Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

le "choix", plutôt que le "choc" des civilisations

Au-delà des querelles religieuses

Poser des questions qui ne se posent pas tout en réduisant au silence les gens souhaitant poser, et éventuellement résoudre les véritables problèmes, tel est l’art de la politique politicienne. Celui-là nous mènerait-il droit vers le gouffre ?


“Fitna”, le fameux film de Geert Wilders, tourne en boucle sur Internet. Tout ça pour ça
. De la propagande mal foutue. Prenez citations, certes exactes, mais situées hors contexte, et images d’archives, vous leur ferez dire ce que bon vous semblera, quelle que soit la philosophie ou la religion incriminée. Mais, en l’occurrence, il y a malaise, le machin en question n’instruisant qu’à charge. Et à côté de la plaque, puisque présentant l’islam comme un bloc qui, malgré ses divisions internes, aurait planifié une stratégie commune de conquête planétaire ; comme s’il était assimilable à l’URSS d’antan – même si, là encore, coexistaient diverses tendances –, avec un chef, une organisation pyramidale, une capitale, des frontières. L’islam, dont l’une des principales et historiques caractéristiques consiste à osciller perpétuellement entre fatalisme et fanatisme, est un sujet par trop sérieux pour être abandonné à un Geert Wilders, à la tignasse plus décolorée que celle de notre Michou national, en quête de scandale, comme autrefois son défunt compatriote, Theo Van Gogh, cinéaste qui, à force d’insulter le judaïsme, puis la religion mahométane, a fini par se faire tuer par un islamiste, le 2 novembre 2004. S’il l’avait été par un loubavitch, en aurait-on conclu que, par essence, le judaïsme était mortifère ? Ou, pour évoquer l’assassinat d’un autre populiste hollandais, Pim Fortuyn, le 6 mai 2002, par un écologiste radical, faut-il en déduire que tous les électeurs verts sont tous des meurtriers en puissance ? Dans le même temps, et ce de manière plus sérieuse, les plus hautes autorités religieuses de Turquie viennent de décider de remettre à plat, non pas le Coran, évidemment, mais la Suna et ses haddiths, soit la tradition musulmane, afin d’y procéder à un grand nettoyage de printemps. Cela fera-t-il tâche d’huile dans l’Oumma ? Peut-être que oui, peut-être que non ; mais c’est plus aux musulmans qu’aux chrétiens de pratiquer cet éventuel et nécessaire dépoussiérage, sachant qu’après tout, le Vatican n’a jamais invité d’imams ou de mollahs dans ses conciles. Bref, les clercs, chacun chez eux, et vaches et chameaux n’en seront que mieux gardés.


Quant au reste, à savoir la minorité de moins en moins minoritaire de musulmans en France et en Europe, la chose est finalement plus à prendre sous l’angle de la friction culturelle que de l’antagonisme religieux
. Ce n’est pas le fait que les musulmans soient musulmans qui gêne les autochtones, mais plus sûrement que cela puisse influer sur le menu des cantines scolaires, de la vêture des passantes ou des horaires d’ouverture des piscines municipales. Et, plus sûrement encore sur l’environnement architectural de nos villes, dix mosquées fondues dans le paysage urbain paraîtront toujours moins menaçantes qu’une seule, aux allures de cathédrale. Toujours dans une semblable allégorie d’ordre culturel, il est de bon ton de fêter le nouvel an chinois ou de se toquer d’astrologie issue de ces mêmes contrées, alors que le confucianisme est autrement plus éloigné de notre culture que l’islam. Idem pour le bouddhisme, auquel se convertissent chaque année de plus en plus de nos compatriotes, philosophie encore plus étrangère à notre substrat européen. Question de mode ? D’esthétisme ? De considérations sociales – l’islam est la religion des pauvres et des voyous (comme le catholicisme aux USA), alors que le bouddhisme est celle du showbiz international ? Assez bizarrement, et ce par un remarquable retournement de tendances et d’élégances, on notera que l’orientalisme islamophile est une création française d’il y a deux siècles. Orient à la fois cruel, voluptueux et mystérieux, qui aura suscité d’entières brouettes de poèmes mystiques et de peintures lascives, à la limite de la pornographie tolérée de l’époque. Déjà, l’islam était objet de fantasmes. Ces femmes, nues et voilées à la fois, enfermées au harem des princes polygames, faisaient rêver. Les mêmes, objectivement moins nues, mais toujours voilées, font désormais cauchemarder. Probablement parce qu’elles ne sont plus alanguies au hammam à se tirlipoter l’entrejambes, mais poussent le caddie sur le parking du supermarché, tandis que leur mari, toujours polygame présumé, n’est plus seigneur du désert, mais technicien de surface à la mairie communiste du coin.


