Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Brexit : et si la City était pour ?

Interrogée par Jean-Michel Vernochet, Valérie Bugault analyse les suites du référendum pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les élites financières ont-elles anticipé le Brexit ?

 

Prolonger l’entretien avec E&R :

La City, cœur historique de la finance mondiale, à lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1503023
    le 05/07/2016 par ElGranMagicoagico
    Brexit : et si la City était pour ?

    La sortie de l’UE leur permettra de se tourner vers la Russie et ses alliés en anticipant le crash du dollar .... bizness is bizness !


  • #1503062
    le 05/07/2016 par Liberté
    Brexit : et si la City était pour ?

    ça , j’y crois , ils auront les mains libres et pourront faire une place
    forte monétaire , pour ne pas dire paradis fiscal , sans contrainte d’où
    le Brexit , l’Union Européenne allait devenir une contrainte même s’ils
    n’étaient pas dans l’Euro , mais Bruxelles allait pondre des contraintes
    dans ce sens , ils se sont sauvés avant .....

    Et pendant ce temps là , les crédules de gouvernants de L’Europe dont
    la France croyaient que les Anglais allaient se laisser driver , par contre
    les restrictions seront pour la France une obligation .

    Résultat l’Angleterre continuera de s’enrichir et la France le contraire ,
    et là ,dans leur grande hystérie , ils font croire le contraire , pauvres
    menteurs , arrogants et bêtes .

     

    • #1503179

      @Liberté
      Non, l’Angleterre ne s’enrichit pas... à part l’oligarchie, plus personne ne s’enrichit.... et pour la France c’est pareil, les riches ne connaissent pas la crise... attention à ne pas confondre les peuples et leurs dirigeants...


  • #1503098
    le 05/07/2016 par Gargamel
    Brexit : et si la City était pour ?

    Le fait que les milieux d’affaires et les banques l’aient anticipé ne signifie pas qu’elle l’ont provoqué,avec les règles opaques de Juncker et Draghi qui leur prêtaient du pognon avec des intérêts négatifs à ces pourris de banquiers,c’est logique que 90% des milieux d’affaire et 100% des banquiers aient pu être pour le maintien...
    Maintenant "gouverner c’est prévoir" (chose dont sont incapables nos politiciens minables et larbins) et prévoir c’est s’adapter.
    Bien entendu que les buisnessmen de la City avaient prévu un plan B,ces personnes qui brassent des milliards sur le dos des peuples sont tout sauf naïves et stupides !!!
    La City était déjà la première place financière mondiale et un paradis fiscal déguisé où finissait en fin de circuit la moitié de l’argent sale ou issu de la fraude de la planète,la City restera la première place financière et continuera à être un paradis fiscal,la seule chose qui changera c’est que ne faisant plus partie de l’UE ils pourront l’assumer ouvertement !!!


  • #1503116
    le 05/07/2016 par noel
    Brexit : et si la City était pour ?

    Habituellement, les peuples ne sont pas consultés sur le destin de l’Europe, tel que souhaité par les mondialistes et maçons du Nouvel Ordre Mondial. Quand ils le sont et que leur décision ne va pas dans le sens attendu par le groupe mondialiste européen, on trouve toujours le moyen de le museler. Les mondialistes ont alors recours aux politiciens qui, trop contents de justifier leur fortune à qui de droit, obéissent et se pressent même à exprimer leur docilité aux maîtres de l’ombre.

    Concrètement… Pourquoi David Cameron a t-il pris le risque d’obtenir un BREXIT ?

    Il n’est pas stupide. Il fréquente les grands du monde et surtout les maîtres de la City. Pourtant, il a demandé le référendum.

    Le résultat connu, il annonce qu’il va partir. Comme Ponce-Pilate, il se lave les mains et va profiter du beau temps, du moins l’espère t-il. Il n’aura pas la possibilité d’accumuler la fortune de T. Blair, richissime.

