Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Détruire la fabrique à illusions

Entretien avec Lucien Cerise – Propos recueillis par Monika Berchvok pour Rivarol

Venant de l’extrême gauche de l’échiquier politique, Lucien Cerise vote « Non » en 2005 au référendum sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe, comme 55 % des votants. Quand il voit au cours des années 2006 et 2007 ce que le Pouvoir fait du scrutin, cela le décide à s’engager dans les mouvements anti-Union européenne et antimondialistes, donc nationalistes et localistes. Au fil du temps et des rencontres, il s’est rendu compte que le clivage politique Droite / Gauche est en fait complètement bidon et que la seule différence à considérer est entre la vie et la mort. Dans son dernier livre, il revient sur les concepts les plus importants de son travail : l’ingénierie sociale et les neuro-pirates. Les propos de Lucien Cerise sont parfois polémiques, mais doivent être pris comme une ouverture au débat.

 

Rivarol : En quoi consiste l’ingénierie sociale ?

Lucien Cerise : L’ingénierie sociale est la méthode scientifique de transformation des groupes sociaux. Toutes les échelles peuvent être visées : famille, tribu, communauté, religion, peuple, civilisation, association, entreprise, etc. Ce travail de transformation et de reformatage est généralement non déclaré, furtif, subliminal parce que les groupes ciblés le refuseraient, ou du moins l’amenderaient fortement s’ils étaient consultés. En outre, cette transformation est définitive, ce qui la distingue d’un acte de manipulation ponctuelle, qui reste réversible. L’idée d’une ingénierie sociale, ou social engineering, apparaît au XXe siècle sous la plume de chercheurs tels que l’épistémologue Karl Popper et est aussi synonyme de « planification sociale » et de « conduite du changement ». Plus récemment, le monde du piratage informatique l’a également adoptée en insistant sur la furtivité. Aujourd’hui, les deux concepts clés de l’ingénierie sociale sont 1) l’hameçonnage (phishing), c’est-à-dire l’accroche séduisante, la carotte, la récompense promise pour nous faire avancer dans le sens voulu par l’ingénieur social, et 2) le conflit triangulé, c’est-à-dire le conflit orchestré entre des groupes, ou entre les membres d’un groupe, pour les affaiblir, voire les détruire en usant d’une stratégie indirecte qui les fait s’affronter au bénéfice de celui qui organise le conflit sans y apparaître directement.

 

Qui sont les « neuro-pirates » qui veulent faire de nous des « néo-esclaves » ?

Les neuro-pirates sont mieux connus sous le terme anglais de spin doctors, qui désigne les professionnels du « retournement » psychologique. Un conseiller de Barack Obama, l’universitaire Cass Sunstein, parle d’infiltration cognitive pour qualifier cette manière d’entrer dans l’esprit d’autrui pour le faire changer sans qu’il en soit totalement conscient. On en rencontre des praticiens essentiellement dans les milieux de la communication, du marketing, du management, de la sécurité des systèmes, du renseignement et de la politique. Quand le pouvoir veut fabriquer notre consentement à quelque chose d’intolérable, il est contraint d’avancer masqué sachant que notre « consentement éclairé » ne sera jamais accordé. Quand il s’agit de nous faire accepter de recevoir une puce électronique dans le corps comme si nous étions du bétail, il faut nécessairement ruser et présenter les choses sous un jour dédramatisé, inoffensif, et même ludique et attractif si possible. C’est le rôle du piratage des cerveaux, au sens où le neuro-pirate va pénétrer ni vu, ni connu dans l’esprit de quelqu’un pour modifier son logiciel mental et comportemental sans qu’il ne s’en rende compte. Nous baignons là-dedans en Occident, où le pouvoir essaye de transformer définitivement la nature des peuples dans le sens d’une artificialisation et d’une robotisation croissante, mais sans provoquer de réactions de refus trop violentes, ce qui le conduit à procéder sous couvert des droits de l’Homme ou de la lutte contre la « menace terroriste ».

 

Comment concrètement le système manipule les foules sur un sujet aussi important que le sionisme ?

Dans la phase préliminaire d’hameçonnage, autrement dit de séduction, l’ingénierie sociale repose sur l’usurpation d’identité et l’abus de confiance. L’usurpation d’identité fait un usage intensif du « triangle de Karpman », notion issue de l’Analyse transactionnelle. En résumé, trois places sont à occuper dans les relations humaines : le sauveur, le bourreau et la victime. Pour agir furtivement et discrètement, le bourreau peut produire les signes extérieurs de la victime, de sorte à occuper frauduleusement cette place dans notre perception, ce qui lui permettra d’inhiber toute méfiance et tout esprit critique envers lui et d’abuser de notre confiance. En usurpant l’identité de la victime, le bourreau détourne notre attention de ses agissements et il peut commencer à nous détruire presque à notre insu, voire même avec notre participation, dans la mesure où nous le percevons désormais non plus comme le bourreau, mais comme la victime, ou le sauveur. Nous tenons là l’explication de la promotion que le système fait de l’idéologie victimaire pour empêcher toute analyse sérieuse de la question du sionisme.

 

L’immigration de masse semble être une arme de déstabilisation des nations européennes ?

