Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Aimer" signifie-t-il la même chose pour l’homme et la femme ?

"Les femmes aiment de manière opportuniste. Les hommes par sacrifice."

« Les femmes, pour la plupart, ne nous aiment pas, elles ne choisissent pas un homme parce qu’elles l’aiment, mais parce qu’il leur plaît d’être aimées ». Jean-Baptiste Alphonse Karr

 

Une femme ne peut désirer qu’un homme qu’elle considère de rang supérieur à elle (beauté, richesse, statut social, peu importe). On dit qu’elle est hypergame de nature. Elle est programmée pour chercher le meilleur partenaire possible, sans arrêt. Elle veut toujours « faire mieux ».

Dans la savane, les lions vivent en groupe, généralement composé d’un lion, de plusieurs lionnes (le salaud est polygame), ainsi que des lionceaux. Il est courant qu’un autre lion attaque le mâle du groupe pour en prendre la tête. S’il parvient à tuer ou faire fuir le chef actuel, que se passe-t-il ? Les lionnes vont rester avec le nouveau mâle. C’est le vainqueur, le plus fort. Il est simplement meilleur. Les lionnes ne sont pas des salopes, elles répondent simplement à leurs impératifs biologiques.

Les femmes n’étaient historiquement pas encouragées à étudier et travailler (tout du moins en tant que salariée). Ce manque de statut social et économique lui permettait de se satisfaire de la majorité des hommes, qu’elle voyait comme « supérieurs ».

 

Célibat généralisé

De nos jours, partout où le féminisme s’installe, le célibat augmente. La population la plus touchée est l’ensemble des hommes « bas de gamme » (moche, pauvre, etc), ne pouvant plus remplir les conditions hypergamiques de la femme moderne. Le deuxième groupe victime est l’ensemble des femmes diplômées, souvent qualifiées de « célibataires exigeantes » car étant intellectuellement et économiquement supérieures à la majorité des hommes et ne pouvant non plus se satisfaire d’un homme « inférieur ».

Problème que j’ai décris maintes fois : peu de mecs sont « au-dessus » de ces femmes (à part leur patron). D’où le Principe de Pareto, que j’utilise souvent, faute de chiffres officiels, pour illustrer le concept. 20 % des hommes du haut de l’affiche sont donc désirés et baisent 80 % des femmes. (Ce qui est une exagération – pour les abruti(e)s qui n’auraient toujours pas compris –).

 

Les émotions avant la logique

Les femmes sont irrationnelles et incohérentes. Elles ont la capacité de raisonner logiquement mais leurs émotions prennent naturellement le dessus. Leur hormone sexuelle dominante, l’œstrogène, est la raison principale à cela. Le taux d’œstrogène d’une femme augmente fortement durant sa phase ovulatoire ce qui l’amène souvent à des changements d’humeurs et contradictions inexplicables. Une partie des femmes ne peuvent même pas supporter la pilule contraceptive pour les mêmes raisons.

Cette émotivité rend les femmes beaucoup plus manipulables que les hommes. J’ai rarement entendu un homme se plaindre de s’être fait avoir par une « belle parleuse ». En revanche, mentir et vendre du rêve à une femme fonctionne à merveille. Si je voulais faire grincer des dents, je dirai même que c’est la raison pour laquelle le pouvoir a donné le droit de vote aux femmes (et aussi aux jeunes, en abaissant l’âge de 21 à 18 ans). Car ces deux catégories sont les plus manipulables, c’est à dire soumises à l’idéologie dominante. Ils ne feront certainement pas la révolution demain et ne voteront même jamais à contre-courant.

Utilisez votre logique. N’écoutez pas ce qu’elle dit, mais regardez ce qu’elle fait. Elle prétend n’aimer que les mecs gentils et romantiques mais finit toujours dans le lit du mec un peu autoritaire et borderline ? Je vous laisse conclure.

Lire la suite de l’article sur leroidelajungle.fr

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

166 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bonjour,
    Ah, ah, ah !
    Stéréotypes.
    Quand on veut prouver quelque chose, de nos jours, il y a toujours une étude qui le démontrera.
    Aimer, n’a pas de sexe.
    Par contre manipuler, à chacun son stratagème.

     

    • Parler de femmes est un non sens : il n’y a que des femmes dans le capitalisme intégral. idem pour les hommes.
      Toute référence à la nature est également suspect de mon point de vues, on trouvera une autre espèce avec des comportements opposés.
      Pour ce qui est du choix de ces "dames", c’est simplement le mieux "valorisé" au sens large du terme, l’humain s’étant faite chose et la chose s’étant faite nature.


    • Bizarre que vous soyiez tant émue par un simple article qui n’engage que son auteur


  • #1534892

    Il va se retrouver avec les femens au cul !!

     

  • Je crois que tout est dit dans cet article. Avec les allocs de l’État, la sécurité de la police, la bouffe de Leclerc, elles n’ont aucune raison de revenir au modèle traditionnel. La seule solution c’est un renversement global de la société qui forcera les femmes à retourner à leurs occupations normales. Rien d’autre ne fera l’affaire, surtout pas des aides gouvernementales comme on peut le voir dans les pays de l’Est.

    On va maintenant attendre les commentaires des Chevaliers Blancs pour défendre les damoiselles en détresse, ces dernières qui votent allègrement pour le vivre-ensemble et le "multiculti".

     

    • Alors imaginons une coupure d’ électricité de 2 mois.
      En 48 heures fini les allocs, l’ électroménager, plus de police, plus de supermarché, ni de travail de bureau....
      Est-ce ce qui pourrait aider à ce que vous appelez un renversement global de la société qui forcera les femmes à retourner à leurs occupations normales ?


    • Franchement j’attends avec impatience ce « déclin » de l’humanité, la loi du plus fort ou du plus psychopathe fera foi, et c’est toujours mieux qu’une société où on protège la moitié de l’humanité au détriment de l’autre...

      Vivre confortablement ça se mérite ....


  • En tant que femme je suis entièrement d’accord avec le contenu de cet article. Jeunes nous étions toutes dans cette voie, nous voulions être vues et complimentées sans pour autant en apprécier les auteurs. Pour ensuite tomber dans les bras de ceux qui savaient parler et embobiner. Le jour où j’ai eu la chance d’ouvrir les yeux, j’ai "attiré" le bon compagnon, aimant, fidèle, sincère, je l’en remercie encore tous les jours. Mes anciennes copines qui n’ont toujours rien compris continuent de collectionner sans trouver ni l’amour ni la stabilité.

     

  • On va encore passer pour une bande de gros machos...

    ... Mais je suis bien forcé de reconnaitre que bien qu’un peu "exagérée", cette synthèse est probablement la meilleure que j’ai lue sur le sujet.


  • « Les femmes, pour la plupart, ne nous aiment pas, elles ne choisissent pas un homme parce qu’elles l’aiment, mais parce qu’il leur plaît d’être aimées ». Jean-Baptiste Alphonse Karr
    "La femme est un sac de glandes à sécrétions multiples"
    - Ducon -
    Excellente maxime tirée d’un film avec Brasseur

     

  • Pour vraiment être aimé d’une femme il faut vraiment passé à ses yeux pour un demi-dieu et encore...sinon c’est effectivement de l’opportunisme et du nacissisme avec quand même un chouïa d’attachement sentimental du même ordre que celui que l’on éprouve pour son chien...les plus belles lettres d’amour ont toujours été écrits par des hommes pour des femmes...en vérité l’amour passionné est avant tout masculin...mais ce n’est pas grave on les aime aussi comme ça les femmes !

     

  • Youpi ! Faut en profiter !
    (en fait,elles pensent à la sécurité pour élever leurs enfants)


  • Mouais... ya du vrai mais on effleure le problème et on reste sur des clichés : bien qu’il y ait du vrai sur certaines attitudes féminines, on peut pas tout ramener aux hormones et faire une généralité.

    Non, la majorité des femmes ne recherchent pas le "Mâle" dominant.
    Elles veulent un homme, un tout : un peu viril bien sûr mais responsable, et capable d’assurer une certaine stabilité à la vie de famille ou de couple qu’elles envisagent de manière SEREINE. c’est tout.

    Tout le reste est littérature. Parole de mec !

     

    • #1534986

      Une "vie normale" quoi, comme elles disent...
      De toutes façon toutes les femmes sont différentes, dès lors on est obligé pour s’expliquer mieux de prendre LA femme dans son absolu, comme l’a fait Weininger, donc forcément de décrire un comportement qui va vers le stéréotypé, c’est comme çà qu’il faut comprendre son livre et cet article, mais il ne faut pas non plus prendre ses/ces arguments au pied de la lettre !
      C’est ce qui distingue la pratique de la théorie !


    • Ouais et quand t’auras bien fait tout ça comme il faut hé ben.... Elle se barrera parce-qu’elle aura toujours un truc à te reprocher pour aller voir ailleurs et tromper son ennui.
      Je parle là bien sûr des femmes convoitées. Rien n’est assez pour les garder.


    • @Ben’s :

      J’ai bien peur que la grande majorité d’entre elles soient dans ce cas de figure... Y a toujours « un truc qui cloche » avec elles.


  • "Quand on se met en couple, on n’attend en réalité rien de la femme, si ce n’est du calme et du sexe"..."Les hommes sont les vrais romantiques"...
    Ses seules attentes dans un couple, c’est ça ?! C’est effectivement un vrai romantique celui-là !

     

  • Les rapports hommes/femmes contemporains ne sont que du spectacle. L’homme et la femme jouent un rôle et se mettent en scène. Denis de Rougemont a déjà tout dit sur l’Amour. Les femmes recherchent avant tout à vivre une petite "tragédie" digne d’une mauvais série américaine. Aujourd’hui, tout homme lucide et intelligent ne peut être que célibataire.

     

  • N’importe quoi ! :)

    Et l’amour dans tout ça, vous y avez pensé ?! Non mais faut arrêter, ben oui !
    Moi, je dis que l’amour existe... La preuve, je suis follement amoureuse d’un homme, oui, il est : grand 1 m 87, blond, très très beau, sportif, intelligent, et tant... disons qu’il est à part, eh oui ! :)

    Ah j’oubliais, je rêve de lui toutes les nuits ! :)

     

  • #1534928

    le fric, le mensonge et le rêve... le winner américain quoi, tout ce que j’aime pas :D


  • Si vous regardez côte à côte un paysage avec quelqu’un, si le paysage est apparemment le même, malgré cette "évidence", nous ne voyons pas la même chose. C’est la science qui affirme cette règle générale valable pour quiconque. Dire qu’un homme ou une femme est ceci ou cela est compréhensible, mais en "chosifiant" quelqu’un, nous arrivons plus facilement aux divorces. Malgré toutes les interprétations légitimes ou pas, nous restons un mystère. Avoir la capacité de regarder son partenaire que l’on connait relativement bien, de cette façon, permet que le renouvellement permanent (quand il existe) soit naturellement pris en compte.
    Assouvir ces désirs n’est pas du tout un pécher en soi, mais "aimer" peut-être un peu plus subtil que seulement se "regarder le nombril" par personne interposée.
    En ce qui concerne l’homme et la femme, les conjonctures ou les comparaisons peuvent avoir un intérêt dans une application directe et technique, mais ne sont pas définitivement explicative pour l’être l’humain.
    Une compréhension basée sur la moyenne est bonne pour la statistique, elle a aussi des limitations évidentes.


  • J’ai rarement lu , sur ce site , un article aussi affligeant de bassesse , de vulgarité et d’ignorance. Sans doute ce Monsieur n’a-t-il fréquenté que des femmes très bas de gamme et sans doute a-t-il lui-même une conception très vile de l’amour. Il y a autant de salauds que de salopes mais il y a également de belles âmes pures et des coeurs lumineux aptes à l’amour chez les deux sexes.Tout ce qui est affirmé dans cet article me semble pouvoir autant être appliqué à beaucoup d’hommes ( combien de femmes laides ignorées ou d’épouses vieillissantes délaissées et de familles brisées pour de petites jeunettes sans intérêts autres que l’attrait de leurs appâts !) Au lieu de nourrir ce mépris et cette haine stupides de l’autre sexe ( ce qui arrange bien les féministes et les homosexualistes de tous poils), il est peut-être temps de se souvenir , une bonne fois pour toutes , que l’Homme et la Femme sont parfaitement égaux par leur valeur quoiqu’irréductiblement différents. Leur union est non seulement une nécessité biologique mais un mystère absolument sacré dont jaillit le miracle de la vie. Non, vraiment , l’Amour est bien autre chose que ce concours d’opportunisme et d’hédonisme et l’Occident médiéval avait su le porter à un très haut degré , à travers la Fin Amor dans lequel l’un et l’autre sexe étaient également valorisés et sacralisés dans un Amour supérieur et transcendant , à l’image de l’amour divin. Ne pas confondre Eros et Agapè ! Relire le merveilleux essai de Denis de Rougemont , L’Amour et l’Occident et méditer cette citation de Teilhard de Chardin : " L’Amour est la plus universelle , la plus formidable et la plus mystérieuse des énergies cosmiques." Bien sûr , l’acceptation et le respect de l’altérité sont un chemin bien plus complexe que les régressions narcissiques et infantiles que constituent la misogynie , la misandrie et l’homosexualité...Je suis une femme de 47 ans qui aime les hommes , bien qu’elle les juge souvent décevants et mon dernier amour est un amour de jeunesse retrouvé qui , tombé de longues années dans l’alcool et la drogue , ne possède plus désormais ni beauté , ni argent. Et pourtant , comme je l’aime et comme il me touche au plus profond !...

