Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

Ne vous laissez pas illusionner par les jeux diplomatiques et le suivisme des grands médias. Ce qui s’est passé ce matin en Syrie n’a aucun rapport ni avec la présentation qui vous en est faite, ni avec les conclusions qui en sont tirées.

 

 

Ce matin, les États-Unis auraient tiré 59 missiles de croisières depuis la Méditerranée pour détruire la base militaire aérienne syrienne de Sha’irat. Il s’agirait d’une action unilatérale visant à sanctionner une attaque à l’arme chimique qu’ils attribuent à l’armée arabe syrienne.

Stupéfaite par l’ampleur de l’action états-unienne, la totalité des commentateurs conclut à un virage à 180° de l’administration Trump sur la question syrienne. La Maison-Blanche aurait enfin adopté la position de son opposition états-unienne et de ses alliés britanniques, français et allemands.

Vraiment ?

 

La réalité ne correspond pas à la communication

Des missiles de croisière états-uniens ont traversé sans encombre la zone contrôlée par la nouvelle arme russe permettant d’inhiber les communications et commandes de l’Otan. Selon le général Philip Breedlove, alors Suprême commandeur de l’Otan, cette arme a permis à la Russie de prendre l’avantage sur les États-Unis en matière de guerre conventionnelle. Elle aurait dû perturber les systèmes de guidage de ces missiles. Elle n’a pas fonctionné, soit que le Pentagone ait enfin trouvé une riposte technique, soit qu’elle ait été désactivée par la Russie.

La défense anti-aérienne syrienne comprend des S-300 contrôlés par l’armée arabe syrienne et des S-400 servis par l’armée russe. Ces armes sont supposées capables d’intercepter des missiles de croisière, bien que cette situation ne s’est à ce jour jamais présentée au combat. Il s’agit bien sûr d’armes au déclenchement automatique. Elles n’ont pas fonctionné non plus. Aucun missile anti-missile n’a été tiré, ni par l’armée russe, ni par l’armée syrienne.

Lorsque les missiles de croisière états-uniens ont atteint leur cible, ils ont trouvé une base militaire quasi-vide, qui venait juste d’être évacuée. Ils auraient donc détruit le tarmac, des radars et des avions depuis longtemps hors d’usage, des hangars et des habitations. Ils ont cependant fait une douzaine de victimes, dont neuf sont décédées.

Alors qu’aucun missile de croisière n’a officiellement été égaré ou détruit, seuls 23 et non pas 59 ont frappé la base de Sha’irat.

 

 

Que signifie cette mise en scène ?

Le président Trump tente depuis son accession à la Maison-Blanche de changer la politique de son pays, et de substituer des formes de coopération aux affrontements actuels. Sur la question du « Moyen-Orient élargi », il a pris position pour la « destruction » des organisations jihadistes (et non pas pour leur « réduction », comme l’évoquait son prédécesseur).

Au cours des derniers jours, il a reconnu la légitimité de la République arabe syrienne et donc le maintien au pouvoir du président démocratiquement élu Bachar el-Assad. Il a reçu le président égyptien, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, allié de la Syrie, et l’a félicité pour sa lutte contre les jihadistes. Il a rétabli un canal direct de communication entre Washington et Damas.

Le problème du président Trump était de convaincre ses alliés d’appliquer sa politique quel que soit l’investissement qu’ils aient pu dépenser pour renverser la République arabe syrienne.

Il est certes possible que le président Trump ait fait volte-face en trois jours à la simple vue d’une vidéo diffusée par YouTube, mais il est plus probable que son action militaire de ce matin s’inscrit dans la logique de son action diplomatique précédente.

En attaquant, le président Trump a satisfait son opposition qui ne pourra donc pas s’opposer à la suite des opérations. Hier, Hillary Clinton appelait à bombarder la Syrie en riposte à l’usage supposé d’armes chimiques.

 

 

Donald Trump a ordonné de tirer des missiles de croisière sur une base quasi-vide après en avoir informé la terre entière, dont la Russie et la Syrie.

Damas, en sacrifiant cette base et la vie de quelques hommes lui a donné l’autorité pour conduire une vaste action contre tous ceux qui emploient des armes chimiques. Or, à ce jour, les seuls utilisateurs de ces armes identifiés par les Nations unies sont : les jihadistes.

Daesh, également informé de l’attaque états-unienne (mais par ses commanditaires britanniques, français et allemands), a immédiatement lancé une attaque à Homs désormais privé de base aérienne.

Nous verrons dans les prochains jours comment Washington et ses alliés réagiront à l’avancée des jihadistes. Ce n’est qu’à ce moment là que nous saurons si la manœuvre de Donald Trump et le pari de Vladimir Poutine et de Bachar el-Assad fonctionneront.

 

 

Entrez dans la complexité géopolitique du Proche-Orient
avec Kontre Kulture

 

Les dernières analyses de Thierry Meyssan, sur E&R :

 
 






Alerter

71 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1697278
    Le 8 avril à 09:54 par Liberté
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    Lui aussi va se mettre à délirer.....décevant !

     

    Répondre à ce message

  • #1697339
    Le 8 avril à 12:04 par envolées_des_incultes
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    Quoi qu’il en soit, et si l’on s’en tient uniquement aux informations non contestées, à savoir le tir de missiles par les USA sur la Syrie, cette attaque est un argument supplémentaire pour la France qui justifie du besoin urgent de sortir de l’OTAN.

     

    Répondre à ce message

  • #1697344
    Le 8 avril à 12:14 par damoines
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    Pendant que vous faites des suppositions, les sionsites préparent votre destruction ! Continuez alors, vos papotages !