C’est plus qu’une déstabilisation, c’est une destruction définitive des nations européennes qui est en cours, un vrai génocide. Le projet d’en finir totalement avec l’Europe chrétienne apparaît dans le Talmud, livre du Sanhédrin, dans la parabole du « Messie aux portes de Rome ». Rome est la métonymie de l’Europe chrétienne, également nommée Edom dans cette tradition. Les commentaires de la parabole disent que le Messie des Juifs reviendra à mesure que l’Europe chrétienne disparaîtra. Dès lors, on comprend mieux les motivations de certaines personnes et organisations à accélérer et amplifier toujours davantage l’immigration de masse extra-européenne et musulmane en Europe. Les immigrés, de préférence non chrétiens, sont utilisés ici comme des munitions et à des fins balistiques pour détruire les nations européennes ; bien sûr, certains d’entre eux se frottent les mains d’avoir ainsi la permission d’envahir l’Europe, mais ils doivent comprendre qu’ils seront perdants eux aussi à la fin. En effet, après avoir utilisé les musulmans pour déchristianiser l’Europe, le pouvoir provoquera des conflits triangulés parmi les musulmans pour les pousser à s’entretuer, car eux-mêmes seront de trop à ce moment-là.

Le but final visé à travers toutes ces confrontations identitaires reste le Grand remplacement de l’ensemble des communautés humaines par le transhumanisme. Le défi des Européens est de faire comprendre aux immigrés extra-européens à quoi ils servent et ce qui les attend aussi, c’est-à-dire leur génocide après le nôtre. C’est ainsi que nous pourrons établir avec eux une communauté de « galère » et de destin, qui permettra de poser un modus vivendi pacifique, condition nécessaire pour commencer à inverser tranquillement la tendance, ce qui peut aboutir à la ré-émigration de certains d’entre eux, de sorte que chacun chez soi nous soyons plus forts pour lutter ensemble contre l’ennemi commun.

 

Vous évoquez les liens entre les oligarques mondialistes et la mouvance antifasciste. Pouvez-vous évoquer vos découvertes sur le financement des « antifas » ?

Quand on cherche un peu qui soutient, parraine et chapeaute l’extrême-gauche « antifasciste », anti-spéciste, LGBT, No Border, Black-Blocks, Occupy, les Indignés, etc., on trouve des organisations qui sont au sommet du capitalisme : Open Society de George Soros, Fondations Rockefeller et Rothschild, Commission européenne, diverses ONG et entreprises multinationales, et même certains ministères de l’Intérieur, autrement dit la police. On savait déjà que les libéraux et les libertaires convergeaient intellectuellement dans l’abolition des frontières, des nations et des identités, et plus largement dans la déconstruction de toute forme de limite.

On sait maintenant que ce n’est pas seulement théorique mais aussi pratique et économique. Une bonne partie de l’extrême-gauche, celle apparue autour de Mai 68 en France, relève de ce que les anglo-saxons appellent la New Left. Il s’agit en fait d’une gauche libertaire prônant l’ouverture sans limites, totalement inoffensive car elle a été créée par la droite libérale dans les années de chasse aux sorcières anti-communiste pour concurrencer et affaiblir la gauche non-libertaire, communiste et fermée, donc structurée et vraiment dangereuse pour le système américaniste et capitaliste.

Cette extrême-gauche du capital a été conçue pour critiquer les effets sans jamais remonter aux causes. Par exemple, les causes de la loi El-Khomri, ou loi Travail, sont à chercher à Bruxelles car c’est la transposition d’une directive européenne. Quand le mouvement Nuit Debout demandera la sortie de l’Union européenne, il deviendra vraiment dangereux et se fera dégager manu militari de la Place de la République. Pour l’instant, il est inoffensif et le Pouvoir en a même besoin pour détourner l’attention des vrais problèmes et de leurs vraies causes. En plein état d’urgence et plan Vigipirate « rouge écarlate », la préfecture de police et la mairie n’ont guère fait de difficultés pour autoriser l’occupation permanente d’une grande place de Paris – ce qui pose d’ailleurs la question de la réalité de la « menace terroriste ». Il semble que François Ruffin et son journal Fakir qui ont lancé le mouvement soient indépendants à l’origine, mais ils ont été rapidement piratés et récupérés, notamment par des professionnels de la communication tels que Noémie Toledano et Baki Youssoufou, dont les parcours les rattachent aux organisateurs de « révolutions colorées », donc aux réseaux d’influence capitalistes cités plus haut.

 

Vous démasquez les mensonges véhiculés sur la Russie de Poutine à l’occasion du conflit ukrainien. Quels sont les mécanismes et le but des manœuvres contre la Russie ?

Comme l’avait bien vu Halford Mackinder (1861-1947), l’un des pères fondateurs de la géopolitique, contrôler l’Eurasie permet de dominer le monde. Nicolaï Troubetzkoï (1890-1938), créateur de l’eurasisme, écrivait en 1922 que la guerre mondiale ne cesserait pas tant que les grands espaces russes ne seraient pas conquis. De fait, il existe un projet géopolitique de conquête de toute l’Eurasie, nourri par des intérêts capitalistes occidentaux, ceux-là mêmes qui contrôlent déjà l’Europe et l’Amérique du Nord, mais qui ne contrôlent ni la Russie, ni la Chine, ni l’Iran. Ce projet de domination mondiale est exposé clairement par Zbigniew Brzezinski dans diverses publications. Auparavant, un autre Polonais, l’homme d’État Josef Pilsudski (1867-1935), réfléchissait vers 1920 à la meilleure méthode pour prendre la Russie, étape obligée de cette conquête de l’Est, et avait élaboré une stratégie en deux temps :

1) l’Intermarium, soit l’unification des pays allant de la Baltique à la Mer noire pour couper géopolitiquement Moscou de l’Europe,

2) le Prométhéisme, soit le morcellement de la Russie en petits États faibles par le soutien apporté aux revendications identitaires locales.