     

    • Je pense que l’article est tout à fait valable... si l’on part d’un point de vue attirance et pulsion animale. La je suis tout à fait d’accord, la meuf mouillera plus facilement pour un mâle à l’energie dominante et/ou vivante plutot que pour une energie passive/loose. Même chose de l’autre coté, le mec bandera plus facilement pour une femelle à l’energie présente/vivante , autrement dit une femelle assumée, que pour une femelle timide/passive.

      Mais ça c’est du cul et de la passion. On parle pas d’amour, on ne parle pas d’alliance de deux âmes sensées se construires mutuellement vers le transcendant ou par l’immanent (peu importe).

      En somme, de mon point de vue, cet article définit parfaitement bien ce que je ressens pour une femelle quand je la jette dans le plumard pour la déglinguer tout zazimut...mais absolument pas ce que je ressens pour elle quand elle dort paisiblement dans le creux de mes bras, le corps détendu et le sourire au lèvre. (les deux femelles peuvent être différente, bien entendu :P )


    • En lisant ce commentaire que je pense sincère, je me dis que cet amour véritable n’est peut être accessible qu’aux seuls chrétiens.


    • Vous connaissez beaucoup de mannequins qui sortent avec des mecs pauvres et moches ?

      Il faut voir les choses en face !
      Ce qui est décrit ci-dessus, si ce n’est bien évidemment pas vérifié à tout les coups et pour tout le monde (heureusement !) dégage quand même en gros la tendance et c’est loin d’être nouveau, du meilleur chasseur de mammouth au propriétaire terrien jusqu’au millionnaire en bmw.


    • @ Ulfberht : vous ne connaissez que des histoires vécues par des chrétiens, nuance. Il y a dans la littérature arabe tant d’histoires, racontées et/ou vécues, qui relatent de l’Amour. Et sûrement aussi chez les Chinois, dans d’autres cultures, etc.36


    • #1535802

      @Sektor

      Parce que tu connais beaucoup d’hommes qui vivent en couple avec des femmes pauvres et laides ?


    • Aucun tord n’est redressé, car il y en a certainement beaucoup plus.


  • Si les femmes sont "programmées" pour agir ainsi, alors c’est que la Nature l’a voulu pour le bien du groupe. Aux hommes d’agir en connaissance de cause.

    PS : regardez les vidéos de Delavier sur ce sujet.

     

    • Si vous aviez regardé les vidéos de Delavier correctement vous sauriez que personne n’est "programmé" et que "la nature" ne veut rien dire.
      Vous faites de la téléologie : vous pensez que nous avons été "faits pour". Or comme toutes les autres especes l’Hommes n’aura jamais de forme finale ou forme ultime, il évolue continuellement pour s’adapter à son environnement. Si les comportements humains changent c’est que son environnement lui permet.

      Je trouve ça important de rappeler aux gens que dire que l’Homme ou telle espèce "est fait pour" n’est pas sérieux sur le plan scientifique.


    • « Or comme toutes les autres especes l’Hommes n’aura jamais de forme finale ou forme ultime »

      La Bible « chapitre » Genèse dit exactement l’inverse, de là on conclut que « Delavier n’est pas parole d’évangile »... Et oui la perspective traditionnelle et celle évolutionniste sont irréconciliables.

      Si L’Homme ou l’Univers n’avait pas déjà de forme ultime, ils n’existeraient pas. Penser que l’homme n’est pas (dé-)fini c’est vouloir le mettre à la place de Dieu. Je vous laisse faire la suite du raisonnement pour comprendre comment évolutionnisme est lié à illuminisme (religion maçonnique). Salutations.


    • Mon cher Max, à chacun son idéologie.
      Sachez que je respecte la vôtre.


    • Je vous explique des faits. Frederic Delavier vous dira la même chose. Ne le citez pas pour dire des bêtises.


    • @Max
      C’est avec votre théorie que l’on légitime la colonisation..
      Théorie de l’évolution, n’importe quoi.. Il y a eu le singe, ensuite l’homme noir qui a évolué en homme blanc c’est bien ça ? Et puis l’homme blanc se doit de civiliser l’homme noir car il est plus évolué ?
      Nan mais où allez vous, sous prétexte que c’est scientifique ?
      Si vous êtes si scientifique que ça, vous devriez savoir que Darwin lui-même a admis que sa théorie ne tenait pas debout..


  • Comme je le disais dans un autre article on prépare une génération d’asocial, peut importe les croyances de chacun ce qu’il y a dans cet article va bien plus dans le sens d’une égalité sociale que le « genre neutre » ou d’autres bêtises.
    Savoir cela c’est respecter les gens véritablement, car c’est accepter la logique profonde des hommes et femmes.
    Le contenu de cet article est-ce qu’on appelle une "caricature saine", parce que grâce au raisonnement grossier présenté on part sur de bonnes bases et l’on s’adapte en fonction des situations, les adaptations seront minimes, l’effort moindre tandis que croire que tout est neutre demandera un effort intenable et rend les relations hommes femmes spécieuses et dangereuse et personne ne trouvera les relations amoureuses épanouissantes, c’est mon avis en tout cas.


  • #1534952

    Cette histoire d’hyperogame est stupide (désolé), parce que c’est un peu pareil au niveau des hommes. On va toujours rechercher la femme qui nous paraitra la plus belle, la plus sexy, la plus intelligente, et souvent, on ne se fixera qu’avec celle qu’on admirera pour ces dites qualités qu’on estimera supérieures. Sauf résilience et frustration acceptée (et adultère, discret si possible). Cette analyse psycho-sociale est vraiment de bas niveau. Décevante, même, vu le passif des auteurs de ce site.

     

    • A vous lire, je crois que vous n’avez pas compris le concept d’hypergamie.

      Un homme recherchera une femme ayant des qualités qu’il apprécie mais il ne rechercha certainement pas une femme qu’il estimera supérieur à lui, que ce soit au niveau du rang social, du niveau intellectuel, etc etc...

      Vous devez vraiment avoir peu d’expérience de la chose amoureuse pour ne pas savoir ça.


    • Ce que l’auteur dit, ici et dans d’autres articles, c’est qu’un homme, même marié et heureux, recherchera toujours une femme plus belle, sexy, féconde etc. Pas intelligente. Ni riche. Ni socialement dominante sur un troupeau. Alors qu’une femme cherche le prince charmant : le mec beau ET riche. C’est une différence majeure, vous n’avez apparemment pas compris...

      De plus, aller coucher avec des jeunettes alors qu’on est marié depuis 20 ans ne signifie pas tomber amoureux de toutes les jeunettes et quitter sa femme. L’homme est capable de dissocier désir sexuel et "Amour", une femme non (pour accepter qu’un machin gluant la pénètre dans un des orifices, il faut qu’elle soit un minimum attachée émotionnellement). C’est à dire que quand un homme dans un couple stable regarde avec désir d’autres petits culs dans la rue, il ne pense pas à remplacer sa femme. Quand une femme mariée regarde avec intérêt un autre homme plus beau et plus riche, accessible pour elle, voire fantasme sexuellement dessus, l’idée de quitter son homme actuel est présente.


  • C’est justement quand aimer signifie la même chose pour l’homme et la femme que l’amour est le lien durable dans un couple. L’homme et la femme sont complémentaire si on aime l’autre avant soi ou que l’on ne recherche pas son propre amour dans l’autre. Car si non on veut se contempler dans l’autre et cela n’est pas de l’amour. Aimer l’autre pour ce qu’il est et non pas pour ce qu’il représente est un bon début.


  • Découvert sur le tard, au moment de ma "chute" sociale. Ayant l’impression d’être adulé par mon ex-femme, jusqu’à ce que je perde mon entreprise. Après çà, elle s’est mise à m’insulter de façon très rabaissante, à me taper, et, rapidement, elle s’est barrée avec un ancien "ami". Mon vécu m’a-t-il rendu sexiste ? Je ne sais pas. Un peu misogyne ? Certainement. Elles sont pour moi maintenant "des mecs comme les autres". Cà m’aide à avoir des relations courtoises, voir amicales avec elles. Mais depuis, pour une éventuelle relation amoureuse....


  • Découvert sur le tard, au moment de ma "chute" sociale. Ayant l’impression d’être adulé par mon ex-femme, jusqu’à ce que je perde mon entreprise. Après çà, elle s’est mise à m’insulter de façon très rabaissante, à me taper, et, rapidement, elle s’est barrée avec un ancien "ami". Mon vécu m’a-t-il rendu sexiste ? Je ne sais pas. Un peu misogyne ? Certainement. Elles sont pour moi maintenant "des mecs comme les autres". Cà m’aide à avoir des relations courtoises, voir amicales avec elles. Mais depuis, pour une éventuelle relation amoureuse....


  • Il suffit de choisir une nana moche et gentille c’est facile comme personne lui met le grappin dessus.

     

    • Ah oui, d’ailleurs moi j’ai toujours été adepte de cette solution ...simple et qui arrange tout le monde.


    • #1535432

      Même les "moches" sont désirées, vu la misère affective actuelle. Et bien souvent on trouve des moches encore plus pédantes que les "belles"... !!!


    • Détrompe-toi !
      J’ai tenté l’expérience : je suis sorti avec une gentille moche.
      Elle ne s’était jamais fait draguer (à part par moi, bien sûr).
      Et bien, un beau jour, un autre mec l’a branchée, et elle était tellement émoustillée par cette drague improbable, imprévisible et miraculeuse, qu’elle en a eu le cerveau complètement azimuté. Elle a fait sa belle, et elle s’est fait la belle !
      En revanche, je suis resté plus de dix ans avec une petite bombe atomique.
      Elle avait tellement l’habitude de se faire brancher que ça ne lui faisait ni chaud ni froid, c’était normal pour elle, et ça ne remettait jamais en cause notre relation amoureuse. Elle était mille fois plus fidèle que l’autre moche !


  • Article intéressant qui reprend des centaines sur le sujet, ou Sociologie du dragueur.
    En creusant plus avant on en revient au religieu, à Flaubert et à Houellebecq donc... je m´explique, quand même.
    Madame Bovary, 1857, première génération de bourgeoise dans le monde, dûe à la révolution industrielle, s´emmerde, lit des livres à l´eau de rose faisant office de réalité pour elle qui ne travaille plus les champs, trompe son mari avec l´abruti du coin, est décu, s´entiche d´un pharmacien véreux, puis toujours plus décu, se suicide lamentablement en s´empoisonnant. Flaubert a compris 30 ans avant Nietzsche le drame de la modernité, de l´oisiveté qui allait corrompre la société et l´individu, pas fait pour être inactif.
    Au bout du bout de Madame Bovary, il y a Houellebecq, la critique d´une société hédoniste, libéral-libertaire, vide de sens, d´intelligence, ou seul le couple peut sauver de l´enfer. Passant sa vie, à faire la critique de cette société avachie, Michel H donne la solution-Soumission en 2015, il faut revenir à une société religieuse, d´avant la révolution anti-nationale, islam ou catholicisme, ca importe peu, du moment qu´on remette de l´ordre dans la société, et qu´on vire les sociétés secrètes, qui la gouvernent. C´est ca le sens de Houellebecq, et pour ca qu´il est rejeté par certaines élites illégitimes.
    Pour les sujets sèrieux, c´est bien de se plonger dans les, très, grands, auteurs. L´homme, et surtout la femme, n´a jamais été fait pour l´oisiveté, la soit-disant " liberté ", mais pour procréer et servir l´homme, qui lui-même est guidée par la femme. Travail-famille-patrie ? Faschosphère ? Voilà l´argumentation du camp du bien.

     

  • Morte de rire, que d aprioris et de préjugés, , il y a des femmes certes peut-être pas "belles parleuses" mais manipulatrices,...et toutes les femmes ne se laissent pas baratiner,les jeunes et les femmes j’en vois de plus en plus dans les mouvements contestataires tandis que des plus"vieux" hommes se laissent influencer, les femmes sont émotives, certes, ça n’empêche pas de réfléchir,ni de penser à contre courant,enfin on ne peut pas dire à la fois que les femmes sont castratrices et dominatrices et qu’elles sont émotives et attirées par les hommes autoritaires,il y a un retour du "romantisme" aussi bien chez les hommes que les femmes, traumatisés c’est vrai par des décennies de pornographie de masse et de féminisme qui ont fait un travail de sape, d’accord, mais "je vous laisse conclure" : c’est un tissu de propos irrationnels et incohérents au moins pour la dernière partie, sinon, le reste, oui, des faits de société mais qui ne doivent pas aboutir à une conclusion aussi caricaturale, ni tomber dans un excès, aussi bien concernant les hommes que les femmes ! PS : dans la nature, les lionnes chassent et élèvent leurs lionceaux seules, c’est la première fois que j’entends parler de "polygamie" s’agissant d’animaux, ça c’est de l’anthropomorphisme.

     

    • Autant d’histoires d’amour que de couples. Possible de dégager d’enièmes types de relations décrivant les plus douces et sensuelles des femmes aux plus ternes et acariâtres combinées avec des hommes sincères et charmants ou avec des obsédés du cul à l’ego gonflé à bloc.
      Ensemble par amour, par hasard ou par dépit, les circonstances susceptibles de réunir deux êtres jouent davantage que leurs aspirations profondes. Sauf cas particuliers.
      Ce qu’est l’amour pour les uns et les autres n’a que peu de chance d’impacter leurs vies de toute façon.


  • Je pense, mais je ne suis pas un expert, qu’il y a aussi des femmes qui aiment les hommes avec un statut en dessous du leur. Ou en tout cas avec des problèmes.

    Il y a les femmes en quelque sorte "infirmières" qui aiment s’occuper de quelqu’un.

    Et aussi celles qui n’ont pas trop confiance en elles et qui ont du coup la sensation d’apporter quelque chose à un homme et d’être utiles.

    Après c’est sûr que ce n’est peut être pas la majorité, il y a pas mal de "pétasses" qui correspondent à ce qu’ils décrivent.

     

  • Je connais ce site depuis novembre 2015 et j’ai jamais un contenu sur les femmes aussi vrai de toute ma vie, ok c’est un peu vulgaire mais terriblement vrai.


  • Je suis curieux de connaître l’âge des lecteurs qui nient la réalité de cette article, à 27 ans je reconnais beaucoup des femmes que j’ai pu rencontrer ces dernières années. Peu être que pour les générations antérieures il semble absurde, mais pour les autres ....


  • « Elle ne t’aime pas, et ne t’aimera jamais »

    Faux problème alors... Si « aimer » c’est bien de donner sans espérer en retour, alors pourquoi espérer de l’amour en retour .. ? Il n’est pas sensé y avoir de calcul. Un sacrifice est justement un don, sans attente d’un avantage ; et faire ce qui nous semble bon, au moment « t » ... Parler d’amour ce n’est pas se confiner à la relation homme/femme, c’est en réalité une question plus profonde et spirituelle, qui appellerait des questions du type : « pourquoi rencontrer telle personne à tel moment de ma vie ? » et considérer qu’il y a bien une raison supérieure (ou inconnue), déjà commencer par ce type d’attitude face aux événements change la donne... Adopter une vision plus intégrale, et non plus focalisé sur le « petit moi ».

    Donner et se sacrifier serait donc être capable de se détacher, pas d’attendre une réponse de l’autre qui conviendrait à nos attentes (toujours le confort de l’existence). Une réciprocité Homme/femme dans cette optique serait ’seulement’ le « Graal ». Donc pas ce à quoi l’on devrait normalement s’attendre, à la base. Chercher à être aimé n’est pas le but de l’existence...

    Du reste (au delà du thème de ce que représente l’amour réel) les problèmes soulevés ici sont inhérents au « monde moderne ». Ce que la modernité a nommé « L’égalité homme femme » étant en fait une distorsion dans les relations naturelles qu’entretenaient depuis toujours les deux sexes (vaste sujet). De plus seul le mariage « traditionnel » (pour signifier « normal ») était à même d’assurer une véritable conjugalité (et donc la perpétuation de la véritable civilisation), ce pourquoi il fut (et est) l’une des institution les plus attaquée. Sans cela le relais sera effectivement la société LGBT, et le mariage réservé à une élite instruite et plutôt riche.

     

    • Une pensée merveilleusement bien résumée ! L’amour c’est l’énergie que met un couple à sublimer la condition biologique. L’amour c’était la poésie et la romance. C’était cette forme de distanciation à l’autre. Deux étoiles qui s’illuminent mais ne se touchent jamais.


  • Le fantasme amoureux est certainement le dernier rempart au quantitatif, au calcul émotionnel. Et cet article est un outil orgueilleux de la dévoration du faux scientifique utilisé à tord et à travers. Je résumerais ma contre argumentation à ceci : L’humanité n’a plus rien du règne animal, ou du moins n’avait, de part la différenciation de sa maturation intellectuelle. En complément de tout attribues hormonaux nous développons ce qui fait de nous une espèce au summum des liens sociaux régit par l’adaptation à un environnement bien plus complexe et nécessitant bien plus que la simple force physique ou la capacité de domination. C’est à force d’expérience que nous finissons par nous délecter d’une gastronomie étrangère. Alors oui, en effet, l’homme moderne a considérablement réduit son champs émotionnel et relationnel, ce qui peut sembler nous rapprocher du monde animal. Mais seul l’humain est capable d’aimer à tord et à travers.

     

  • Qu’est-ce que c’est que ce galimatias ?!
    Je pense que cet homme ne vit pas dans la vraie vie.
    Il y a des gens qui font tout pour entretenir la zizanie... la guerre entre les hommes et les femmes.
    Comme ces gens parlent avec des mots "savants" et quelques références "scientifiques," on pense qu’ils sont intelligents et sont des "experts."
    Bref, tout ce déballage de concepts modernes est stupide !
    Il y a un détail important à rappeler : Nous vivons dans un monde façonné par des concepts de dégénérés...
    Et puis, comparer l’être humain à des animaux dans la jungle... NON !
    L’homme et la femme sont différents et complémentaires. Ils ne sont pas des ennemis l’un pour l’autre.

    Pour conclure : il y a beaucoup à faire quant à une véritable éducation basée sur La Conscience... et la connaissance.
    Une vraie éducation qui soit en cohérence avec La Loi Naturelle... celle du Bon-Dieu.

     


    • L’homme et la femme sont différents et complémentaires. Ils ne sont pas des ennemis l’un pour l’autre




      Allez dire celà à toutes les grognasses contemporaines qui ont déclaré la guerre au mâle.

      Et ne me faites pas croire qu’elles représentent une minorité, cet article est il est vrai caricatural, mais il n’en est pas moins véridique.

      Libre à vous de croire que la femme n’a pas décollé de l’image de Cendrillon ou de la Belle au Bois Dormant, la femme actuelle tend plutôt vers Cruella ou la sorcière


    • A Kasiar.
      Je compatis. Vous avez du vivre des expériences douloureuses.
      A mon âge, je ne crois plus depuis très longtemps aux contes de fées.
      Je n’adhère pas non plus aux idéologies humaines qu’elles soient anciennes ou modernes.
      Comme je le dis : tout est aussi une question d’éducation basée sur la Conscience et la Connaissance.
      C’est vrai qu’à ce niveau là... il y a beaucoup à faire pour redresser l’état de dégénérescence où est tombé l’être humain.
      Pour conclure : la femme doit retrouver sa vraie place ainsi que l’homme la sienne... pour vivre en harmonie.
      Kasiar, je vous souhaite de rencontrer une vraie femme.
      Bon courage à vous, jour après jour.


    • Je ne vais pas décrire ma situation ici, d’une part ce serait trop long mais en plus beaucoup trop personnel. Mais dans un monde où les enfants sont pris en otages, à cause d’êtres trop immatures pour être en couple, ça me fout le démon !
      Et ce n’est pas seulement mon expérience personnel, c’est aussi beaucoup d’histoires que j’entends plus ou moins similaires à mon cas de figure, et celà concerne des femmes hors du territoire national.



      C’est vrai qu’à ce niveau là... il y a beaucoup à faire pour redresser l’état de dégénérescence où est tombé l’être humain.
      Pour conclure : la femme doit retrouver sa vraie place ainsi que l’homme la sienne... pour vivre en harmonie.
      Kasiar, je vous souhaite de rencontrer une vraie femme.
      Bon courage à vous, jour après jour.




      D’accord avec vous, mais depuis le temps que je suis certains articles, il n’ y a pas de solution, la confiance est complètement caduque, surtout envers les nouvelles générations. Il y a beaucoup de ces femmes qui suivent aveuglément le diktat moderne, tel un mouton de panurge allant à l’abattoir.
      Beaucoup d’entre elles cachent bien leur jeu, à moins d’enquêter sur la personne, je ne vois pas comment je pourrais lui faire confiance


  • Puisqu’en théorie hommes et femmes sont complémentaires, leurs conceptions de l’ amour devraient l’être également.
    Cela simplifierait les relations entre deux personnes qui s’aiment, mais la simplicité n’est pas une idée séduisante. Or qui peut rester longtemps amoureux si la séduction n’est pas au rendez-vous ?
    Ceci dit on peut aimer sans être amoureux, cela fait parti des subterfuges de notre époque.


  • Merci pour ce moment d’humour ...
    Entre l’article et certains commentaires ...
    Comme le dit si bien Dieudo, "il ne nous reste plus que ça" ...
    Mo’Truckin’.


  • Beaucoup de vérités dans ce papier, néanmoins j’observe également depuis quelques années un phénomène opposé à l’hypergamie.

    Je vois en effet de plus en plus de femmes, belles, se trimballer avec des mecs de plus en plus fragiles, avec des épaules tombantes, aucun charisme etc... comme si le nouveau statut socio-économique de la femme avait rendu l’homme inutile et que, finalement, un simple faire-valoir était désormais suffisant.

    Bon évidemment à côté, elles trouvent toujours un amant viril pour la partie sexuelle.

     

    • Ca c’est plus dans les mégalopole que l’on voit celà. Aka les beaux quartiers de Paris, les couples bobos toussa.
      Mais c’est vrai que celà a tendance à devenir une mode d’inverser les rôles : femme "forte" et homme chétif
      D’ailleurs il commence à y avoir de plus en plus la grognasse de service qui ouvre sa gueule quand son homme se dispute avec un autre mec.
      Bref aucune éducation ...


  • Vrai... hélas !


  • cet article a dû être écrit par un pur matcho ! c’est n’importe quoi ! je connais autour de moi pas mal de nanas qui portent leurs hommes à bout de bras, ces nanas gèrent tout, le boulot, les enfants, la maison, le mari, tout ! pendant que ces messieurs ne branlent rien et travaillent même à mi-temps pour certains (le monde à l’envers !) ! ces femmes mériteraient largement mieux mais elles restent avec ces hommes parce qu’elles les aiment sincèrement ! bref ! le jour où un homme mettra un enfant au monde par amour là vous pourrez parler de sacrifice !!!! en attendant moi je vois que des femmes se sacrifier !

     

    • #1535177

      Ces femmes se mettent avec des débiles car elles ne supportent pas un mec mieux qu’elles. Qui se ressemble s’assemble.