    Selon cette même logique, le BREXIT ne sera pas annulé. Pas cette fois. Pourquoi ?

    Voilà la question sur laquelle il convient de s’arrêter.

    Pourquoi les maîtres de la City ont-ils imposé Gordon Brown des cercles maçonniques comme chancelier de l’Échiquier (ministre des Finances de 1997 à 2007) ? Pourquoi ce dernier a t-il décidé de vendre 400 tonnes d’or de l’Angleterre ?

    L’or était alors à 350 dollars l’once. Nous sommes à 1350.

    Visiblement, la City se fiche de la Grande-Bretagne.

    Les maîtres de la City ont-ils agi pour arrêter de fait le sujet du BREXIT ?

    Ils ont menti en disant que la City avait voté pour le maintien.
    Faux !

    Les événements d’un jour sont souvent à l’origine des bouleversements de demain.

    Il va y avoir, dans les prochains mois, tout un ensemble d’événements qui donneront l’impression de ne pas avoir de liens entre eux. Les médias auront l’art de brouiller les pistes à des peuples complètement drogués et malheureusement sans repères. Certains clans mondialistes s’expriment déjà contre d’autres. La foire d’empoigne qui se perçoit déjà n’est que le prélude du grand désordre que traduiront les monnaies les unes par rapport aux autres.

    Pendant cette mise en place, l’économie mondiale va aller de mal en pis. Les guignols de la politique qui vont concourir pour la nombreuse série d’élections entre fin 2016 et tout au long de 2017, vont devoir mentir, mentir et mieux mentir que leurs concurrents.


  • #1503133

    On y vient...


  • #1503177
    le 05/07/2016 par anda
    Brexit : et si la City était pour ?

    L’oligarchie anglo-saxonne n’a pas anticipé, elle a piloté le brexit.
    Dévoiler leurs cartes comme ils l’ont fait ne les aurait pas rendu richissime.
    C’est une question de bon sens.

    Les anglais de la city (pour qui Farage a travaillé, il était trader) viennent d’isoler leur appareil financier du pétage de plomb qu’ils préparent en Europe.
    Lorsque ces gens vous disent blanc c’est pour entraîner les marchés dans une direction, ils parient à l’inverse car ce sont des initiés, ils pilotent et contrôlent les chocs, le tout est de faire aller un maximum de gogos dans la mauvaise direction avant d’abattre leur carte.

    C’est pas du complotisme, ces gens ont fonctionné comme ça depuis la nuit des temps, ils se sont enrichi comme ça !

     

    • #1503307
      le 05/07/2016 par MPNF
      Brexit : et si la City était pour ?

      Pierre Hillard dans sa chronique du mondialisme dévoile que le dollar et l’Euro devraient s’effacer au profit d’une nouvelle monnaie unique mondiale appelée "Phénix" pilotée par les mêmes : Rothschild, Rockfeller, G. Baker, JP Morgan, P. Warburg et J. Stillman => actionnaires de la FED, de la City, de la BCE et du FMI... Le Brexit n’est que le prétexte pour dynamiter le golem européen pour se diriger vers la nouvelle plaque tectonique "l’Eurasie".


    • #1503454
      le 06/07/2016 par Gargamel
      Brexit : et si la City était pour ?

      @anda,vous avez écrit un des commentaires les plus intelligents que j’ai pu voir sur le sujet sur ce site,je ne suis pas d’accord avec vous à 100% mais vous avez compris l’essentiel...
      PS:il n’ont pas piloté le Brexit mais ils feront tous pour "l’accompagner".


    • #1503641
      le 06/07/2016 par paramesh
      Brexit : et si la City était pour ?