Les deux guerres mondiales, la guerre froide et la guerre hybride actuelle ont été lancées pour ça. La nature du régime en place en Russie et ce qu’il fait n’a aucune importance. Tsarisme avant 1917, communisme jusqu’en 1991, ultralibéralisme sous Eltsine, étatisme libéral sous Poutine, c’est indifférent : du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, ce pays reste la cible inchangée des attaques occidentales. Le conflit ukrainien et le conflit syrien ne sont que des étapes de ce « Drang nach Osten » qui vise également la Chine et l’Iran. Évidemment, dans les cercles dirigeants à Moscou, Téhéran et Pékin, tout le monde est parfaitement au courant de ce programme de domination mondiale nourri par l’axe du chaos Washington / Bruxelles / Tel-Aviv. Sur le théâtre européen, la conquête de Kiev par Washington et l’OTAN est une belle prise qui permet de consolider l’Intermarium et d’élaborer un front unifié pour attaquer la Russie directement sur ses frontières, ce qui devrait se faire aux alentours de 2021 et nous entraîner probablement dans un conflit nucléaire dont l’Europe sera la principale victime. Pourquoi 2021 ? Parce que le président ukrainien Porochenko a signé un document engageant l’Ukraine à assurer l’interopérabilité complète de ses forces armées avec celles de l’OTAN en 2020 – or on ne prend pas ce type de décision sans une idée derrière la tête – et Hillary Clinton devrait être dans la première année de son deuxième mandat, ce qui lui donnera les mains libres pour faire n’importe quoi. Pour couronner le tout, rappelons qu’en France, l’Assemblée nationale a voté le 7 avril 2016 la ré-adhésion au Protocole de Paris qui autorise le stationnement de troupes de l’OTAN sur le territoire national, autant dire l’implantation de bases militaires, comme en Allemagne ou en Italie.

 

Qu’est-ce que le Mind Control ?

Le Mind Control est une méthode de contrôle comportemental qui procède en infligeant des chocs et des traumatismes. Quand cela s’applique aux masses, on peut parler d’ingénierie sociale. Il s’agit de rendre l’esprit d’autrui totalement flexible et malléable après l’avoir disloqué, décomposé et morcelé. Le trait typique de cette méthode est de produire un psychisme compartimenté, ce qui retire toute cohérence logique et organique au fonctionnement intellectuel de l’individu, et le rend capable de tenir sans problème des raisonnements parfaitement illogiques, de dire une chose et son contraire dans la même phrase, ou encore de dire quelque chose et de faire exactement le contraire en même temps.

 

Pouvez-vous nous expliquer votre conception du « conflit triangulé généralisé » ?

L’ingénierie sociale consiste à prendre le contrôle des rapports de confiance et de méfiance dans un groupe donné. Le conflit triangulé résulte d’une augmentation méthodique du sentiment de méfiance au sein du groupe cible. L’ingénieur produit de la confiance à son égard, ou au moins de l’absence de méfiance, en occupant la place de la victime ou du sauveur, puis il fait monter la méfiance entre les parties du groupe cible en les décrivant comme des bourreaux mutuels, pour aller si possible jusqu’à la haine, entre les sexes, les générations, les religions, les races, etc. Un conflit triangulé est toujours orchestré entre deux acteurs par un troisième acteur inapparent à première vue, mais qui peut apparaître au bout d’un moment si l’on cherche un peu.

Derrière la guerre de tous contre tous qui définit la toile de fond de nos vies, on trouve les promoteurs de l’idéologie libérale de l’égoïsme concurrentiel ainsi que diverses techniques de gouvernance par le chaos telles que le conflit par procuration (proxy warfare). Un exemple tiré de la géopolitique : toutes les preuves ont été données que les terroristes qui agressent la Syrie depuis des années sont sous tutelle des services secrets occidentaux. Ces groupes paramilitaires islamistes sont les fameuses forces de procuration (Israeli proxy forces) du rapport A Clean Break remis en 1996 à Benjamin Netanyahou. Il n’est donc pas étonnant que ce dernier vienne soutenir quelques vingt ans plus tard ses troupes de djihadistes blessés en Syrie et soignés dans des hôpitaux militaires israéliens, comme l’ont noté divers médias, ce qui lui a valu les remerciements de Mohammed Badie, le chef suprême des Frères musulmans, ainsi que de paramilitaires islamistes.

Des officiels israéliens ont dit également préférer l’État islamique (Daech) à l’Iran. Évidemment, le terrorisme islamiste supervisé par les services spéciaux israéliens, anglo-saxons, français, ne s’arrête pas aux frontières du Proche-Orient : le suivi des filières est assuré jusqu’en Europe et en Amérique, où ces services spéciaux sont carrément chez eux, dans une perspective de stratégie de la tension, en référence au réseau Gladio de l’OTAN. À la fin, pour des raisons d’efficacité, les attentats en Occident sont réalisés par les services occidentaux eux-mêmes, mais attribués dans la narration officielle médiatique aux individus qui ont effectivement fréquenté des groupes activistes et possèdent donc le bon parcours biographique, ce qui en fait des coupables idéaux. Un principe de l’attentat sous faux drapeau : pour écrire une « légende », c’est-à-dire un faux CV dans le jargon du renseignement, il faut un minimum de vraisemblance. Le terrorisme d’État est aujourd’hui le principal bras armé de ce conflit triangulé généralisé.

 

Dans un article pour la revue Rébellion, vous affirmez que sortir du capitalisme est la condition d’un enracinement identitaire authentique. Quelles formes pourraient prendre cette démarche national-révolutionnaire ?