    • Réponse basée sur l’affect, donc ignorant les faits.
      Primo, concernant le boulot : 15% des femmes sont au foyer, contre 0,5% pour les hommes.
      Ensuite, concernant les "messieurs qui ne branlent rien" : manque total de respect pour une majorité d’hommes qui font des boulots que les femmes ne VEULENT PAS faire. Quel taux de féminisation dans la voirie ? construction ? mécanique ? manutention ? combien de femmes goudronnent les routes ? entretiennent les égouts ? et ça concerne beaucoup de profession. On peut développer : combien de femmes pilotes de ligne ? commandant de supertanker ? chirurgien ? créateur d’entreprise ?
      Quant aux "femmes qui se sacrifient" : mettre un enfant au monde n’est pas un sacrifice. Pas plus que de récurer les égouts ou se battre pour une place de PDG et ramener son salaire à la maison. Vous faites du déni biologique : l’appel du ventre chez les femmes, comme le besoin d’éjaculer chez les hommes, est 100% biologique, génétique, hormonal, etc. Le cortex n’intervient pas.
      Et finalement, en écrivant que les femmes se sacrifient volontairement, tout en sachant qu’elles vont souffrir, vous insultez les femmes, les prenant pour des imbéciles.
      Vous passez évidemment sous silence les intenses satisfactions qu’ont la plupart des femmes à avoir des enfants et s’en occuper (et évidemment, pendant que leur vilain mari s’amuse dans une usine, s’épanouit dans un bureau, rigole sur un chantier, ou passe du bon temps au fond d’une mine).
      Nous sommes au 3ème millénaire... presque un demi-siècle a passé depuis mai 68... il est temps d’actualiser vos croyances.


    • Oui bien sûr quand on est froissé on commence à monter sur ses grands chevaux. Quand bien même cette personne serait macho, ce qui est dit rejoint à peu près mon expérience personnelle, et celles de bien des hommes que je connais de près ou de loin. C’est beaucoup trop long à expliquer les anecdotes
      Ces femmes ne savent elles pas qu’il existe des hommes qui travaillent à temps plein et qui demandent que celà de pouvoir se sacrifier (travailler de nuit par exemple ou enchaîner les boulots le week-end en plus de la semaine) mais qui ne sont tomber que sur des gourgandines en tout genre ?
      Ne serait-ce pas plutôt que les gens devraient se mettre en couple tout en sachant quel type de personne veulent-ils pour vivre à leur côté et être le parent « idéal » ?
      Bref, côté sacrifice, pas sûr que la majorité des femmes en fassent, ce serait plutôt l’inverse


  • #1535123

    Je ne comprends pas que l’on dise que cet article est faux et vulgaire ?! C’est la mentalité des gens qui est vulgaire, pas l’article qui le constate. Non ?
    Bon, il est faux quand même un peu parce que toutes les femmes ne sont heureusement pas comme ça (et j’en sais quelque chose), mais pour le gros de la troupe, c’est malheureusement vrai, et pas seulement pour les jeunes filles, car les femmes de 65 ans ou plus ont souvent cette mentalité aussi, car la décadence féministe commence à dater, maintenant. (surtout qu’une bonne part de cette bêtise est bien plus vieille que le féminisme de 68...).

    Par contre, je vais vous dire une bonne chose :

    Je ne comprends pas du tout que les hommes regrettent de ne pas être en ménage avec des cruches pareilles ! On dirait que les hommes frustrés regrettent de ne pas se marier avec ces décérébrées !
    Mais les gars, gardez le large, restez seuls, c’est super !
    Quel intérêt de sortir avec une nana immature, gamine, adulescente, qui cherche le beau mec et le fric, la frime virile, et toutes ces débilités ?? Même en décrochant une de ces bécasses, vous auriez un plaisir sexuel, certes, (durant un temps car la légèreté n’a pas de fidélité), puis vous arriveriez devant la mort tout aussi frustrés, c’est garantie, car tout ça est VIDE.

    Ma recette ?
    J’ai évolué seul pendant des dizaines d’années, en évitant les bécasses (de toute façon, je n’aurais pas supporté une nigaude matérialiste une seule seconde, qu’elle soit de gauche, de droite, ou natio).
    Chemin faisant, la solitude fait qu’on évolue spirituellement, et, naturellement, j’ai rencontré une femme merveilleuse, qui n’a rien à voir avec la sphère politique matérialiste, ni de gauche, ni de droite, ni natio, ni moutonne, mais une femme ayant un chemin spirituel sincère, profond et discret.
    Il en ressort aucune illusion face aux passions, mais une vue claire de ce qu’est l’amour, de la stabilité, de la maturité, un chemin épanouissant centré sur l’Essentiel, et rien de vénal.

    Voilà, c’est très simple, être viril, c’est aussi savoir être seul, très longtemps, en apprenant à ne pas être frustré mais heureux, en mûrissant, de façon à rencontrer finalement une femme en rapport. Quand on trouve le chemin d’être heureux seul, on attire le même genre de personnes en face, et les cruches restent invisibles et jamais désirées. Une femme vulgaire est-elle attirante ? Non. Et bien, c’est pareil pour les cruches matérialistes, comprenons bien qu’elles n’ont rien d’intéressant.

     

    • Merci Monsieur pour ce commentaire, c’est exactement ce que je ressens depuis ma rupture, et avec une pitchoune qui vient de naître et où il n’y a pas un soupçon d’espoir que je puisse au moins la voir sans passer par la case tribunal, mais celà est mon ultime combat.

      Celà dit, je me mets moins la pression qu’avant de m’être marié et c’est une très bonne chose, comme quoi "à malheur quelque chose est bon" le divorce et encore moins la solitude n’est pas une fatalité bien au contraire !! ;)


    • #1536196

      Bonjour kasiar,

      Votre message est très touchant, monsieur, je ne comprends plus du tout dans quel monde pourri on vit, une véritable horreur, des gens qui laissent tomber leur conjoint alors même qu’un enfant en bas âge vient de naitre et sera privé de son papa dans la vie de tous les jours.... Atroce...
      Bien sûr, la solitude peut être appréciée, et servir de base à un autre épanouissement plus profond et stable, mais c’est le manque de contact entre un enfant et un parent que je déplore.
      Je vous souhaite bon courage et beaucoup de succès dans votre combat pour voir la pitchoune.

      Quel monde terrible...


    • Je suis d’accord avec vos remarques.
      Sauf :
      Le premier pas vers la transcendance c’est d’abord de bien connaitre le mental, son fonctionnement pour pouvoir le dépasser pour NE PAS confondre ses expériences spirituelles avec lui. Pour cela la connaissance des “sages” est nécessaire validant ainsi l’approche intellectuelle. Tous les domaines de la vie pour être performant nécessite une approche intellectuelle studieuse (avant la pratique) et encore plus dans le domaine de la spiritualité.
      Le reproche que je fais à cette article c’est l’entretient de la confusion entre les principes féminin / masculin et les individus femmes et hommes qui possèdent les deux en eux. Cette confusion commence au paragraphe “attachement non réciproque. Les observations pratiques de l’article sont correctes mais il n’explique pas la raison de cette dérive. Et le plus grave c’est qu’il entretient aussi la confusion entre attachement et véritable Amour. Le vrai Amour libère et non emprisonne dans les attachements. 99,9999% des relations de couple sont basées sur l’attachement d’où anxiété, jalousie, dispute, divorce, crime etc.... Le romantisme n’a rien avoir avec l’AMOUR, quand il est là c’est juste pour compenser cette absence d’amour par un show. L’AMOUR c’est avant tout des actions favorables sans rien espérer en retour envers l’être aimé.


    • #1536690

      Jay,

      Si vous êtes d’accord avec mes remarques, alors vous ne vous exprimiez pas correctement. (je vous cite : "l’homme est fait pour ensemencer à droite et à gauche" "il est fait pour être infidèle", etc, alors qu’il est fait pour être fidèle, responsable, aimer et s’occuper de ses enfants, et ceux qui ensemencent à droite et à gauche en abandonnant leurs gosses sont juste des crétins à l’attitude criminelle, aussi nombreux soient-ils).

      Car la soumission aux bas instincts animaux de base n’est PAS l’identité de l’homme, c’est juste un état provisoire de base, qui peut durer très longtemps si on ne fait aucune ascèse ou si on n’évolue pas, et cette soumission est due à des blocages énergétiques dans le corps, qui poussent l’homme vers le bas. Ces blocages sont totalement pathologiques et ne doivent pas être décrits comme "corrects et naturels et relevant du Yang".

      Pour connaitre le mental, on DOIT ressentir concrètement l’énergie vitale, puis la maitriser, car l’enseignement des sages extrême-orientaux n’est pas destiné au seul intellect.
      Et si on fait cette expérience spirituelle, on ne peut absolument pas confondre le mental avec des expériences spirituelles.

      Sur l’article d’ER ci-dessus :
      Il est lucide et juste sur beaucoup de choses, mais ne prétend pas être parfait : ER est une dissidence de gens qui, ulcérés par la décadence du monde, se proposent de se réunir en groupement, afin d’oeuvrer au redressement de la civilisation, en y réfléchissant et en agissant.
      Alors, ce que vous dites de l’article, là, je suis d’accord, dit de cette façon, c’est ok.
      La raison des dérives n’est pas expliquée précisément, car pour ce faire, il faut avoir fait l’expérience de la circulation des énergies vitales.
      Je suis tout à fait d’accord que l’amour n’est pas l’attachement, mais au départ, il y a attachement chez tous, ce n’est que lors de la purification pratique du Coeur, que l’amour devient sans attachement.
      Le vrai romantisme, celui de Chopin et Beethoven, est amour, c’est l’éveil de l’énergie vitale qui monte et se transforme en amour, au lieu d’aller vers le sexe, et ça n’a rien à voir avec le faux romantisme débile et infantile du XXème siècle dont vous parlez.
      Ne prenez pas les grands hommes pour des imbéciles, la Tradition occidentale est spirituellement très élevée, c’est le XXème siecle matérialiste athée qui, seul, est débile.
      (Chopin disait à Liszt qu’il ressentait une puissante énergie monter du bas de la colonne vers le haut. Et oui....).


    • Je vous remercie.
      Je reconnais néanmoins ma part de culpabilité :
      - l’avoir mise en cloque sans même laisser du temps (manque de patience pour ne pas dire stupide précipitation)
      - l’avoir idéalisé, beaucoup trop, tant et si bien qu’elle a même fait de l’ombre à ma propre génitrice.
      J’ai longtemps souhaité avant son accouchement que l’enfant ne naisse jamais, et je regrette de m’être comporté comme celà sous le coup de la colère, la colère nous induit d’ailleurs très souvent en erreur, car un enfant qui nait c’est la meilleure chose qui puisse arriver à ses concepteurs peu importe les raisons de son arrivée, un enfant est innocent, innocent de nos caprices, de notre mépris, de notre immaturité... De plus cet enfant restera pour moi un rappel de mes erreurs effectuées avec mon ex à ne surtout pas reproduire dans le cas où je rencontrerais une autre femme. Laquelle j’ai tout intérêt à tester la solidité de sa loyauté envers moi-même mais aussi envers elle-même, sa propre paix intérieure, est-elle prête à être le pilier de notre couple ?
      Après ce que je regrette c’est que les femmes se sont mises à suivre les mauvais penchants de la génération précédente des hommes. Car je ne parle pas de cette nouvelle génération d’hommes, incapables de faire preuve de réalisme pour peu qu’ils aient rencontré une minette qui leur a tapé à l’œil. J’ai même de la peine pour certains quand ils se plient aux caprices débiles de leur "dulcinée" ...
      Ah et j’oubliais c’est une femme du "bled", celle-là même qui est idéalisée par les Français d’origine Maghrébine, car "soumise" et "voilée". C’est peut-être pour celà que l’on dit que le mariage rend la vie


  • C’est curieux, mais j’ai une vision inverse à cet article long et confus.
    Je parle des vraies femmes et des vrais hommes.

    L’amour (services sans rien attendre) est par nature le propre de la femme (Yin).
    Elle est biologiquement faîte pour s’occuper, servir ses enfants et aussi les membres de sa famille et se dévouer à un seul homme. (l’analogie avec les lions est stupide)
    L’homme est par nature un géniteur, prêt à répandre son sperme où il peut (Yang).
    Biologiquement il n’est pas fait pour aimer. ( La preuve les prostitués sont toujours des femmes). L’acte sexuel est un jeu pour lui, et il peut le séparer de l’amour, alors que pour une femme l’acte sexuel fait partie de l’amour.
    Mais s’il se sent aimé alors son cœur peut être touché et il réciproquera avec sa femme.
    La fidélité est le propre de la femme et l’infidélité est le propre de l’homme.
    Un adage dit : Un homme veut satisfaire un désir avec toutes les femmes et une femme veut satisfaire tous ses désirs avec un seul homme.
    Tout est résumé.
    Mais dans le monde moderne, les vraies femmes sont devenues très rares et la plupart maintenant se comportent comme des hommes. Conséquence, il n’y a plus d’amour dans notre société et il n’y a même plus d’exemple donné par les vraies femmes pour comprendre ce que cela était.

     

    • Mais oui, bien sûr... l’amour... toujours l’amour... beaucoup d’histoires d’amour finissent dans un tribunal, avec pertes et fracas. Petit détail : 80% des divorces sont demandés par des femmes (poussées par l’amour, sans doute...).
      Je suis d’accord avec vous sur un point : l’homme est un mâle, un géniteur, programmé pour inséminer. Il est poussé à satisfaire un besoin, au nom de la perpétuation de l’espèce. C’est très égoïste.
      Vous ne serez pas d’accord avec ce point, symétrique du précédent : la femme est une femelle, programmée pour attirer un mâle, récolter sa semence, développer un foetus, allaiter, soigner. Elle est poussée à satisfaire un besoin, au nom de la perpétuation de l’espèce. C’est très égoïste.
      J’ose m’inspirer du monde qui nous entoure... des millions d’espèces sexuées connues à ce jour suivent cette dualité mâle/femelle... qui a notamment permis l’émergence de notre espèce.
      Si le mâle ne fait plus l’affaire, la femelle le dégage, toujours au nom de l’espèce.
      Contradiction de taille dans votre message : les femmes sont faites pour aimer... mais la majorité des prostituées sont des femmes... qui est le plus amoureux ? la prostituée ? le client ?
      Désolé, ni plus ni moins d’amour chez les hommes que chez les femmes.


    • Merci de l’apport de vos contre arguments.

      Je ne souscrit pas au Darwinisme, l’homme de vient pas de l’animal. Par contre il peut se comporter comme un animal et c’est ce que l’on voit de plus en plus.
      Je parle des PRINCIPES féminin et masculin, sachant que l’on possède les deux en nous, n’oubliez pas cela. Et c’est souvent ce point qui est source de confusion.
      Le principe masculin, Yang comme vous le dites est se faire plaisir directement. C’est égoiste. C’est l’action vers l’extérieur.
      Le principe féminin Yin est de mettre au monde, nourrir, protéger, éduquer, servir .....Donc c’est tourné vers l’autre d’abord. c’est le service. C’est tourné vers l’intérieur, la famille.
      La femme Yin est l’énergie qui sert l’homme Yang.
      La femme est l’énergie de l’homme qui utilise cette énergie.
      Ces principes sont reconnus dans les traditions philosophiques Védique et Chinoise ( Prakriti / Purusha et Yin / Yang). Je ne spécule rien et c’est la meilleure grille pour comprendre le fonctionnement du mental et la différence entre l’homme et la femme.

      La femme moderne n’est plus comme cela, elle est plutôt comme l’homme ( sa part de principe féminin qui normalement devrait être majoritaire est devenue inférieure à la part masculine), donc s’il ne fait pas l’affaire, il dégage. Cette mentalité est nouvelle et est le fruit de la dégradation de notre société et c’est ce que vous constatez en disant qu’il n’y a plus d’amour autant chez l’homme que la femme.
      Et les affaires au tribunal c’est juste parce qu’il n’y a plus d’amour dans notre monde moderne et les couples sont en fait deux hommes d’ou les conflits.
      Comme au final c’est la femme qui y perd vu qu’elle va contre sa nature, c’est elle qui demande le divorce en premier. Simple.

      Nous sommes TOUS fait pour aimer, mais je dis que chez les femmes, c’est plus facile.
      Quand aux prostitués, il n’y a pas d’amour. Mais on voit bien que la demande de sexe est masculine et non féminine. Une prostitué ne le fait pas pour le sexe mais pour l’argent, pour elle cela n’est même pas du sexe c’est juste du business.
      Cela illustre parfaitement mon point qu’une femme cherche un homme pour l’aimer et sexe et amour pour elle sont indissociable.
      Cela explique aussi pourquoi toutes les sociétés traditionnelles protègent les femmes.

      Pour moi la dégradation de la femme qui perd sa nature féminine, sa capacité à aimé, Yin, est à la base de la dégénérescence de toute la société, car les enfants qui sont le futur seront en carence d’amour et vont


    • @ jay, évitez d’utiliser des concepts traditionnels limités culturellement pour tenter d’ énoncer des vérités universelles : l’altérité yin/Yang est purement chinoise, vous avez par exemple l’altérité hindoue lingam /yoni qui dit exactement le contraire
      yin femelle, passive froide eau
      yoni femelle active chaude feu

      yang mâle actif chaud feu
      lingam mâle passif froid eau

      alors qui croire ?
      en ce cas précis cela dépend de la culture


    • Entièrement d’accord avec Jay.
      Les femmes actuelles veulent singer les hommes, et c’est un véritable désastre.
      Tout le monde est perdant.


    • Si vous pensez que se sont des concepts culturels, cela prouve que vous ne les avez pas étudié.
      Les mots employés sont culturels mais pas les concepts derrière.
      Est ce que la gravitation expliquée par Newton est un concept culturel ??
      Est ce que le zéro et l’infini (qui viennent des mathématiques indienne) sont des concepts culturels ?

      De plus en matière de psychologie et de connaissance du mental en Orient, ils sont beaucoup plus fort que nous. Nous on est fort dans la technologie pour manipuler la matière grossière, eux ils sont fort dans la technologie du mental.
      Je peux l’affirmer car cela fait 30 ans que j’étudie leurs approches.
      Je parle de Prakriti - Purusha qui est la base du Sankya yoga et donc du Yoga et de toute la médecine Ayurvédique (qui inclue la psychologie). Le Ligam / Yoni ne sont pas des outils de travail pour expliquer toutes les facettes de la psychologie, désolé.
      Qui croire, personne, il faut juste faire fonctionner son intelligence et voir la cohérence du système. On est pas dans la religion mais dans la science.


    • #1536469

      Jay,

      C’est très bien de faire référence aux notions hindoues et taoistes, mais il ne faut pas le faire que de façon intellectuelle, sinon vous allez vous faire des préjugés bloqués et matérialistes, faux et définitifs, alors que ces notions extrême-orientales sont destinées à l’ascèse, au mouvement, à l’ouverture de l’esprit et du coeur, et surtout, à la Transcendance, beaucoup plus qu’à la théorisation mentale.
      Il convient donc de faire des pratiques spirituelles, afin de ressentir concrètement les énergies vitales, ce qui vous montrera imparablement que l’homme doit aimer et être très fidèle, comme la femme, et s’il n’est pas fidèle et n’est que soumis aux bas instincts animaux, c’est justement parce qu’il a des noeuds pathologiques et fermetures énergétiques aux chakras, et qu’il est resté complètement déséquilibré et primitivement animal, alors que l’homme n’est pas un animal !
      Si la femme s’est déséquilibrée et redevient animale, c’est aussi parce que l’homme a eu la bêtise extrême de rester soumis à ses instincts primaires, au lieu d’évoluer, d’ouvrir le centre du Coeur, équilibrant ainsi les comportements et ouvrant l’accès à la transcendance. (l’homme n’est pas fait pour ensemencer à droite et à gauche, et semer des pauvres enfants sans papas dans un monde de misère, réfléchissez un peu bon sang ! S’il fait ça, même en grand nombre, ça prouve seulement que l’homme est resté primitif et violent, inhumain, au lieu de s’ouvrir à l’épanouissement des énergies du corps et de l’esprit, apportant l’amour et la fidélité).

      Par conséquent, les hommes et femmes "vrais et évolués" étant très très rares, l’article d’ER ci-dessus a totalement raison, en ce qu’il parle de l’état effectif des hommes et femmes actuels, non épanouis et figés dans le n’importe quoi énergétique et comportemental, des états de guignol quasi-criminels où la femme copie les faux-hommes, en tuant la fidélité et l’amour, en avortant etc, et où de faux-hommes restent dans le papillonage adolescent, bref, on dirait des débiles intéressés primaires, rien d’autre. Et ce n’est pas vulgaire de le dire, c’est une constatation.

      ER et toute la dissidence ont parfaitement raison de décrire et dénoncer ces situations, afin de montrer que l’homme et la femme DOIVENT grandir et non rester figés dans des conditionnements animaux originels inhumains, sinon ils tuent leur civilisation et le monde. En cela, ER est proche de la Tradition avec un grand T.


  • #1535136

    "Aimer" signifie-t-il la même chose pour l’homme et la femme ?

    De nos jours ?non
    Pour citer quelques exemples de femmes :
    La femme des villes est vicieuse et aime avant tout l’argent,le matériel,les bijoux,le bling bling !
    Surtout quand une femme est jeune et "belle" elle aime attirer les regards des hommes sur elle,elle désir que tout les hommes soient à ses pieds.
    Elle s’aime elle-meme à travers le regard des hommes qui la matte et qui la drague et elle le fait parfois juste pour ajouter un homme en plus à son "tableau de chasse" et n’aime pas les homme qui garde la tete froide,qui résiste à son charme !
    Certaines sont comme la "Veuve noire" dangereuses et manipulatrices !

    Les hommes eux sont guidés par leur testostérone ce qui les rend moins compliqués...


  • Pareil voire pire en Chine avec Pan jin lian qui pompe le riche pharmacien pour la fourrure d’une rivale.


  • L’article m’a fait connaître le blog de son auteur et je le trouve excellent.

    Je le recommande, particulièrement aux jeunes hommes.


  • #1535149

    Tellement vrai...


  • Cet article est totalement faux et stupide, ces idéologies nous viennent des peuples du désert et des monothéismes (sauf peut être le christianisme), cela n’a rien d’européen.

    Le côté féminin c’est le côté racial, et vu que la société actuelle le rejette totalement, est complètement individualiste et prône une idéologie mondialiste du renfermement de l’humanité sur elle-même (métissage généralisé), les femmes se retranchent sur ce qui l’a remplacé, le pouvoir matériel et individualiste.

     

  • M’enfin, Quasimodo n’a jamais connu le bonheur avec Esméralda.
    Par contre, elle l’a connu avec Phoebus qui l’a jeté comme une pauvre souillon...
    Cette sorcière...
    Cet article est entièrement pompé sur Victor Hugo !

     

    • #1535220

      C’est juste une référence, le vieux Victor avait la queue baladeuse et le soir en bon père de famille, il rentrait chez Maman, enfin celle de ses enfants !

      Tu parles d’un Grand Amour pour Maman ! Pauvre mère que d’avoir toujours un marmot sur le dos !

      Et, Mament fermait les yeux l’air respectable... Rien d’universel, juste un modèle bourgeois.

      Quand ton gamin sait toujours pas faire ses lacets alors que ça fait dix fois que tu lui expliques avec des mots pleins de douceur et d’amour, n’hésite pas le plus vite possible à l’envoyer apprendre chez son père !

      Sinon à 90 ballets tu l’auras encore sur le dos et ça c’est vraiment dégueulasse pour ta belle fille à venir !

      À part amant, le Victor ne voyait pas l’indispensable dans une relation entre un homme et une femme. Notamant, que tous deux soient sur le même plan générationnel, pour que la relation soit véritable.


    • À la mère parfaite, avant de dire n´importe quoi sur Victor Hugo, mieux vaut écouter la grande conférence de Guillemin sur le sujet https://www.youtube.com/watch?v=rbn... , qui risque de te remettre les idées en place sur ce grand homme, récupéré par la République, à l´insu de son plein gré. Hugo n´était pas vraiment un queutard, où il l´est devenu. Il n´aimait pas vraiment la République. Écoute le passage sur les barricades de 1830, seul député, il va voir les ouvriers quand toute l´Assemblée se fout de sa gueule.
      Au passage, dés 1979, il remet à sa place cette imposture de Sollers, plus mort que vif, alors que Guillemin est toujours en vie.


    • @ La mère parfaite

      « UNIVERSALITÉ »
      Est-ce que ça vous dit quelque chose ?


    • #1535489

      Moelleux @ Gilles : )

      Dire d’Hugo qu’il queutait, c’est dire d’Hugo qu’il queutait. Dire qu’un canapé est rouge, c’est dire qu’un canapé est rouge.

      La rubrique politique, c’est l’article d’à côté. Ici le thème est :
      "Aimer signifie.... ? ".

      Hugo dans sa perspicacité savait bien que "Les mots manquent aux émotions". D’ailleurs, il laissait le soin à son fils Charles - dont disait-on l’intellect n’égalait pas celui du père - de les mettre en mots à travers sa médiumnité. Comme cela se faisait, à l’époque, dans toutes les Cours européennes et chez le Tsar. Cocteau aussi avait observé la manière dont lui venait de l’insconscient l’écriture inspirée ; la réponse du passé.

      Au moins, Gilles, associes-tu la signification de l’amour à la politique dans ce monde si divisé.


    • #1535492

      @ Rahan Abitbol

      "« UNIVERSALITÉ »
      Est-ce que ça vous dit quelque chose ?
      ".

      Aucune idée !


    • @ La mère parfaite.

      Bin, continuez à chercher !


  • Article de goût douteux car il peut paraître arrogant de déballer la vérité de façon aussi crue et austère. Mais bon... n’est pas Euripide qui peut :

    "Il ne faut jamais croire une femme, même quand elle dit la vérité".

    Les femmes n’aiment pas les hommes, c’est entendu. Elles valorisent les hommes qui ont une intelligence émotionnelle et relationnelle, des hommes capables avant tout de leur faire ressentir des émotions positives i.e. des émotions épanouissantes et libératrices.

    Le malheur de beaucoup d’hommes, c’est de ne pas comprendre la subtilité de la communication féminine. Ce qui est sûr, c’est que ce sont les mots qui n’ont pas la même signification pour l’homme et la femme.


  • Merci, c’est trop gentil ! :)

    Je connais une jeune fille follement amoureuse d’un homme charmant mais elle n’ose pas lui transmettre ses coordonnés, lui non plus et ça fait presque trois ans que ça dure et je trouve ça triste !

    Ils sont vraiment fait l’un pour l’autre... Dommage.

    Il risque de la perdre s’il ne fait rien...

     

    • l’humanité a justement crée l’amour (qui est une invention culturelle) pour justement pallier à ce problème.
      @ Clara, votre rôle serait justement à y mettre votre grain de sel d’une façon discrète, il n’y a aucun mal à faire du bien.


  • #1535197

    Je suis d’accord que cet article représente une grande majorité des femmes malheureusement. Heureusement je connais des femmes différentes des drôles de cocottes qu’on croise à tout bout de champs... Mais c’est une minorité ;-) et également celle avec laquelle je me sociabilise le plus aisément.

    Il existe quand même des femmes possédant des valeurs morales justes, n’étant pas simple esclave de la société qui nous conditionne beaucoup !! Je sais que le féminisme fait des ravages mais on devrait aussi plus souvent parler du comportement des hommes aussi... :-P

    Et à ce que je vois, la vision du "règne animal" est sans cesse ressorti sur le web, mais l’humain se distingue clairement d’un esprit animal(en partie).Ce n’est pas le cas de tous mais un couple est capable d’éprouver un amour véritable mutuel loin de toutes raisons logiques.
    Ma mère est "bipolaire" donc chez elle on voit bien son côté dominateur par temps.

    Les femmes ne sont pas toutes une 2ème conseillère bancaire, des addict de cosmétiques , guetteuse d’hommes baraqués, ou des féministes engagés.

    La plupart des mecs qui déblatent ces propos ont en général eut une mauvaise expérience avec les femmes ahah ^^ moi j’ai pas de temps pour les femmes. Celle qui essaient de m’aborder son à chaque fois mythique dans leur genre et je sais ce qu’elles ont en têtes car elles parlent à tout bout de champs et ça fuite. Enfin bref, je vous souhaite de trouver une bonne partenaire pour le restant de vos jours chers dissidents en herbe


  • Je n’en pense pas moins de ce qui est dit dans ce très bon article.
    Mes observations, sur le temps, m’ont amenées à peu près aux mêmes assertions.

    Allez faire un tour dans les articles connexes, ils sont tous aussi intéressants et croustillants.


  • Les hommes aussi cherchent pour se marier une femme avec des diplômes (même si cruche) ou un bon pédigree qui les aidera dans leur carrière, surtout dans les classes moyennes supérieures. Je vois souvent des couples type cadre sup où les femmes sont d’une vacuité édifiante, et pas très jolies et pourtant elles ont harponné un mec beaucoup plus beau qu’elles (mais papa est un notable de province). Et on voit de très belles femmes sans le sou, donc pas "préparées" que ces messieurs ne remarquent même pas. Faut arrêter, on retourne de plus en plus au mariage intéressé des 2 côtés.

     

    • "Les hommes aussi cherchent pour se marier une femme avec des diplômes (même si cruche) ou un bon pédigree qui les aidera dans leur carrière, surtout dans les classes moyennes supérieures. "@Booster.

      Je ne sais pas pour la nouvelle génération mais tous les hommes dignes de ce nom préfèreront toujours la beauté et le charme aux diplômes,d’autant qu’en général plus elles sont diplômées plus elles sont cruches et nunuches en dehors de leur spécialité...
      "Aimer une femme pour son intelligence est un plaisir de pédéraste".Sacha Guitry (qui savait de quoi il parlait étant lui même homo)
      " Je conviendrais bien volontiers que les femmes nous sont supérieures, si cela pouvait les dissuader de se prétendre nos égales."Sacha Guitry.
      et pour finir toujours de Sacha Guitry :"Si la femme était bonne, Dieu en aurait une." !!!!


    • Les mariages intéressés ont toujours existé et ont toujours primé sur les mariages d’amour, dans toutes les couches de la société. Question de survie économique et de perpétuation de l’espèce. Les mariages d’amour, même s’ils ont toujours existé, restent des exceptions. Et du rêve vendu par le système depuis les 30 glorieuses.


  • Cet article aurait été plus juste s’il avait ajouté à sa bien compréhensive misogynie une misandrie de même niveau.

    Car si la femme a un amour fondé sur l’intérêt et la vénalité, l’homme est un queutard qui ensemence tout ce qu’il peut. Dans les 2 cas, la Nature en explique parfaitement les causes.

    En vérité, ni l’un ni l’autre n’est capable d’Amour pour l’autre ou l’un. Le seul Amour qui existe est celui pour son enfant, pour ses parents, pour les amitiés sérieuses.

    En bref, dans l’extrême majorité des cas (tout règle souffre des exceptions), le seul vrai Amour est celui qui n’est pas sexualisé. Donc ce n’est pas le couple (qui n’est naturel que chez 3 espèces d’oiseaux et 2 de poissons, j’exagère à peine, demandez à un zoologue).

    Et ce n’est pas la faute de la femme. Ni de l’homme. C’est la faute de l’Amour et sa définition foireuse.

     

    • Ce commentaire résume tout parfaitement bien !


    • L’amour homme femme n’existe pas, le couple est formé à partir de Dieu, "on s’aiment en Dieu" c’est par cet intermédiaire que l’on est Mari et Femme..
      Il ou elle aime son créateur qui lui recommande de faire le bien pour son couple pas plus ni moins et leur vie à deux s’équilibre. La femme doit s’acquitter de certaine tâches et l’homme de même et c’est comme ça que l’on arrive à l’égalité des sexes.
      C’est pas que je ne veux pas que ma femme travaille mais je la respecte trop pour lui infliger le devoir d’aller travailler.. ramener l’argent et proteger sa famille du besoin c’est ube tâche d’homme, s’occuper du foyer et de l’éducation des enfants est une tâche propre à la femme. Et c’est ainsi que l’on arrive à l’égalité des sexes, le partage des tâches qui sont propres à chacun..


    • Steff
      Très juste,mais il faut avoir le courage de s’avouer que l’on tente juste d’augmenter sa sphère de
      contrôle ( instinct de conservation ) avec les moyens que l’on possède... ( avec d’autres moyens
      va savoir ce que l’on ferait... ), valable pour les femmes et les hommes, pas mieux,voir toute la litérature un peu éveillée , dont CELINE :

      " l’amour c’est l’infini à portée des caniches,et j’ai ma dignité, MOI "
      " les déluges sentimentaux ne dépassent jamais le derrière,c’est tout le malheur " ect...


    • Cela dépend de votre définition de l’amour dans ces cas là.
      L’un et l’autre seraient capable d’amour si l’un comme l’autre (et je ne parle pas la majorité mais une bonne moyenne) faisait une introspection juste et équilibré entre ce qu’il (ou elle) veut, ce qu’il croit être, ce qu’il voudrait être, ce qu’il fait et ce qu’il ou elle le rend comme tel au final.

      Cette analyse est vrai mais pour que cela change, il faudrait aujourd’hui que les femmes en majorité et dans notre société regardent toute la contradiction qu’elles mettent en avant entre leur désire et leurs actes, mais il faut du courage.
      Après l’attitude de certains hommes ne sachant pas séduire ou pensant savoir séduire mais s’y prenant comme un "boloss" comme on les identifient bien ;) suivra la mesure qu’aura décidé la femme.
      Et c’est bien là que réside tout le pouvoir de la femme dont beaucoup au final ne semble pas bien le comprendre.
      Hélas certaines qui pensent avoir compris comment utiliser son pouvoir se contentent de se comporter comme une salope allumeuse mais ce n’est en rien la même chose pourtant.


  • Cet article est fait pour l’Homme. Il aime tant rire... Au moins, ça, ça ne change pas !


  • #1535286

    Pour les gens qui s’intéressent au sujet et qui parle un minimum anglais je vous conseille le subreddit "The Red Pill". A nuancer bien entendu, mais si pour peu que vous ne soyez pas complètement obtus, certaines choses devraient vous parler.

     

  • Pout dire cela il faut je pense beaucoup avoir regardé la télé et ses clichés. Le contre exemple est le miens. Ayant choisi de vivre de la manière la plus autonome possible, ma conjointe et moi somme indépendant l’un de l’autre. Les supermarché n’existe plus pour nous depuis plusieurs années et je pense que la dépendance au marché capitaliste induit le phénomène décrit dans cet article, mais la recherche de la liberté physiquement et spirituellement fais découvrir chez l’homme comme chez la femme ( peut être même plus facilement chez la femme n’en deplaise à l’auteur ) ce qu’est l’amour véritable, désintéressé de toute chose matérielle, car non dépendant l’un de l’autre. Nous avons un enfant en route et avons compris que l’éducation n’existe pas, seule la présence compte. Faire du mieux de soi même dans la pleine conscience suffit a vaporiser tous les problèmes de la terre. Domination, jalousie, rancœur, intérêt égocentrique, dépendance, peur du futur... n’existent pas dans la pleine conscience.

     

    • #1535399

      à moa,

      Ecoutez, moi aussi, j’ai choisi une voie spirituelle, ai une femme profonde, etc, d’accord, on a de la chance, mais il ne faut pas généraliser notre cas à tout le monde, et pas besoin de télé du tout (perso, je n’en ai pas) pour constater que l’article d’ER a raison, que le monde est passablement pourri, que les gens pratiquent l’ivg à grande échelle, divorcent et abandonnent des pauvres conjoints trompés et des gosses en bas âge, à tour de bras, et que les conjoints se choisissent par intéressement. Faut voir l’état du monde avec objectivité : vous n’utilisez pas de pesticide dans votre jardin, mais presque partout ailleurs, il y en a.

      C’est à la mode cette histoire de "pleine conscience", mais je n’aime pas du tout ce terme, car il est pompeux et mensonger, c’est du new age, car qui a la pleine conscience ? Seulement les vrais Eveillés, Ramana Maharshi, Nisargadatta maharaj, Kalou Rimpoché, etc, mais certainement pas les conférenciers et marchands du temple à 100 euros de l’heure la conférence, ni les gens du quotidien en général, et ni vous, ni moi, alors parler de pleine conscience est inauthentique.
      Nous faisons des efforts spirituels, d’accord, nous marchons vers la non-dualité, d’accord, mais nous n’avons pas du tout la pleine conscience, et avons encore des gros défauts, alors c’est assez dommage que nous n’ayons plus un Pierre Desproges pour venir ridiculiser ce terme, en nous faisant rire à gorge déployée.
      Les gars sont dans la pleine conscience, mais sont attachés à des femmes, à l’argent, à des objets, sont égoistes, n’ont alchimisé aucune énergie à l’intérieur, etc, mais c’est pas grave, ils sont en "pleine conscience" quand même. ^^

      (je ne parle pas pour vous, qui êtes peut être avancé, je dénonce juste l’esbroufe totale de ce terme. Allons ne serait-ce que 10 mn regarder un véritable éveillé dans les yeux, et on verra un petit peu ce qu’est la pleine conscience et à quel point on en est loin....).


    • A grosseur. Je suis bien d’accord avec vous sur tout ce que vous avez dit sur le fait que la majorité de l’humanité n’est pas en pleine conscience .
      Néanmoins je ne trouve pas du tout le terme pompeux ou new âge ou tout ce que vous pouvez lui associer car je préfère vivre cet état. C’est le chemin a prendre. C’est l’essence de toute forme de spiritualité.
      Il y a du travail pour atteindre l’État second d’éclairer comme vous dites mais sans essayer de prendre ce chemin nous n’arriverons à résoudre aucun problème de société ou autre. Essayez un peut vous verrez que vous ne resterez plus borné à une vie routinière car vous tendrez natutellement vers la liberté, et n’aurez plus besoin de Desproges pour rire a gorge déployé.