      D’ailleurs si des spécialistes commencent à analyser les mouvements de capitaux durant les jours qui ont précédé et suivi le brexit , on découvrira vite qui a gagné quoi.
      des fortunes ont changé de main, c’est obligatoire avec une telle fluctuation des marchés à l’annonce du brexit.
      La finance pure se fout de la politique, elle ne fait que jouer et toute occasion est bonne pour faire du profit, ce n’est qu’une question de pif.
      cela dit, reste le problème du pourquoi du bexit au niveau des stratèges impériaux, l’ont-ils téléguidé en souterrain ou cela est-il un revers ?.
      ça c’est plus complexe à déterminer, l’avenir nous en apprendra certainemant plus.


  • #1503196
    le 05/07/2016 par hij
    Brexit : et si la City était pour ?

    Selon moi le royaume-uni n’était qu’un cheval de Troie, il n’était là que pour faire du lobbyisme et préparé l’UE au TAFTA. Mission accompli, il se barre... c’est pour le moins étrange. Je suis prêt à parier que dans quelques temps ils vont commencer à nous parler du TAFTA comme une nécessité pour la survie de l’UE.

    D’ailleurs, Nigel Farage est un ancien trader de la city ... maintenant que le brexit a eu lieu, le mec démissionne. Franchement ce type est louche... très louche.

    Le brexit fait probablement partie de l’agenda mondialiste.

     

    • #1503337
      le 05/07/2016 par Pierre Loup
      Brexit : et si la City était pour ?

      l’accord UE-Canada est le prologue au TAFTA et il se met en place !
      http://www.lemonde.fr/economie/arti...


    • #1503355
      le 05/07/2016 par JeSuisLePen
      Brexit : et si la City était pour ?

      L’agenda mondialiste est lisible dans tous les médias. Or tous les médias ont fait campagne pour que la Grande Bretagne reste dans l’UE. Donc le BREXIT n’était pas une volonté mondialiste.


    • #1504684

      1. Farage avait peut-être des chefs, des mentors, mais en même temps rien ne prouve qu’il n’était pas sincère. Premièrement il avait déjà annoncé qu’il considérerait sa mission atteinte si le non l’emportait, et qu’il se retirerait alors. Deuxièment, dire qu’il est louche au prétexte qu’il s’en va, peut-être. Disons qu’il y a un point d’interrogation.

      Mais d’un autre côté est-ce que son maintient à l’UKIP n’aurait pas été contre-productif ? Est-ce qu’il n’est pas risqué pour lui de devoir assumer un tout autre rôle que celui qu’on lui connaît ? Est-ce qu’en restant il n’aurait pas constitué une cible facile et évidente pour les anti-Brexit ? Il y a probablement eu des deals, des menaces ou même des arrangements préalables. Certaines de ces possibilités mettent en effet un doute sur Farage, mais je ne vois pas du tout en quoi aujourd’hui il faudrait aujourd’hui lui cracher dessus au motif d’un simple doute... Ca ne fait rien avancer à l’affaire en plus.

      2. il n’y a pas UN mondialisme. Il existe des cercles de concentration de pouvoirs, des alliances, une idée mondialiste c’est vrai (puisque la maçonnerie occidentale et le sionisme partagent ces deux notions et qu’ils sont deux cercles très importants), mais la maçonnerie allemande n’est pas la maçonnerie française, la City n’est pas la France etc. Il y a des rapports de force, et de temps en temps des trahisons. La surprise de BHL n’était pas feinte, quelque chose va vraiment se passer je pense.


  • #1503204
    le 05/07/2016 par Eberhard Lemke
    Brexit : et si la City était pour ?

    Très intéressant, merci ! Mais Monsieur Vernochet ne devrait pas interrompre Madame Bugault de cette manière ; c’est très gênant et dommage.

     

    • #1503354
      le 05/07/2016 par marmotte
      Brexit : et si la City était pour ?

      Je l’ai remarquée également, Monsieur Vernochet coupe la parole c’est très gênant.
      Cette femme est très intéressante et son explication est claire.
      Je ne devinais pas cette manipulation de la part de Farrage. Marine Le Pen a applaudi le résultat.
      La naïveté nous tue...