Au-delà de l’attirance ou de la répulsion cutanée, ces deux faces de la même fausse monnaie, des incompatibilités ou des accointances culturelles, le véritable problème demeure politique. C’est la politique d’immigration démente à laquelle France et Europe sont soumises depuis plus d’un demi-siècle
. En effet, s’il y a de plus en plus d’islam ici, c’est avant tout parce que le grand patronat, avec la complicité des idiots, aussi utiles que stipendiés, issus des associations antiracistes, a fait venir de plus en plus de musulmans de là-bas, plutôt que de payer à bon prix les chrétiens de chez nous. En aurait-il fait autant des Pygmées qu’on se battrait maintenant dans toutes les villes de France pour que les rampes d’escalier soit installées plus basses, que le tir à la sarbacane soit enseigné aux enfants dès la maternelle et que le port du pagne pour les femmes ne soit pas motif de licenciement, lorsque arboré sur le lieu de travail. Plus grave encore, la financiarisation du capitalisme mondialisé, après avoir spéculé sur le travail humain, boursicote aujourd’hui sur la vitale nourriture. D’où les émeutes de la faim se répandant actuellement à la surface du globe, dont il est à craindre qu’elles ne se transforment ensuite en guerres. Et là, pas plus qu’on ne peut reprocher à un musulman d’honorer la foi de ses pères, pourra-t-on blâmer celui dont le ventre criera tôt ou tard famine ? Les prochaines vagues d’immigration pourraient ainsi bien être celles-ci : non point une Reconquista à l’envers – d’ailleurs, l’ouvrier algérien, importé en France par Peugeot dans les années soixante, loin de vouloir venger la perte de l’Andalousie, entendait juste fuir ce socialisme ayant ruiné cette terre qui aurait pu devenir une Californie méditerranéenne –, mais seulement une course à la survie. Celle des estomacs vides. Cela pourrait être un nouveau Camp des Saints, relisez donc ce livre prophétique de Jean Raspail. Et si ce jour devait, qu’à Dieu ne plaise, survenir, à qui faudra-t-il demander des comptes, en admettant toutefois que nous soyons encore en état de le faire ? Aux mosquées ou aux Mac Donald’s – ces derniers défigurant nos villes bien plus efficacement que ces lieux où, au moins, la transcendance est reine, le Dieu d’Abraham loué ? Entre dingueries babéliennes, matérialistes, et peuples tentant, vaille que vaille, de respecter les commandements divins dont Moïse fut l’humble télégraphiste, il n’y a, ni à balancer et encore moins à barguigner. Il y a le front du sacré et le reste. Certains nous annonçaient le “choc des civilisations” ; il s’agirait plutôt, à l’heure actuelle, d’un choix de civilisation. La nuance n’est pas mince.

Béatrice PÉREIRE
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #53765

    Je prends à contre pied le titre de l’ article car le Choc civilisationnel est malheureusement inévitable .
    De nombreuses vagues d’ immigrations passé ont été organisé par le patronat par l’ intermédiaire de politiques véreux et corrompus pour peser à la baisse sur les salaires de la classe ouvrière française .
    Cette immigration de masse à engendré rapidement un chômage de masse qu’ il a fallu contrôler pour éviter toutes formes de révolutions ou de débordements . La gauche s’ en est chargée en créant le RMI payé non pas par les responsables de ces vagues d’ immigration massive mais par le contribuable .
    Les profits revenant au patronat souvent cosmopolite et les déficits à la charge du peuple français .
    Car comme le disait à juste titre Céline , ce sont toujours les mêmes qui travail qui paye et qui crèvent à la guerre .
    MAIS en l’occurrence cela ce complique car les anciennes vagues d’ immigrations n’ ont pas posé trop de problèmes d’ intégration, celles-ci étant issu du même creuset que le notre , c’ est à dire Chrétien .
    Cette apport important de main d’ œuvre étrangère bon marché d’ origine européenne et Chrétienne (italien, portugais etc … ) c’ est tari car le niveau de vie de ces pays limitrophe c’ est accentué au point qu’ il n’ était plus avantageux pour ces esclavagistes modernes dont l’ objectif est un profit maximum pour un investissement minimum .
    Ces gens sans scrupules sont donc aller chercher leurs mains d’ œuvres à bas coût plus loin, c’ est à dire dans LEURS anciennes colonies .
    MAIS voilà cette nouvelle main d’ œuvre n’ est pas Chrétienne mais Musulmane et ne partage pas les mêmes valeurs morales que les nôtres et n’ ont pas la même conception de la femme .
    L’ Islam n’ est pas une religion pacifique et tolérante mais conquérante , la violence vis à vis du non-musulmans y est même encouragé dans le Coran .
    Le respect souhaité et la considération demandé n’ est que la première phase d’ une tentative d’ intimidation et de déstabilisation pour observer nos capacités de réaction défensive .
    Car d’ autres communautés , asiatique par exemple ne pose pas de problèmes de cette ordre .
    Il en résulte que ce clash orchestré aurait eu et va avoir lieu même si il n’ avait pas été organisé .
    Qu’ on le veuille ou non, comme en peinture certaines combinaisons de couleurs ne peuvent cohabité ensemble .
    Cela est dure a accepter mais c’ est la triste réalité .