    • #1537192

      à moa,

      Desproges, c’était une boutade.
      Quant à la spiritualité, je la connais bien mieux que vous, vu ce que avez sorti ci-dessus, qui est totalement aberrant et new ageux : vous n’êtes PAS dans la pleine conscience.
      Prendre le chemin spirituel, c’est très bien, mais se déclarer en pleine conscience, alors que l’on est attaché à une femme, un travail, un statut social, etc, c’est de l’esbroufe.Donc, pourquoi avoir donné une leçon aux autres, alors que vous êtes dans le même état que tout le monde ?
      Essayez un chemin spirituel sincère, et vous verrez que vous n’aurez plus besoin de glorifier un ego et de vous intituler "moa".


    • Je ne prétend pas être dans la pleine conscience tout le temps je dis simplement que c’est la seule voie possible spirituelle, et vous ne connaissez certainement pas mon mode de vie ni la manière de vivre mes relations. Aussi dire je suis plus spirituel qui vous est un non sens vu que vous déformez tous mes propos. Je dit seulement que cet article parle de la relation homme femme dans notre système marchand et matérialiste. Ce dont il parle n’est certainement pas fondamental aux êtres et ce que je dis a l’air d’eveiller en vous une certaine jalousie vu vos propos pour justifier votre supériorité.


  • Difficile de faire des généralités, c’est un vaste domaine. Ce que je sais, c’est que -sous des apparences douces et tolérantes- beaucoup de femmes sont directives, tiennent à contrôler la bonne marche du foyer. Celles-là, je les évite et souvent elles finissent seules ou avec un mari "castré", soumis. Par contre, j’ai connu des femmes humbles qui ont l’intelligence du cœur et ne cherchent pas à empiéter sur le terrain des hommes. Elles sont rares, surtout de nos jours où on leur demande de s’assumer, mais parfois ce sont de bien belles surprises.

     

  • Bonne vue d’ensemble ; heureusement, tout ne peut pas se réduire à la psyché et aux hormones (l’amour vrai, très rare, j’en conviens, est le seul qui peut transcender les barrières sociales, par ex.)
    Manque une nuance sociologique, ici : la femme décrite est une citadine du monde libéral post-moderne ; son entrée dans le salariat a évidemment aussi changé la donne....
    La brave paysanne de jadis, dévouée, ne fonctionnait pas ainsi (cf les "gueules cassées" de la 1ere GM, valorisés et trouvant toujours une compagne à leur retour)

     

    • #1535509

      Delphin,

      je suis d’accord avec vous, cependant, je pense qu’il faut revoir votre idée de la femme accueillante durant la 1ère guerre mondiale :

      Beaucoup de récits historiques ont en effet montré que quand les pauvres poilus avaient des permissions, rares, et revenaient très épisodiquement dans leur village, ils étaient mal accueillis, étaient regardés de travers, car étaient considérés comme "laissant tomber la France".
      Lisez les récits de poilus, les lettres qu’ils écrivaient à leurs familles, et vous verrez, c’est poignant, j’ai même lu un poilu qui disait : "si j’avais su, je n’aurais pas pris la permission, ainsi, j’aurais gardé mes illusions et aurais eu plus de force au front, car le comportement des gens a été horrible envers nous".

      Dans ce cadre, les femmes épousaient des gueules cassées ?? j’aimerais bien voir ça, je pencherais plutôt vers le fait que ces pauvres gars étaient déjà mariés, oui...
      Bon, elles ont eu le grand mérite de rester avec eux après la guerre, d’accord, c’est énorme, surtout en comparaison des "femmes" (restons polis...) d’aujourd’hui qui auraient sur le champ laisser tomber le gars en départ au front...


    • Je suis une femme, et je suis complètement d’accord avec l’article, bien que l’homme y est idéalisé.
      Les commentaires révèlent pour beaucoup, une vrai difficulté à accepter la nature telle qu’elle est. Bien que critique sur certaines théories de Freud, je suis tout comme lui, essentialiste : je pense que la quasi-totalité de nos comportements sont déterminés par la biologie, c’est-à-dire nos hormones et nos gènes.
      L’antimatérialisme obsessionnel français nous fait automatiquement diaboliser la recherche d’argent et de statut, alors que c’est tout simplement un instinct pour la femme. La femme, que ce soit par son corps ou son psychisme, est conçu avant tout pour être mère. La femme, pendant des millénaires, devait trouver un mâle qui protégeait cet être physiquement faible de la faim, du froid et du danger. Je ne pense pas qu’un comportement qui a permis la pérennité de l’espèce disparaissent aussi rapidement. L’"amour" est une invention très récente. A la base, l’union entre un homme et une femme se fait par intérêt, et c’est un échange de bons procédés... et je pense que pour durer, un couple doit accepter cette réalité. La femme doit accepter être avant tout un animal sexuel et une mère, l’homme doit accepter être avant tout un "provider" ( de l’anglais "to provide" : fournir, couvrir les besoins). Cette réalité n’a rien à voir avec l’intérêt individuel exacerbé par le système capitaliste, c’est un système de répartition des tâches qui a permis la survie de l’espèce sur des millions d’années...


    • Pas d’accord avec toi Elisa.
      Les rapports humains ont évolué, le progrès technologique et social n’a pas entièrement perverti les relations entre les individus. Celui qui se connait assez pour renvoyer de lui une image juste, est en droit d’espérer de l’amour le meilleur.
      Une moche ne l’est que dans les yeux de celui a qui elle ne plait pas.


  • C’est évidemment un poil caricatural ici et là, mais... C’est globalement vrai cette analyse homme / femmme. En tant que femme je confirme que la description de ces fonctionnements internes, complexes et souvent mystérieux est largement juste. Ces observations comportementales sont vérifiables au quotidien pour toute personne vraiment honnête. Car s’il est toujours nécessaire de se battre pour l’égalité de tout traitement envers les femmes (empêcher la violence masculine qui se manifeste forcément dès lors que les femmes n’ont évidemment pas la force physique pour l’empêcher, ou exiger qu’un salaire soit le même à boulot égal, etc) la question d’une égalité telle que nous l’impose aujourd’hui les "théoriciens du genre" et autres mystificateurs du brouillage sociétal est bel et bien la plus hallucinante et dangereuse dérive civilisationnelle que nos pseudos dirigeants imposent à tous les étages.

    l’auteur de cette analyse intéressante et dérangeante pour la plupart d’entre nous à juste oublié de mentionner à quel point l’ingestion massive, quotidienne et malsaine de toutes sortes d’hormones de synthèse présentes dans toutes la chaîne alimentaire favorise, voire même programme, une confusion générale par modifications voulues ou non des comportements des hommes comme des femmes. On ne parle même pas de la consommation massive des neuroleptiques en tout genre qui eux aussi modifient notoirement les comportements des unes et des autres.

     

    • Surtout le bisphénol A , qui en autre méfait que d’avoir stérilisé des bataillons de caissières est un perturbateur de l’ocytocine, hormone de l’attachement , de la fidélité.
      On en trouve dans les sex toys, car il est pratique pour mouler les plastiques.


    • Ce n’est hélas en rien caricatural, bien entendu cela n’est pas une généralité mais une majorité.
      Comme lorsque l’on parle de l’homme, on va s’adresser à la majorité remplissant ce comportement.
      Une étude avait été réalisé dans une faculté en Californie dans les années fin 90, justement afin d’isoler certaines marqueurs qui différencier l’homme et la femme. Ils ont fait le test sur une centaines de personnes hommes et femmes, où par exemple une jolie femme abordait un homme devant l’université ou à côté, après ce fut une femme moins belle avec de l’argent et ainsi que de suite inversement pour l’homme.
      Le professeur en conclut effectivement et expliqua le pourquoi "la femme était plus vénale que l’homme" par exemple.
      Instinctivement (donc inconsciemment pour la plus part je précise) la femme va penser à sa descendance, bon quand on voit certaines on peut largement dire qu’elles ne pensent qu’à leur gueule et puis voilà.
      Tant dis que l’homme va être plus indépendant et la femme dépendante, donc l’homme instinctivement va application une culture inconsciente de l’indépendance à ses enfants tant dis que la femme va appliquer une culture inconsciente de la dépendance qui conduit à l’assistanat.
      C’était très intéressant et révélateur.


  • Rassurez-vous Messieurs ; si les hommes "moches et pauvres" ont du mal à trouver une nénette (j’en vois pourtant bcoup des comme ça mariés...." et bien les filles" pas belles et timides" ont peu de chance de se faire draguer !! ........


  • Article intéressant dans les grandes lignes, j’y retrouve certaines de mes conclusions passées, mais article simpliste et réducteur car nous sommes aussi conditionnés par notre vécu, expériences, statut social etc, qui sont de grands paramètres qui pèsent lourdement dans l’équation.

    Pour ma part, j’ai complètement abandonné cette quête et fais mienne cette solitude qui me faisait tant peur...
    Je consacre maintenant le sens de ma vie (et il y a du boulot) à devenir un homme bien.

    Le renoncement est parfois une forme de sagesse.

     

  • Plus loin l’auteur dit que les femmes ne veulent surtout pas s’endetter vis-à-vis de l’homme. Qu’est-ce qu’elle ne veulent instinctivement pas s’engager a devoir nous rendre ? Si ce n’est la progeniture.


  • la maternité est un fait biologique évident (l’enfant sort d’une matrice feminine)
    la paternité doit être prouvée
    le patriarcat qui est la culture de la patrilinéarité (l’enfant appartient au père et l’héritage va à l’enfant mâle) est donc une culture, sa résultante est le mariage, un contrat social. selon ce contrat l’homme prend possession d’une matrice et doit la contraindre à ne pas aller voir ailleurs alors qu’elle a perdu son droit naturel à l’enfant et qu’elle n’a aucune indépendance économique puisque les biens matériels sont une exclusivité masculine)
    l’amour charnel n’a qu’un temps, l’amour social plus durable est une invention humaine qui n’est qu’un contrat moral : l’homme dit à la femme, tu m’as donné ta fidélité (car elle m’est nécessaire pour que l’enfant soit vraiment de moi, je te donne en échange ma fidélité pour équilibrer ce pouvoir que j’ai sur toi (et on sait ce que ça donne en général dans la réalité.
    Tout est donc une question de pouvoir.
    or historiquement le fondement de la vie sociale est la famille organique. la maternité est organique mais la paternité est sociale.
    Le rôle du père n’est que social car il n’accouche pas et ne nourrit pas (par les voies naturelles). ce qui veut dire que son rôle biologique est totalement secondaire. en ce sens peut importe qu’il soit le père biologique, l’important est qu’il s’assume comme un père social.
    Historiquement, les premières sociétés humaines étaient matrilinéaires tout simplement parce que le rôle du sperme était inconnu, donc naturellement la famille de la mère s’occupait du bébé, l’oncle puis les mâles de la famille maternelle jouaient le rôle de père, initiaient l’enfant à la vie sociale et lui procuraient l’affection nécéssaire.
    pour résumer, pour qu’un homme soit père et propriétaire de son enfant,(à part ceux de ses soeurs ou de sa famille de sang (matrilinéaire) il doit asservir une femme, l’acheter ou la prendre de force et surtout la contraindre par des usages ou des lois pour la contraindre à la fidélité.
    et là les problèmes commencent.
    dernière précision, si le patriarcat est un pouvoir contraignant de l’homme sur la femme, la matrilinéarité est juste un ordre naturel puisqu’elle n’impose aucune contrainte au père biologique et donc l’idée même d’un matriarcat est totalement illogique.

     

    • Par le mariage la femme est adoptée, nul besoin d’en faire une esclave.