    • #1503453
      le 06/07/2016 par Christophe
      Brexit : et si la City était pour ?

      Vermochet n’a pas d’ordre/système dans presque tous ses interviews. Il n’ya pas quelqu’un qui le connait sur E&R pour lui en parler ? Il devrait préparer ses questions, les poser et laisser ses interlocuteurs parler jusqu’au bout, mais pas a chaque fois les couper la parole. C’est vraiment embêtant, car la fluidité de l’interview n’est pas garantie.


  • #1503210
    le 05/07/2016 par Lucas
    Brexit : et si la City était pour ?

    je suis désolé, mais la vraie question n’est pas " Les élites financières ont-elles anticipé le Brexit ?". La vraie question est : "le Brexit aurait-il eu lieu si les élites financières s’y étaient VRAIMENT opposées ?". Et la réponse est évidemment "NON" car autrement plus rien n’aurait de sens !

     

    • #1503376
      le 06/07/2016 par ElGranMagico
      Brexit : et si la City était pour ?

      C’est evident ! Faut il encore rappeller que le premier peuple a s’y etre opposé est la France en 2005 ?
      Ahh nos chères Z’élites...


  • #1503229
    le 05/07/2016 par Liberté
    Brexit : et si la City était pour ?

    @Al le 05 à 20h35 , vous avez raison , et c’est malheureusement
    le sort de tous les peuples , les Finances mondiales ayant mis
    main basse sur tout avec hélas la complicité des politiques et puisque
    étant ainsi , je préférerais malgré tout , être un pauvre en Angleterre
    plutôt qu’en France , parce quand il n’y a plus rien , il n’y a plus rien
    pour personne et encore moins pour les pauvres dans un pays sinistré ,

    Voilà comment je vois les choses , la France fout le camp et bientôt
    il n’y aura plus rien .
    En France nos politiques ne sont que des nabots dans tous les
    sens du terme .


  • #1503248
    le 05/07/2016 par Ariane
    Brexit : et si la City était pour ?

    Nous avions besoin de cet éclaircissement, merci mme Bugault pour vos analyses pertinentes ! Il est dommage que M. Vernochet vous ait trop souvent coupé la parole...cela enlève à la fluidité du discours.

     

    • #1503841
      le 06/07/2016 par bullet the blue sky
      Brexit : et si la City était pour ?

      Je rebondis sur votre commentaire.
      D’habitude j’aime bien les interventions de M. Vernochet, mais là, il m’a carrément saoulé à interrompre systématiquement Mme Bugault avec des propos très souvent 1 ou 2 crans en dessous en terme de pertinence, de profondeur et de précision !

      Cette Mme a compris beaucoup de chose, elle les exprime très clairement dès lors qu’elle plus de 7 secondes de libre parole.


  • #1503380
    le 06/07/2016 par La pythie
    Brexit : et si la City était pour ?

    La City est évidemment pour le Bréxit car Londres a l’intention de devenir la Suisse du secret bancaire...et il fallait nécessairement s’extraire des règles fiscales européennes...


  • #1503397
    le 06/07/2016 par SC31
    Brexit : et si la City était pour ?

    Les états et les pays sont totalement dominés par la haute finance.



    C’est une information presque banale mais qui a semble t-il du mal à s’imprimer dans certaines consciences qui continuent de s’exciter pour un parti politique, car cette vérité implique qu’un parti politique quelqu’il soit ne puisse rien pour contrer cette puissance. Il n’y aurait qu’une large coopération internationale qui puisse réguler la finance mais elle n’est pas réalisable à grande échelle. Tant que Wall Street et La City ne décident pas de réglementer la finance vous pouvez toujours courir pour voir votre voeu se réaliser.
    Au "mieux" les réglementations mises en place engendrent un marché noir et n’évitent pas les spéculations des fonds de pension. Les produits dérivés et paris à la baisse peuvent ruiner un pays, demandez aux grecs !
    Enfin, les 1ers mécènes des partis sont des financiers à qui il faudra renvoyer l’ascenseur.
    Aux EU qui a financé la campagne de Barack Obama ? Goldman Sachs et JP Morgan.
    Morale de l’histoire : soyez autonomes et en bonne santé car quand la crise viendra l’argent public se dissipera dans le sauvetage des banques et vous laissera le cul nu sur le caillou.