Cette démarche nationale-révolutionnaire pourrait prendre la forme d’un protectionnisme conservateur, seul moyen d’assurer un enracinement identitaire authentique. Il faut surtout s’extraire du libéralisme conservateur, qui est contradictoire dans les termes, un véritable oxymore, et qui devient toujours à la fin un libéralisme libertaire, sans frontières et sans entraves, que ce soit du point de vue économique ou identitaire. L’économie et les mœurs ont besoin d’être régulées. Sans régulation, l’économie et la vie en société tombent dans le désordre, l’anarchie, le « gauchisme », ce qui fait toujours le lit du capitalisme, qui prospère dans le chaos, la violence et l’injustice, mais s’éloigne à mesure que l’ordre et l’équilibre reviennent dans le corps social.

C’est le capitalisme qui est à l’origine du « mariage homo » ainsi que des flux migratoires délirants auxquels nous sommes exposés depuis des années. Henry de Lesquen disait un jour sur Radio Courtoisie : « Je suis national libéral ; national car il faut mettre les immigrés dehors, et libéral car il faut brûler le code du travail ». Le problème, c’est que brûler le code du travail fera revenir les immigrés. La thèse libérale conservatrice est donc incohérente : elle déplore les effets dont elle chérit les causes.

Quiconque s’imagine que l’enracinement identitaire est possible au sein de l’Union européenne, par exemple, n’a rien compris et doit reprendre l’examen de la question depuis le début. La sortie de l’euro et le retour aux monnaies nationales est également indispensable, car la souveraineté économique conditionne la souveraineté politique. Le programme minimum de ce protectionnisme conservateur garantissant un enracinement authentique est donc simple : sortir de l’euro, de l’Union européenne, de Schengen et de l’OTAN, et ne pas entrer dans le Traité transatlantique. La vraie révolution nationale anticapitaliste est dans ce programme, qui n’est ni de droite, ni de gauche – nous ne sommes pas à l’auto-école – mais qui est simplement raisonnable, rationnel et orienté vers la vie. Que dis-je, la survie ! Or, pour soutenir ce programme survivaliste à l’échelle de la nation, je n’ai à ma disposition que le bulletin dans l’urne. Il faut donc placer à la tête de l’État un parti politique soutenant ce programme, ou s’en écartant le moins possible, et réunissant le potentiel électoral suffisant. La nouvelle direction du Front national depuis 2011 prend la bonne voie de ce grand rassemblement protectionniste et conservateur par-delà droite et gauche, ce qui explique sa progression électorale constante depuis plusieurs années. Évidemment, ça ne plaît pas à tout le monde, d’où une désinformation croissante sur ce parti, basée sur des attaques en dessous de la ceinture et des citations tronquées.

 

Vous évoquez une ingénierie sociale positive. Comment des forces nationalistes pourraient utiliser cette technique ?

Je préconise d’appuyer cette ingénierie sociale positive (IS+) sur la théorie du « prendre soin », le Care en anglais. Le fait de « prendre soin » du territoire où l’on vit doit devenir l’idée directrice de notre action politique. L’avantage de cette approche purement pragmatique est de focaliser l’attention sur l’avenir et l’action concrète de proximité. Cela simplifie les choses. Il est plus facile de fédérer les bonnes volontés ainsi, compte tenu de la complexité identitaire dans laquelle nous sommes immergés dès que l’on regarde vers le passé, l’histoire et les origines. Cette IS+ aurait l’allure d’un travail social humble et d’échelle locale, œuvrant à la résilience nationale et visant à réparer ce qui a été endommagé par l’ingénierie sociale négative du turbo-capitalisme mondialisé et cosmopolite.

 

Propos recueillis par Monika Berchvok

 

À lire :
- Neuro-pirates - Reflexion sur l’ingénierie sociale, de Lucien Cerise, éditions Kontre Kulture, 2016, 450 pages – 22 euros.
- Le numéro 66 de la revue Rébellion comporte un important dossier de Lucien Cerise sur l’ingénierie sociale (5 euros – Rébellion c/o RSE BP 62124 31020 Toulouse cedex 02).

À ne pas manquer, sur E&R :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1482784
    le 07/06/2016 par Le Goy
    Détruire la fabrique à illusions

    ça décoiffe. ça me fait penser qu’il faut que je renouvelle mon abonnement chez Rivarol. Merci ER.


  • #1482815
    le 07/06/2016 par Sounor
    Détruire la fabrique à illusions

    Je n’ai pas de TV depuis que je suis partie de chez mes parents. Et les "infos" m’ont toujours rebuté. Depuis que j’ai découvert ER il y a 4 ans, je ne lâche plus les "infos" et redeviens politisée. Faut croire que j’attendais les vrais journalistes. Je me surprends aujourd’hui tous les jours à, comme on dit, "lire mon journal" (cad ER). J’aime bien lire les analyses de Cerise qui ne font pas juste critiquer mais qui à la fin, proposent des solutions applicables de suite. Bravo pour votre travail. Et merci à Soral pour son travail acharné, toujours de grande qualité informative et diversifiée. Et sa constance surtout. Encore félicitations pour tout ça.


  • #1482976
    le 07/06/2016 par Mathieu
    Détruire la fabrique à illusions

    Très intéressant.
    Dès que j’ai des sous j’achèterai votre bouquin !


  • #1483126
    le 08/06/2016 par MP
    Détruire la fabrique à illusions

    Concrètement, c’est simple si l’on se réfère à un corps humain qui a un cancer ou non encore mieux si l’on met une goutte de purin dans une eau claire , que se passe-t-il au sujet de l’eau ? Est-elle toujours aussi claire ? Non évidemment...

    Un enfant aujourd’hui qui est élevé dans cette société est condamné à l’esclavagisme. L’ensemble des traumatismes qu’il va subir avant l’âge de quatre ans va le bloquer dans son évolution et en faire un être perdu, noyé à vie dans les marasmes de son propre terrain parental... Le système de dégénérescence se mettant alors en place à partir de sept ans, comme la construction du fameux masque dont les couches ne vont cesser d’épaissir au fil du temps.

    Conclusion : la société apprend aux individus la sénilité mais jamais la force de nature. Et comble du comble, un humain enraciné est physiquement beaucoup plus fort à partir de 40 ans qu’il ne l’est auparavant. Pourquoi ? Loi d’Evolution bien sûr... Alors il va falloir être clair... et pour cela faire les choix de la Vie pour espérer faire évoluer la réalité de cette société.


  • #1483175
    le 08/06/2016 par lardon
    Détruire la fabrique à illusions

    A propos de manipulations, il y a une chose bizarre à signaler actuellement.
    Quand on regarde la liste des français invités au Bilderberg, on trouve une certaine Emanuelle Charpentier Director of Max Planck Institut for Infection Biology.

    Pourquoi le Bilderberg s’intéresse-t-il aux maladies infectieuses ???? De vastes épidémies seraient-elles à l’ordre du jour ?


  • #1483285
    le 08/06/2016 par Leïla
    Détruire la fabrique à illusions

    Prendre soin les uns des autres, je me suis toujours sentie bien dans ce rôle, bon, maintenant en revanche avec les années, je suis un peu plus méfiante, continuons toute de même le combat, soyons empathiques les uns envers les autres. ça, c’est bon pour NOUS ! Amen.


  • #1483365
    le 08/06/2016 par pragmatique
    Détruire la fabrique à illusions

    OK donc si je comprend bien tout est une question de programmation.

    Il vault donc mieux s’adresser au bon Programmeur et n ’avoir aucun doute quant à ses compétences, j’aime bien les explications de Lucien Cerise au sujet de la soumission librement conssentie des masses mais le programme église du Vatican européiste je n’adhere pas du tout , car il a prouvé son incompétance depuis plus de 1000 ans, et je crois que les petits malins qui veulent prendre la place de l’ Unique et Parfait programmeur du réel se sont servit du christiannisme pour mettre leur plan en route, croire au christiannisme pour sauver l’europe ou autre chose c ’est d’ une certaine façon fuméer d avance sa propre carte mère.... Il n y a pas de grand remplacement, il y a simplement la plus importante des mises à jour de tout les temps. Le tout est d’oser mettre à jour son propre systeme d ’exploitation pour remettre en oeuvres une belle arborescence des répertoires... En d’autre terme confronter sincerement nos propres dogmes à ceux des autres programmés avec qui nous partageons le disque dur "mémoire des créatures humaines de tout les temps"

     

    • #1483436
      le 08/06/2016 par Leïla
      Détruire la fabrique à illusions

      @pragmatique, évidemment si vous parlez des papes, là c’est un autre monde !. La parole de Jésus n’est pas une religion, être chrétien c’est tout simplement être contre ce système mauvais, toxique voir satanique, comment s’y opposer et se protéger ? appliquer la Parole, s’en servir comme d’un GPS afin de s’affranchir de ce monde mortifère qui veut nous détruire, Dieu n’est en rien responsable du chaos ambiant, c’est bel et bien l’homme et satan qui font tout ce mal, satan règne sur la terre, son pouvoir est certes limité car il n’est pas omniscient, mais il est le prince de ce monde, du mensonge, du mal : "Le diable ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.Jean 10-10.

      "Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi" Jean 14-6..


    • #1483564
      le 08/06/2016 par Théraise
      Détruire la fabrique à illusions

      @ Leila

      "Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi" Jean 14-6".

      Tout à fait d’accord, Chère Leila... Laissons-le venir et attendons-le dans le silence de nos coeurs.

      Et, offrons à M. Cerise de point trop se cogiter le ciboulot ; NS JC a dit aussi Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux.


  • #1483679
    le 08/06/2016 par la pince mon seigneur
    Détruire la fabrique à illusions

    J’adore la politique projection-fiction mais elle n’est pas adapté à notre présent là maintenant, la seule solution est de moins consommé pour enrayer le système, mais survient une autre problématique liée à l’individualisme : tu te déplaces en vélo, ton voisin va se foutre de ta gueule car il est en voiture, t’es au boulot dans une grande firme, tu fais exprès de saboter le boulot en ralentissant , en trouvant toujours des prétextes, ton collègue en profitera pour te passer devant, les gens s’enculent entre eux comme les sdf qui se volent au samu social


  • #1483962
    le 09/06/2016 par Frédérick
    Détruire la fabrique à illusions

    Quels sont les mécanismes qui se mettent en place pour que fonctionnent le hameçonnage et la triangulation ?

    Si les études sur le rôle que jouent les archétypes dans notre esprit ont débuté il y a plus d’un siècle (études de la psyché puis applications sur les populations à travers les sciences comportementales), leur présence est par définition aussi vieille que l’humanité...

    Dans les contes pour enfants, lorsque le loup souffle sur les maisons respectives de chacun des trois cochons, c’est la maison en pierre qui résiste à l’assaut du loup.

    Les cochons représentent les personnes, le loup représente leur cerveau reptilien respectif (l’instinct pur et dur) et les maisons représentent leur personnalité respective.
    Une solide personnalité (la maison en pierre) saura résister aux assauts de l’instinct. Notons que l’instinct ne distingue pas le bien du mal au niveau moral mais juste ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas. Pour le cerveau reptilien, l’héroine c’est bien car les récepteurs de vos neurones baignent dans des substituts d’endorphine.