     

    Répondre à ce message

  • #1697361
    Le 8 avril à 12:46 par Guigui
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    "Elle n’a pas fonctionné, soit que le Pentagone ait enfin trouvé une riposte technique"

    Tous les missiles ne sont pas arrivé à destination.
    Peut-être qu’une partie a été détruite.

    Les USA veulent le chaos en Syrie, il en est ainsi.

     

    Répondre à ce message

  • #1697378
    Le 8 avril à 13:26 par miss terre
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    Toute tentative de contrecarrer les plans de l’Empire ne peut aboutir qu’une fois peaufinée dans le secret par des opposants farouches et convaincus.
    A ce propos rien de supposément tiré par les cheveux ne devrait étonner ceux qui savent que l’oligarchie qui gouverne le monde doit sa pérennité à des scénarios machiavéliques.
    Trump peut tout aussi bien en être, que lutter contre en sous-marin (comme le suggère Meyssan), ou s’être couché pour une raison ou pour une autre.
    Nous savons tous ici que la réalité dépasse, oh combien, la fiction :-)))).

     

    Répondre à ce message

  • #1697455
    Le 8 avril à 15:39 par solmed
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    J’ai toujours dit qu’en matière d’analyse Thierry Meyssan est quasi systématiquement à côté de la plaque, son terrain d’excellence reste et restera l’investigation. C’est probablement lié à ses nombreux réseaux...
    Pour suivre depuis ce matin cinq ou six sources différentes (Al Mayadeen, Al Manar (libanais), RT America, TV syriennes, Al Alam iranienne) avec des interventions de très haut niveau sur les plans politique, stratégique et militaire (Syrien, iranien, russe, libanais, américain, britannique..et j’en passe) toutes les hypothèses ont été posées. L’implication de l’état profond américain reconnu. Mais tous s’accordent au moins sur une certitude, l’attaque de ce matin est une gifle à Poutine en priorité. Un président aussi affaibli que Trump qui s’est débarrassé de ses plus proches et plus solides soutiens (Flynn, Bannon) qui auraient pu l’aider à envisager une stratégie pareille, comment pourrait-il gérer une thèse aussi complexe et risquée ? Sachant également que les journaux de l’entité sioniste ont révélé que l’attaque a été coordonnée avec leur propre armée, une affirmation reconnue par les voix qui comptent et qui visait spécialement la base aérienne à l’origine de la destruction d’un des appareils militaires sionistes. Une des bases militaires parmi les plus grandes et plus importantes notamment dans la stratégie syro-russe de destruction des terroristes.
    Bref, comme disent les américains "it’s just bullshit"... ;-)
    Autre chose, ce qui a été révélé des différentes interventions écoutées, il s’avère que la stratégie "trumpienne" pour la Syrie est sa fédéralisation, soit très exactement la matérialisation du plan Oded-Yinon. C’est probablement cela l’accord passé avec l’état profond ! Un analyste libanais Pierre Azar craint par dessus tout que Trump soit passé par une alliance avec les sionistes chrétiens, ce qui change toute la donne et crée les conditions d’un basculement des antagonismes vers plus de conflit car c’est chaque fois ce type d’alliance état profond/sionistes chrétiens qui crée les conditions de déclenchement des conflits dans le monde arabo-musulman !

     

    Répondre à ce message

  • #1697597

    Si cette combine secrète entre Trump et Poutine était bien la réalité, Meyssan serait le dernier à vendret la mêche, logiquement.
    Meyssan est en plein wishful thinking.

    D’autre part, Trump semble suivre un pattern avant de rencontrer :
    - Xi Jinping, il remet encause le principe d’une seule Chine (versus Taiwan)
    - Merkel, il lui invente une facture de l’Otan délirante
    - Poutine, il bombarde arbitrairement Assad.
    The Art Of The Deal....

    Cela dit, il semble bien que Bannon soit marginalisé par les néo-cons.
    Trump perdra ses électeurs, mais gagnera le soutien des médias, au moins temporairement. Peut-être que ça lui parait plus solide. Après tout, il doit surtout son élection à la nullité d’Hillary, et à la colère des Sanderistas, alors que ses électeurs à lui ne sont pas numériquement majoritaires.

    Voila, le candidat Trump était un bateleur de la même espèce que le candidat Sarkozy de 2007. S’il a pu mieux que Sarko faire illusion en iconoclaste anti-système, c’est juste parce qu’on ne l’avait encore jamais vu au pouvoir..

     

    Répondre à ce message

  • #1697886
    Le 9 avril à 09:22 par SOBRY
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    Je dois avouer que je suis un inconditionnel de Monsieur MEYSSAN depuis le 11 d’une certaine année. Cela dit je peux m’être trompé depuis le début, je sais que la majorité des gens croient à la version officielle pour cet événement. Pour faire court, j’ai le sentiment que si Thierry Meyssan a tort, comme certains semblent l’affirmer, la réponse est "préparer vos casques".

     

    Répondre à ce message

  • #1698057
    Le 9 avril à 14:59 par Oreiller d’Herbe
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    En attendant, voir ce que communique la Russie sur les faits, ça n’est vraiment pas positif, voir le site de l’Ambassade de Russie en France.
    J’ai du mal à croire la version de Meyssan.

     

    Répondre à ce message

  • #1698563
    Le 10 avril à 04:15 par jhonny frank
    Donald Trump affirme son autorité sur ses alliés

    En politique il peut y avoir beaucoup d’hypothèses. Il pourrait être un agent double pour piéger Poutine dès le début.Qui sait ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents