prix Nobel de la paix 2011, et membre du parti islamiste Al-Islah, a été également pillée, selon des témoins.

Deux grands hôpitaux de Sanaa, Sobol al-Hayat et celui de l’Université des sciences et de la technologie ont été fermés par les rebelles sous prétexte qu’ils étaient dirigés par des responsables d’Al-Islah.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ces Djihadistes tueurs de Musulmans sont le cancer de l’Islam,des semeurs de fitna qui travaillent pour le Nwo et le sionisme international car comme le disent certains grands spécialistes de L’islam comme M.Vernochet et M.Meyssan, tout ceci fait partie...quoi...ils sont chiites...vous êtes sûr ?...C’est un grand jour à Sanaa, l’axe de la résistance est venu à bout des Islamo-racailles (TM) wahabites sionistes et blablabla habituel "dissident"...

     

  • "C’est un complot qui a été préparé de longue date et dont les ramifications dépassent les limites de la nation" a-t-il affirmé"

    Ca sens le déjà vu tout ça, mais les protagonistes ne sont pas les même cette fois (je dirais même les rôles sont inversé). Faut-il y voir la main de Washington ou de Téhéran ???

     

    • Je ne suis pas certain que Washington ait grand chose à voir là-dedans.

      Petites précisions à l’usage des néophytes pour décoder l’information :

      * Houthis = mouvement politique ismaélien (chiites septicémains) issus du nord qui ont été en guerre contre le pouvoir central de Sanaa soutenu par Ryadh : guerre du Saada. Ils se sont depuis opposés au pouvoir qui a remplacé Saleh.
      On prétend souvent qu’ils seraient soutenus par Téhéran - ce qui est bien probable. Ils ont en tout cas l’appui, au Yémen, des sudistes et des nassériens
      * al-Islah = parti issu des frères musulmans yémenites et de certaines tribus ayant désormais le soutien de la Turquie et du Qatar
      * Tawakol Karman = activiste des droits de l’homme yémenite liée à la nébuleuse des révolutions colorées (NED, ONG financées par Soros, ...)

      L’interprétation la plus probable est qu’un mouvement populaire au nord (chez la minorité ismaélienne) à gagner des alliés dans d’autres parties du Yémen et a réussi à faire tomber le pouvoir lié à l’axe Turquie-Qatar-Frères musulmans, qui avait remplacé Saleh (homme lié aux saoudiens) - et ce avec l’appui de Téhéran et peut-être la bénédiction de Ryadh, qui déteste depuis leur soutien à Saddam en 1990-91 les Frères musulmans qu’elle avait soutenus contre Nasser et le nationalisme arabe durant des décennies.

      L’évènement est probablement plus à rapprocher de la chute de Morsi - détesté par les Saoudiens et toléré par les Iraniens jusqu’au moment de ses déclarations sur sa volonté de lancer le jihad en Syrie, et mi-soutenu mi haï par les Américains - que des révolutions colorées arabes de 2011.

      Vers l’Orient compliqué - etc etc.


  • Attention à ne pas colporter les demi-vérités des médias dominants. Les rebelles ’Houthis’ ne sont pas vraiment des chiites, mais des ’Zaidites’. On veut nous faire croire au conflit sunnite-chiite pour des buts purement géopolitiques, liés au containement de l’Iran.

     

    • s’il vous plait,quand vous ne connaissez rien,taisez vous,les zaidites sont des chiites,la différence c’est qu’il reconnaissent Zayd ben `Alî ben al-Husayn ben `Alî comme cinquième imam au lieu de Muhammad al-Bâqir qui lui est reconnu par les chiites duodécimains ! il y a les chiites zaidites et duodécimains et plusieurs autres branche dans le chiisme,ce sont bien des chiites.


  • Puisque les lecteurs n’y connaissent rien :

    Les rebelles en question sont financés et armés par l’Iran. Ce sont donc des ennemis du sionisme ; et nos amis !