    • ne jouons pas sur les mots, esclavage ou tutelle, le résultat de nos "réformes" sociétales (indépendance financière des femmes par leur mise au travail, divorce et partage des biens communs,) nous donne le résultat suivant, ce sont 70% des femmes qui demandent le divorce et les mariages sont en chute libre. or ce qui pourrait être une bonne chose : le retour à la matrilinéarité (la filiation par la mère) est rendue impossible à cause de la destruction totale de la famille élargie (sur plusieurs générations). du coup la femme se retrouve mère célibataire isolée et les anciens à l’hospice.quant à l’homme c’est idem
      tout est lié. la mort de la dernière cellule organique de la société (la famille lignagère) est totalement accomplie, ne subsiste encore que cette famille nucléaire par alliance (un couple et des enfants en bas âge) fondée sur le mariage et donc des rapports de force.
      l’amour conjugal dont on nous rabat les oreilles ne suffit pas à estomper ces rapports de force, c’est évident car inventé par le mâle, il n’est, de facto, utile qu’au mâle
      Donc accuser les femmes de rompre un contrat amoureux qui leur est étranger , c’est un peu fort de café. la violence n’est pas féminine, devant la violence la femme préfère la fuite : et c’est ce qu’elle fait inconsciemment devant le mariage.
      Je sais, ce que je raconte est loin de la doxa, et peut en choquer beaucoup mais je m’intéresse aux causes profondes,originelles, celles qu’on a totalement évacuées de nos problématiques contemporaines.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%...


    • Bonjour,

      Je vous conseille la lecture de ’’vers la féminisation ’’ où le père Soral démontre brillamment que le socio-économique a pour origine et pour but le monde affectif. Car l’homme a pour origine et but la femme.
      La place de l’homme n’est pas une vision culturelle arbitraire mais la condition de la réalisation de la femme et de l’amour.
      Si j’ai bien tout lu Soral !

      Salut amical.


    • je ne vois pas ce que cela a de contradictoire. à moins que vous pensiez qu’une filiation matrilinéaire produise des éfféminés et des irresponsables ? c’est oublier qu’il y a le même nombre d’hommes dans une lignée matrilinéaire que dans une lignée patrilinéaire. de plus, c’est l’homme dans les deux cas qui assure la socialisation de l’enfant (tout ce qui se situe loin de l’omphalos, la matrice donc le monde extérieur et sauvage). c’est le principe du dépassement de l’Oedipe (lisez Lucien Cerise sur ce sujet précis) et si cela peut vous rassurer il y a eu des peuples matrilinéaires plutôt guerriers et ce sur toute la planète)
      je dis juste (et j’attends toute négation critique sérieuse) que le passage de la matrilinéarité à la patrilinéarité a été la cause historique du passage de la complémentarité organique homme/femme à un rapport de force homme/femme .
      Or quand il y a un rapport de force il y a toujours un gagnant et un perdant.
      l’homme est le gagnant dans le cas du patriarcat,il s’est accaparé la propriété juridique de l’enfant (le nom de famille) au dépends de la génitrice organique.
      Mais il doit en payer le prix : une répression sexuelle sociale (les femmes ne sont pas libres donc disponibles) d’autant plus forte que le patriarcat est puissant, cela nous donne des sociétés où la testosterone se libère dans l’agressivité violente plutôt que dans l’acte sexuel.(Grèce, Rome, Islam par exemple, avec une petite diférence, la Grèce utilise l’homosexualité pour réguler et canaliser cette violence.
      la libération sexuelle bien comprise c’est juste retrouver le plaisir d’une activité naturelle et non marchande car le mariage n’est que l’achat plus ou moins bien déguisé d’une femme et de sa soumission. les sociétés traditionnelles sont beaucoup moins hypocrites du coup on le voit mieux le côté soumission (le mariage chrétien,musulman,Chinois hindou). mais notre mariage trafiqué répond aux mêmes exigences de fond sauf qu’il en a supprimé le côté répressif et c’est pourquoi il se casse la gueule.


    • @ A

      On n’a pas dû lire le même bouquin.


    • La femme fuit le mariage !!! ???, c’est elle qui le demande le + souvent....


  • Oh la la, on dirait que c’est un monsieur "bas du panier" qui a écrit cet "article" tellement ça schlingue la frustration... Pas bien ça, non, pas bien... :)

     

  • Pensons-nous un jour réussir à distinguer l’’’Amour’’ (Lumière de l’âme) et ’’aimer’’(attachement, enfermement, ’’je t’attire, je t’aimante)) ?

    Alors pour commencer un petit situé s’impose. Comment respecter l’autre quand on y arrive pas soi-même ? La société est si parfaite dans l’illusion qu’elle offre vis à vis du quand dira-t-on, qu’elle dupe véritablement au sujet du sentiment de la Vertu d’Humanité qu’elle n’a pas...

    Aussi, s’approcher de l’autre, pensant que l’autre pourrait répondre à l’idéal fantasmé, hé oui souvent le bipède social n’a que cela à quoi se raccrocher pour ne pas sombrer totalement dans le désespoir, est devenu l’objectif numéro un : combler le vide affectif. A noter qu’être né dans la société suppose donc avoir des manques, des carences, et subir en permanence l’enfermement lié à son propre terrain parental, alors avec tout ça c’est sûr que vivre une relation réelle est quasiment impossible, sauf lorsque par miracle des forces d’esprit suffisantes sont au rendez-vous et permettent la magie qu’il peut véritablement se créer entre une femme et un homme.

    Mais revenons à nos moutons... Dans la société, les individus qu’ils soient hommes ou femmes, du fait de leur conditionnement, s’adonnent à leur attraction préférée très infantile et nombriliste : les jeux amoureux... Ils n’y peuvent rien, c’est la conséquence d’avoir évolué dans un système anti-nature qu’est cette société ! Il faudrait d’ailleurs penser à organiser des rencontres sur les J.A (jeux amoureux), ainsi qu’une remise de trophées visant à récompenser celui qui saura le plus étonner par sa manière de piéger l’autre grâce à son masque... S’il y a des candidats qui souhaitent dès à présent s’inscrire, qu’ils se déclarent ! Ce sujet fera l’objet d’une enquête des plus intéressantes sur l’être qui paraît-il est social par essence...

    Cessons à présent la comparaison avec le règne animal et tenons-nous en à la constitution même d’une femme et d’un homme... Avons-nous Conscience que la femme est beaucoup plus magnétique que l’homme dans son corps et que l’homme lui est électrique ? Savons-nous pourquoi du point de vue du Vivant et non de la société ? Evidemment, l’éducation est primordiale concernant ces deux polarités pour faire en sorte qu’à l’âge adulte l’état de Relation prennent le pas sur les J.A. Comment alors définir une relation entre une femme et un homme qui irait dans le sens du Vivant et non de la société... ?


  • Excusez-moi, les amis, mais quand on commence par dire que "les lions sont des salauds" et "les lionnes ne sont pas des salopes", ça situe d’entrée le niveau maternelle du discours.
    Il me semble entendre parler mes mômes : "Oh les méchants lions, ils font rien qu’à tuer les gentilles gazelles !".
    Projeter ses propres sentiments sur Dame Nature, c’est faire preuve d’un anthropomorphisme puéril qui discrédite toute tentative philosophique.
    Croyez-moi, ce n’est pas ce genre d’éditorialiste à deux balles qui risque de vous éclairer sur " l’amour ", sujet aussi vaste et profond que la bêtise humaine...


  • Donc si je comprends bien DSK était une femme. :)


  • Les psychologues évolutionnistes auraient-ils finalement raison ?

    La misère affective et sexuelle contemporaine s’explique notamment par un modèle éducationnel (dont l’absence symbolique ou réelle du père) qui ne prépare plus l’individu en devenir à affronter la réalité des rapports H/F (idées fausses sur les femmes, déficit de virilité sous toutes ses formes, de responsabilisation, d’endurance et de courage face à l’adversité, etc.).
    Alain de Benoist parle d’une génération de « narcissiques immatures » ... j’ajouterais « métrosexuels ».

    Si l’on additionne à cela le formatage de l’école, d’une partie de la littérature et du cinéma et des médias qui répéteront ad nauseam un même baratin tel que « les filles n’aiment que les garçons gentils, bien élevés, elles détestent les hommes "à l’ancienne", ton patrimoine n’a aucune importance » ... on court à la catastrophe.

    J’ai moi-même été d’une invraisemblable naïveté quant aux femmes jusqu’à l’âge de 25 ans, avant qu’un article similaire à celui-ci me faire avaler, non sans peine, cette fameuse « pilule rouge » ...
    Pire, j’étais le prototype du « gentil garçon frustré » (AFC, pour les initiés), généralement ignoré ou méprisé des femmes car perçu comme un « homme faible ».

    Je remercie d’ailleurs Alain Soral d’avoir contribué à m’ouvrir les yeux sur ce sujet par le biais de certaines de ses vidéos et interventions télévisées.

    J’ai désormais un peu plus d’expérience et je ne peux qu’approuver les idées développées dans cet article. « Jamais une femme ne t’aimera comme ta mère t’aime, jamais une femme ne t’aimera du même amour que celui que tu lui portes ».
    C’est brutal, violent, déprimant et extrêmement déstabilisant ... comme tous les retours à la réalité.

    Il est par ailleurs amusant d’observer qu’en dépit d’un siècle de féminisme, l’adage « l’homme propose, la femme dispose » fasse toujours autorité dans le domaine de la séduction ... bizarrement, les revendications égalitaristes de ces dames trouvent ici une exception notable de même que cette modalité de la « Tradition » semble curieusement leur convenir, à défaut de toutes les autres.
    Il n’est ainsi pas étonnant qu’elles luttent contre la drague de rue et mettent en avant internet et les sites de rencontres ... où elles dominent totalement et peuvent pratiquer un élitisme absolu en toute sécurité et avec une grande efficacité.

     

    • #1537430

      Taunter,

      Je comprends et je suis d’accord avec votre post, sauf avec ce qui me semble abusif :

      « Jamais une femme ne t’aimera comme ta mère t’aime, jamais une femme ne t’aimera du même amour que celui que tu lui portes »

      Bon, que les conjointes aiment moins qu’une mère, ok, c’est évident, mais dire que les femmes aiment moins que les hommes, c’est quand même se moquer grassement du monde : ce n’est vrai à la limite qu’aujourd’hui, en occident, et franchement pas toujours. Et si on prend notre passé + ce qui se passe dans les autres civilisations, la femme est aimante, épouse des gars moches (alors que l’inverse, hum hum), s’occupent et aiment ses enfants alors que l’homme abandonne souvent femme et enfants, etc. Et ça, c’est pas de la culture télé, ni bouquins, c’est du constaté, de visu, partout.

      C’est la contraception qui masque en occident que les hommes laissent tomber les enfants (puisqu’il n’y a que des gosses calculés, grâce à la contraception). Ailleurs, où les gosses naissent du fait d’un simple rapport, les hommes se barrent et laissent tomber même leurs bébés !
      Je ne vais pas donner de noms de pays ou de continents entiers, tellement c’est généralisé.

      Critiquer la femme moderne, je suis pour, mais n’oubliez pas de critiquer aussi, et objectivement, le comportement de l’homme, sinon, vous ne faites que la moitié du boulot.


    • @Rosseur de poulardes

      Lorsque j’ai prétendu que « Jamais une femme ne t’aimera comme ta mère t’aime, jamais une femme ne t’aimera du même amour que celui que tu lui portes » je voulais dire deux choses, par ordre d’apparition dans la phrase :

      1. Les romantiques immatures qui s’imaginent que toutes les femmes sont comme leur mère et s’abstiennent ainsi de tout effort puisque jouissant de l’assurance d’être aimés quoi qu’il arrive doivent opérer un retour au réel.
      2. Je persiste à croire que s’il n’est pas nécessairement différent en intensité (je vous rejoins là-dessus), l’amour réciproque d’un homme et d’une femme ne relève pas du même processus psychique. Tout l’article tend d’ailleurs à le démontrer.
      Les raisons d’aimer diffèrent grandement entre les sexes, même s’il y a quelques points communs, cela s’entend.

      Par ailleurs, les commentaires étant limités à 2500 caractères, je ne pouvais être exhaustif : j’ai donc pris le parti de commenter du point de vue qui est le mien, c’est-à-dire celui d’un homme avec un petit peu d’expérience.
      J’aurais pu tout aussi bien pondre un pavé à charge contre les hommes mais cela aurait sans doute manqué d’objectivité et après tout, chacun son rôle ! J’attends qu’une femme intelligente fasse le boulot.
      Je reconnais évidemment qu’hommes et femmes se partagent la responsabilité de la situation dans laquelle on se trouve.


  • Je ne compte plus les cas dans mon entourage, d’hommes qu’on ramasse à la petite cuillère parce que leur femme ou leur copine, aimante et douce une semaine plus tôt, se transforme soudain en glacon et décide de dégager le mâle de sa vie de la moins cavalière des facons.
    La nature émotive de l’esprit féminin, plus le choix quasi-illimité d’hommes dans un contexte urbain et de prolifération des sites de rencontre plein de crève-la-dalle, mène à ce genre de situations.


Commentaires suivants