  • #1503418
    le 06/07/2016 par kamino
    Brexit : et si la City était pour ?

    Que les financiers fassent le pari de la hausse ou de la baisse, du moment que cela se produit, est-ce-qu’ils ne sont pas, de toute façon, gagnants ?


  • #1503456
    le 06/07/2016 par Druide
    Brexit : et si la City était pour ?

    Rupert Murdoch est eurosceptique et ça ne l’empêche pas d’être plus sioniste que les sionistes... Voilà qui est très significatif et révélateur d’un certain courant (néocon) très particulier, dont la posture consiste à s’opposer à grand bruit au mondialisme à tendance libérale de l’UE et de l’Onu, voire du CFR et de la Trilatérale, etc., mais toujours à la manière de la John Birch Society, c’est-à-dire en prenant bien soin de ménager les fans de l’état sioniste.


  • #1503517
    le 06/07/2016 par jojo
    Brexit : et si la City était pour ?

    Après le Brexit les Anglais ont abaissé l’impôt sur les sociétés à 15%, en France il est à 33%... Si les Anglais réussissent leur Brexit, tous les pays de l’UE vont vouloir en sortir, il est possible que les sionistes cherchent donc à torpiller financièrement l’Angleterre .


  • #1503528
    le 06/07/2016 par SC31
    Brexit : et si la City était pour ?

    @M. Vernochet : couper la parole à vos invités en pleine introspection est aussi pénible pour eux que pour l’auditeur. Des commentaires spontanés jetés à la figure brisent une réflexion fertile qui ne viendra plus. J’espère qu’on aura l’occasion de réentendre Mme Valérie Bugault car cette vidéo est l’une des plus intéressantes jamais publiée sur E&R.

     

  • #1503531
    le 06/07/2016 par Max Gdx
    Brexit : et si la City était pour ?

    Très intéressante cette dame. Quel dommage que Mr Vernochet lui coupe sans arrêt la parole. Comment ne peut-on pas remarquer lors d’un échange que la personne d’en face est excédée de ne pouvoir terminer son raisonnement. Il faudrait changer cette vieille habitude svp Mr Vernochet, je n’ai pas terminé le visionnage à cause de cela, le discours en devient inaudible.


  • #1503574
    le 06/07/2016 par goy pride
    Brexit : et si la City était pour ?

    Je vois les choses ainsi : après avoir vampirisé tous les pays de la sphère occidentale, en avoir sucé jusqu’à la dernière goutte toute la substantifique moëlle la finance apatride va désormais abandonner le navire à la dérive aux quelques éléments souverainistes et nationalistes de l’oligarchie. En d’autres termes "Merci les gars de nous avoir laisser piller et saccager vos nations sans trop de résistance, maintenant démerdez vous avec les ruines... !"
    La finance apatride planifie désormais de faire la même chose dans les pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil...et si la finance apatride y parvient et que ces derniers pays sont à leur tour exsangues ils pourront se rabattre de nouveau sur la sphère occidentale qui peut être aura d’ici là récupéré, toutefois j’en doute car nous n’avons plus les ressources naturelles nécessaires pour produire de la richesse réelle à vampiriser. En effet pour qu’une économie soit vampirisable par la finance il faut des fondations solidement ancrées dans l’économie réelle...c’est peut être encore possible pour l’Amérique du Nord qui possèdent encore quelques ressources, mais l’Europe de l’Ouest est complètement exsangue...