    Mais si votre personnalité est saine (cerveau limbique et néo-cortex bien structurés), vous saurez résister aux tentations, vous ne serez pas dévoré par le loup qui représente les exigences d’une partie de votre esprit qui ne connaît surtout que le plaisir et la douleur.

    En gros, le loup sera domestiqué et sera au service des parties supérieures de votre personnalité : c’est une construction verticale et hiérarchisée.

    Les archétypes sont partout car se sont des super-symboles et notre compréhension du monde se fait à travers des symboles (chaque mot est un symbole). Le vampire est un autre archétype.

    L’ingénieur social comprend ces fonctionnements (utilisé beaucoup dans la pub qui est de l’ingénierie sociale à l’état pur) et les utilise.

    Quand des compagnie de café ont voulu pénétrer le marché japonnais, il y avait un hic : là-bas on bois du thé de manière pratiquemment rituelle et de plus le café a un goût vraiment amer !

    Que faire ?

    Commencer par vendre des bonbons au café aux enfants pour qu’ils s’y habituent. Si on ne naît qu’avec un cerveau reptilien, c’est dans la tendre enfance que le cerveau limbique se développe et que les codes se font entre un cerveau et l’autre : la mémoire affective du café qui sera associée à la satisfaction du cerveau reptilien fera que vous aimerez le café bien que ça n’ait rien à voir avec votre culture.

    Le roulement des générations est essentiel pour la programmation de la société.

     

    • #1484123
      le 09/06/2016 par Frédérick
      Détruire la fabrique à illusions

      (Suite)

      Ce que je veut dire c’est que les explications fournies par Lucien Cerise nous permettent d’explorer d’autres rouages subtils qui nous rendent sensibles aux manipulations.

      Dans une personnalité saine, l’instinct est au service du limbique et du néo-cortex, c’est un chien qui renifle ce qu’on l’a dressé à détecter. Ensuite l’émotionnel nous donne l’intuition, c’est-à-dire des images qui nous font ressentir les valeurs d’une situation. Puis le raisonnement prend place pour mettre de l’ordre et ressortir une réflexion logique face à cette situation.

      Dans la société moderne, le "loup" prend la place du maître, c’est la transgression des envies qui domine la personnalité. L’émotionnel donne toujours des intuitions mais cette fois-ci c’est au service du cerveau reptilien. La raison ne fonctionne à ce moment que pour justifier des comportements qui ne servent que la finalité du "loup".

      D’où la célebre phrase du luciférien Crowley "Do What Thou Wilt" (faites ce qu’il vous plaira) : l’homme au service de la bête qu’il a en lui-même. La société du désir.

      Une attention réduite, une pulsion sans frein pour la consommation, la recherche constante de doses de plaisir chaque fois plus fortes...

      Pour les ingénieurs du social, il suffit de monter la barre un peu plus tous les ans et les nouvelles générations seront chaque fois plus captives de ce joug psychologique.

      Mon schéma est caricatural, c’est vrai, car il y a des médiations qui se mettent en place pour que la manipulation ne soit pas si évidente. Je ne suis pas expert non plus donc si des corrections sont nécessaires, ne vous en privez pas.

      Cependant il me paraît important de prêter attention à ces rouages délicats, qui plus est quand on nous offre des analyses de stratégies à grande échelle comme le fait Cerise, pour voir s’il y a une cohérence des mécaniques.

      Après tout, dans la manipulation par la triangulation, le besoin de se sentir persécuter ou protecteur fait appel à des sentiments instinctifs profonds, le désir d’identifier un bouc émissaire aussi.

      Quand au hameçonnage, je pense que ça serait encore plus clair si un exemple était analysé en détail.

      Observez vos pensées et votre comportement la prochaine fois que vous allez au supermarché, sans jugement pour ne pas fausser votre évaluation. vous serez surpris !

      Le grand paradoxe, c’est que ces prédateurs et ces parasites qui nous piratent nous forcent à nous élever en observant ces méthodes d’ingénierie sociale qu’ils appliquent sur nous.


    • #1484169
      le 09/06/2016 par Justin Bridouxe
      Détruire la fabrique à illusions

      Passionnant.


    • #1484464
      le 10/06/2016 par Frédérick
      Détruire la fabrique à illusions

      En fait, il y a des codes entre les différents cerveaux, entre cerveau reptilien et limbique, puis entre cerveau limbique et rationnel.

      C’est bien sûr ces codes qui sont piratés, comme je l’expliquais dans le cas des Japonais avec le café.

      On peut aussi donner d’autres exemples : pour que le tabac puisse toujours se vendre malgré la mauvaise publicité qui se fait au niveau de la santé, le marketing a promu l’idée que c’était effectivement dangereux, que c’était un passage de rite, que les personnes qui fumaient étaient des aventuriés qui faisaient fis du danger, etc.. Bien sûr l’archétype du feu (grand symbole de transgression pour l’être humain) a aussi joué son rôle (pour ceux que ça intéresse, chercher "Clotaire Raspail", grand gourou du marketing qui révèle ses secrets par orgueuil).

      Mais je crois que le code essentiel qui est vraiment facilement piratable dans notre cerveau, c’est la partie émotionnelle. C’est vraiment le conduit de communication entre l’instinct el la raison. Je ne croit pas non plus dire grand chose de nouveau, c’est pratiquement mot à mot ce que nous dit Cerise dans ses interventions.