     

    • Bonjour.

      Votre propos mérite d’être relativisé.

      Si les communautés émigrées de confession "chrétienne" n’ont pas posé de problème d’intégration, c’est surtout qu’elles sont arrivées lorsque la france était en période de plein-emploi.

      les immigrés de confession musulmane arrivés dans les années 70 (pour la plus part) n’ont d’ailleurs pas eu le temps de poser des problèmes vu qu’ils étaient corvéables à merci.

      Malgré tout ça, ils étaient d’une grande discrétion et n’étaient animés par aucune revendication identitaire.

      Ensuite, il faut rappeler qu’il n’y a jamais eu de volonté d’intégration de la part des hommes politiques qui étaient au pouvoir lorsque ces nouveaux arrivants ont déparqué.

      C’est d’ailleurs dans cet esprit que les cités ont été créées (cité-dortoir) .

      Voyant que ces nouvelles populations n’étaient pas prêtes de retourner, une prime au retour a même été mise en place par ces mêmes dirigeants (passant de 10000 F à 100000 F).

      Donc pour résumer, rien n’a été préparé pour cette intégration dont vous déplorez l’échec.
      Cette carence de la droite au pouvoir de l’époque a fait le bonheur de la gauche miterrandienne qui a pu développer le soi-disant discours intégrationniste à coups de "SOS racisme" et autre "touche pas à mon pote".

      Malheureusement tout cela n’a pas fonctionné car ces initiatives ont été trop dominées ou influencées par la logique marchande voulant uniformiser les individus et les rendre tous des consommateurs au mépris de la diversité.

      Il ne faut donc pas s’etonner aujourd’hui si des réactions identitaires voient le jour et paraissent excessives.

      De toute façon, la plupart des fois, ces réactions proviennent de personnes ne connaissant que très peu leur propre culture.

      Enfin, que dire de la civilasition française issue des lumières et de la décaration des Droits de l’Homme lorsqu’elle s’est installée au Magrhreb à partir du XIXème siècle ?

      civilisation conquérante ou tolérante ?


  • Un choix de civilisation... une civilisation où aucune religion ne serait supérieure au Divin Principe Universel qui régit l’univers, la nature, l’humain. Une civilisation où chacun vivrait une spiritualité qui respecte l’autre, sans démonstration d’artifices ou d’apparats, avec pudeur, avec la sagesse d’une bienveillance qui n’offense personne, qui n’impose à personne, qui ne cherche à dominer personne, qui ne se prétend pas le possesseur ultime d’une vérité exclusive. Existe-t-il une religion qui soit éloignée d’une volonté de manipulation des masses, du besoin d’oter de l’esprit humain cette capacité de chercher son chemin vers la lumière entre la certitude absolue et le doute absolu, où la foi oeuvre dans la conscience comme la vie explore la possibilité universelle ? Sommes-nous prêt à abandonner l’âge de l’hyper-fanatisme et de l’hyper-rationalité (depuis 2500 ans), l’âge du patriarcat (depuis 5000 ans) et de la modernité (depuis 500 ans) ? Notre pays a subi le pire du catholicisme, du protestantisme, du rationalisme, il subi aujourd’hui le pire du judaïsme, doit-on encore subir demain le pire de l’islamisme ? Une révolution nous attend, celle de l’affranchissement des carcans religieux, financiers, éducatifs, médicaux, etc... pour inventer une société où le meilleur de chacun puisse s’épanouir dans la fraternité, dans l’intelligence, dans la paix.