     

    • #1504103
      le 07/07/2016 par gelindo
      Brexit : et si la City était pour ?

      "La finance apatride"

      Il faudrait commencer par définir par ce qu’elle est et sur quoi elle se base. Ce terme n’est pas entièrement correcte parce qu’ elle n’a pas droit de cité partout. Je ne vois pas non plus comme elle pourrait s’exercer en Chine sachant que le yuan, qui se livre une guerre sans merci contre le dollar, sera repris par toutes les instances financières (en 2017 ?) comme monnaie d’échange au même titre que le dollar. Toutes les tensions qui ont lieu tourne autour de la maintenance du dollar, qui est en train de tirer ses dernières cartouches, comme première monnaie d’échange. La peur des USA c’est que les Brics se tournent vers le yuan d’où tous les complots qui ont eu lieu récemment. Enfin, tant que tout cela n’affectera pas trop mon chômage, je m’en bats les c...


  • #1503697
    le 06/07/2016 par nicolasjaisson
    Brexit : et si la City était pour ?

    La BRI est la principale empêcheuse de tourner en rond de la finance internationale, dans la mesure où c’est elle qui édicte les règles bâloises de gestion des risques, les fameux règlements Bâle I, Bâle II et Bâle III qui suivent invariablement chaque nouvelle crise financière. Cette banque a ceci de particulier que ce n’est pas véritablement une banque, mais plutôt un organisme de régulation qui réunit le gratin des experts financiers internationaux, la plupart du temps issus des banques d’investissement ou des banques centrales qui trouvent une nouvelle vie comme spécialistes des risques bancaires. Par exemple c’est la BRI qui a reconnu les dérivés de crédit comme des instruments valide de "transfert des risques", avant que la crise de 2008 ne révèle que ces mêmes instruments étaient utilisés comme des instruments spéculatifs. Les réglementations bâloises servent de base juridique et technique à l’élaboration des directives européennes et anglaises qui en sont la transposition dans leurs pays respectifs. Les DTS, dont il question à propos du yuan, joue un rôle mineur en termes de volumes d’investissement sur les marchés mondiaux. Le gros de la monnaie en circulation serait plutôt représenté par les marchés de dette et les produits dérivés. Or le yuan a loupé le rendez-vous de l’internationalisation monétaire, à cause du volte-face des autorités de Pékin, qui ont mis un terme à la libéralisation des capitaux sur le marché chinois, portant ainsi un coup d’arrêt au développement du marché actions en yuans ainsi que des marchés de la dette dans la monnaie chinoise offshore. Le contrôle des changes a considérablement freiné le Forex et l’intervention constante du gouvernement chinois, qui maintient au plancher les taux d’intérêt, empêche le développement des dérivés de taux et de change. Autant dire donc que le yuan n’est pas près d’évincer le dollar ou l’euro comme monnaie de réserve. Rappelons qu’une monnaie de réserve est surtout une monnaie librement utilisable et échangeable par les investisseurs sur des marchés libres. Or la Chine a nettement rompu avec la capitalisme libéral pour enfourcher derechef le cheval du marxisme-léninisme, dans le cadre de la remise à l’honneur du socialisme patriotique. La Chine limite donc la libre circulation des capitaux , ce qui a eu pour effet d’accélérer considérablement les sorties de capitaux, dues principalement aux remboursement des prêts en dollars US non refinancés.

     

    • #1503801
      le 06/07/2016 par paramesh
      Brexit : et si la City était pour ?

      La BRI est la principale empêcheuse de tourner en rond de la finance internationale




      je pense que vous plaisantez, historiquement et pratiquement la BRI est le navire amiral de la finance cosmopolite.
      les ACCORDS Bale I II et III ne sont que de la poudre aux yeux (trop long à expliquer dans un post, mais la jeune femme qui parle ici aurait toutes les compétences pour vous l’expliquer.
      Pour résumer ce sont des ACCORDS de banquiers entre eux, pas des réformes ou un contrôle, le sens des mots est toujours important.