      Cependant, il faut vraiment observer sur soi-même comment ça marche. L’émotion nous accompagne tout le temps et c’est vraiment la partie molle de notre ceveau, celle qui va donner le La entre l’instinct et la raison.

      Même Soral l’a dit plus d’une fois quand il parlait d’une société où le spontanéité est maîtresse, ou quand il disait que tout se réduisait à l’émotionnel.

      Mais l’émotionnel n’est pas mauvais en soi, c’est d’ailleurs vraiment une arme pure si elle est bien éduquée, mais c’est aussi très facile à manipuler.

      Cerise a dit à certaines occasions qu’étant plus jeune, il avait été séduit par le transhumanisme. Ce serait intéressant qu’il fasse un profond travail d’introspection pour nous révéler comment il a été hameçonner. Ça nous aiderait tous à comprendre comment le hameçonnage fonctionne au niveau émotionnel (je crois que là se trouve la clé) pour que nous appliquions cette compréhension sur nous-même pour nos propres programmations (je ne jette pas la pierre bien sûr, comme 99% des lecteurs d’E&R j’ai moi-même adhéré à des idéologies nefastes dans mon passé, "au nom du bien").


    • #1484559
      le 10/06/2016 par Le bâton de Berger de Justin Bridouxe
      Détruire la fabrique à illusions

      @ Frédérick

      OUI... "Ce serait intéressant", "Ça nous aiderait tous à comprendre comment le hameçonnage fonctionne au niveau émotionnel", "que nous appliquions cette compréhension sur nous-même" ;

      Quitte à ce que, dans le marchandage, l’orgueil nous livre ses secrets.

      Merci M. Cerise et surtout Merci M. Soral de publier M. Cerise.


    • #1485073
      le 10/06/2016 par Une femme
      Détruire la fabrique à illusions

      Très fort Frédérick, merci !
      Intéressez- vous aussi à Monsieur Joseph Ledoux, il se peut que cela vous intéresse !


  • #1484285
    le 09/06/2016 par Eric
    Détruire la fabrique à illusions

    "La nouvelle direction du Front national depuis 2011 prend la bonne voie de ce grand rassemblement protectionniste..."

    Lucien Cerise c’est la montagne de savoir qui accouche d’une souris : prôner le vote FN. Je rappelle que voter pour le FN revient à voter également pour le maintien des autres partis puisque la République implique le multipartisme. De plus, Lucien Cerise oublie que, comme tous les partis de droite, le FN chérit le capitalisme et que ses cadres sont probablement tous des actionnaires. On peut actuellement constater que le FN tire à boulets rouges sur les grévistes qui exigent le retrait de l’odieuse loi travail.

    Tout patriote digne de ce nom se doit d’exiger la convocation d’une Assemblée constituante au moyen du tirage au sort et espérer que ces constituants rédigeront une constitution démocratique dont l’article le plus important stipulera l’interdiction de tous les partis politiques.

     

    • #1484291
      le 09/06/2016 par Titus
      Détruire la fabrique à illusions

      Voter FN en 2017, pour avoir le maximum de chance d’éviter le traité transatlantique notamment, et faire la promotion par ailleurs de la démocratie n’est pas incompatible. On vote FN par pragmatisme, en ayant conscience de la réalité politique de la France et en ayant le sens des responsabilités, mais on peut être idéalement royaliste ou démocrate au sens vrai du terme.
      Vivre dans le monde des idées, éloigné de la réalité, est la meilleure façon de laisser reconduire les mondialistes au pouvoir.


  • #1484351
    le 09/06/2016 par boule&bill
    Détruire la fabrique à illusions

    Toujours un plaisir de lire Cerise (mais pas toujours d’accord) !
    Et rassurant de pouvoir compter dans les rangs d’ER sur une voix structurée pour aborder les mécanismes de domination en invoquant des arguments scientifiques de très haute tenue... (parce que le positivisme "comtien" c’est très scholaire).


  • #1484571
    le 10/06/2016 par kirua
    Détruire la fabrique à illusions

    Merci à Lucien Cerise pour ces analyses qui font avancer nos raisonnement logique !
    Bien sûr, tout n’est pas à prendre à la lettre comme il est dit dans l’introduction.

    Je compare ces "neuro-pirates", à ce qu’on appelle dans le milieu de la psychologie, aux pervers narcissiques. Ces véritables parasites se trouvent partout dans le monde d’aujourd’hui, et pas que dans les hautes sphères ! Et qui plus est, rendent leur entourage stupides et avec eux-mêmes des mécanismes pervers inconscient.

    J’ai deux ouvrages à conseiller sur ce thème :
    "La fabrique de l’homme pervers" de Dominique Barbier
    "Mettre les pervers échec et mat" de Hélène Vecchiali

     

    • #1484957
      le 10/06/2016 par presqu’il
      Détruire la fabrique à illusions

      Et qui plus est, rendent leur entourage stupides et avec eux-mêmes des mécanismes pervers inconscient.

      Possible mais ils choisissent leur proie parmi des personnes pleines de vie, chez qui ils puisent leur énegie. Je ne sais pas ce qu’en disent les auteurs des ouvrages que vous citez mais leur talon d’achille réside dans leur image sociale qu’ils souhaitent preserver à tout prix. Il y a probablement moyen de sortir de leur emprise dés que l’on a compris leur manège. Le plus vite (possible) est évidemment le mieux.