      La BRI est le seul organisme financier qui ne nomme pas la FED comme banque mais les quatre banques fédérales (privées) qui la composent (rapport BRI 2012 consultable sur le net, car depuis ils ont "réctifié")
      la BRI jouit d’une parfaite extraterritorialité et d’aucune possibilité de contrôle, elle assume sa propre sécurité : c’est dans ses statuts approuvés par la CH.
      pour tous ces problèmes lisez la guerre des monnaies chez KK (pub), c’est le parfait petit manuel de la finance à l’usage des nuls (et des moins nuls). il y a d’ailleurs un chapitre qui parle de l’usage prévu des DTS comme socle d’une nouvelle monnaie internationale (et le bouquin a déjà quelques années. et il parle bien sûr du rôle primordial de la BRI qui est en fait la chambre de compensation de toutes les banques centrales du monde, la banque des banques centrales ; Et si vous faites le rapprochement avec une autre chambre de compensation (privée celle là) qui a défrayé la chronique : Clearstream, vous imaginerez aisément les secrets que couvre cette banque et surtout comment elle fonctionne. tout se décide là et pas ailleurs, c’est la banque qui dirige la finance, pas les traders.


    • #1504641
      le 07/07/2016 par ipk74270
      Brexit : et si la City était pour ?

      Non nuance c’est la BREI (Banque de Régulation des Echanges Internationaux) dont le siège est à Bâle en Suisse (qui n’est pas dans l’Europe comme chacun sait) . Il faut être aveugle pour ne pas comprendre que depuis la création de la zone euro et sous couvert de neutralité la Suisse est le ver DANS la pomme pourrie de l’Europe et que son commanditaire n’est autre que l’Angleterre EN PERIPHERIE. Maintenant que l’Angleterre a bougé cela va être au tour de la Suisse dans les mois à venir. Nous rentrons dans le dur, l’accélération de la fragmentation est désormais inévitable à partir de l’Automne 2017


    • #1504685
      le 07/07/2016 par paramesh
      Brexit : et si la City était pour ?

      Non nuance c’est la BREI (Banque de Régulation des Echanges Internationaux)



      une nouvelle banque ?
      j’ai cherché mais n’ai rien trouvé, pouvez vous nous donner un lien ?


  • #1503815
    le 06/07/2016 par qsr
    Brexit : et si la City était pour ?

    autant qu’il fasse un monologue c’est fatiguant j’ai même pas terminé la vidéo

    malgré que c’était intéressant

     

  • #1503960
    le 06/07/2016 par Hugolin
    Brexit : et si la City était pour ?

    L’analyse de Valérie Bugault est vraiment intéressante.

    J’aurais souhaité qu’elle puisse complètement développer son argumentaire, mais celà semble difficile tant Mr Vernochet monopolise la parole.
    C’est une méchante attitude que j’ai déjà surprise dans d’autres de ses interventions à quatre yeux, il a tendance à couper l’herbe sous le pied de ses interlocuteurs avec des propos pas toujours à la hauteur de ceux que l’on lui connait habituellement. Ça me met souvent mal à l’aise pour ses invités. Du coup on ne sait jamais si la personne interrompue a réellement bien fait passer son idée.

    Mr Vernochet, laissez vos invités terminer leurs propos avant de parler s’il vous plait.
    Amicalement


  • #1503961
    le 06/07/2016 par la pince mon seigneur
    Brexit : et si la City était pour ?

    Brexit= immense sondage pour savoir si y a vent de révolte


  • #1503972
    le 06/07/2016 par outrunner
    Brexit : et si la City était pour ?

    Bien sur que c’est anticipé.. Plus aucune surprise l’agenda suit sa route, tout est sous contrôle.


Commentaires suivants