    • #1485224
      le 11/06/2016 par Leïla
      Détruire la fabrique à illusions

      @Kirua, oui vous avez raison de le notifier, dès que l’occasion se présente, j’en parle moi aussi des P.N. ils agissent en effet de la même façon que ce que Lucien Cerise nous explique, tantôt vampire psychique, tantôt sournois et rampant comme le serpent. Il faut vraiment comprendre qu’il y a énormément de gens comme cela. Et apprendre à s’en protéger.
      Par rapport au super et très juste commentaire de @Frédéric, juste un truc par rapport à l’instinct, en ce qui me concerne, mon instinct fonctionne comme un avertisseur, comme si mon estomac m’avertissait d’un danger. Cela s’avère une science exacte en ce qui me concerne, et je sais qu’avec le temps j’ai compris qu’en fait, c’est le St-Esprit qui me dit : Non ! n’y va pas !.


    • #1485313
      le 11/06/2016 par pèle mèle
      Détruire la fabrique à illusions

      Il faut vraiment comprendre qu’il y a énormément de gens comme cela. Et apprendre à s’en protéger.

      Si votre saint esprit vous guide vous avez de la chance. La plupart des gens sortent lessivés d’une vie commune avec l’un de ces PN - il n’y a pas un profil type donc pas si simples à démasquer - et cherchent en eux, autour d’eux et dans la foi (pour ceux qui l’ont) de quoi se remettre sur rails.
      Les plus sensés y perviennent (en toute logique) dans la solitude de leur coeur d’abord, nécessairement.


    • #1485548
      le 11/06/2016 par kirua
      Détruire la fabrique à illusions

      Content de voir qu’il y a des gens conscient de ce genre de personnage, en effet, les vrais P.N. sont très difficiles à démasquer, parce qu’ils sont très malin et en apparence ont l’habit de saint et à l’intérieur, c’est la mort qui les habite. Leur image sociale est en effet très important, parce qu’ils se servent de leur entourage pour arriver à leurs fins, sans leurs "complices", ils ne valent plus rien. Pour les démasquer, une seule chose, il faut s’informer !


    • #1485837
      le 12/06/2016 par Frédérick
      Détruire la fabrique à illusions

      @ Kirua et aux autres,

      Très bonne remarque que cette comparaison entre pervers narcissiques et neuro-pirates, sans oublier bien sûr dans la catégorie des PN, les deux autres spécimens : le sociopathe et le psychopathe (catégorie "groupe B" en psychiatrie). Le total est estimé de nos jours à 4% de la population. Comme l’avait signalé quelqu’un dans une vidéo que j’ai vu sur ce thème, ça fait en moyenne un enfant par classe de vingt élèves.

      Dans une communauté humaine saine, le partage du travail et des connaissances est créative, complémentaire et tend vers le haut. Les parasites et prédateurs humains ont besoin de pathologiser l’environnement social pour pomper l’énergie et les richesses, puis pour établir une société dans laquelle les sujets seront en compétition et narcissisés : une fois cette tâche de remodélisation de l’Homme accomplie, c’est l’âge de l’Ordre Nouveau.

      Dans la démocratie parlementaire, l’échelle des valeurs est linéaire et divisante. Dans un type de démocratie tel que le préconise Chouard, toutes les tendances sont importantes et se complémentent, tant les "conservateurs" que les "progressistes" apporteront des points de vue sur un sujet donné qui construiront un ensemble et une décision commune équilibrée.

      Je sais, ça ne sera pas si simple que ça.

      Cependant, on peut déjà imaginer les communautés humaines comme des entités composées de personnes qui chacune sera un monde politique propre, chaque opinion pouvant être une réflexion unique, une pièce d’un puzzle qui complètera le tableau pour prendre la meilleure décision possible.

      Ce serait comme de passer du noir et blanc à la couleur.
      La politique n’est plus à ce moment-là une compétition théatrale pour politicards véreux mais une participation collective enrichissante.
      Le débat devient une discussion créative et la raison prend la place sur l’émotionnel.

      Ça peut paraître très ambitieux, surtout quand on a vision pessimiste de l’être humain. Cependant nos ennemis sont extrèmement ambitieux et ils ont déjà gagné énormément de terrain. Alors permettons-nous d’être ambitieux, mais avec sagesse et humilité.

      Ce n’est pas le travail d’une personne, c’est un travail collectif.
      Ce n’est pas seulement un travail sur le monde mais aussi un travail sur soi.


  • #1485892
    le 12/06/2016 par Leïla
    Détruire la fabrique à illusions

    @Pèle-mèle, je dois préciser qu’avant de savoir ce qu’est un P.N., j’ai été victime, le père de mes enfants et 2 de mes soeurs en sont, j’ai eu des amies comme ça, mais cela fait quelques années en arrière, depuis ma foi a grandi, depuis j’ai coupé tout les ponts, je suis partie loin de ces gens, j’ai failli en crever. Ces gens sont très dangereux en effet Dieu m’a sauvé, c’est une certitude.

     

    • #1486450
      le 12/06/2016 par une vraie femme
      Détruire la fabrique à illusions

      si vos enfants n’ont pas trop pâti de la personnalité néfaste de votre ex conjoint, vous pouvez effectivement remercier Dieu. Optimiste et persévérante. Gageons que la combinaison est souvent gagnante..


    • #1487886
      le 14/06/2016 par Leïla
      Détruire la fabrique à illusions

      @Une vrai femme, (pardonnez moi je vous répond en mettant mon commentaire au dessus de votre question)
      Je ne pense pas que cela soit génétique. Je ne l’avais pas préciser en effet, je suis partie loin certes mais avec mes enfants bien sur. Dieu a m’a donné des enfants doux et empathiques, ils aiment étudier, ils sont très famille et nous prenons soin les uns des autres. Merci à vous d’avoir posé la question.


Commentaires suivants